N° 43  9 novembre 2001

Le groupe des artistes fossois

L'exposition annuelle, organisée par l'Association des Artistes de l'entité, s'est terminée dimanche dernier à la salle communale L'Orbey ; Cette exposition a été très longuement commentée dans notre précédente édition. Ajoutons qu'elle a rencontré, particulièrement cette année, un très gros succès.

Voici le groupe de ces artistes fossois le jour du vernissage, après les discours de l'échevin Bernard Meuter et de M. Ingels : à l'avant-plan, l'échevin de la Culture, Bernard Meuter et, verre en main, le président de l'Association François Ingels. Debout au second rang, de gauche à droite : Mme Simone Lepinne-Scohy, Pierre Godenne, Patrick Germaux, Mme Ingels-Malnoury, Alain Goussens, Guy Blin, Daniel Populaire et Robert Frère ; à l'arrière : Georges Desuenne, Mlle Dominique Tilmant, Jean-Pol Legrain, Mme Mazu in-Hollanders et Marcel Nulens. Il y avait quelques artistes absents au moment de la photo.

Rappelons que, lors de son discours, B. Meuter promit la réalisation d'une vitrine permanente qui permettra d'exposer, à tour de rôle, quelques spécimens de réalisations de nos artistes locaux.

Attention !

Si des personnes se présentent en vendant des cartes de soutien pour les services de sécurité, pompiers, etc., il ne s'agit pas des services locaux, ni de la Police. Le commissaire conseille de refuser et de le signaler à la Police.

B. Spineux, Ph. Scieur, M. Simonini

A.L.E. fermée

Les bureaux de l'Agence Locale pour l'Emploi seront exceptionnellement fermés, pour raison d'examens de promotion, du vendredi 23 novembre, au lundi 3 décembre inclus.

Décès

- Nous avons appris le décès d'un ancien Fossois, M. Oscar Brogniez, à l'âge de 76 ans. Il avait épousé une Fossoise, Jeanine Burton, décédée voici quelques années après une longue et pénible maladie, qui exigeait de la part de son époux des soins presque constants. Ils avaient eu deux enfants, une fille et un fils. Oscar était un fervent Chinel, mais un garçon très doux et effacé. Après le décès de son épouse, il était parti habiter Yvoir. Il est décédé le 31 octobre à Mont-Godinne. Ses funérailles ont eu lieu samedi dernier en l'église d'Yvoir, suivies de l'inhumation au cimetière de Fosses.

- On apprend aussi avec peine le décès de Maria Debrulle, qui habitait au bas de l'avenue Albert 1 er depuis 1938. Née Maria Michel, à Lesve le 19 février 1913, elle avait épouse Jules Debrulle, fils de Maria, tenancière du Café du Combattant au coin de la Place du Marché, car son mari était un ancien de 14-18. Technicien aux Ateliers Noël, il était aussi coiffeur après journée. Maria passa ainsi sa vie dans le même quartier ; c'était une personne simple, discrète, affable, aimant la conversation. Ces dernières années, ne pouvant plus subvenir à ses besoins, elle était entrée au Home Dejaifve, où elle est décédée le 31 octobre. Bien des Fossois auront pour elle une pensée émue.

- Nous n'avions pas su non plus le décès de Louise Adam, veuve de Szmul-David Skovron et mère de

Mony. Elle était parmi les plus âgées de nos habitants, née le 18 février 1907, et depuis une dizaine d'années, résidait au Home Dejaifve.

- Une autre pensionnaire fossoise est décédée le 26 septembre : Odile Fumémont, veuve de Marcel Demanet, née le 21 décembre 1909.

A toutes les familles de ces défunts, nous présentons nos biens vives condoléances.

Souper

Le comité de Fosses Avenir vous invite au souper qu'il organise le samedi 24 novembre à partir de 19 h. 30, salle l'Hauventoise à Haut-Vent.

Le menu en est le suivant : apéro, crème de légumes, petite frisée aux lardons, rôti de porc au jambon orloff, profiteroles au chocolat.

Participation : 600 F (pour moins de 12 ans, un menu à 300 F) : crème de légumes, boulettes sauce tomate, profiteroles au chocolat. Le menu est offert aux joueurs prépupilles de Fosses.

Réservations pour le 17 novembre chez :

- R. Marique : 071 71.27.19

- Ph. Molle : 071 71.37.07

- I. Braeckeveldt : 071 74.49.18

Piron F : 071 71.19.57

- Piron P : 071 79.60.49.

