N° 15  13 avril 2001

Etat civil

MOIS DE MARS 2001

Naissances

Le 2 à Sambreville : Tifany Vermassen, fille de Sandrine, camping Les Viviers.

Le 5 à Sambreville : Corentin Scieur, fille de Eddy et de Laurence Gillard, rue des Bergeries 40.

Le 8 à Sambreville : Arthur Obelereo, fille de Frédéric et de Stéphanie Piéfort, avenue Albert 1er 33.

Le 10 à Namur : Lucie Parent, fille de Pierre-Yves et de Valentine Charlot, rue Bois-des-Mazuys 3, Vitrival.

Le 12 à Namur : Aurélien Houbion, fils de Graziella, ch. de Namur 38, Fosses.

Le 13 à Namur : Livia Decossaux, fille de Jean-François et de Delphine Bourgeois, rue d'Une-Personne 5, Fosses.

Le 17 à Montigny-le-Tilleul : Joackim Fosseur, fils de Eric et de Christel Quertinmont, rue du Sartia 49, Sart-Eustache.

Le 19 à Sambreville : Léa Fasano, fille de Nicolas et de Cathy Doyen, camping Val Tréko, Vitrival.

Le 21 à Sambreville : Malcom Bonneure, fille de Nancy, rue du Grand-Etang 43, Bambois.

Le 26 à Namur : Lucas Vonëche, fils de Hugues et de Fabienne Hubeaux, rue de Burnot 47, Sart-Saint-Laurent.

Mariage

Le 3 mars : Emmanuel Finfe, 33 ans et Mélanie Thirifays, 31 ans, tous deux domiciliés rue de Walcourt 5, à Vitrival.

Décès

Le 1er mars au Home Déjaifve : Mariette Strimel, veuve de René Robson,

née le 18 mai 1913, de Profondeville.

Le 1er mars à Sambreville : Giovanni Mancini, ép. de Angela Di Bonifacio,

né le 22 mai 1924, r. J. Tousseul, Vitrival.

Le 5 mars à Aisemont : Victor Jacques, veuf de Marie Wesmael,

né le 18 février 1921, de Huy.

Le 7 mars au Home Dejaifve : Georges Galet, célibataire,

né le 21 avril 1946, de Velaine.

Le 7 à Fosses : Emile Briot, époux de Josiane Rifflart,

né le 1er août 1936, rue Saint-Roch à Fosses.

Le 10 mars au Home Dejaifve : Francis Crasset, époux de Joëlle Sipido,

né le 15 juin 1950, rue Long-Try 6, Le Roux.

Le 11 mars à Sambreville : Georges Gérard, célibataire,

né le 14 mai 1923, Home Dejaifve.

Le 18 mars à Charleroi : Marcelle Scutenaire, veuve René Delcroix,

née le 20 juin 1916, route de Mettet 6, à Fosses.

Le 18 mars à Sambreville : Julia Lejeune, veuve Lucien Piéfort,

née le 21 juillet 1908, ruelle des Remparts, Fosses.

Le 22 mars au Home Dejaifve : Georgette Boreux, veuve de Joseph Lessire,

né le 13 mai 1916, de Namur.

Le 22 mars à Sambreville : Renée Lardinois, célibataire,

née le 25 septembre 1919, Home Dejaifve, Fosses.

Le 23 mars à Sambreville : Camille Bernard, époux de Joséphine Parent,

né le 13 juin 1915, rue Jean Dor, à Vitrival.

Le 23 mars au Home Dejaifve : Nelly Halloin, veuve de Jules Pietquin,

née le 29 juin 1923, d'Arsimont.

Le 29 mars au Home Dejaifve : Fernand Decoster, veuf de Hélène Bodson,

né le 20 juin 1916, rue de la Station 32, Aisemont.

Fosses Château de lège

Cette magnifique et imposante propriété, a son pignon donnant sur la chaussée, en Lège, vers la rue Saint-Roch ; cette façade intérieure n'est donc pas visible de la route. Elle montre la beauté de ce bâtiment où fut construit au XIe s. l'Hôpital Saint-Nicolas, qui devint par la suite le couvent des Sœurs grises, jusqu'à la Révolution française. Adossée à cette bâtisse se trouve la ferme d'En Lège. L'endroit fut alors racheté comme « bien noir » par Lambert Dejaifve, puis fut transmis par héritage à la famille Winson et prit donc alors l'appellation de château Winson.

L'histoire nous apprend aussi que cette construction fut réalisée sur l'emplacement du monastère des Scots, érigé au VIIe siècle et détruit au Xe

Le cachet indiquant « Collection Bertels » nous permet de dater cette photographie d'avant la première guerre, vers 1910 probablement.

