N° 12  23 mars 2001

Il y a 25 ans

Mois de mars 1976

- Une réunion publique a lieu à l'Hôtel de Ville, pour recueillir les remarques au sujet du projet et du tracé d'une route qui rejoindra la Grosse-Haie à la route de Mettet, avec construction d'un aqueduc qui surplombera le moulin de Saint-Remy.

- A la suite de cette réunion, un comité de défense est formé à Névremont, pour éviter au maximum les expropriations d'habitations et de terres de culture ; il faut aussi concilier avec les intérêts des carrières.

- Les grands feux sont annoncés un peu partout : Haut-Vent (bal aux Marronniers), Vitrival (bal à la salle des fêtes des écoles), Bambois (bal à la salle Aug. Depraute), Le Roux (bal sous chapiteau, place communale).

- La population de Sart-Eustache a augmente de 11 unités et comptait au 31-12-1975: 425 habitants.

- Laetare le 28 mars, avec : les Alsaciennes, d'Aerschot ; les Majorettes, d'Hastière ; Folcloristica Citia di Erba (Italie); les Majorettes de Montignies-sur-Sambre. ; les Gilles, de St-Josse-ten-Noode ; et les groupes locaux : Bambois au temps des Gaulois, les Echasseurs, les Dans'Todi et les Chinels (petits et grands) et leur musique.

- Verdict en Cour d'Assises du procès Defleur (Bambois) : un père alcoolique qui sème chez lui la terreur, tué par les siens. Ceux-ci rentrent dans leur famille : l'épouse acquittée et le fils est condamné à trois ans avec sursis. Pénible drame familial.

- Drame à Aisemont : un garçonnet de trois ans, Etienne Remy, est écrasé, suite à une marche-arrière d'une camionnette, près de chez lui.

- Le Trophée du Mérite sportif est remis à l'équipe des minimes du Basket féminin fossois et la Médaille de Reconnaissance à la RUS Fosses qui fête ses cinquante ans d'activité.

il y a 50 ans

Mois de mars 1951

- La section féminine du Cercle dramatique de Sart-St-Laurent présente « Ces dames aux chapeaux verts » en la salle Jaumotte à Fosses, invitées par l'Harmonie royale Saint-Feuillen.

- Fête de Laetare assez hâtive cette année: le 4 mars. Les Chinels se mettent en branle, réchauffés par un soleil mitigé qui avait déjà fait disparaître la gelée matinale. Le cortège était formé de la Garde de Cendrillon aux capes écarlates ; les Gais Moissonneurs ; les Pierrots et Pierrettes ; les Gais Louvanistes acrobates ; les Ecossais, leurs kilts et leurs cornemuses et le char des Joyeux Rémouleurs de Haut-Vent qui précédait les Chinels.

- Un nouveau comité de fêtes est formé à Fosses : président J. Romain, secrétaire Roger Jacqmain, trésorier jean Nulens ; membres: Jean Jaumotte, Alexandre Massinon, jules Dewez, Lucien Brosteaux, Roger Lainé et jean Piéfort.

- Des essais d'éclairage public par tubes fluorescents ont convaincu les responsables communaux qui vont incessamment remplacer les anciennes lampes avec ampoules par des tubes.

- Un cas de fièvre aphteuse est signalé dans le cheptel d'un cultivateur de Névremont. Des mesures d'hygiène ont été prises.

- Mort subite, à l'âge de 42 ans, du secrétaire de Bambois Sport M. Jules Lefèbvre, au cours d'une réunion des clubs à Namur.

- Les films qui passent au Cinéma Moderne à Fosses : L'Ouragan (Dolores del Rio), Ma femme et ses enfants (Fred Mc Murray et Claudette Colbert), La Dame au manteau d'Hermine (en technicolor) avec Betty Douglas), Duel dans la Nuit (M. Oberon), 1.a Fille du Régiment (vaudeville militaire).

