N° 32  24 août 2001

Bébrona (ou Fossa) au cours

des premiers siècles

Comme nous l'avons vu la semaine dernière, Fosses fut visité, au cours des premiers siècles, par des gens venant de tous horizons et nos aïeux n'étaient pas armés ni organisés pour leur faire face. Avec des maisons faites de 4 poteaux de bois, entre lesquels s'intercalaient des branches, de l'argile séchée et abrités de toits de chaume, les envahisseurs avaient vite fait main basse sur tout ce qui leur convenait. Pas besoin de système d'alarme pour dissuader ces Francs, Barbares, Vandales, Huns, Saliens et consorts qui semaient la terreur partout où ils passaient.

Et si ce n'était pas eux, c'était les serpents, les rats, les loups, les chiens sauvages, les insectes ou les mouches à caca qui vous empoisonnaient la vie. Les récoltes étaient ravagées par des animaux rôdeurs, les fruits sauvages n'avaient pas de goût, la cuisson était longue et très aléatoire ; quand le feu s'éteignait, il fallait frotter des heures deux cailloux, pour espérer une étincelle ! Et à 40 ans tout au plus, on devait s'attendre à aller sucer les herbes par les racines. Quel plaisir de la vie avaient nos anciens ?

Comparativement, aujourd'hui, on vit quand même autrement. Bien sûr, il y a la feuille de contributions, le foncier ou le loyer, les assurances, les taxes diverses que vous découvrez dans votre boîte aux lettres, en même temps qu'une carte de bon anniversaire ou une publicité vous annonçant que vous avez gagné deux millions si... vous répondez de suite. Bien sûr, il y a les hold-up, les car-jackings, les arnaques, des casse-vitesse, les radars et les PV,ou d'autres choses pas très réjouissantes, au point qu'il faut se munir d'alarmes, de clefs, au besoin de pistolets (pas ceux du boulanger). Mais en revanche, nous avons le confort sous toutes ses formes, la TV, les vacances, les allocations de toutes sortes, au pis-aller le CPAS ; nous avons les antibiotiques, les somnifères, les antidouleurs ; nous avons les bières belges, les restaurants, les bonnes recettes, les barbecues entre amis, les crèmes glacées ou les pralines... Un peu d'eau ? : il n'y a qu'à ouvrir le robinet ; une petite faim ? il n'y a qu'à ouvrir le frigo ; un peu de lumière, on tourne l'interrupteur ; un besoin pressant : un siège confortable vous attend avec papier de toilette décoré et parfumé. C'est quand même mieux que des feuilles de chêne, après une station accroupie prolongée, dans les orties ou dans les ronces, entouré du bruit assourdissant de mouches à l'affût de vos rejets ! Et dire qu'il y en a encore des gens qui se plaignent !

Allez demander à votre grand-père de la 73e génération, ce qu'il pense j de notre vie actuelle. Lui qui, à 38 ans, décampait définitivement, sans enterrement en musique, heureux de disparaître après une période grabataire où il avait perdu toutes ses dents dans la douleur, où on lui avait amputé les deux jambes sans anesthésie, après un dur combat contre des soldats de Clovis mieux armés ; lui qui a vu sa femme violée par les Huns et par les autres.

Que voulez-vous, les chefs étaient les premiers à montrer l'exemple. Je lis ici la vie de Clodion, qui massacra des milliers d'habitants de villages, lors de sa conquête du Nord de la France (sans doute est-il passé par Fosses ?). Et Childeric, père de Clovis, qui, parait-il, se lançait sur toutes les femmes qu'il rencontrait. Et Clovis lui, qui commit de nombreux assassinats pour agrandir son royaume, en massacrant tous ses roitelets ; il fendit d'un coup de hache la tête du roi de Cambrai. Astucieux, Clo-Clo se fit baptiser sans scrupule avec 3.000 de ses soldats, ce qui lui apporta le soutien des évêques de la région.Mais son baptême ne changea rien à sa conduite. Meutres, cruauté, luxure étaient les hobbies de l'époque. Dutroux aurait été considéré comme un enfant de chœur à côté de Clovis. II n'y avait pas que des canards de barbarie, mais beaucoup d'actes qui portaient aussi le même nom !