La propriété Winson se prolonge par un parc complètement ceinturé par un haut mur. Il s'étend depuis la ruelle de la Porte Saint-Joseph (ruelle qui a son entrée prés de la maison Gailly à Saint-Roch) et se prolonge jusqu'au Quartier. Un sentier contourne la propriété.

GARDES

Pharmaciens de garde

Jeudi 12 : Mahia, Ermeton

Vendredi 13 : Mainil

Samedi 14 : Dubisy

Dimanche 15 (Pâques) : Dubisy

Lundi 16 : Dubisy

Mardi 17 : Maquille, St-Gérard

Mercredi 18 : Nysten, Bioul

Jeudi 19 : Trigaux, Mettet

Service médical

Le service de garde sera assuré -- les 14 et 15 (Pâques), par le Dr DE BILDERING, tél. 071-71.45.00

- le lundi 16, par le Dr COBUT, tél. 071-71.30.73.

Les Congolais à Namur

Une délégation de la Compagnie des Congolais participera à la Ve Journée du Folklore à Namur le samedi 21 avril. Les marcheurs se rassembleront au local, Clos Saint-Feuillen, à midi.

Ils iront ensuite, le 20 mai, à la célèbre Marche Saint-Roch à Thuin et en France le 24 juin.

Confrérie St-Feuillen

Lors de la prochaine réunion, le mardi 17 avril, les confrères prépareront les festivités de la Sainte-Brigide, le 6 mai. Pèlerinage aux baguettes, visites guidées de la chapelle, repas en musique irlandaise, danses folkloriques avec Vitrifolk, le tout couplé avec la traditionnelle fête des Fleurs du Home Dejaifve. Des délégations de la Confrérie StFeuillen du Roeulx et de la Confrérie Sainte-Brigide d'Ayeneux (Herve) y participeront. On espère aussi un bon nombre de pèlerins.

La chapelle de Névremont a 50 ans

A la fin des années 1940, un vent de ferveur et de générosité a soufflé sur les hauteurs de Névremont. Le vicaire Lotin avait sensibilisé la population sur un projet de chapelle. Un comité se constitua pour organiser des fancy-fairs et une troupe dramatique pour des soirées. Les fonds ainsi récoltés permirent d'abord l'aménagement d'une chapelle provisoire dans un ancien dépôt de brasserie, puis le projet officiel se dessina : la famille Radelet offrait un terrain ; l'architecte Jean Libouton établissait des plans et son frère André, entrepreneur, réalisa la construction d'une joie chapelle moderne, aux lignes sobres et pures. Des bancs solides furent fabriqués par Romeo Antoniel et un ban de communion en fer forgé par M. Jeandrain.

Depuis cinquante ans, le clocher se dresse fièrement dans le hameau qui a voulu commémorer cet anniversaire. Une petite équipe s'est reformée pour présenter un programme pour le dimanche 22 avril, dont nous donnerons les détails la semaine prochaine.

Citons le dîner anniversaire avec, au menu :

crème de poireaux ;

carré de porc sauce grand-mère,

salade et pommes Duchesse ,

dessert et café.

Le tout pour 500 F.

Inscriptions pour le 17 avril chez

Germaine Janssens (071-71.36.42) ou chez Louise Michaux (71.22.88).

Cercle d'histoire

Le 5 mai, les villes de Fosses-La-Ville et du Roeulx organisent leur deuxième randonnée cycliste. Le départ se fera du parking du Home Dejaifve à 10 heures. Le coût de l'inscription s'élève à 200 F par personne et sera gratuite pour les enfants de moins de 12 ans, pour autant qu'ils soient inscrits avant le 20 avril et de 100 F passé cette date. Un repas sera prévu à votre arrivée à Le Roeulx. Pour tous renseignements, veuillez contacter le Syndicat d'Initiative à Fosses, au 071-71.46.24.

Cercle d'histoire

En raison de cérémonies du jeudi saint, la réunion du Cercle, prévue le 2e jeudi d'avril, soit le 12, a été remise au jeudi 19 avril à 19 h, en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville.

A l'ordre du jour, Jean Radelet y présentera, avec projection sur écran, une douzaine de lettres d'un parent, Jean-Joseph Demanet, soldat de Napoléon de 1809 à 1812, dans ses pérégrinations jusqu'en Russie ; Georges Michel donnera un schéma de l'économie fossoise autrefois, à travers un Almanach de Fosses de 1899 ; Jean Romain fera un parallèle entre les églises romanes d'Hastière et de Fosses.