Comme les hirondelles au printemps, les Chinels sont de retour au laetare

Il y avait à Fosses deux bossus l'un était aimable, l'autre avait mauvais caractère. Le premier passait un soir au pont de l'Allou (au Cheslong), sous un chêne où les sorcières tenaient leur sabbat. Connaissant la bonté de ce bossu, elle lui dévoilèrent un secret. S'il se frottait le dos avec les feuilles de ce chêne, sa bosse disparaîtrait. Ce qu'il fit, bien sûr, et notre bossu au dos complètement redressé rentra à Fosses en chantant et en gambadant. Il rencontra son compère bossu qui, jaloux de le voir ainsi guéri de sa bosse, le menaça de coups s'il ne lui révélait pas comment il fit disparaître sa bosse. Ayant ainsi appris le secret, il courut au pont de l'Allou. En le voyant arriver, les sorcières se moquèrent de lui et il se mit à les invectiver, tout en arrachant les feuilles du chêne pour se frotter le dos. Mais, horreur, au lieu de faire: partir sa bosse, il en poussa une autre sur le devant. Il rentra en ville, furieux et les Fossois se mirent alors à se moquer de lui. Pour le singer, ils s'affublèrent de costumes à double bosse lors du carnaval et ce furent les premiers Chinels que l'on nomma les Doudous. Ainsi l'explique la légende, avec parfois quelques variantes. Mais l'histoire réelle de ce personnage fossois est très mal définie. Le Chinel est sans doute un descendant du polichinelle de la Comedia del Arte, personnage difforme du théâtre populaire italien. Son ancêtre le Doudou, costume blanc et boutons rouges, sabots aux pieds, bicorne et tresses aux cheveux fait partie du groupe des Chinels ; ils sont quelques-uns qui rappellent ce personnage un peu balourd d'autrefois.

Le costume du Chinel est plus recherché : orné de grelots, un chapeau de plumes, plus élaboré, costume de satin multicolore, collerette à l'espagnole, souliers légers. Mais Chinels et Doudous portent le même sabre de bois recourbé qui sert à souligner les gestes du danseur et... à sabrer. Ils dansent sur une musique présentant 4 figures, composée et adoptée par Canivet, qui était alors directeur de la Philharmonique locale et adoptée en 1869. Les Chinels se regroupent par « soces » (groupes) formées le plus souvent par affinités entre eux ; les costumes étaient auparavant de même couleur pour chaque soce. Une célèbre soce se distinguera cette année, celle appelée Les Rouge et Vert (couleurs de Fosses) qui organise exceptionnellement une sortie dès le matin de ce dimanche, pour fêter l'entrée dans le XXIe siècle. Bravo pour cette initiative qui a reçu l'assentiment du comité.

Les Chinels se déplacent généralement à l'extérieur du pays, le plus souvent en France, mais cette année, une vingtaine d'entre eux, les plus assidus, ont eu la chance de se rendre en Louisiane, pour la seconde fois en deux ans ! Espérons aussi que le reportage passé à Canal C mardi aura apporté une publicité en faveur de notre folklore déjà si réputé dans notre pays.

On sait aussi que, le jour du Laetare, de nombreux Fossois partis habiter d l'extérieur, mais aussi pas mal de sympathisants, reviennent chaque année pour « faire le Chinel »•, et grossir ainsi les rangs des danseurs du cru. Beaucoup d'autres Fossois ne « sortent » d'ailleurs qu'à cette seule occasion.

Après le temps maussade de cette semaine pluvieuse, espérons que les nuages tireront leur révérence et laisseront apparaître un soleil toujours bienvenu. Un soleil que l'on convoque chaque année, mais qui se fait parfois prier. Jouerait-il lui aussi la vedette ?

