N° 28  13 juillet 2001

Etat civil

MOIS DE JUIN 2001

Naissances

Le 3 à Sambreville : Antoine Pezzotta, fils de Fabian et de Stéphanie Brosteaux,

rue du Fays, Aisemont.

Le 4 à Sambreville : Hugo Colosso, fils de Bruno et de Corinne Boccacci,

rue Grande 6, Le Roux.

Le 5 à Sambreville : Audrey Duchêne, fille de Stéphane et de Valia Wastiaux,

rue de la Citadelle, Fosses.

Le 6 à Sambreville : Jimmy Govaerts, fils d'Isabelle,

camping du Val Tréko, Vitrival.

Le 7 à Marche : Jonas Weiss, fils de Bruno et de Stéphanie Dattiches,

rue Thée-Dinant 5, Fosses.

Le 10 à Sambreville : Michel Britanie, fils de Stéphane et de Sylvie Meulemans,

place Chapelle-Saint-Roch 8, Fosses.

Le 14 à Charleroi : Hugo Concas, fils de Jean-Luc et de Michelle Jacqmain,

rue Chapelle de la Paix 5, Fosses.

Le 15 à Charleroi : Lolita Debuisson, fille de Frédéric et de Katty Houzé,

rue du Chapitre 2c, Fosses.

Le 16 à Montigny-le-Tilleul : Jordane Casu, fille de Carole,

rue Lotria 6b, Le Roux.

Le 20 à Namur : Benjamin Cousin, fils de Bernard et de Napierala Monika,

rue de la Plage 17, Fosses.

Le 22 à Sambreville : Coline Vaes, fille de Fabrice et de Patricia Collin,

rue de Névremont 10, Fosses.

Le 25 à Sambreville : Arthur Antoine, fils de David et de France Godfroid,

rue des Bergeries 20c, Fosses.

Le 29 à Namur: Rémy Jeandrain, fils de Yves et de Virginie De Smedt,

route de Tamines 76, Fosses.

Publications de mariages

Frédéric Mathieu, 26 ans, et Marjorie Deflorenne, 22 ans,

tous deux rue du Fays 21 à Aisemont (mariage le 28 juillet)..

Dominique Lavin, 24 ans, place de la Gare 8 et Christèle Henry, 22 ans,

avenue Albert ter 110, Fosses (mariage le 11 août).

Louis-Philippe Verkemping, 24 ans et Isabelle Adelment, 28 ans,

tous deux rue Jules Demeuse 19 à Sart-Saint-Laurent (mariage le 25 août).

Jean-François Decossaux, 27 ans et Delphine Bourgeois, 25 ans,

rue d'Une Personne 5, Fosses (mariage le 7 juillet)..

Dominique Callaert, 24 ans et Carine Binamé, 26 ans,

tous deux rue d'Orbey 4, Fosses (mariage le 30 juin).

Grégory Mouthuy, 21 ans et AnneCatherine Blaimont, 23 ans,

tous deux rue M. Warnier 12 à Sart-SaintLaurent (mariage le 18 août).

Mariages

Le 2 juin : Eric Baudoux, 39 ans et Marie Remacle, 42 ans, rue J. Demeuse 2, Sart-Saint-Laurent.

Le 14 : Gérald Denis, 28 ans et Vanessa Goffaux, 23 ans, tous deux rue du Baty 4 à Bambois.

Le 30 : Callaert Dominique, 24 ans et Carine Binamé, 26 ans, tous deux rue d'Orbey 4 à Fosses.

Décès

Le 4 au Home Dejaifve : Jeanne Dedobbeleer,

célibataire, née le 17 mars 1930.

Le 6 au Home Dejaifve : Marie-Louise Bollaerts,

veuve de René Hennuy, en secondes noces de Elie Durieux, née le 15 juin 1934, de Walcourt.

Le 6 au Home Dejaifve : Rosa Debruxelles,

veuve de Valère Collinet, née le 25 avril 1920.

Le 7 au Home Dejaifve : Mariette Masuy,

veuve de René Robert, née le 6 mai 1916, de Mettet.

Le 12 au Home Dejaifve : Renée Jeunehomme,

veuve de Arthur Mélard, née le 27 mars 1917, de Sambreville.

Le 13 à Fosses : Alexandre Hayne, époux de Jenny Hoc,

né le 21 octobre 1920, route de Tamines 231, Aisemont.

Le 14 à Vitrival : Guy Benonit, divorcé de Josette Gosset,

né le 7-121933, rue St-Pierre 8, à Vitrival.

Le 15 au Home Dejaifve : Paul Hubert, veuf de Germaine Antoine,

né le 30 mars 1918, de Namur.

Le 15 : Madeleine Regnier, épouse de Philippe Brosteaux,

née le 7 mars 1949, rue du Grand-Etang 30.

Le 21 : Humbert Boccart, divorcé de Fanny Gée, époux de Marie-Louise Liénard,

né le 2 mai 1922, rue de Walcourt 43 à Le Roux.

Le 28 avril à Huy : Francis Simon, divorcé de Bernadette Jardon,

né le 20 avril 1952, rue Lieutenant Cotelle 32 à Le Roux.