Ecole des devoirs

L'ALE a créé l'Ecole des Devoirs, pour le rattrapage des élèves

de primaire: lundi et mardi, 17 à 18 h

de secondaire : le jeudi de 17 à 18 h.

Ces cours sont GRATUITS.

Renseignements A.L.E., té1.071-71.34.36.

Chapelle rénovée

« La chapelle Saint-Hubert de Vitrival fut édifiée en 1858 par la famille Moutiaux-Materne, explique dimanche Jean-François Favresse. On voulait par là attirer l'attention du saint protecteur sur le bétail et les fermiers. Au fil des ans, elle s'était dégradée; en 1996, un groupe de jeunes et d'adultes entreprit de relever ce témoin du patrimoine local et pour cela organisa des festivités de la Saint-Hubert. II faut donc remercier les sponsors, les habitants du quartier et tous ceux qui ont aidé financièrement et matériellement à cette reconstruction. ».

C'était, en ce beau dimanche ensoleillé, devant une très nombreuse assistance, massée devant la chapelle, rue du Bout, dont plusieurs avec des chiens, et aussi une trentaine de cavaliers qui avaient parcouru, depuis 9 heures, les rues du village.

Le bourgmestre, Benoît Spineux, précisa que c'était un grand jour pour Jean-François qui a eu le courage d'entreprendre et de poursuivre, presque seul finalement, la tâche de réfection. Avec humour il rappela que d'autres chapelles de Vitrival mériteraient autant d'attention, mais il félicite le jeune homme et lui promet que la commune veillera à entretenir cette belle réalisation.

Avec les autres membres vitrivalois du Conseil communal (Laurence Titeux, René Brachotte et Paulette Daffe-Jacqmain), le mayeur dévoile alors l'entrée de la chapelle, sous les applaudissements chaleureux de la foule. On y voit une petite statue de saint Hubert, mais on en aura une plus grande dans trois semaines, assure J.F Favresse, qui remercie aussi Daniel Populaire pour la plaque commémorative, gravée sur marbre noir. Puis c'est au tour de M. le curé Saint-Hubert de la bénir.

Les chevaux défilent, recevant bénédiction et petits « pains de SaintHubert », puis la bénédiction des chiens, dans un beau concert d'aboiements, et tous ceux qui ont participé aux travaux reçoivent une médaille commémorative.

Et le public put encore bénéficier de l'apéritif offert par le comité, un apéritif prolongé par beaucoup sous les tonnelles et devant le bar dressé à cet effet en face de cette jolie chapelle qui retrouve son lustre d'antan.

L'Armistice

Le comité du Souvenir de Le Roux et les groupements patriotiques de Sart-Eustache organisent les cérémonies du 83e anniversaire de l'Armistice, à la mémoire des Anciens Combattants et Prisonniers morts pour la Patrie.

Dimanche 11 novembre

- à Sart-Eustache : à 9 h 15, dépôt de gerbes au monument aux morts au cimetière communal ; à 9 h 30, en l'église paroissiale : service religieux à la mémoire de toutes les victimes des deux guerres.

- à la Nécropole militaire de la Belle Motte : à 10 h 40, cérémonie de reconnaissance aux 4.057 soldats français d'août 1914, en présence des autorités communales et patriotiques d'Aiseau-Presles et de Fosses-la-Ville.

- à Le Roux : à 10 h 50, au cimetière communal : dépôt de gerbes au Monument aux Morts.

La Saint-Eloi

Le comité de la Confrérie Saint-Eloi

de Le Roux organise son premier buffet de ce troisième millénaire, à l'approche de la date de la fête du saint patron des orfèvres, plus très nombreux aujourd'hui, mais aussi de tous les travailleurs du fer et les cultivateurs...

Voici le programme établi par la Confrérie

Samedi 24 novembre

9.00 Ouverture de la salle des écoles et accueil des sympathisants et joueurs de cartes.

12.00 Début de l'animation musicale et accueil des participants au buffet.

12.45 Mot de bienvenue de la présidente et apéritif

13.00 Ouverture du buffet froid.

Dimanche 25 novembre

9.30 Ouverture du bar au restaurant des écoles.

Accueil des sympathisants et joueurs de cartes.

Samedi 1er décembre

9.00 Bar La Rovelienne : accueil des sympathisants

9.30 Messe de la Saint-Eloi en l'église paroissiale Sainte-Gertrude de Le Roux, célébrée par l'abbé Lambiotte.

10.30 Bar La Rovelienne : verre de l'amitié, offert par la Confrérie aux personnes présentes à la messe.

Contacts :

Mme Magda Dejonghe,

rue de la Maladrie 8, Le Roux,

tél. 071-71.22.99.