Le programme de la journée

10 heures du matin, sortie de la Soce : « Les Rouge et Vert » et de délégations de tous les groupes locaux

Clowns en Folie, Echasseurs, Sorcières, Disclimbwgnes, musiciens, petits et grands Chinels et Doudous .

- Dès 14 h, départ place du Marché, du grand cortège traditionnel

1. Le groupe Crescendo Spitit of Antwerp

2. Les Disclimbwagnes (Fosses)

3. Show Drum Band (Valenciennes)

4. Clara Bistouille et Abel Zébuth (les Sorcières, Fosses)

5. D.M.A. Band, de Bassenge

6. Les Clowns en Folie (Fosses)

7. Les Echasseurs Rouge et Vert (Fosses)

8. Les Petits Chinels

9. Les Pierrots musiciens

Les Chinels et Doudous

ITINÉRAIRE : départ à 14 h

Rue d'Orbey

Rue des Egalots Rue de Vitrival

Avenue des Combattants Rue du Chêne

Avenue Albert 1er Rue des Remparts Rue Donat Masson Rue Saint-Roch

Place Chapelle-Saint-Roch Rue Saint-Roch (retour)

Rue Donat Masson Rue des Zolos

Rue Sainte-Brigide Rue des Tanneries Rue d'Orbey

Rue des Egalots Rue de Vitrival

Avenue Albert 1er Rue du Postil Rue Delmotte Rue des Remparts Rue du Chapitre

et vers 18 h : rondeaux finals, sur le kiosque et réception des groupes à l'Hôtel de Ville

Lundi 26

14 h : sortie et visites des notables de la Ville.

Les Chinels danseront dès le matin

Afin de marquer le premier Laetare du XXIe siècle, la Soce des Rouge et Vert, avec l'assentiment du comité des Chinels et le concours de l'Administration communale, organise une animation dans le centre de Fosses le matin du Laetare. En voici les grandes lignes

- Rassemblement à 9 h 45 à la pompe du Chapitre

- Départ à 10 h : place du Chapitre, rue du Chapitre, place du Marché, rue V. Roisin, rue des Egalots, rue de Vitrival, ruelle des Remparts, rue du Postil, rue Delmotte, rue des Remparts, rue du Chapitre, place du Marché et Hôtel de Ville, où le verre de l'amitié sera offert à tous les participants par la Soce des Rouge et Vert.

Composition du cortège : délégations des Clowns en Folie, des Echasseurs, des Sorcières, des Disclimbwagnes, des musiciens, des petits et grands Chinels et des Doudous.

Doudous et Chinels, nous espérons vous voir nombreux ce dimanche au matin ; si vous aimez votre folklore et les airs de Canivet, faites-leur honneur.

Notre devise : « Le Folklore avant tout ».

La Soce les Rouge et Vert

Conseil communal

Une réunion bien gentille...

C'est dans une belle unanimité et sans discussion que les 18 points de l'ordre du jour de cette séance du 19 mars ont été approuvés. Du travail surtout administratif, où tout allait de soi.

Elle a débuté par un moment de recueillement demandé par le bourgmestre B. Spineux à la mémoire de M. Roger Delchambre, qui fut conseiller communal et échevin d'Aisemont et du père de la directrice des écoles, M. Mancini, de Vitrival.

Le Conseil a ensuite pris note de la déclaration d'apparentement au PRL des deux conseillers de ce groupe, pour la participation aux intercommunales.

Et comme la loi a sensiblement augmenté les traitements du bourgmestre et des échevins, le Collège s'est senti obligé de revoir aussi les jetons de présence des conseillers (2.500 F depuis 1955). La Province admet jusqu'à 6.072 F) mais le Conseil les fixe à 5.000 F.

Travaux

Le décompte final des travaux de réfection des rues Sainte-Brigide à Fosses et J. Tousseul à Vitrival se monte à 3.427.968 F.