22 juin à Charleroi : Bernard Mul?er, divorcé de Liliane Godfroid,

né le 9 octobre 1955, domicilié à SartSaint-Laurent.

Le 28 juin au Home Dejaifve : Louis Doneux, veuf de Marcelle Mouthuy,

né le 24 décembre 1931, d'AiseauPresles.

Le 29 juin au Home Dejaifve : Rosa Deprez, veuve de André Laret,

née le 17 octobre 1908, de Sambreville.

Ceinture : deux crans !

A ce Conseil, le seul point qui ait fait discussion fut la modification budgétaire : le sale coup des 60 millions que la commune doit trouver pour sa part du gouffre (800 millions) du déficit de l'Intercommunale de Santé, ce qui nécessite un réajustement du budget 2001 : D’une part un emprunt de ce montant ; d'autre part une réduction des dépenses pour assumer la charge de cet emprunt. Il faut donc se serrer la ceinture. « Quand on a 100 F, on ne sait pas en dépenses 150 » dit l'échevin Meuter. L'échevine des Finances L. Titeux avait expliqué ces modifications, que justifie en plus la réforme des polices qui coûte déjà 1 million.

Mais dans les dépenses facultatives supprimées, il y ale subside annuel (300.000 F) à l'IDEF et R. Brachotte, se devait de défendre son camarade directeur (Ch. Lalière, revenu là à temps plein, après la perte de sa fonction à l'AISBS) ; il énumère une liste de travaux réalisés à Fosses par l'IDEF, souligne que les Fossois perdront la réduction sur les entrées au lac de Bambois et sous-entend là (comme C. Lalière à Canal C) une sorte de vengeance.

Le mayeur B. Spineux réagit : l'IDEF nous envoie un listing des dépenses pour justifier la demande de subsides (qui n'est que facultative) mais jamais de compte réel avec recettes compensatoires. Jamais il n'a été mis au courant de cette liste de travaux. Surprise et consternation du côté PS : il y a manifestement un manque de clarté.

D'autre part, l'IDEF n'est pas seul à perdre dans cette modification budgétaire

en tout il y a 3.196.100 F de dépenses supprimées, dont 150.000 pour les pompiers, 400.000 F pour utilisation d'agents ALE à la voirie, 160.000 F à la bibliothèque, 40.000 pour des organismes de loisirs. Le CPAS sera aussi dans le collimateur avec le retour immédiat du boni de l'an passé.

Et à l'extraordinaire, on renonce à une série d'autres dépenses : 1.500.000 F pour le matériel informatique, 2.100.000 F pour des travaux au S. I. et 100.000 F pour les petites maisons vides rue Al Val. ; 2 millions pour une ambulance reportée à plus tard ainsi que 2,5 millions de travaux de voirie.

Ceinture, ceinture, mais une consolation pas d'impôts nouveaux !

Conseil communal

Avant de se mettre en vacances, le Conseil s'est réuni le mardi 3 juillet avec un ordre du jour de 18 points. L'échevin Buchet était excusé.

On admet d'abord les PV des réunions des 2 et 28 mai, puis on passe à des dossiers financiers.

FINANCES

- Situation de caisse : elle présente un avoir de 19.344.688 F au 31 janvier ; 22.005.481 F au 28 février ; 23 millions 674.303 F au 31 mars et 14 millions 554.759 F au 30 avril.

- Modifications budgétaires : le budget 2001 doit déjà être adapté aux circonstances récentes. : au service de Police, une augmentation des dépenses de 1.954.523 F ; Dans divers services ordinaires (59 millions pour l'assainissement de l'Hôpital d'Auvelais et divers. Tout cela peut être revu et corrigé.

- Des bons de commande sont admis pour un montant de 865.286 F concernant des achats de chaises et tables pour la salle du Conseil, du mobilier de bureau (tables, armoires, classeurs) ; un fax pour les écoles et du matériel pour les pompiers.

- Enfin, le compte 2000 de la Fabrique d'église St-Feuillen avec un excédent de 338.910 F.

PATRIMOINE

- Le Conseil approuve le cahier des charges pour la relocation de la chasse sur des terrains communaux à Fosses, Aisemont, Le Roux et Vitrival. Les conditions sont actualisées et harmonisées entre communes par la division Nature et Forêts du Ministère de l'Environnement.

- Un avenant est encore nécessaire au projet de construction de la nouvelle école d'Aisemont : un supplément de 28.700 F pour le poste électricité.

- Un règlement de police à l'usage des bulles à collecter le verre usagé est aussi approuvé

- La nouvelle CCAT (Commission consultative d'Aménagement du Territoire) sera composée de 9 membres effectifs : Francis Borgniet, Le Roux ,; Germaine Calande, Névremont ; Etienne Duytschaever, Vitrival ; Giele Freddy, Aisemont ; Palate Patrick, Sart-Saint-Laurent ; Piraux Jean-Marie, Bambois ; Tahir Raymond, Sart-SaintLaurent ; Smoos André, Fosses ; Wauthy Philippe, Sart-Eustache. Et 9 suppléants : Ancion Gilberte, Sart-Saint-Laurent ; Biot Jean-C., Fosses ; Duytschaever Agnès, Vitrival ; Drèze Marie, Fosses ; Lejeune Patrick, Vitrival ; Maudoux Claude, Le Roux ; Michaux Joseph, Sart-Saint-Laurent ; Moray Maurice, Fosses; Vermaut Gabriel, Fosses.