Invitation à tous les amateurs de notre histoire.

Belle distinction

Nous apprenons que la Médaille d'or de l'Ordre de la Couronne vient d'être attribuée à notre concitoyen M. Jacques Piéfort, habitant rue d'Orbey, au titre de valorisation de son travail au sein de la société Cockerill-Sambre (Carlam), à Charleroi.

Le bijou lui sera remis lors d'une cérémonie officielle au Palais des Expositions de Charleroi le 24 avril. Nous lui adressons nos plus chaleureuses félicitations.

A Senior Amitié.

Le comité de Senior Amitié, de Fosses, montre un beau dynamisme en ce début de printemps, avec une série de projets

- Outre les jeux de cartes ou de scrabble deux fois par mois, il annonce son goûter de printemps pour le mercredi 18 avril, à partir de 14 h 30, en la salle du Collège. La chorale Saint-Martin y présentera plusieurs chants modernes sous la direction de Jean Boccart. (Envoyez d'urgence votre bon de participation)

- Samedi 21 avril à 15 h : invitation

à du théâtre amusant « Ducs sur canapé », par la troupe Les Vrais Amis, à l'Institut St-Berthuin à

Malonne. Déplacement en car et entrée : 450 F (250 F pour ceux qui utilisent leur voiture). Inscriptions pour ce samedi chez Mme Mazuin (071-71.23.80).

- De la marche promenade pour plus de 50 ans : ce sera dans les paysages vallonnés de Beaumont, sur 4 ou 10 km, avec pique-nique et déplacement en car.

-Et une belle excursion à Marche et environs, le mercredi 9 mai : déplacement en car, café d'accueil, visite chez le liquoriste Heinrich, au camp militaire, au Centre d'Animation du Rail et de la Pierre ; puis arrêt à Rochefort ; retour pour 20 h. Participation : 725 F (625 F pour les membres).

-Un repas « bio » est possible pour 525 F.

Inscriptions pour le 30 avril chez Mme Mazuin.

Allez dire après ça que les seniors sont toujours dans leurs pantoufles !

Cinébus

A Fosses, place du Centenaire, le dimanche 22 avril, à 16 h, avec le film « Tarzan ».

Fost-Plus

- Prochains ramassages des papiers et cartons

- le mardi 17, pour les sections de Fosses, Bambois et Sart-St-Laurent

- le jeudi 19 pour les autres sections.

- Prochains ramassages des emballages PMC (sacs bleus)

- le mercredi 18, pour toutes les sections de l'entité.

L'Etat-Major en deuil

Nous avons appris avec peine lundi le décès de Michel Defleur, trésorier de l'Etat-Major de la Marche.

Né à Fosses le 1er septembre 1944, Michel avait fait carrière à l'armée, à l'Ecole du Génie de Jambes. Epoux de Mme Ginette Rossomme, il avait 4 enfants. Fils de Jacques qui fut très longtemps secrétaire de l'Etat-Major et de la Cie des Tromblons, Michel était aussi entré tout jeune dans cette compagnie dont il fut secrétaire. En 1984, il fut désigné comme adjudant-major de la Marche et sa forte voix autant que sa fermeté militaire faisaient merveille dans ce poste lourd de responsabilités dans l'organisation des sorties. De plus, en 1996, il reprenait la fonction de trésorier de l'Etat-Major. II y manifesta une grande rigueur, clarté dans la gestion de ses comptes. II avait reçu la médaille de St-Feuillen en 1991 pour sa 7e participation et pour sa 8e en 1998 et l'an dernier la médaille de l'Association des Marches pour 50 années de participation à la Marche fossoise. D'autre part, il était titulaire de la Croix de Chevalier de l'Ordre de Léopold II. C'était un comitard actif, dévoué et ponctuel et aussi plein de gentillesse. On le savait gravement atteint d'une tumeur derrière un oeil, mais on n'imaginait pas qu'il pouvait nous quitter tout jeune. II sera largement regretté au sein de notre Marche où il tenait une énorme place. Ses funérailles ont eu lieu ce jeudi à Maison-St-Gérard.

A son épouse, à ses enfants, nous adressons nos vives condoléances.

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

Une récente nomination

Je me présente, je suis votre candidat. Dans la réserve de candidats présidentiables, personne ne veut avancer, il y en a même qui se sont retirés. II fallait bien que quelqu'un finisse par le faire. Et bien c'est moi, pourquoi ? Une histoire à peine croyable. L'autre jour, en sortant d'un établissement où j'étais venu récupérer un parapluie distraitement oublié la veille, je bousculai par mégarde, rien moins sans doute qu'un descendant des chevaliers du Moyen Age. Vous savez comment sont ces gens là, prompts au combat, irascibles, susceptibles et tout le reste. Je n'avais même pas senti que mon épaule frôlait celle de ce monsieur ; aussi, crus-je (en grès) avoir une jolie berlue lorsqu'une main de fer agrippa mon épaule de velours, accompagnée d'une voix éraillée qui vociférait.