Les premiers siècles furent donc pour nos ancêtres Fossois un immanquable retour en arrière, après une civilisation romaine plus prospère. On imagine Fosses recouvert presque entièrement de forêts, avec de petites clairières par-ci par-là, à Bambois, à Haut-Vent, au Cheslong, à Sainte-Brigide, à Taravisée, les enfants pêchant dans la Biesme et au Grand-Etang, tuant les castors et les lapins, pendant que leurs pères abattaient les arbres, cultivaient quelques terres, au Chêne, à la Laide-Basse, envoyant brouter les vaches près des Quatre-Bras. Ils avaient tout rasé, aux environs du Chapitre, pour organiser des grandes parties de danses guerrières. Habitants du centre, creusez un peu dans votre jardin, vous retrouverez peut-être une mâchoire ou quelques dents cariées de vos aïeux fossois.

Et c'est dans cette galère que saint Feuillen est venu chez nous. Ce n'est pas évident quand on ne parle que le gaélique et pas un mot de dialecte celtique, et qu'on ne dispose même pas d'une méthode Assimil. Pas étonnant que, dans ce pays de débauchés, il se soit fait massacrer par des

vampires de l'endroit. (à suivre)

Le Roux

La kermesse annuelle

L'Union fait la force... C'est ce qui fait aussi la force du village de Le Roux pour l'organisation de la kermesse, grâce à l'asbl La Rovelienne, qui regroupe différents comités : la Marche Ste-Gertrude, la troupe théâtrale L'Excelsior, le Volley Club, le Tennis de table, le Comité du Souvenir, le Club des Aînés, le Comité scolaire, la Confrérie Saint-Eloi, l'Association folklorique de Le Roux et le club des Jeunes Roveliens.

Voici le détail du programme mis sur pied cette année

Samedi 25 août

De 8 à 18 h : Sixième brocante et artisanat, place Communale, rue Grande, jusqu'aux 4-Chemins (rés. 071-71.17.39).

9.00 Ouverture du stand Ciney dans la cour de l'école et barbecue permanent.

9.00 Ouverture du bar La Rovelienne et tennis de table.

9.30 Ouverture des loges foraines

17.00 Parcours-découverte du village (un questionnaire sera distribué de 11 à 12 h sur la brocante)

15.00 Ouverture Taverne - Bodega.

21.30 Grande soirée (PAF 99 F) avec Sonolight Project.

Dimanche 26 août

9.00 Jeu de cartes des Amis du dimanche matin.

10.00 Animations dans la cour de l'école. Kicker géant. Organisation d'un tournoi.

10.30 Grand-messe des jubilaires.

11.00 Ouverture Taverne - Bodega.

11.45 Réception des jubilaires et apéritif offert à la population.

12.00 Ouverture des loges forains et ouverture du restaurant (à l'école).

13.30 Course de trottinettes

16.00 Ecole du cirque. Durant trois heures, les enfants pourront entrer dans le monde du cirque -en pratiquant les foulards, l'assiette chinoise, etc.

A la fin du spectacle : distribution de cartes de carrousel aux petits enfants 18.00 Ouverture du restaurant (école) 21.00 Grande soirée sono gratuite.

Lundi 27 août

10.00 Sortie du cortège folklorique avec la Limotche et compagnie

13.00 Ouverture des loges foraines.

14.00 GOUTER pour tous les aînés roveliens, offert par l'asbl La Rovelienne, avec Thé Dansant et animé par André Loppe et Cie, le roi des bals populaires.

21.00 Vêlage de la Limotche.

22.30 Grand feu d'artifices et soirée gratuite de clôture.

Les marcheurs du 15 août

Traditionnellement, c'est le jour de l'Assomption qu'ont lieu les marches annuelles à Le Roux et à Sart-Saint-Laurent et pour rien au monde, les plus fidèles ne manqueraient leur sortie. C'est ainsi que mercredi denier, les décharges ont retenti dans ces deux coins de l'entité, sous une température estivale et sous un soleil généreux.

A Sart-Saint-Laurent, l'organisation était assurée par le comité de la marche formé de : Jacques Van Haeren (président), Marc Blaimont et Hervé Jordens (vice-présidents), Christian Ganhy (secrétaire-trésorier), Benoît Mehaignoul (secrétaireadjoint) et Marco Piccinin, Tony Delande, Michel Boulanger, Thierry Jacob, membres.

Le corps d'office était composé de André Larivière : général Marc Blaimont : adjudant Stéphane Binamé : adjudant en second Benoît Mehaignoul : sergent-sapeur

Laurent Blaimont : tambour-major Benoît Ganhy : caporal-sapeur

Laurence Ganhy, Anne et Véronique Meurice Elodie Larose : cantinières grenadiers

Christian Ganhy, Philippe Meurice : capitaines grenadiers

Yvan Tahir, Michel Ganhy : lieutenants-gren. Eric Beguin : lieutenant porte-drapeau

David Chaussée : sous-lieutenant grenadier

Hervé Jordens, Karl Piccinin et Dimiltri Degraux : capitaines-mousquetaires

Annick Jordens, Marie-France Ernoux : cantinières mousquetaires

Jacques Van Haeren : capitaine zouave Jacques Léonet : lieutenant zouave

Cen Abaly : lieutenant porte-drapeau

Anne Van Haeren : cantinière des zouaves.