- L'adjudication pour le placement de nouveaux châssis aux écoles de Vitrival a désigné la firme Durant-Surin, de Mazy, pour un montant de 784.080 F.

- Et l'échevin B. Buchet a été désigné

pour représenter la Commune aux assemblées générales de la Société Immobilière « La Propriété du Namurois » jusqu'en 2006.

DIVERS

- A l'Intercommunale des Eaux de la Molignée, Françoise Sarto-Piette et Benoît Buchet sont désignés au Conseil d'administration ; René Brachotte comme commissaire aux comptes et Philippe Moreau au comité de surveillance (en plus, Philippe Mullier et Jules Lallemand avaient été désignés aux assemblées générales).

- Au Conseil de participation de l'Enseignement communal, sont désignés comme effectifs : Laurence Titeux, échevine ; Philippe Mullier et Etienne Drèze (UD) ; Paulette Daffe-Jacqmain et Nicole Lalière-Mottard (PS) ; Françoyse Périquet-Rochet (PRL) ; Viviane Mancini, directrice des écoles et JeanLuc Ruffo comme secrétaire. - Suppléants : Françoise Sart-Piette Bernadette Defoin-Robiaye et Alex Borbouse (UD) ; Willy Piret et Jean-Marie Denis (PS) ; Philippe Moreau (PRL). Ce Conseil de participation comporte aussi 6 membres du personnel enseignant (Anne-France Ernoux, Myriam Marmignon, Christine Debrule, Françoise Romain et Isabelle Tahir (suppl. : Edite Want, Bénédicte Dewez, Fabienne Nulens, Françoise Biernaux, Valérie Etienne, Danielle Leclercq). ; 1 employé d'administration, 6 représentants des parents (Geneviève Cordier, Claudine Wilmart, Eric Denis, Stéphane Binamé, Myriam Douteur, Isabelle Granbas) ; et 6 de l'Environnement (Christine Janssens, Arlette Dardenne, André Decamp, Robert Meuter, Jules Lallemand, J.-Michel Borgniet).

- Enfin, le Conseil a approuvé des arrêtés de police pris en urgence par le bourgmestre pour un rassemblement des conseils communaux des enfants à Bambois (24-25 juin) les Olympiades du Rire à Bambois (23 juin), la brocante du 23 juin ; pose de câbles rue d'UnePersonne, la Marche Saint-Pierre à Vitrival, une course cycliste.

A HUIS CLOS

- Le Conseil ratifie des désignations d'intérimaires pour divers congés de maladie du personnel enseignant ; la désignation de Jean-Luc Benoît pour remplacer le secrétaire communal en incapacité de travail.

- Désignation officielle des membres de la CCAT.

- Et au Service Incendie, l'engagement à titre effectif de Philippe Crabbe, rue de Rome ; Jean-Luc Callaert, rue des Remparts ; Christophe Lamy, rue des Zolos ; Olivier Dufrasne, rue de Claminforge ; tous pour cinq ans renouvelables avec formation complémentaire. Et aussi le renouvellement d'enga-

gement pour Michel Bastin, rue des Échevins, qui a suivi des cours de formation et réussi les épreuves.

GARDE

Pharmaciens de garde

Jeudi 12 : Trigaux, Mettet

Vendredi 13 : Boxus

Samedi 14 : Liénard, Mettet

Dimanche 15 : Liénard, Mettet

Lundi 16 : Chapaux, Biesme

Mardi 17 : Lahaut, Ermeton

Mercredi 18 : Dubois, Le Roux

Jeudi 19 : Dubisy

Vendredi 20 : Lahaut, Ermeton

Samedi 21 : Lahaut, Ermeton

Dimanche 22 : Lahaut, Ermeton

Lundi 23 : Liénard, Mettet

Mardi 24 : Mahia, Ermeton

Mercredi 25 : Mainil

Jeudi 26 : Maquille, St-Gérard

Vendredi 27 : Nysten, Bioul

Samedi 28 : Mahia, Ermeton

Dimanche 29 : Mahia, Ermeton

Lundi 30 : Trigaux, Mettet

Mardi 31 : Boxus

Mercredi 1er août : Chapaux, Biesme

Jeudi 2 : Dubisy

Service médical

Le service de garde sera assuré

les samedi 15 et dimanche 16, par le

Dr WILLEM, tél. 71.31.24

les samedi 21 et dimanche 22, par le

Dr SEPULCHRE, tél. 71.39.49

les samedi 28 et dimanche 29, par le

Dr CHARLES, tél. 71.23.98

Congé

Comme chaque année, Le Messager ne paraîtra pas les deux prochaines semaines. Le prochain numéro sera daté du vendredi 3 août.

Fost-Plus

Le mercredi 25 juillet aura lieu le prochain ramassage des papiers et cartons pour toutes les sections de l'entité.

Le ramassage des emballages PMC (sacs bleus) se fera le mardi 24 pour Fosses, Bambois et Sart-St-Laurent et le jeudi 26 juillet pour les autres sections.