La construction des nouvelles classes à Aisemont nécessite des suppléments : 1.831.748 F pour des bétons ; la stabilité et des hourdis, et 2.165.896 F pour la charpente et la toiture des anciens bâtiments, qu'il s'est avéré nécessaire de remplacer.

Le montant total atteint donc 26.millions 985.773 F, avec subsides adaptés car la ministre Mme Dupuis a promis (quoi qu'en ait pensé M. Lomba) l'intervention de la Communauté. Elle a informé officiellement le bourgmestre et aussi les enfants de l'école qui lui avaient écrit, photos à l'appui, pour insister sur l'urgence de ces travaux.

Un autre million est prévu pour l'achat d'une nouvelle ambulance, qu'il devient urgent de remplacer.

Et la C.C.A.T ?

L'échevin du Patrimoine, Michel Charles, fait le point sur la Commission consultative d'Aménagement du territoire : à Fosses, elle compte 20 effectifs et 20 suppléants, mais sur ces 40 personnes convoquées, une petite dizaine seulement assiste encore aux réunions. C'est une situation courante et certaines communes envisagent de les supprimer. II est vrai qu'à côté des sujets d'un réel intérêt (permis de lotir, de bâtir, aménagement de voirie, etc.) il y a bien des dossiers de moindre intérêt (percement d'une fenêtre à une habitation en zone particulière). D'autant plus que cette étape supplémentaire cause du retard (aux permis de bâtir, par ex.) et un sérieux surcroît de travail pour le personnel du Service Urbanisme. Par contre, c'est un type de participation directe du citoyen, en véritable démocratie. Alors, faut-il la supprimer ? Les conseillers des trois groupes sont d'avis de la maintenir mais on réduirait le nombre de membres à 12 (un bon moyen d'avoir

un meilleur taux de participation !) et les suppléants ne siégeraient qu'en cas d'absence du titulaire. Il faudrait donc revoir toute la composition car outre 3 conseillers communaux, les 9 autres devront représenter toutes les sections et aussi les groupes socioprofessionnels : agriculteurs et syndicats ont déjà manifesté leur intérêt. Et les réunions pourraient être publiques pour certains dossiers.

Le Conseil a aussi marqué son accord pour la vente à M. et Mme Bastin-Migeot, d'un terrain sis rue Tri-du Bois, pour 25 ares 53 ca, moyennant 750.000 F.

Des locaux

La section des Mutualités chrétiennes demande la résiliation du bail de location d'un local à Bambois, mais une convention est passée pour l'occupation d'un local de l'ancien Nopri, aux Quatre-Bras, moyennant 4.000 F par mois + le nettoyage. Et la section de la Croix-Rouge bénéficiera aussi d'un local dans cet immeuble, à titre gratuit, sauf le nettoyage.

L'échevin Buchet propose alors une Charte de l'intégration de la personne handicapée : un engagement de la commune à prendre toute disposition pour faciliter l'autonomie et une vie normale des handicapés dans la commune. Proposition des Mutualités socialistes, cette Charte a été jugée intéressante par le Collège, nouvelle culture politique oblige et le bourgmestre dénonce le refus d'engagement par la SNCB d'un jeune atteint d'un bec de lièvre (on a vu cela à la TV). La commune de Fosses, à ce sujet, respecte ses obligations : elle a engagé un handicapé, de même que le CPAS.

Des sociétés et un titre honorifique

Le Conseil décide aussi l'affiliation de la Commune à la société « Foyer Namurois » en vue de la construction, rénovation, gestion d'habitations sociales.

Au niveau du Tourisme, la ville sera représentée à la Maison du Tourisme de Namur par MM. Robert Meuter, représentant du S.I., Bernard Meuter, échevin, et pour les assemblées générales aussi par Joëlle Bayer, employée du S.I. L'échevin remarque toutefois qu'il serait temps de mettre un peu d'ordre dans ce secteur, dispersé entre Région Wallonne, Fédération provinciale, groupements régionaux et locaux. Dans l'enseignement communal, la Commune doit faire déclaration, pour 2001-2002, d'emplois pouvant obtenir un titre définitif : maîtres spéciaux d'éducation physique et de seconde langue pour 6 périodes ; institutrice maternelle pour 14 et primaire pour 6 périodes.