- Halte-là, maroufle, votre outrecuidance dépasse la bienséance ; on n'entrave pas impunément le chemin d'un Dussart de Mont Mirail, chevalier de Saint-Laurent. En me retournant, je vis que ma berlue prenait l'aspect d'un monsieur râblé, costaud en diable, une tignasse noire dépassait de son couvre-chef, ses yeux sombres lançaient des éclairs réprobateurs. Devant cet étonnant personnage qui m'apostrophait, je ne pus que balbutier... « mais... » auquel il me fut répondu sur un ton rédemptoire : présentez-vous d'abord, monsieur, nous deviserons ensuite. Devant la fermeté d'une telle supplique, je décidai d'obtempérer. Guillaume Henri Jacquart, dis-je et, pour contrebalancer les titres de mon interlocuteur : j'ajoutai timidement... de la Bergerie. Pâle sang bleu, me dit-il, en, me laissant cloué sur le trottoir. Voilà maintenant, vous savez, et pour jouer un bon tour à ce monsieur, je me présente, je suis le candidat. Ces messires Debazanhaut, ou je ne sais d'où, peuvent danser tant qu'ils veulent. « A malin, malin ennemi » disent-ils, j'ai changé de casquette, oui, mais un moment de honte est si vite oublié. Ce que je propose de faire ? D'abord, plutôt que de vous promettre des choses, je vous promets que vous les aurez, si vous continuez à voter pour moi... D'accord ?

Keskidi

Pensée de la semaine

S'il est vrai que la hiérarchie est basée sur la compétence, il suffit d'être complètement fou pour devenir directeur d'asile.

LIBERTE LIBERTAIRE

ET LAICITE

Ce gouvernement arc-en-ciel bouscule bien des habitudes de la société belge. On dirait qu'il y a une revanche à prendre...

Il est vrai que depuis le Concordat de Napoléon en 1804, l'Eglise spoliée de biens incommensurables avait reçu une place privilégiée et jusqu'après la dernière guerre, elle exerçait un pouvoir certain sur le politique. Le Concile Vatican II a provoqué une nette rupture par sa volonté de se séparer de ce pouvoir politique et les récents événements en sont une suite apparemment logique. Mais qui bouleverse, choque ou réjouit, selon les tendances. L'Eglise marque donc sa distance avec la politique, et c'est heureux. Au cours de l'histoire, ses périodes de forte influence ont été ses époques les plus noires, les plus néfastes, les plus contraires à son esprit fondamental. N'empêche, il reste un fond culturel religieux qu'on ne balaiera pas en deux coups de torchon. Si la pratique religieuse n'atteint plus qu'à peine 15% de la population, il reste que près de 90 % choisissent des funérailles religieuses et 70 % un mariage à l'église. Cela reste un fait indéniable. Mais, libéré de la forte pression du CVP et, dans une moindre mesure, du PSC le gouvernement bleu-rouge-vert lève des tabous, enlève les crucifix, cherche à gommer toute référence religieuse dans la vie publique, pour se profiler davantage dans la ligne actuelle de la société. Au nom de la Liberté.

Qu'on enlève les crucifix des Palais de Justice ne me gêne absolument pas. Je conçois fort bien qu il est anormal d'imposer un symbole religieux à ceux qui ne croient pas. L’ancien ministre Melchior Wathelet était de cet avis et la juge namuroise Mme Moreau également, mais elle maintenait un crucifix dans son propre bureau et aurait démissionné, dit-elle, si on lui avait imposé de l'enlever.