Exposition Poils et Plumes

L'association Poils et Plumes Namurois fête ses vingt ans d'existence. Depuis pas mal d'années, cette association qui regroupe de nombreux animaux de basse-cour, organise une exposition compétitive, mais qui permet également au public de venir admirer ces petits animaux qui nous sont si familiers. Elle a lieu dans le grand hall omnisports de Sart-Saint-Laurent les samedi 10 et dimanche 11 novembre.

Plusieurs centaines d'animaux y seront présentés : lapins, cobayes, poules, pigeons et canards. Cette exposition est doublée des concours provinciaux namurois.

L'objectif de cette manifestation est d'intéresser le public, d'où un salon vente fonctionnera tout le week-end, avec la présence d'éleveurs connaisseurs. Un amusant concours instructif gratuit pour les enfants sera organisé en permanence avec diverses récompenses.

Ce mini-jardin zoologique, près de chez vous, est vivement conseillé aux enfants.

Heures d'ouverture :

samedi 10 novembre, de 9 à 21 h. ;

dimanche 11, de 9 à 17 heures.

Entrée 80 F, et gratuite pour les enfants de moins de 15 ans.

Pour renseignements :

F. Vanesse, club Poils et Plumes Namurois,

tél. 081-73.91.90.

Chez les A.C.

L'association des Anciens Combattants de Sart-Saint-Laurent commémorera l'Armistice lors de la messe du matin, suivie de dépôts de fleurs aux monuments. La cérémonie se poursuivra par un banquet, au restaurant Le Fin Bec, pour les A.C., leur famille et sympathisants.

Exposition

Rappelons que le vernissage de l'exposition du peintre Michel Léonard aura lieu ce vendredi à 19 h 30 au Musée du Petit Chapitre. L'exposition se prolongera du 10 au 29 novembre, en cet endroit, tous les jours de 9 à 16 h et le week-end de 10 à 18 heures. Signalons aussi que les visiteurs de l'exposition pourront bénéficier de l'entrée au Musée.

La technique de Michel Léonard est basée sur la peinture à l'encre de Chine (couleurs, noir et blanc) qu'il pratique à la plume depuis 1961 sans aucune aide extérieure, n'ayant suivi aucun cours. Il est donc un autodidacte pur et toujours amateur. Bénéficiant d'une expérience d'environ 38 années et malgré ce long cheminement, il est toujours à la recherche d'une constante amélioration; cela pour sa satisfaction personnelle. En 1955, après des hésitations et la peur du ridicule, il s'inscrit à une exposition d'ensemble à Profondeville, sous les instances de peintres chevronnés. Ce fut un succès inespéré qui l'incita à poursuivre et à s'inscrire dans des expositions-concours de niveau internationale. Depuis 1966, Michel Léonard a obtenu 1 médaille d'or nationale, 1 médaille d'argent internationale et une dizaine de médailles d'or internationales.

Lire l'Evangile une aventure à tenter!

La première séance de ce thème a eu lieu à Maison-St-Gérard mardi dernier: une bonne centaine de personnes ont suivi avec grand intérêt les développements de José Reding, théologien moderne et surtout plein d'humour. D'une manière très simple, à la portée de tous, direct et même parfois provocant, il a lancé pas mal de coups de pieds dans la fourmilière de nos idées reçues.

Croyez-vous à la résurrection? - Bien sûr, répond une dame du premier rang. Pourquoi? Parce qu'on me l'a appris. Alors, vous êtes comme ma grand-mère, rétorque José Reding en entamant sa démonstration. La résurrection: Bien plus qu'une sur-vie de l'individu, qui ne serait qu'une sorte o~ contrat d'assurance sur l'au-delà, ce doit être la victoire de la Vie de l'Amour sur la mort la haine. Donc, elle commence avec nous, aujourd'hui. Le peuple d'Israël s'est ouvert à cette idée de résurrection des morts en réponse à une question de justice face à l'inquiétude créée par le triomphe du mal. Même les plus sceptiques sur une survie se disent parfois

« Qui sait ? »... « Et si jamais...? »

La résurrection : une question de foi. Mais qu'est-ce que la foi ?... La résurrection de jésus se marque par seulement deux signes: d'abord, un tombeau vide (mais attention: pour les Apôtres : Jésus est donc ressuscité; pour les pharisiens: ils l'ont enlevé...) et deuxième signe: la parole des Apôtres: c'est la foi apostolique (basée sur le témoignage des Apôtres). Et on meurt rarement pour un mensonge.