Enfin, le Conseil fait droit à la demande de M. Lucien Boigelot d'obtenir le titre de bourgmestre honoraire de la Ville : il remplit toutes les conditions et la demande sera soumise au Cabinet du Roi.

Le bourgmestre a fait part de l'installation le 2 avril à Floreffe, du Conseil de Police (outre M. Spineux, cela concerne MM. Meuter, Borbouse, Brachotte et Moreau). II s'agira donc de la prestation de serment des membres de ce conseil, de la préséance, des jetons de présence, de la désignation d'un secrétaire et d'un receveur. Mais beaucoup de points restent encore nébuleux dans ce nouveau « machin ».

A huis clos

Le Conseil a corrigé sa décision antérieure au sujet de la désignation de Mme Viviane Mancini comme directrice des écoles communale; suite à une erreur de texte.

Et le bourgmestre a évoqué la situation catastrophique de la Clinique d'Auvelais, dont le déficit serait de quelque 800 millions ! II précise avoir mis ce point à huis clos car le directeur de la clinique est un Fossois, époux d'un conseillère communale (qui était absente à cette réunion). II semble utile de sauver cet outil important dans une politique de santé de proximité, mais la note pourrait être salée : pour Fosses, ce serait une intervention de 58 millions, en fonction du nombre de parts souscrites dans l'Intercommunale (et 300 millions pour Sambreville...!). Les élus fossois promettent d'être très attentifs au rapport que le manager de crise doit déposer prochainement.

Il y a de quoi!

Une marche

Le groupement de Senior Amitié organise prochainement une marche

- Quand ? Le mardi 24 avril.

- Où ? Dans la localité de Strée, entité de Beaumont, salle Désirée.

-Quoi ? Journée de marche pédestre et de découverte du patrimoine local, sur des circuits de 4 et de 10 km. Une fois le matin, avec départ à 10 h et une fois l'après-midi à 14 h. Possibilité donc de faire deux fois chaque parcours. Les groupes de marcheurs seront encadrés par des « spécialistes » locaux qui connaissent les circuits de la localité ; ils sont issus de Sports-Seniors. Le but de cette journée n'est pas d'établir une nouvelle liste de records mais de découvrir cette activité de la marche, en toute simplicité et convivialité.

- Restauration ? Sur place ; un bar présentera les boissons courantes à des prix démocratiques. II sera ouvert à l'intention des participants, de 11 h à17h30.

- Sur réservation : assiette froide de produits frais, avec pain (baguette) et beurre, pour le prix de 275 F/personne. La salle est équipée de tables et de chaises où chacun pourra déguster le panier (pique-nique) qu'il aura emporté.

- Déplacement ?

En autocar, vers 8 h/8 h 30, à partir des sièges des sections locales (si au moins 6 participants) et dans le cas contraire, à l'hôtel de ville de Tamines.

- La participation s'élève à 200 F (+ 275 F si assiette froide).

La préférence en cas de surnombre sera donnée aux membres de Senior Amitié.

Inscription auprès de Jean-Claude Deblock, 19, rue des Forges, 5070 Fosses-la-Ville,

tél. 071-71.22.09.

 

Les 12h à l'Djote

Nous rappelons que c'est le samedi 31 mars, entre 11 h et 23 h, en la salle Hautventoise, que l'on pourra participer aux 12 H à l'Djote avec, au menu : apéritif, potée aux choux ou aux carottes, à volonté, avec saucisse de campagne et dessert. La participation est de 400 F (gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et les plus de 70 ans). Réservation avant le mercredi 28 mars chez

- Pierre Colot, tél. 071-71.35.68

- Michel Vandeloise, 071-71.12.40

- Georges Demaret, tél. 081-43.41.80

- Patrick Collard, tél. 0477-77.92.85

- J.-L. Pacorus, tél. 071.71.33.00

- Le Fer à Cheval, tél. 071-71.19.38

- Michaël Van Ryssel, 071-71.44.48.