Par contre, je supporte plus difficilement d'autres mesures annoncées. Loin de moi l'idée de dénier à chacun le droit de "faire son lit comme il veut se coucher" et donc je reconnais aux homosexuels le droit de vivre ensemble. Le projet d'un "contrat de vie commune" me semble bien régler une sorte d'injustice en matière fiscale et éventuellement d'héritage : ce qu'un couple a acquis ensemble, il est juste que le survivant en bénéficie. Mais parler d'un "mariage" me semble contre-nature : le mariage, que je sache (et c'est mon dictionnaire qui le dit, sur base de jurisconsultes) est "l'union d'un homme et d'une femme en vue de PERPETUER L'ESPECE". A tel point que dans la Sparte antique, un mariage trop tardif pouvait susciter des poursuites criminelles! De même à Rome pour les mariages consanguins. Le but du mariage est bien la procréation et c'est donc bafouer un fond culturel historique que d'envisager un"mariage" entre "gays" ou lesbiennes. Quant à la possibilité pour de tels couples d'adopter un enfant, les "pour" s'empressent d'argumenter sur les ménages "hétéros" déchirés, comme si c'était la règle générale - et totalement absente chez les "homos". La Nature veut aussi qu'un enfant ait un père ET une mère : la privation de l'un ou de l'autre, psychologues et pédagogues le diront, se marque inévitablement sur la personnalité de l'enfant.

Il y a la dépénalisation de l'euthanasie, qui reste fondamentalement un attentat à la vie d'autrui, mais qui peut être un "suicide assisté" et pour ce grave problème de la souffrance insupportable et de la dignité dans la mort, il me semble qu'on n'apporte pas aux soins palliatifs l'attention que les spécialistes ont réclamée comme alternative. Et puis, il y a cet esprit de "liberté libertaire" (sans limite) : chaque individu s'estime le seul maître de son destin, ce qui est contraire à tout esprit de solidarité humaine. Voir une Ministre de la Santé engager des millions pour lutter contre le tabagisme et en même temps libéraliser l'usage du cannabis (et presque inciter les jeunes a y goûter !) me semble du plus loufoque illogisme. On en rirait si ce n'était si grave de conséquences. On s'étonnera, après cela, que la drogue touche davantage de jeunes et que les soins de santé soient d'ici peu en augmentation.

Cette même ministre engage même une campagne de propagande pour "le droit à la jouissance en toute sécurité". Avec sans doute distribution de préservatifs dans les écoles. Comprenez bien : je ne m'oppose aucunement au préservatif, indispensable pour certains (et je regrette la position intransigeante du Pape, face au problème du sida). Mais est il bien utile d'inciter les jeunes à rechercher le plaisir sexuel de plus en plus tôt ? Car quand il faut assumer une grossesse prématurée...

Notre société de surconsommation, de liberté et de jouissance à outrance est en train de perdre ses balises morales. Après les crucifix, certains proposent déjà d'enlever des bâtiments publics les portraits du Roi (pour mettre ceux de Johnny Halliday ou de Schumacker selon les goûts de chacun?). Après l'extermination des forêts (et l'effet de serre qui en résulte), voici l'extermination de millions de bêtes saines pour quelques malades. Nos dirigeants ont-ils été gagnés par le virus de la vache folle ? Je voudrais qu'on m'explique cette obstination à refuser la vaccination préventive. Sans doute y a-t-il là-dessous des objectifs financiers et économiques occultes ?

De même chez nous : cette vague de mesures contre les habitudes religieuses cache

à peine l'éternel problème du financement des cultes. Issu chez nous (on oublie trop de le dire) de ce même Concordat, en compensation de la confiscation des biens ecclésiastiques par la Révolution. Imagination l'immensité de la richesse de la paroisse de Fosses si elle avait gardé tous les terrains, bois, étangs, fermes, propriétés de l'ancien Chapitre ?) Un agnostique proteste contre le fait qu'il paie des impôts pour les cultes dont il n'a que faire. Profite t il aussi de l'industrie cinématographique, du commerce extérieur, des ONG, de la promotion de la langue française ? Je paie bien, moi, pour les soins de santé aux fumeurs cancéreux alors que jamais je ne touche une cigarette...

Quant à la laïcisation de la politique, permettez moi de revenir sur les Etats-Unis dont tous les Présidents terminent leurs discours par la formule « God bless the United States », Dieu bénisse les Etats-Unis. Et personne ne s'en plaint

J. R.

BAMBOIS - CAPS NAMUR

1 - 1

Sur un terrain à la limite du praticable, les Namurois mettaient le nez à la fenêtre dès la 6e via un envoi de Fagot. Dix minutes plus tard, les Plagistes répliquaient par Janssens, mais à la 33e, le leader ouvrait le score par Tasnier (0-1).

Peu après la pause, Lettieri, seul devant Dimitri Seront, loupait une belle opportunité de doubler les chiffres. Bref, les Namurois tenaient le match en mains et se créaient encore une occasion par Fagot sur coup franc. A la 84e, un superbe tir de Janssens était dévié par Debouck. Coup de théâtre à l'ultime minute lorsque Cédric Libert, d'une superbe reprise de volée, arrachait le partage et crucifiait les Namurois, qui devront ainsi disputer un test match pour l'attribution du titre.