En théologie, la Résurrection est une « réalité symbolique » (symbole = emblème, résumé de la croyance). A l'opposé : la réalité diabolique, comme la faim dans le monde opposée à l'abondance pour certains. Le gage de notre résurrection, c'est donc d'aller vers les autres. La mort n'est pas un « repos éternel », mais un partage, suite de notre vie ici-bas ; re-naître, c'est ressusciter.

On a eu aussi droit à une histoire des religions depuis les débuts de l'humanité: religions « de la nature », où le dieu est présent en tout, mais menant à la prédestination; religions de la transcendance: le divin transféré au ciel, mais liées à des empires ; et enfin celle de jésus avec son message « familial » d'amour paternel de Dieu. Et pour l'Eglise, des comparaisons amusantes avec le football ou le rugby, où l'arbitre doit diriger le jeu mais ne le fait pas: C’est l'affaire des joueurs.

Ce mardi, le même José Redng dirigeait une lecture nouvelle de l'Evangile. Mardi prochain 13 novembre, ce sera au tour de Jean-Claude Brau, bibliste, de diriger une découverte de « L'homme jésus en son temps » et le 20, « Jésus aujourd'hui ».

Des soirées pleines de vie et de surprises: soyez nombreux à en profiter.

Pharmacies de garde

Jeudi 8 : Dubisy, Fosses

Vendredi 9 : Dubois, Le Roux

Samedi 10 : Liénard, Mettet

Dimanche 11 : Liénard, Mettet

Lundi 12 : Lahaut, Ermeton

Mardi 13 : Liénard, Mettet

Mercredi 14 : Mahia, Ermeton

Jeudi 15 : Mainil, Fosses

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le docteur

DE BILDERLING, tél.071. 71.45.00.

Très important vol de voitures

Dans la nuit de mardi à mercredi de la semaine dernière, un vol particulièrement invraisemblable a été commis au garage Mazuin, avenue des Déportés. Des individus se sont introduits dans le bâtiment en neutralisant le système d'alarme en arrachant le boîtier, puis en forçant une porte pour s’introduiree dans le bâtiment par l'atelier de carrosserie.

Le butin est important : les voleurs ont emporté 3 voitures de clients, 2 voitures d’occasion et une nouvelle voiture. L’une de ces voitures a été retrouvée à Châtelet, mais l'enquête est bien sûr toujours en cours. Chose assez surprenante et audacieuse, les faits se sont passés à une vingtaine de mètres de la Gendarmerie.

La police de Mettet a réuni les premiers éléments de l'enquête. Ce vol est sans doute l’œuvre de professionnels de la région de Charleroi.

La Police a lancé un appel et témoin et donne les particularités de ces véhicules : une Audi A6 couleur champagne (plaque F624Y), une Audi A6 couleur gris anthracite (plaque 7U839), une VW Golf 4 couleur bleu marine sans plaque, une VW Golf 4 gris métallique sans plaque, une VW Passat berline gris métallique sans plaque et une VW Lupo bleu ciel (ABQ558) qui, elle, a été retrouvée à Châtelet. Ces inconnus ont aussi emporté des plaques dont une portant l'inscription 9Z534.

Les enquêteurs sont à la recherche de tout élément qui pourrait les orienter ; on peut apporter ces éléments à la Police de Mettet au 071-72.70.10 ; la discrétion sera assurée.

Vandalisme

Des dégradations ont été commises par trois jeunes, dans le centre de Fosses : Jets de poubelles, rétroviseurs de voitures cassés et carreaux cassés aux Ets Blondiaux, avenue Albert 1er. Ces actes inqualifiables et gratuits doivent être dénoncés.

L'enquête de la police de Fosses est en cours ; celui qui pourrait apporter quelques indices, permettant de retrouver les auteurs de ces faits, peut prévenir la police de Fosses au 071-72.02.30.

Foire Saint-André

Après la démission des membres organisateurs de l'association des Commerçants de Fosses, voici bientôt un an, il avait été fait appel à des candidats pour poursuivre la tâche, notamment dans l'organisation des deux événements commerciaux : la Braderie et la Foire Saint-André.

Les candidats ont fait défaut et la Braderie fut néanmoins été organisée, grâce à la collaboration de l'échevin B. Buchet, ayant les fêtes dans ses attributions et de quelques commerçants du centre. Cette fois, pour la Foire Saint-André une Foire fossoise plus que centenaire un nouveau comité s'est créé et va entreprendre l'organisation de cet événement commercial qui aura lieu les jeudi 29 et vendredi 30 novembre et le samedi 1er décembre.