La Musique des années '70 sera « coooolll » et tempérée ; vous pourrez parler normalement et vous ne sortirez pas sourd. Le souper est organisé grâce au dévouement de chaque membre du comité et surtout grâce à l'aide de nombreux bénévoles. Tout les bénéfices sont redistribués à des clubs sportifs et à différentes associations de la région.

Attention, pour l'année prochaine, nous changerons notre date, car il est ridicule d'organiser deux soupers le même jour.

Pour le comité des Débridés de Bambois, Claudy VAN RYSSEL

Brocante

Le samedi 5 mai, le comité de la Marche Saint-Pierre organise sa Cinquième Brocante qui aura lieu, comme d'habitude, rue Bois-des-Mazuis. Cette brocante est ouverte à tous (sauf ce qui concerne nourriture et boissons) et le prix de l'emplacement est fixé à 50 F le m2. Renseignements (après 18 h) chez

- Guy Duret au 0495-76.23.75

- Willy Ipercielle, au 071-71.25.65

- Georges Louis 071-71.25.63.

La brocante se déroulera entre 8 h et 18 h, mais l'installation est prévue dès 6 h du matin.

Le même jour, vers 11 h, au stand du comité, aura lieu le cassage du verre pour former le corps d'office de la marche 2001-2002. Le cassage du verre concerne les pelotons des sapeurs, vivandières, gendarmes, lanciers et grenadiers.

Concours de belote

Deux concours de belote sont annoncés à Vitrival, tous deux à l'ancien café Les Echos

- Ce vendredi 23 mars, organisé par les Lanciers de Vitrival. Le concours s'effectuera en 8 tours, par équipes formées. Le prix est fixé à 600 F par joueur (8 boissons comprises) et les inscriptions sont reçues dès 19 h 30.

Concours aussi le vendredi 13 avril. Inscriptions dès 18 h et début du concours à 20 h. En 8 tours, par équipes formées. Participation : 600 F(avec 8 boissons normales comprises). Prix en espèces pour les 3 premiers et lot pour chaque participant.

Renseignement chez J.-François Favresse au 0478-993. 137. Organisation : A.C. Vitrival.

Souper-dansant

Le comité des fêtes de Vitrival organise un souper-dansant le samedi 31 mars, en la salle Patria, dès 19 h. Au menu (500 F ou 300 F enfants)

- Le boute-en-train - Potage - Crêpe surprise

- Rôti de porc Orloff, sauce champignons et croquettes

- ou Rôti de dindonneau aux cerises, sauce Sherry, croquettes

- Mousse au chocolat - Café

. Réservations : Nina'Tif 071-71.12.57.

Fête de saison

(suite)

MARS est le nom que Romulus, fondateur de Rome, donna au premier mois de son calendrier car il se prétendait fils du dieu Mars, dieu de la guerre ; on le donna aussi au deuxième jour de la semaine (mardi, marsi dies) et à l'une des 7 planètes connues des anciens. II désignait aussi le fer, qui servait à fabriquer les armes. On est ainsi en route vers Pâques, avec l'entracte de Laetare, le buis des Rameaux et d'autres symboles.