Les marcheurs du Sart ont donc effectué leur tournée traditionnelle, avec une petite modification pourtant, par rapport aux autres années : le feu de file a eu lieu à midi, à la rentrée de la procession religieuse (pour raison de sécurité). Et, petite particularité propre à Sart-Saint-Laurent : au cours de la procession du matin, les marcheurs se rendent à l'ancien cimetière où, à la fontaine, chaque soldat trempe la crosse de son fusil, les officiers utilisent la pointe de leur sabre et les cantinières versent un verre de la goutte de leur tonneau.

La sortie se termina par la retraite aux flambeaux, moment toujours très émouvant et enfin par le cassage du verre, en petit comité.

Et à Le Roux

Si les archives prouvent qu'une marche existait déjà à Le Roux en 1841, c'est depuis une vingtaine d'années seulement que cette marche est devenue annuelle et depuis 1981, chaque année, les marcheurs roveliens rendent hommage à leur patronne sainte Gertrude, en escortant la procession religieuse. Mais à Le Roux, on marche encore le lendemain, pour les visites chez les officiers et les sympathisants. Tout cela s'est effectué dans la bonne ambiance et, la chaleur aidant, les cantinières n'ont pas chômé. On sait qu'un nouveau comité a été formé (v. photo), avec Freddy Delzant comme président d'honneur ; Dany Grégoire est vice-président ; et comme on fait honneur aux dames, Marie-Jeanne Yernaux assure le poste de secrétaire et Karine Lambrechts fonctionnera comme trésorière.

Le corps d'office est formé de Adjudant-major: Michel Danse Sergent sapeur : Franz Bruyère Sous,officiers grenadiers : Yannick Delzant,

Laurent Michel Maréchal: Marc Mural Officier garde impériale : Dany Grégoire Colonel: Yves Jadoul Major: Pol Gortebeke Officier: Charly Deproot Officier Dragons: Valéry Boulanger Major des gendarmes : Fabian Dumont Colonel: Pascal Lambert Officier artilleur: Guy Want.

Femmes battues

Les médias ont fait écho cette semaine à une enquête du « Lobby européen des femmes » selon laquelle une femme sur cinq est régulièrement maltraitée chez nous.

Cela laisse rêveur...

Faut-il relativiser cela à la lecture du nombre de plaintes déposées 5.805 sur un an pour le pays, dont 525 concernent des enfants et 25% des hommes. Soit moins de 4.000 femmes sur 5 millions. Et c'est de ces données que les « spécialistes » concluent à une femme sur 5 maltraitée. Toutefois, celle maltraitance peut avoir des formes diverses et des degrés bien différents : querelles verbales, agressions psychologiques, coups et blessures, sévices divers, séquestration... On voit le genre... Quel ménage n'a jamais connu de dispute ? Où les mots « un peu vifs ), s'échangent de part et d'autre... Ou encore mettre votre enfant au coin, c'est une agression

D'autre part, selon les responsables des structures d'accueil, ces agressions touchent de plus en plus les couches sociales aisées : donc, il n'est plus question maintenant de classes défavorisées, d'éducation primaire, de quart-monde.

Cela aussi me laisse rêveur : ainsi, sur 100 femmes chefs d'entreprises, directrices d'administration, voire commissaires de police (il y en a de plus en plus), 20 seraient battues ?... Allons même plus loin, sur la cinquantaine de députées et sénatrices, dix seraient battues ? Et donc, 20% de nos faiseurs de lois sur la sécurité et la protection de la population cherchent querelle, voire lèvent la main sur leur épouse ? Et sur nos quelque 80 ministres, 16 battent leur femme ! Il est vrai qu'une des «« victimes » refuse de se plaindre car « il est si gentil après »...

Oui, cela me laisse rêveur. Et je me pose question, pas tellement sur ces chiffres, mais sur la valeur et le sérieux de ces enquêteurs. Non que je nie le phénomène, mais son extrapolation a 1 sur 5.

Au fait, vous battez votre femme, vous ?

PAN.