Le Petit Chapitre

Le Musée de la poupée folklorique, place du Chapitre sera ouvert tous les jours de juillet et août, de 14 heures à 18 heures.

Accident

Le dimanche 7, vers 20 h 30, un accrochage s'est produit entre deux voitures, au carrefour (le la route de Mettet et de la RN 98, rue Bois-des-Mazuis. II n'y a pas eu de blessé et les automobilistes concernés se sont arrangés à l'amiable.

Avis

Pendant les mois de juillet et août, la permanence du bourgmestre organisée le jeudi est supprimée. Celle du samedi est maintenue.

B. Spineux

Pèlerinage à Tongres

Le pèlerinage annuel à Tongres est prévu pour le 31 juillet, avec visite des aquariums à Liège. Prix : environ 600 F (suivant nombre).

Inscriptions chez

Chr. François, rue de l'Ecole Moyenne, tél. 071-71.10.65

ou chez Christine Gravy, à Saint-Roch.

Et le marquage ?

On constate que le marquage de la traversée de Fosses n'a pas encore été effectué, malgré les nombreux rappels du bourgmestre. Celui-ci nous demande de publier cette fois une lettre adressée à la S.A. Morphée par le Ministère de l'Equipement et des Transports.

« Je constate que les marquages thermoplastiques n'ont pas été réalisés au mois de juin comme annoncé par votre sous-traitant dans sa lettre du 23-5-2001. Je vous informe que ceux-ci devront être réalisés avant le 15 août 2001, étant donné qu'à partir de cette date la N922 dans la traversée de Fosses sera utilisée comme itinéraire de déviation, ce qui augmentera considérablement le trafic sur cette voirie et rendra le travail de marquage beaucoup plus difficile. »

En effet, cette déviation sera effective dès le 16 août et durant 55 jours ouvrables, en raison de travaux à Pontaury par le service technique provincial de Philippeville.

Les véhicules venant de la direction de Sambreville par la R98 devront la quitter après le viaduc de Fosses et rallier Mettet par la route de Fosses vers Saint-Gérard (Quatre-Bras).

Enlèvement de déchets

Depuis plusieurs années, le service communal de l'environnement acceptait d'enlever gratuitement des déchets triés. Directement au domicile de personnes ne disposant pas d'un moyen de déplacement automobile (fait attesté par une déclaration sur l'honneur).

Ce travail d'enlèvement était effectué grâce à l'assistance de personnes inscrites à l'Agence Locale pour l'Emploi (ALE) et prestant pour le service environnement communal.

Une récente inspection d'une responsable des ALE au niveau fédéral a mis fin à cette possibilité : La commune ne peut plus utiliser des agents ALE pour son service environnement et ceci dès le 1er juillet 2001.

II en résulte que nous ne pourrons plus assurer ce service comme auparavant. II vous sera donc nécessaire de trouver d'autres solutions comme l'arrangement avec un voisin pour profiter de son déplacement au parc à conteneurs, la mise de vos déchets dans des sacs payants, voire pour de plus grandes quantités, la location d'un conteneur par contrat privé.

Toutefois, afin de ne pas trop pénaliser certains d'entre vous, nous assurerons à partir de juillet un service minimal une seule fois par mois (le dernier vendredi de chaque mois). Ce service concernera uniquement des déchets triés non collectés par l'Intercommunale (c'est-à-dire des déchets verts et des déchets inertes en quantité limitée, des déchets de bois, des métaux, des déchets spéciaux). Les déchets triés faisant l'objet de collectes gratuites à domicile par l'Intercommunale, à savoir : les encombrants une fois par trimestre, les déchets de papiers et cartons une fois par mois et les déchets PMC (sacs bleus) deux fois par mois ne seront plus collectés par le service communal de l'environnement.

Pour bénéficier du passage du camion le dernier vendredi du mois, vous devez impérativement téléphoner au 071-71.02.11 entre 8 et 12 h ou entre 13 et 16 h (au plus tard la veille), en mentionnant clairement vos nom et adresse ainsi que le type de déchets à collecter et la quantité approximative, en volume.

Malgré cette réduction obligée de nos prestations, nous ferons le maximum pour être attentifs à vos demandes, respectant les directives précisées ci-avant.

J. LALLEMAND, responsable du Service Environnement

Bourgmestre honoraire

Par lettre du 9 juillet, M. Lucien Boigelot vient d'être informé par M. le Gouverneur Amand Dalem de l'octroi du titre honorifique de ses fonctions de bourgmestre honoraire de la ville de Fosses-la-Ville par S.M. le Roi Albert II, arrêté royal du 21 juin 2001.

Cela, suite à l'avis favorable du Conseil communal du 19 mars;

- à l'avis exprimé le 3 avril par Madame le Procureur général près de la Cour d'Appel de Liège ;

- à l'avis favorable du 12 avril de M. le Gouverneur de la province de Namur, considérant que la conduite de M. Boigelot a été irréprochable ;

- sur proposition du ministre de l'Intérieur, S.M. le Roi Albert II a octroyé le titre honorifique de ses fonctions le bourgmestre de la ville de Fosses-la-Ville.