Le nouveau président de l'association est M. Tihon (fiduciaire), rue de l'Ecole Moyenne 11 à Fosses (tél. 071-71.45.34) ; la trésorière Mme Sabine Smit, magasin de fleurs « Le Pot aux Roses », place du Chapitre (tél. 071-71.45.75); et le secrétariat sera assuré par M. Etienne Buchet (assurances-fiscalité), rue Baty de l'Espagnole, à Bambois (tél. 07171.42.84)

La Foire sera annoncée par un journal, distribué en 17.000 exemplaires ans toute la région. Tous les commerçants de l'entité seront invités à y insérer une annonce et ceux qui, par oubli, ne seraient pas contactés, peuvent téléphoner de toute urgence à un des responsables de l'association cités plus haut.

Hyménée

Il est parfois des boissons de cantinières qui peuvent étourdir l'un ou l'autre soldat, lors de marches annuelles. Ainsi, un quotidien namurois signale le mariage de Christelle Picavet, cantinière depuis plus de quinze ans à la marche Saint-Remy de Névremont (elle a commencé à l'âge de 4 ans) et Yvan Deville, deux fois militaire puisqu'il travaille à la base de Florennes et comme marcheur

depuis neuf ans à Névremont, après l'avoir été à la marche de Le Roux.

Ce mariage un peu particulier a été honoré et escorté par la présence d'une vingtaine de marcheurs de la marche Saint-Remy.

Nos félicitations et nos meilleurs vœux de bonheur.

Concours de belote

Vendredi 9 novembre, à 20 h, débutera un concours de belote au local de la balle pelote, place du Centenaire, organisé par la Cie des Mamelucks. Equipes formées, inscriptions dès 19 h 30 : 500 F (6 tours, + 6 boissons gratuites). Prix suivant inscriptions.

A Senior Amitié

Les membres de cette amicale du 3e Age se réuniront le mercredi 14 novembre dès 14 heures pour leur traditionnel « Goûter d'automne », qui sera animé musicalement et marqué par la mise à l'honneur des octogénaires et autres jubilaires.

Après cela, ce sera le dîner de Noël, précédé d'une messe, le mercredi 19 décembre.

Un blessé grave

Samedi, vers 18 h 30, deux voitures se sont percutées à hauteur de l'église de Bambois. Une Peugeot 806 conduite par M. B. Brogniet, de Saint-Gérard, se dirigeait vers cette localité ; un peu avant l'église de Bambois, elle entre en collision avec une Opel Kadet, qui se dirigeait vers Fosses. Les deux véhicules, surtout l'Opel, ont subi d'importants dégâts. Une des occupantes, Mme Marina Honnay, de Tamines, 37 ans, a été sérieusement blessée et conduite au Centre Hospitalier Val de Sambre à Auvelais. Les pompiers de Fosses, sous les ordres du sergent Gosset, se sont rendus également sur place.

La Sainte-Cécile à la Philharmonique

Le comité de la Royale Philharmonique vous invite à la fête de Sainte-Cécile le samedi 24 novembre. Au programme 18.30 en la collégiale Saint-Feuillen

Messe, au cours de laquelle la Royale Philharmonique interprétera un concert spirituel.

19.30 en la salle du Collège Saint-André : banquet annuel, avec le menu suivant

- Frisée au vinaigre balsamique et magret de canard fumé à l'ancienne

- Potage mexicain

- Rôti de dindonneau, chicon braise, gratin dauphinois

- Chèvre chaud au miel d'acacia

- Le petit Noir et son croquant.

Ce repas sera servi au prix de 850 F pour les adultes et 400 F pour les enfants. Inscriptions pour le 16 novembre si possible chez

- Claude Barthélemy, rue de Vitrival 34, tél. 071-71.31.54

- Pierre Lepinne, rue de Névremont, tél. 071-71.14.90,

ou à un autre membre du comité de votre connaissance.

Pour la R. Philharmonique le président: A. Goffart

Collision

Samedi dernier, vers 18 h 50, une collision entre deux voitures s'est produit rue du Potage à Fosses. Cet accident a contusionné l'un des deux automobilistes, âgé de 18 ans

Le 83e anniversaire de l'Armistice

Il me semble que, dans les conditions particulièrement sensibles que nous vivons actuellement, il s'impose de remettre en valeur les vertus de civisme et de patriotisme.

Ce dimanche 11 novembre est, comme on le sait, le jour anniversaire de la Guerre 14-18 et 40-45, auquel on associe également la fin de la seconde guerre.

Oublier, c'est abandonner

Oublier, c'est répudier.