GARDE

Pharmacies de garde

Jeudi 23 : Lahaut, Ermeton

Vendredi 24 : Liénard, Mettet

Samedi 25 : Trigaux, Mettet

Dimanche 26 : Trigaux, Mettet

Lundi 27 : Mahia, Ermeton

Mardi 28 : Mainil

Mercredi 29 : Maquille, St-Gérard

Jeudi 30 : Nysten, Bioul

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le. docteur

DE BILDERLING, tél. 071-71.45.00.

Vol

Le vendredi 17 août, dans l'après-midi, un vol avec effraction a été commis chez Arnould, place du Chapitre 12, alors que les propriétaires étaient au Musée tout proche. A l'étage, deux meubles-secrétaires ont été fracturés, des bijoux ont disparu, et une très importante somme d'argent a été dérobée. Une enquête est en jours.

Vol de sac

Mardi, vers 17 h 30, Mme Irène Michel, de Fosses, marchait rue Al Val quand elle sentit qu'on tirait sur son sac ; croyant à une blague, elle se retourne et se trouve en face d'un individu qui lui arracha violemment le sac et s'enfuit vers la rue des Tanneries où un complice l'attendait en voiture. Le véhicule disparut dans la direction de Tamines. Elle fit immédiatement opposition à ses cartes de banque mais n'avait heureusement qu'une centaine de francs de liquide. Elle perd évidemment ses papiers d'identité et subit aussi le contrecoup moral de pareille aventure.

Sint Biètrumé honoré

Malgré une météo peu engageante, les marcheurs de Bambois ont pu déambuler dans le village, au sec, sous un ciel couvert et parfois menaçant.

Dès le matin, les tambours sonnèrent le réveil pour la remise des médailles aux plus fidèles marcheurs, pour 7 ans (ils étaient 8), pour14 ans (au nombre de 7) et 21 ans de participation (2 marcheurs). Nous avons donné la semaine dernière la liste de ces élus. Après le dépôt d'une gerbe au monument, ce fut la messe en wallon, avec bénédiction des armes, puis la procession religieuse au cours de laquelle eurent lieu quelques décharges aux chapelles.

Nouveau départ l'après-midi avec la parade en tirailleurs, pour chaque pelotons. En fin de journée : feu de file, et cassage du verre en comité restreint.

Le lundi, les courageux reprennent la route pour les visites toujours très agréables, retraite aux flambeaux et dernier feu de file. Une fois encore, Sint Biètrumé n'a pas été oublié

L'école de musique de la Philharmonique

La Société royale Philharmonique de Fosses a créé, il y a quelques années, une école de musique destinée à former de nouveau musiciens pour étoffer ses rangs et pour remplacer les anciens qui, trop âgés, arrêtaient la pratique de leur instrument.

Cette école a recueilli, dès le début, un très grand succès, surtout auprès des jeunes. De nombreux élèves sont déjà intégrés, avec succès, dans la société, tout en continuant leur apprentissage à l'école.

Mais l'école ne s'adresse pas uniquement aux jeunes, elle compte également quelques adultes.

Tous ceux qui désirent goûter au plaisir de la pratique musicale au sein d'un groupe et de l'amitié qui y règne, sont les bienvenus. Cela concerne ceux qui, dans le passé, ont déjà appris la musique ou pratiqué un instrument et qui désirent « s'y remettre », ainsi que ceux qui aiment la musique et voudraient la pratiquer, mais n'en ont jamais eu l'occasion. A tous ceux là, l'Ecole leur apportera l'aide nécessaire. II n'est pas nécessaire de connaître le solfège pour commencer l'école, les méthodes nouvelles d'apprentissage en apprennent les notions nécessaires au fur et à mesure de la pratique de l'instrument.

L'Ecole pratique aussi, pour ceux qui le désirent, le prêt ou la location-vente d'instruments de musique.

Pour tout complément d'information vous pouvez contacter

- Claude Barthélemy, chef de musique, tél. 071-71.31.54 ;

-André Janssens (instruments à vent), tél. 071-71.14.73 ;

- Jean Piéfort (instruments à percussion), tél. 071-71.26.97.

Interventions des pompiers

- Dimanche matin, les pompiers ont été appelés pour dégager la chaussée, route de Mettet, où un poteau était tombé. Ils ont rapidement dégagé le passage.

- Lundi, vers 16 h 40, nouvelle alerte pour nos pompiers qui ont dû se rendre au Pré-Standard, où un champ moissonné était en feu. Sous le commandement du sergent-major Gérard Gosset, ce sinistre fut rapidement maîtrisé.