Le ministre de l'Intérieur A. Duquesne a été chargé de l'exécution du présent arrêté.

Irlande : un merveilleux voyage

Ils étaient donc 31 à s'embarquer

Lundi, matin à Gosselies, dans un Boeing 37 de Ryanair à destination de l'Irlande. A Dublin, une guide française, professeur de français et d'histoire irlandaise dans une université de la capitale les attendait, avec un car à bord duquel ils purent faire un large tour de Dublin, avec déjà une foule de renseignements sur les bâtiments (Parlement, Banque Nationale, musées, belles maisons géorgiennes, églises, parcs et monuments de cette jolie ville, mise en valeur par un radieux soleil. Après le lunch et deux heures de découverte libre, ce fut Trinity College, l'université fondée en 1592 avec sa fantastique bibliothèque (200.000 livres anciens dans une salle de 64 m de long) et surtout le fameux Book of Kells, évangéliaire du 9e siècle.

Mardi, sous un ciel couvert, le car traversait Phoenix Park (700 ha, le plus grand d'Europe) et gagnait Kildare où l'on découvrit la cathédrale Sainte-Brigide (maintenant église anglicane) avec sa massive tour carrée et, à côté, une tour ronde de 30 m, typique d'Irlande, de vieux murs de l'ancienne abbaye du Ve s. et sa boutique de souvenirs, dont les croix de jonc tressé. Puis ce fut la visite d'une distillerie de whiskey de 1757 et un peu plus tard le merveilleux site de l'abbaye de Clonmacnoise, fondée en 537, incendiée douze fois : vidéo, exposition, puis visite guidée du site : assez déconcertant. La petite cathédrale de Clonfert, au tympan roman remarquable, vit la remise du triskell de la Confrérie à notre ami Victor. Et arrivée à Galway, charmante cité universitaire, avec sa cathédrale St- Nicolas, ses petites rues piétonnes bourrées de boutiques et de pubs.

Mercredi fut consacré au Connemara : d'abord le Lough Corrib, lieu de naissance de saint Feuillen, puis cette découverte d'une région aux maigres pâturages enclos de murets de pierres non cimentées (les « murets de la famine » nous explique la guide) : déportés des fertiles régions de l'Est, sans travail, brimés comme des esclaves par les Anglais, ces malheureux étaient condamnés à construire ces murets humiliants, qui ne servaient à rien, montant sur des centaines de mètres à l'assaut des collines, ne séparant que des champs de cailloux, et cela pour un bol de soupe que, vexation suprême, les Anglais agrémentaient de viande... le vendredi, forçant ces catholiques à refuser ce seul repas quotidien !). Connemara : pays de moutons (ils sont 10 millions, deux fois plus que d'habitants).

Pays de collines arides, de paysages sauvages, mais grandioses. Puis, le joli petit port de Clifden, la splendide abbaye de Kilemore, propriété de bénédictines d'Ypres, ancien château privé face à un joli petit lac, dans un cadre de verdure admirable. Et, en passant le Fjord Killary (15 km), unique en Irlande et un petit cottage au toit de chaume, où fut tourne le film « L'Homme tranquille » (John Wayne et Maureen 0'Hara). Et aussi un commentaire sur les gitans irlandais rencontrés, appelés Tinkers.

Jeudi : excursion vers le Sud. D'abord le petit port de Kinvarra avec des voiliers, le château du Dungnaire, puis le Burren : de hautes collines (700 m) de roches calcaires éclatées en longs sillons où pousse une flore unique (et protégée), avec parfois de maigres prairies où furent déportés des dizaines d'Irlandais ; un officier de Cromwell, le responsable d'un vrai génocide, disait de cette région d'enfer...

qu'elle n'a pas assez d'eau pour noyer un homme, pas un arbre pour le pendre, ni de terre pour l'enterrer ! Au sommet, perdu, un dolmen Poulnabrode.

Poursuivant vers le Sud, on vit de de nombreuses ruines de tours normandes et aussi Aillee Cave : L’entrée d'une grotte sur une colline au paysage splendide, où on aurait trouvé en 1960 le squelette d'un ours, seul spécimen en Irlande : Un mystère.

Puis les fantastiques falaises de Moher : 8 km de roches verticales surplombant la mer de 220 m. Grandiose et plein de nids d'oiseaux. La montée était coupées d'esplanades « musicales » : accordéon, harpe celtique, chants irlandais, et du sommet, on pouvait voir les îles d'Aran, célèbres pour leurs pulls de laine. Le retour se fit en longeant la côte, une route en lacets sur ce bord de mer fort découpé. Le soir, ceux qui n'allaient pas dans un pub eurent droit à un merveilleux spectacle de danses et musiques irlandaises, avec en finale un tableau mimant un miracle de sainte Brigide avec deux petites danseuses de 5 et 6 ans, incroyables de virtuosité déjà dans leurs pas de danse.

Et déjà il fallait boucler les valises !

Vendredi matin, partis vers 8 h 30, nos voyageurs retraversèrent tout le centre de l'Irlande avec ses paysages typiques : à l'Ouest, des pâturages clôturés de murets de pierre, des chemins verdoyants, puis au centre et à l'Est, des haies et des bouquets d'arbres : la « Verte Erin » ! On a noté, sur la route, la remarquable courtoisie des conducteurs le plus lent se met sur le côté, spontanément, pour laisser passer, avec un gentil sine de la main.