En participant nombreux ce 11 novembre, nous rendons à nos défenseurs des deux guerres, l'hommage qu'ils continuent à mériter, nous serions indignes de leurs sacrifices et de leur héroïsme si, petit à petit, faiblissait l'ardeur de notre souvenir reconnaissant.

Voici le programme

11 h : Messe pour les victimes des deux guerres

12 h : Discours du président, à l'Hôtel de Ville, salle du Conseil.

Respectueux de nos traditions, un dépôt d'une gerbe aura lieu à la plaque commémorative à l'Hôtel de Ville, aux monuments Chabot et Roi Albert 1 er ; nous nous rendrons ensuite en voiture au cimetière pour le dépôt d'une gerbe au monument aux morts des deux guerres.

Nous demandons à la population de pavoiser vos fenêtres aux couleurs nationales et nous comptons sur votre présence à cette manifestation.

Le Président: Freddy DUFRASNE

Le 6e G.P du vin chaud

C'est ce samedi 10 novembre, à partir de 12 h, que les Débridés de Bambois se lancent dans un grand défi : celui de battre le record de vente de vin chaud (152 litres).

Les équipes engagées dans la compétition, aux règles un peu particulières, sont les suivantes : Bambois (Fer à Cheval), Fosses, Saint-Gérard et Bambois Point d'Arrêt (Ciney).

Autre date à inscrire dans votre agenda : le samedi 16 mars 2002 pour la onzième édition des « Douze heures à l' djote », salle Hautventoise.

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Pour ceux et celles nés avant 1940

Nous sommes des survivants, des rescapés: .. Nous sommes nés avant la télévision, avant la pénicilline, les produits surgelés, les photocopies, le plastique, les verres de contact, la vidéo et le magnétoscope. Nous étions là avant les radars, les cartes de crédit, la bombe atomique, le rayon laser..., avant les stylos a bille, les néons, le coca-cola, te percolateur, avant le lave-vaisselle, les congélateurs, les couvertures chauffantes, le chauffage au mazout, les WC à chasse, avant que l'homme ne marche sur la lune Nous nous sommes mariés avant de vivre ensemble, la vie en communauté se passait au couvent ; le fastfood, pour les Anglais, était un menu de crème et un « Big Mat » était un grand manteau de pluie. II n'y avait pas de mari au foyer, pas de congé parental, pas de télécopie, pas de courrier électronique. Nous datons de l'ère avant les HLM et d'avant les pampers. Nous n'avons jamais entendu parler de modulation de fréquence, de cœur artificiel, de transplants, de machine à écrire électrique, de yaourt, ni de jeunes gens portant des boucles d'oreille.

Pour nous, un ordinateur était quelqu'un qui conférait un ordre ecclésiastique ; une puce était un parasite et une souris était la nourriture du chat. Un site était un point de vue panoramique, un CD Rom nous aurait fait penser à une boisson jamaïcaine ; un joint empêchait un robinet de couler et l'herbe était destinée aux vaches ; une cassette était une sorte de fromage.

Pizza, Mc Donald, Nescafé étaient des termes inconnus ; le rock était une matière biologique ; un gai (gay à l'heure actuelle) était quelqu'un qui faisait rire et « made in Taiwan » était de l'exotisme.

Mais nous étions sans doute une bonne race, robuste et vivace, quand on pense à tous ces changements qui ont bouleversé le monde et à toutes ces réformes qui nous ont été imposées. Pas étonnant que nous nous sentions parfois un peu perdu et qu'il y ait un tel fossé entre nous et la génération actuelle. Mais, grâce à Dieu, nous avons survécu... nous sommes peut-être on bon cru !

Keskidi

Pensée de la semaine

Heureux l'étudiant qui, comme la rivière, peut suivre son cours sans quitter son lit, à méditer.

Tant qu'on aime, on sert à quelque chose ; tant qu'on est aimé, on est indispensable à quelqu'un

Photo rétro

Cette gentille et mignonne fillette, vous ne l'avez sans doute pas reconnue. Elle avait 5 ou 6 ans, ce devait être juste avant la guerre et elle s'était habillée pour participer, comme petite Chinelle, à la fête de Laetare. Même si elle n'a plus dansé par la suite, elle y a toujours participé avec intensité : c'est Arlette... Michel (rue du Chapitre). Si, entre-temps, elle a grandi, ce ne fut jamais une géante !