Heures d'ouverture

Les heures d'ouverture pour la délivrance des permis de conduire et des passeports, à l'Administration communale, auront lieu, dès le 15 septembre

- du lundi au vendredi, de 9 à 12 h

- le mercredi après-midi, de 13 à 17 h.

Le Petit Chapitre

Le Musée de la poupée folklorique, place du Chapitre sera ouvert tous les jours de juillet et août, de 14 à 18 h. L'entrée est de 100 F pour adultes, 80 F pour seniors, 50 F pour les enfants et gratuit pour moins de 6 ans.

Pêche et petite balle

La Palette Club Fossoise organise le samedi ter septembre une journée de pêche, à l'étang des Forges à Fosses, de 7 à 17 heures: pour le prix de 1.000 F la journée, avec barbecue à midi.

Avis aux amateurs de poissons et de bonne humeur.

Pour ceux que la pêche n'intéresse pas, la buvette est à leur disposition et ils peuvent participer au barbecue pour la somme de 350 F. Inscriptions à l'Etang des Forges ou au vice-président (0475-21.17.78).

Pour ceux qui ne seraient pas libres à cette date (comme le président et la secrétaire qui n'ont pas encore repris leurs quartiers d'hiver à Fosses), d'autres manifestations auront bientôt lieu, dont nous reparlerons la semaine prochaine.

La secrétaire : Roberte Wilmot

A Senior Amitié

Ce groupement du 3e Age propose à ses membres une série d'activités pour les prochaines semaines

- Le mardi 3 septembre : découverte de Namur, ville d'art : visite guidée et expliquée de la cathédrale St-Aubain (tour romane, flèche du XVlle, stalles, lutrins, tableaux, statues et stucs), puis le Trésor et le Musée diocésain (reliquaires, autels portatifs, statues rares, calices, ostensoirs, et enfin le Trésor d'Hugo d'Oignies, cet artiste du Xllle siècle, orfèvre de renom, caractérisé par la finesse de ses couvres (nous avons de lui la petite porte qui ferme la fenêtre du buste de saint Feuillen). Pour cette journée de découverte artistique, déplacement en voitures personnelles ; rassemblement place l'Ilon à 13 h 45. Participation : 180 F (220 F pour les non-membres de Senior Amitié).

- Le dimanche 9 septembre : la grande procession de Tournai, cette ville deux fois millénaire. Le matin

visite guidée du centre de la ville et du Musée d'Art (avec les peintures de Bruegel, Rubens, Jordaens et des modernes : Manet, Van Gogh, etc.). A 15 h : la grande procession, un fastueux cortège avec groupes historiques costumés encadrant reliquaires et statues. Participation : 750 F (850 F pour les non-membres), pour le déplacement en car et les entrées et visites guidées. Inscriptions pour le 26 août.

- Mercredi 19 septembre : pour les membres : après-midi de ressourcement religieux avec l'abbé Caussin, aumônier du mouvement, dans un coin verdoyant des Ardennes. Inscriptions pour le 26 août.

- Jeudi 27 septembre : une grande sortie luxembourgeoise en car ; arrêt à Arlon, puis visite de la brasserie Bofferding (avec dégustation) et dîner. Après-midi : visite de la taillerie luxembourgeoise de pierres précieuses (petit cadeau à chacun) ; un tour de ville à Luxembourg, puis halte au centre commercial de Belle Etoile (souper). Retour vers 21 h 30. Participation : 1.600 F (car, visites, repas de midi). Inscriptions pour le 15/9.

Pour toutes ces activités, on peut s'inscrire chez Mme Mazuin, présidente (071-71.23.80) ou chez Pol Deblaton (071-71.10.10) qui vous donneront aussi tous les renseignements complémentaires.

- Chorale Saint-Martin : les répétitions de la chorale de Senior Amitié, dirigée par Jean Boccart, reprendront chaque mercredi à 14 h à partir du 5 septembre, dans la salle rénovée de Saint-Martin.

Journée du Patrimoine

Les Journées du Patrimoine 2001 se dérouleront les 8, 9 et 10 septembre sur le thème : « Au fil des idées », selon l'organisation de la Région Wallonne. Un riche catalogue, abondamment illustré et présentant toutes les visites possible en Wallonie peut être obtenu gratuitement au Syndicat d'Initiative.

A Fosses, le S.I. et le Centre culturel ont prévu pour le dimanche 9 septembre une sorte de rallye à travers l'entité : visite de sites avec 3 questions à chaque endroit. De beaux prix récompenseront les gagnants.

Le départ se fera au Lac de Bambois avec une « îdée Poésie » : les participants y recevront un ticket pour visiter le « Jardin de la Poésie » et un plan du circuit.