Traversée de quelques villes Ballisnasloe (lieu d'une foire matrimoniale), Athone, avec son château et son église à dôme devant le Shannon ; Trim et son ancienne forteresse normande (1173) ; Navau et son tertre, où aurait résidé le mythique Cuchulain et, enfin, Slane, son château fort, mais surtout son site préhistorique de New Grange (tumulus de 70 m de diamètre, à façade couverte de pierre blanche, avec un couloir de 19 m qui, au solstice d'hiver, est éclairé jusqu'au centre par le soleil levant ; un musée de documentation avec vidéo et reconstitution de ce couloir.

Mais notre groupe fut dirigé vers Knowth, autre centre de 17 tumuli (tombes couloir) qui en font le principal centre mégalithique d'Europe, occupé de 4000 à 1400 avant J.-C. et où on a trouvé de véritables trésors ; ces constructions et ces pierres gravées, expliquées par une charmante jeune guide, recelaient de véritables trésors.

Et ce fut le retour : Dublin Airport, vol au-dessus d'un lit de nuages blancs auréolés de rose du soleil couchant, parfois une trouée sur la terre anglaise puis sur la mer du Nord et enfin, le canal et la Sambre c'était Gosselies (Brussels South Airport) où nous atterrissons à 21 h 15. Tous les participants ne tarissaient pas de commentaires de grande satisfaction pour cette attachante découverte de l'Ile d'Emeraude.

 

 

 

Keskidi nous propose...

(à lire avec humour)

Vivent les vacances

Mes chers amis, et autres, cette année c'est décidé, je ne pars pas ! J'en ai marre des vacances, des voyages, de la route, de la foule, des congés payés, de la bagnole, des départs, des retours, des paysages, etc. Je reste ici, à Fosses-la-Ville, notre vieille cité en été, quel charme, quelle tranquillité ; pouvoir flaner à pied... quel pied ! pouvoir se promener, musarder, s'emmerder tranquillement, quel bonheur ; Les bistrots sont fermés, les rares restaurants assaisonnent les touristes de passage plus fort que les crudités. Il n'y a rien à faire, rien à voir, quelle joie. Je vais pouvoir travailler chez moi avec un tranquille acharnement.

Par la fenêtre, à cause du bruit, je regarderai les travaux qu'ils ne vont pas manquer de commencer dans les rues. Avez-vous déjà remarqué, quand arrive la saison des vacances, c'est le moment que choisissent les sociétés de distribution d'eau ou d'électricité pour ouvrir les trottoirs. Dès le matin, vous êtes réveillé par le marteau-pic ; et je troue par-ci et je casse par-là. Je vais pouvoir à loisir contempler les bulls, les grues, les Portugais, les Turcs, les Arabes qui ne prennent pas non plus de vacances. Chez Belgacom, c'est différent eux aussi font des trous dans les trottoirs, mais aussitôt, ils les recouvrent d'une tente ; le premier jour, on les voit qui rentrent dessous ; ensuite, pendant des semaines, plus rien, on ne les voient plus, y sont-ils en vacances 9 Et tous ces trous qui vont tarder à se refermer feront de magnifiques crottoirs, où le chien-chien à sa mèmère viendra soulager sa tripe, pas trop près du domicile.

Bref, quand j'en aurai marre, je ferai un petit tour en pantoufles, les mains dans les poches, en sifflotant. Chez moi, dans ma cuisine, car le bistrot du fond de la rue est fermé ; ils sont en vacances. Je ne vais pas m'ennuyer, ça non. D'ailleurs, je vous sens déjà en train (de 8 h 47) de me jalouser. Tant pis pour vous, vous n'avez qu'à faire comme moi, rester. II faut savoir ce que l'on veut.

Bon, je vous laisse, il faut que je boucle mes valises.

Keskidi Pensée de la semaine

Nos rivières : la Lesse, la Semois et autres, polluées, elles ne débordent pas car,

malades, elles restent au lit.

Lète à Lili Nabholz-Haidegger,

mimbe do Consèy di l' Eûrope, qu'a v'nu vôy ci qui s' passeûve dins ç' qu'on lome en Grèk li

« périphérie » di Brussèl, èt qui r'vêrè co, parèt-i.

Madame,

Tot quî qu' waîte èt qui choûte sét qui v'savoz v'nu è nosse payis èt qu' vos-ï r'vëroz binrade po sayî d' diskramyî l' èmakraladje dès lingadjes d'avaurci.

One saqwè qu'on n' vos 'nn a sûremint nin causé, c'èst do Walon, li langue do Sûd dé l' Bèljike. C'è-st-on lingadje qua stî fait à paurti do Latin èt do Jêrmanike pa nos tayons et nos tauyes èt qu'a v'nu djusqu'à nos-ôtes, maugré totes lès rûses qu'on lï a faît po stitchî l' Francès è s' place.

On-z-a pûni dès jènèrâcions d' djon.nes Walons, pace qu'is causin.n' Walon èt lès fwârcï à racuser l's-ôtes qui fyin.n' li crime di causer come leûs parints.