Progrès sans fin

On a souvent dit qu'il y aurait un avant et un après le 11 septembre 2001. Ce sera une date dans l'Histoire des hommes. Car ce fut (aussi) le déclenchement d'une catastrophe économique mondiale. On cite le chiffre de 240.000 emplois perdus rien que pour l'aviation américaine et la même chose se répercute partout. Sabena et Swissair sont des exemples de ce que la faillite était « programmée ), de longue date. De même, les difficultés actuelles à l'échelle mondiale : peut-on réellement attribuer à Ben Laden toutes ces catastrophes, ces centaines de milliers de pertes d'emplois ? Il est vraisemblablement responsable des milliers de morts du World Trade Center, mais la crise - et pas seulement dans l'aviation se préparait par un mode de vie anormal. C'est toute une civilisation qui est à revoir. Cette menace était annoncée voici vingt ans par ce que j'appellerais volontiers un prophète : Roger Garaudy, ancien secrétaire général du Parti Communiste français (qu'il a quitté devant la dérive des goulags et autres erreurs soviétiques). Agrégé de philosophie, il a publié en 1980 un livre remarquable et fouillé : « Appel aux vivants », où entre autres il dénonce « la politique de croissance continue ». Après des siècles d'un progrès très lent et parfois relatif, le XIXe siècle a vu un bouleversement de l'économie par la mécanisation et la vapeur, puis l'électricité. Alphonse Daudet décrit fort bien, dans une de ses « Lettres de mon Moulin », « Le secret de maître Cornille », ce drame d'une population rurale : L’installation d'une minuterie mécanique tue tous les moulins de la région. Tout comme, plus récemment, le système commercial des grandes surfaces a tué les petits magasins, qui étaient sources de réelles relations humaines. Autre exemple : des Pharaons à Napoléon, la transmission d'une nouvelle mettait le même temps - le galop d'un cheval - durant cinq mille ans. Aujourd'hui, à l'instant, le monde entier a VU la chute des deux tours du W.T.C. à New York.

Mécanisation, informatique accélèrent encore le mouvement : tout va trop vite. Vertige...

Autres craintes : notre société de consommation (dénoncée pourtant lors de mai 68) exploite dangereusement les ressources de la Terre : en 30 ans (1950-1980), on a consommé la moitié du charbon extrait depuis huit siècles. Idem pour le pétrole : la moitié en dix ans ! Et les forêts : un tiers des arbres du monde ont été rasés de 1900 à 1950. Chaque édition du dimanche du New York Times (avec 80 % de publicité !) nécessite l'abattage de 15 hectares de forêts canadiennes... Gaspillages !

Mais, direz-vous, le monde a profité de ce progrès. C'est vrai qu'on note une remarquable amélioration dans les conditions de vie... pour beaucoup d'occidentaux, européens et nordaméricains. En réalité, les progrès technologiques n'ont profité qu'à un quart de la population mondiale. Et surtout à la haute finance. Il a fallu 2 millions d'années pour que la terre voie son premier million d'habitants. Puis, 6.000 ans d'agriculture ont propulsé cette population à 250 millions. Avec l'industrialisation, on a atteint un milliard en 1830; puis 2 en 1930; 3 en 1969, 4 en 1980, et on approche des dix milliards...

Mais tout cela, ce sont des consommateurs ! Eh non ! Le Tiers monde paie ses débuts de modernisation par un épouvantable endettement et reste affamé et de plus en plus exploité : en 1954, un paysan brésilien pouvait acheter une jeep pour la valeur de 14 sacs de café ; En 1967 (8 ans après/, il lui en fallait 39 ! Dom Helder Camara (dans « Spirale de la violence », en 1970) écrivait : Pour un Jamaïcain, un tracteur valait 680 tonnes de sucre en 1966, mais 3.500 tonnes en 1970 !...

Pendant un siècle, on a ainsi vécu sur cette idée de progrès sans fin. La situation actuelle (de plus en plus de « fusions ), suscitent de plus en plus de pertes d'emplois) interpelle douloureusement : Est-ce une récession ? Le gouvernement belge prévoyait, en mai, une croissance de 3 à 4 %.

Dans son budget 2001 il est «  prudemment » revenu à 1,3 %, et certains estiment que c'est trop optimiste. Le 10 juin 1979, le chancelier Helmut Schmit lançait déjà un cri d'alarme (et il n'était pas le seul) : « Si nous ne sommes pas plus économes des sources d'énergie, nous connaîtrons une crise économique en comparaison de laquelle les autres apparaîtront dérisoires ». Parce que les faits immédiats semblaient lui donner tort, on ne l'a pas écouté. En outre, cette recherche d'une croissance sans fin marque lourdement les conditions morales de l'humanité : R. Garaudy dénonçait « la désintégration interne de nos sociétés qui meurent de n'avoir pas de but pas d'autre but que l'égoïsme, la recherche effrénée de la richesse et de la satisfaction personnelle. Ce qui ne peut déboucher que sur la violence ».