2e étape : Sart-Eustache : une « Idée sociale » : le château des anciens maîtres de forges.

3e étape : Le Roux, avec une « Idée Mémoire » : le cimetière militaire français de Belle-Motte où reposent des milliers de victimes des combats de la Sambre d'août 1914 et le Monument aux Zouaves français, aux Quatre-Chemins.

4e étape : une « Idée Mythe » à la chapelle de Sainte-Brigide, sur le thème de cette sainte irlandaise et des mythes celtiques.

5e étape : la place du Chapitre dans une « Idée archéologie » : ce qu'était le chapitre des chanoines et les monuments de la place.

6e étape : « Idée Religion » : avec la collégiale St-Feuillen et ses trésors.

7e étape: enfin une « Idée Pouvoir » visite de l'Hôtel de Ville et explications de l'Administration communale.

Sur chaque site, des guides procureront toute la documentation et les explications. A la rentrée, place du Marché, des animations musicales sont prévues en attendant la remise des prix qui se fera vers 18 heures.

Voilà une belle occasion de découvrir bien des aspects peu ou pas connus de notre entité.

Aisemont

Festivités 2001

Le dévoué comité des fêtes a mis au point le programme que voici

Vendredi 31 août

17.00 Lutte de balle pelote féminine, devant la salle

19.301nscriptions pour le concours de belote à la salle St-Joseph (600 F par joueur et boissons gratuites). Concours à 20 h.

Samedi 1er septembre

7.00 Brocante libre avec emplacements gratuits

10.00 Pêche miraculeuse et ouverture du bodéga, devant la salle.

14.00 Inscriptions pour la course de caddie et 1 er départ de la course à14h30.

16.00 Ouverture des loges foraines.

21.00 BAL de la Jeunesse en la salle St-Joseph (PAF 99 F). Sécurité assurée.

Dimanche 2 septembre

9.00 Sortie musicale des chefs de jeunesse et inscriptions pour le parcours VTT (50 F avec 1 collation gratuite).

10.30 Jeux enfantins et château gonflable devant la salle. Ouverture du bodéga.

11.30 Apéritif musical, à la salle, offert par les chefs de jeunesse.

12.30 Dîner de la fête avec animation assurée (réservation R. Denis, 0478-25.61.34).

14.00 Jeu de Sumo, devant la salle.

16.00 Inscription pour le jeu « Une Famille en Or » (4 personnes par famille)

16.30 Concours: Une Famille en Or.

21.00 BAL Oberbayern. Entrée gratuite. Sécurite assurée.

Lundi 3 septembre

9.00 Messe de jeunesse et sortie des Gais Lurons.

10.00 Concours de pétanque et lutte de balle pelote, devant la salle.

17.00 Tirage de la tombola à la salle Saint-Joseph.

20.30 Rentrée probable des Gais Lurons.

21.00 Bal avec orchestre musette -Entrée gratuite.

Mardi 4 septembre

9.00 Sortie de la Limotche.

10.00 Luttes de balle pelote dans les différents quartiers.

20.30 Rentrée probable et vêlage de la Limotche, devant la salle.

21.00 KARAOKE avec entrée gratuite. Sécurité assurée.

Mercredi 5 septembre

19.00 BARBECUE géant (réservation R. Denis au 0478-25.61.34). Et enterrement de la fête.

A Bambois Sport

Comment s'affilier? En téléphonant au secrétaire, Roger Viroux (tél. 07171.13.13), ou au vice-président Willy Defoin (071-71.11.41), ou au responsable des joueurs Philippe Cattin (071-71.25.59).

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Mes chers amis et autres lecteurs de cette rubrique farfelue, je ne vous ai pas abandonné, non, je ne suis pas non plus parti en vacances, loin de là. Je suis seulement dans l'impossibilité de vous livrer mes élucubrations cette semaine, mon chef m'ayant confié une mission d'une importance capitale, une mission qui requiert toute mon énergie. Je me demande même où je vais aller la chercher, tant le travail est ardu et même dangereux et les indices sont rares, vous voyez où je veux en venir. Bref, je ne vous en dis pas davantage de crainte de faire capoter mon enquête. Si j'en reviens, je vous conterai tout cela en détail une prochaine fois. A bientôt, j'espère.

Keskidi

Pensée de la semaine

II vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.

Un lecteur nous demande de reproduite ce petit fait divers assez particulier !