On-z-a todi tapé l' Walon à l'abas èt l' discauser tot lzeû d'djant qu'il èsteûve grossir èt r'waîtî lès waloncausants come dès djins sins culture qui n avin.n' fait qu'on patwès - portant, on-z-a dès romans psikolojikes è Walon ! -

Su l' min.me timps, on lzeû d'djeûve qui l' Francès èsteûve one langue supèrieûre.

On 'nn a mauy pont dné d' preûves ! On lès ratind todi èt nos 'nn aurans pont, pace qu'is n'è saurin.n' pont trover

Come li pouvwër politike si sièt do Francès dins l'Ensègnemint, l' Administrâcion et l' Djustice, lès p'titès djins l'ont crwèyu.

Ci n'èst qu'asteûre, vèyantmint qui l' Francès a pièrdu bran.mint di s'-t-importance èt qu' lès p'tits lingadjes si r'vindjemut èt moussï dins lès scoles tos costés, à l'après dès cias qui l' Francès rascouve èt qu'i saye pa tos lès moyins di spotchî, qu' nos mèsurans ç' qui nos pièrdans.

Duvint-ce qui l' Walon n'a nin s' place dins lès scoles dé l' Walonîye, come li Fries è l'Olande, pâr ègzimpe ?

C'èst pace qui lès franskiyons, ça vout dïre lès Flaminds èt lès Walons qu'ont tchwèsi l' Francès - Is provenin.n' di djins qu' causin.n' lès vraïyès langues di nosse payis : Ji Néèrlandès, li Walon, l'Alemand ou l' Luksembourdjwès - cnwèyenut co qui l' Francès èst-one langue supèrieûre, ci qu' rintère dins leûs cwades po djustifyï leû nin conechance dès-ôtès langues.

Çoci èst jènèrâl avou lès francèscausants : Ji powëte Andri Specha m'a dit on djoû à l' Casa Romuntcha à Chur : « Nosse tchance, c'èst qu' nos vikans avou dès djins qu' causenut Alemand qui nos compudenut. Si ç' sèreûve dès djins qu' causenut Francès, volà longtimps qui l' Romanche aureûve disparètu, pace qui c'èst dès-impèrialisses consyints ! »

Maugré qu' Jean-Marie Klinkenberg, vice-pèsidint do « Conseil Supérieur de la Langue Française » cause d' « absurdités » à propos do Francès (La Libre Belgique - do 27-92000, p. 30), pace qui dwèt r'conèche ci qu' tot l' monde constatéye, i gn-a pont d' candjemint.

Volà poqwè qu' nos v'lans qu' vos seûchoche. Rèspèctuweûsemint èt amitieûsemint.

RAA VIROUX

Lettre ouverte

Monsieur le Bourgmestre,

C'est avec une certaine inquiétude, quant à la sécurité des citoyens que nous nous permettons de vous interpeller aujourd'hui.

Dans le courant du mois de juin, nous avons vécu à nouveau dans la rue Sinton, un incendie qui, malgré la bonne volonté du service des pompiers, a pris une ampleur qui n'aurait pas été atteinte si les hommes du feu avaient, comme il se doit, disposé de réserves d'eau adaptées à la situation. La bouche à feu qui, de toute évidence, n'en porte que le nom était une fois de plus inopérante. Une fois de plus, car cette situation s'est déjà présentée lors d'incendies de forte ampleur dans ce même quartier en 1984 et 1989. Des réclamations avaient été faites à ces époques ainsi que des rapports du service des pompiers, mais rien n'a changé. Et c'est là qu'il y a lieu de se poser des questions.

Mises à part de veines promesses, rien de concret n'a été réalisé depuis ces nombreuses années. Bien qu'un jour, un « artiste peintre » soit venu raviver les couleurs du panneau BF, personne n'en a jamais compris l'utilité étant donné que la bouche n'est pas alimentée.

Nous retenons aussi vos paroles, Monsieur le Bourgmestre, vous qui étiez présent lors de l'incendie chez Monsieur Eischen : « La commune n'est pas responsable du bon fonctionnement des bouches à feu ; c'est là la responsabilité de l'INASEP. »

A notre connaissance, la commune est responsable de la sécurité du citoyen et c'est bien elle qui a contrat avec l'INASEP. En conlusion, nous voulons

- savoir pourquoi cette bouche à feu n'est toujours pas alimentée correctement malgré les réclamations introduites ;

- connaître les intentions dans un futur proche de la commune et de l'INASEP à propos de cette bouche à feu.

Nous espérons avoir enfin été entendus et vous prions de recevoir, Monsieur le Bourgmestre, nos cordiales salutations.

Le comité du quartier de Sinton « Tortos Eischen »

Jeux de piste et sécurité routière

Les plaines de vacances fossoises battent leur plein.

Vendredi, les enfants ont mis sur pied un spectacle haut en couleur.

LES ANIMATEURS de Fosses-la-Ville et les enfants ont mis sur pied un spectacle à la plaine de Vitrival. Un nombreux public s'est massé dans la salle. Des danses endiablées ont ravi les spectateurs qui n'ont pas manqué d'encourager ces Fred Astaire et autres Ginger Rogers en herbe.