Et la violence, on la voit ! Partout. Bien sûr, il y en a toujours eu, elle fait partie intégrante de notre nature humaine. Mais tout de même... Ce fondement matérialiste de la civilisation avait déjà perdu la Grèce et la Rome antiques : les sophistes grecs prêchaient : « Le bien de l'homme, c'est d'avoir les désirs les plus forts possibles et trouver les moyens de les satisfaire ». On a vu où cela a mené.

Et où cela nous mène encore. On le voit tous les jours : vols, attaques armées, car-jackings, home-jackings, drogue, violences et suicides. Il est curieux de constater que les gens des pays pauvres et affamés luttent pour survivre ; c'est dans les pays les plus riches qu'on voit (de plus en plus) les suicides. « La croissance, écrit encore Garaudy, est le nouveau dieu moderne et la publicité sa liturgie démentielle ». Dans des sociétés ou, un grand nombre est privé de tout ce dont ces systèmes d'étalages l'appellent à jouir, la violence devient la loi des individus, des groupes et des peuples. Le système économique occidental et toute notre civilisation repose sur cette perversion fondamentale de croissance aveugle.

De temps à autre on parle de « miracles » économiques, c'est-à-dire d'élévation brusque du produit national brut d'un pays. On voit cela dans certains régimes d'Afrique, d'Amérique du Sud ou d'Asie. Mais on oublie que ce ne sont là que mirages de statistiques menteuses car le « miracle » n'a profité qu'à 2 ou 3 % de la population (ou à un dictateur : Voir les milliards de Mobutu à côté de la misère de la population congolaise), aggravant encore l'écart entre le luxe insolent d'une infime minorité et les miettes laissées (et encore) aux masses innombrables.

La société de croissance et de concurrence sauvage des individus et des peuples porte en elle la cause fondamentale du crime : pourquoi les tours du W.T.C. de New York ont-elles été choisies comme cibles ? Parce qu'elles incarnaient l'indécent orgueil de la haute finance.

Tant que durent ces immorales injustices sociales, on ne viendra pas à bout des violences terroristes.

Ce qui fait la force de l'Islam, c'est qu'il s'oppose foncièrement (et brutalement dans le cas de Ben Laden, ultra-déviationniste du Coran) au matérialisme égoïste occidental. Mais cela, c'est une autre histoire dont nous reparlerons peut-être.

JR.

Les rencontres du week-end

 

Samedi 10 novembre

 

Diablotins, à 11 h

Molignée - Bambois

Fal.Aisemont A - Malonne

Malonne - Fal.Aisemont B

 

Préminines, à 13 h

Bambois - Flavion

Fal.Aisemont A - Philippeville

Philippeville - Fal.Aisemont B

 

Minimes, à 13 h

Fal.Aisemont A - Sambreville

Fal.Aisemont B : bye

Bambois - Flavion

 

Espoirs, à 15 h

Bambois : bye

 

Réserve, à 15 h

Bambois - Tarcienne

Fal.Aisemont - Somzée

 

Dimanche 11 novembre

 

Cadets, à 10 h 30

Bambois - Mettet

J. Tamines - Fal.Aisemont

 

Scolaires, à 10 h 30

Aisemont - E. Mosane

 

Div. 3 :

Soye-Floreffe - Bambois

Malonne - Fal.Aisemont

 

 

 

Minimes

Fal.Aisemont A - Sambreville 4 - 0

Flavion - Bambois 4 - 0

 

Réserve

Bambois - Tarcienne 2 – 8

 

Cadets

Bambois - Mettet 14 - 1

J. Tamines - Fal.Aisemont 3 - 1

 

Scolaires

Aisemont - E. Mosane 2 - 4

 

Div. 3

Soye-Floreffe - Bambois 5 - 2

Malonne - Fal.Aisemont 1 - 1

MALONNE – FAL.AISEMONT 1 - 1

Match très tendu et très nerveux.

En première manche, beaucoup d'occasions mais qui n'inquiètent aucun des deux gardiens, hormis celle de Vandevorst sur laquelle Dewee doit faire preuve de son talent.

La deuxième période sera équivalente à la première, jusqu'à la 80e, quand Leclercq, bien servi par Thys, ouvre la marque, malgré la légère domination des visités (0-1). Les Malonnois respireront, dans les dernières secondes, par la conversion d'un penalty par Boulanger (1-1). .

Il semblerait que la tension n'ait pas été que sur le terrain car, à cause de quelques excités visiteurs, le match a été interrompu, une dizaine de minutes.