Histoire véridique

Ce n'est pas une histoire à la noix, comme ce plaisantin... et là je suis gentil, comme ce « comique » que Keskidi peut en raconter. L'incident s'est passé en octobre 1995. Transcription d'une communication radio entre un bateau de la US Navy et les autorités canadiennes, au large de Newfoundland.

- Américains : veuillez vous dérouter de 15 degrés nord pour éviter une collision. A vous.

- Canadiens : veuillez plutôt vous dérouter de 15 degrés sud pour éviter une collision. A vous.

- Américains :Ici le capitaine du navire des Forces navales américaines, je répète, veuillez modifier votre course. A vous.

- Canadiens : non, veuillez dérouter je vous prie. A vous.

- Américains : Ici, c'est le porte-avion USS Lincoln, le second navire en importance de la flotte navale des USA ; nous sommes accompagnés par 3 destroyers, 3 croiseurs et un nombre important de navires d'escorte. Je vous demande de dévier votre route de 15 degrés Nord, ou des mesures contraires vont être prises pour assurer la sécurité de nos navires. A vous.

-Canadiens : ici, c'est un phare. A vous.

- Américains: Silence...

Un devoir de mémoire sans une ride

Des pages émouvantes de l'histoire ont été évoquées et commémorées dimanche dernier à Roselies, Le Roux et à la Belle-Motte. Quatre-vingt-sept ans après, on n'a pas oublié !

Les 20, 21 et 22 août 1914, le passage de la Sambre à Roselies et à Auvelais avait valu d'abord aux riverains de cette rivière de vivre des heures angoissantes et tragiques. Ensuite, Arsimont connaîtra les affrontements des combats et à Tamines avec le massacre, le 22 août, de quelque 384 civils. Enfin, Aiseau, Falisolle et Le Roux vivront des journées tout aussi sanglantes avec l'appel à la retraite des régiments français confrontés à un ennemi trois fois supérieur en nombre et en matériel.

Samedi et dimanche derniers, avec Mme Jules Ernest, présidente d'honneur ; Daniel Tilmant, Michel Bierlaire, Pierre Godenne et Gérard Parent, les promoteurs du Souvenir, les populations se sont recueillies en présence de nombreuses personnalités.

A Roselies

Samedi, dès 17 h, Marcel Dargent, bourgmestre d'Aiseau-Presles, accueillait à Roselies les représentants de Fosses-la-Ville conduits par Michel Charles, bourgmestre ff et Daniel Tilmant, président du comité du souvenir, les délégations françaises, Mme Brigitte Briere, adjointe au maire de Rouen, les familles Jean Ouin et Remi Brière dont le père et le grand-père participèrent aux combats de Roselies au sein du 74e R.I., les groupements patriotiques avec drapeaux des deux entités. Après la messe du Souvenir, présidé par l'abbé Cerato et rehaussée de la Philharmonique Sainte-Marie d'Oignies, les participants fleurirent les différents monuments de Roselies. Dans la cour de l'école, devant la plaque dédiée au 74e R.I., M. Jean Ouin rappela les événements vécus dans l'horreur par son père. C'est dans les locaux de l'Etat-Major de la Garde que le vin d'honneur sera offert par l'administration communale.

Dimanche, cérémonies officielles

Cette journée du Souvenir était marqué par la présence de très nombreuses personnalités. Outre les personnalités déjà citées la veille à Roselies, on y notait les présences des échevins Laurence Titeux et Benoît Buchet, les conseillers communaux Jacqmain et Mullier, les colonels Chabot de l'E.-M. Inter-Forces, BEM Cecat lg, représentant le ministre Flahaut, Doumont, cdt e.r. de l'E.-M. de la province ; le colonel Marc Courtat, attaché de Défense à l'ambassade de France et de Mme Petit, secrétaire : le Lt-Col Lidy, officier adjoint du CEC de Givet ; Delatte, maire-adjoint de Givet ; Oudinet, président du Souvenir français de Givet ; Tournay et Leval, anciens zouaves ; Herman Plotte, historien allemand ; René Richard, président de l'Association Bretagne 14-18 ; le mouvement dynastique de Mettet ; les groupements d'A.C. de Fosses, Aiseau, Namur, Charleroi et du canton de Givet avec leurs drapeaux ; la police fédérale de Fosses.

Les honneurs militaires étaient rendus par un piquet d'honneur en armes du 43e R.I. et un peloton en armes du 3e Génie de Jambes tandis que l'ensemble instrumental des Cheminots hennuyers de Charleroi et le Corps des trompettes de la Force Aérienne prêtaient leurs concours musicaux sous les commandements du protocole du Cdt Dumont et des adjudants Populaire et Papart.