Cette année, la plaine a accueilli, quotidiennement, plus de 80 enfants. Ils ont été encadrés par dix animateurs brevetés. Les enfants se sont notamment adonnés aux jeux de piste. Quelques sorties ont été épinglées, la piste routière de Bambois, la piscine ou encore la journée passée à la plaine de jeux à jambes.

Le jeune Philippe a confié ses impressions: « Ce, que j'ai adoré, c'est le jour où on a fait un grand jeu comme au casino. J'ai gagné beaucoup d'argent, enfin, des faux billets. On s'est bien amusé aussi au jeu de piste car on a pu se déguiser. »

Il reste une semaine aux bambins pour profiter des animations qui leur sont proposées. Bouba, le chef de plaine, réserve une surprise aux enfants, mais il faudra attendre le résultat de la soirée d'animation pour en savoir plus.

Le premier échevin, Bernard Meuters, a remercié les jeunes animateurs pour leur dynamisme. Les échevins Buchet, Titeux et Charles étaient également présents.

Les animateurs sont Charlotte, Benoit, Sabrina, Carlos, Edwine, Cécile, Amélie, Marjorie, Aurélie, et Bouba, bien sûr.

Christian MASSET

Saint-Laurent

2001

15 août

9h Messe militaire

avec bénédiction des armes

Sortie de la Procession Saint-Laurent

Avec le clergé et la marche

Tour traditionnel

Avec vénération des reliques et de la fontaine

12h Rentrée solennelle à l’église

Dépôt de fleurs au monument

Feu de file

Après-midi

Réceptions

A la chapelle Saint-Antoine

Ferme Michaux (lieu dit : Bijard)

Ferme Swenenne (lieu dit : Marlagne)

Chapelle du Sacré-cœur (rue H. Brosteaux)

21h30

Retraite aux flambeaux

Senior Amitié...

Une quadragénaire franco-belge !

Ce 14 juillet 2001, l'Amicale de Senior Amitié de Fosses fêtera ses 40 ans d'existence. En effet, sa première assemblée générale eut lieu le 14 juillet 1961 et permit ce jour-là la constitution de son premier Comité.

- M. Aimé Massinon en fut élu premier président. Il décéda le 18 mai 1967.

- M. Arthur Hanique accepta la tâche de premier trésorier. Après onze années passées au service de notre Amicale, il nous quittait le 17 juin 1972.

- Le troisième bon larron de ce Comité fut notre regretté secrétaire, M. Firmin Moucheron qui, un beau jour de mai 1961, en pantoufles et appuyé sur son bâton, vint trouver notre présidente actuelle Madame Lucie Mazuin, et lui soumit l'idée de fonder à Fosses une Amicale de pensionnés. Homme d'un dévouement sans limites, il décédait malheureusement lui aussi le 17 octobre 1964.

Pour compléter ce Comité, les premiers membres dévoués furent M. et Mme Duculot qui habitaient rue du Château d’eau, M. et Mme Barthélemy, place de Haut-Vent et Mme Louisa Lambert-Daffe, maman d'un membre du comité de la Mutuelle Saint-Joseph.

A l'époque, notre doyen était le chanoine Pierard qui accompagna par ailleurs la première excursion organisée le 8 août 1961 et à laquelle 23 personnes participèrent. Débuts déjà prometteurs ! Rappelons aussi qu'à partir de 1961, le chanoine Aubry, aumônier du Home Dejaifve, accepta la mission de devenir le premier aumônier de notre Amicale. II quitta le Home en 1965.

En feuilletant l'album aux souvenirs de notre Amicale, nous retrouvons à la suite de notre premier président, trois autres présidents et présidentes de très grande valeur. D'abord Mme Arnould, qui succéda à M. Aimé Massinon, en 1967 ; sa présidence dura presque sept ans. De 1964 à 1977, M. Brogniez continuera l’œuvre commencée par ses deux prédécesseurs.

Vint alors l'année 1978. Le 20 janvier, une nouvelle présidente, Madame Lucie Mazuin commençait son « règne ». Depuis quatre ans déjà, elle assurait la vice-présidence de notre Amicale. Elle reprenait avec bonté, sagesse, enthousiasme, dévouement, détermination et dynamisme le flambeau de la direction de notre Amicale. Pendant de longues

années, elle assura en même temps, avec un égal bonheur, la présidence fédérale à Namur. Les Amicales de notre province ne l'ont d'ailleurs pas oubliée ! A Fosses, sa 24e année de présidence lui a ouvert la porte du... 3e millénaire ! Nous espérons, dans un très proche avenir, fêter ses « noces d'argent » avec son Amicale.

Il serait long et fastidieux d'énumérer tous ceux et celles qui ont oeuvré durant ces quarante années à la bonne marche de notre Amicale. Qu'ils en soient néanmoins longuement et vivement remerciés ! Que soient également remerciés pour leur dévouement tous les membres de notre Comité actuel ainsi que tous nos membres, pour leur fidélité et leur confiance réitérée au fil des ans !

Bon et heureux anniversaire franco-belge (un 14 juillet) et longue vie encore à notre chère présidente, ainsi qu'à notre Amicale de Senior Amitié!

P. DEBLATON