A Le Roux

Après un office religieux en l'église SainteGertrude, présidée par les abbés Lambiotte et Genard, les personnalités se sont retrouvées au Monument aux Morts dans le cimetière communal. Daniel Tilmant, évoquant la tragédie de notre région en août 1914, marqua son discours sur cette première cérémonie du siècle qui ne doit pas ouvrir la page de l'oubli ; au contraire, dira-t-il « on clôt un siècle et il faut que la mémoire de ce siècle ne s'efface pas et serve de leçon. C'est un acte de foi dont il ne faut pas qu'il soit une utopie ». Pour terminer son intervention, il lança un appel à la jeunesse du village« afin qu'elle apporte son sang neuf dans les rangs en vue de poursuivre l'important travail historique et maintenir vive cette flamme du Souvenir ». L'échevin Buchet se dit honoré d'être pour la première fois présent à Le Roux et de saluer le courage et la bravoure de milliers de soldats morts pour la liberté il y a 87 ans. La bénédiction des tombes des anciens combattants et prisonniers, le dépôt de gerbes au monument 14-18 par la ville et Tristan Ouin (10 ans) un jeune normand, ainsi qu'à la Croix du Prisonnier 40-45 clôtura ce premier hommage de la population rovelienne.

Au square des Zouaves

Après un vin d'honneur offert par la ville de Fosses-la-Ville, le cortège militaire s'est rendu au square des Zouaves où des fleurs ont été déposées par la ville, le Souvenir français de Givet et le colonel Lidy, adjoint au chef de Corps du CEC de Givet, ancienne garnison du 9e Régiment des Zouaves et à qui a été conféré la garde de l'étendard et des traditions zouaves. Dans un message transmis au comité, le colonel Lombard, chef de Corps du CEC rappelait que si son unité

, faute d'effectif, ne représentait pas les troues françaises pour ce 87e anniversaire, l'honneur des Zouaves était interdit de ne pas être présent à Le Roux. C'est la raison pour laquelle son officier-adjoint était délégué.

La Belle-Motte

Comme chaque année, la Belle-Motte et sa Nécropole seront le point culminant de deux journées du Souvenir. Les délégations de Sambreville rejoignent celles de Le Roux et d'Aiseau : Mme Honhon, consul de France à Namur, le colonel Marchand, délégué général du Souvenir français en Belgique ;

Mlle Cohn, secrétaire des amicales d'Anciens Zouaves ; le baron de Dorlodot, président d'honneur des A.C. et groupements patriotiques. Après la mise en place des troupes et des musiques, personnalités belges et françaises accueillent l'arrivée de M. Amand Dalem, gouverneur de la province.

La cérémonie de Belle-Motte reste et restera toujours un moment d'intense émotion avec la participation et la présence d'une nombreuse jeunesse qui marque chaque année de son passage ce haut lieu du Souvenir. Présentée cette année par Christelle Debrulle, les pèlerins de la Belle-Motte vont frissonner pendant 45 minutes tant les textes et les discours sont proches de la réalité d'août 1914. Le jeune Tristan demande à sa grand-mère pourquoi, de Normandie, l'avoir emmené en vacances à cet endroit, dans un cimetière, là où il ne connaît aucun de ces soldats. Et sa mamy de lui répondre avec des mots justes et mesurés. Trois discours celui du bourgmestre d'Aiseau qui plaide pour une Europe de paix, Mme Brière rappellera le souvenir du 74 R.I. de Rouen, présent sur la Sambre en août 1914 et Céline Godenne, au nom des jeunes, conçoit mal !, qu'en cet endroit des jeunes de son âge aient trouvé la mort ici pour un idéal de paix. Plusieurs dépôts de gerbes à l'Ogive et aux deux Ossuaires, mais le plus remarqué sera celui du club des Jeunes de Le Roux avec à t sa tête son président Yannick Delzant qui, ensemble, déposent une couronne à l'urne de Verdun. Au-delà, le déroulement de la manifestation a été traditionnel : lever des couleurs, défilé militaire, sonneries au drapeau, Marseillaise, Brabançonne et le « Souvenez-vous » de Pierre Bachelet prolongèrent le cérémonial. A l'issue de la cérémonie, Daniel Tilmant devait se voir remettre de diplôme d'Honneur et la médaille de bronze du Souvenir français par le colonel Pierre Marchand pour 25 années de dévouement à ce culte de la Belle-Motte.

Avant de s'effacer, les personnalités ont signé le Livre d'Or gravant leur leur nom dans le livre des gardiens de la Belle-Motte.