LE CARÊME est une période de pénitence en préparation à Pâques. Le mot vient du latin quadragesima contracté en quadresima qui signifie « le quarantième » jour avant Pâques ; car 40 est un chiffre sacré et symbolique : on trouve les 40 jours du déluge, les 40 années d'errance du peuple juif au désert, les 40 jours de Jésus au désert, l'office des 40heures, le tribunal des 40, les 40 Académiciens, etc., comme les Celtes basaient leurs fêtes 40 jours après un solstice ou une équinoxe. Mais « on s'en moque comme de l'an 40 » est en réalité une déformation de « alcoran », on s'en moque comme de l'alcoran, du coran, dont les règles strictes n'intéressaient pas les chrétiens. En fait, le Carême dure 46 jours, mais on en a retiré les dimanches. Autrefois période de jeûne (un seul repas par jour et, à la rigueur, une petite collation le soir) et aussi abstinence de viande et d’œufs, d'où cette abondance d’œufs à Pâques. Aux débuts de l'Eglise, les pécheurs publics devaient se couvrir de cendres, comme auparavant les juifs durant la période de jeûne.

LA (ou LE LAETARE) ou mi-carême est le 4e dimanche, journée de joie qui coupe le Carême : cette pause dans la pénitence permet les réjouissances car le premier mot de l'introït de la messe est « Laetare Jérusalem... ». Et c'est une journée de carnaval dans plusieurs localités

Fosses, Fleurus, La Louvière, Andenne... On y jette à profusion des confettis qui étaient autrefois des dragées que les habitants jetaient des fenêtres sur les chars et les travestis ; à Nice, en 1294, on les avait remplacées par des rondelles de plâtre ! Mais par la suite on préféra ces rondelles de papier multicolores, moins douloureuses à recevoir sur le crâne

LES RAMEAUX : cette fête rappelle les rameaux d'olivier agités par les juifs à l'entrée de Jésus à Jérusalem. Pour les vieux wallons, ce sont les Pauques flories, Pâques fleuries, et à défaut de palmes, chez nous, on utilise des rameaux de buis (pauquis) signes de la paix de Dieu : on les met sur les crucifix de la maison et sur les tombes au cimetière, pour la paix des morts. L'olivier est ce rameau rapporté par la colombe à Noé qui comprit par là que le déluge était bien fini et l'olivier est le symbole des pays du bassin méditerranéen, son aire de diffusion. Le buis fut choisi parmi les « toujours verts » et il était sacralisé par les Celtes comme symbole d'éternité (il est vrai qu'un pied de buis peut vivre 500 ans et son bois, très dur, servait à fabriquer le maillet des maîtres de loges maçonniques, des toupies, des peignes, des boîtes pour objets précieux. Chez les Grecs, le buis était consacré à Cybèle, mère des dieux, déesse de la fécondité de la terre, présidant à la résurrection de la nature et de la végétation ; son culte se célébrait à l'équinoxe de printemps (21 mars) avec un repas initiatique de pain et de vin.

(à suivre)

GARDES

Pharmaciens de garde

Jeudi 22 : Dubisy, Fosses

Vendredi 23 : Dubois, Le Roux

Samedi 24 : Dubisy

Dimanche 25 : Dubisy

Lundi 26 : Lahaut, Ermeton

Mardi 27 : Liénard, Mettet

Mercredi 28 : Mahia, Ermeton

Jeudi 29 : Mainil

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr CHARLES, tél. 071-71.23.98.

Stage pour jeunes

Un stage sportif et ludique pour les enfants de 3 à 15 ans aura lieu du 2 au 6 avril, tous les jours entre 9 et 16 h. au collège St-André à Fosses.

Prix du stage - pour les enfants de 3 à 6 ans

1.800 F pour la semaine complète ou 1.200 F pour des demi-Journées

- Pour les 7 à 15 ans : 1.800 F.

Ce prix comprend : assurance, potage à midi et collations. Une garderie fonctionne de 8 à 9 h. et de 16 à 17 h. Renseignements et inscriptions obligatoire (après 17 h.)

J.-Fr. Lorand, au 0497-71.79.78 ou au 047752.39.44 ou au 071-71.29.85

Coûrs di Walon

Èmon lès Walons Scrijeûs d'après l' Banbwès, i gn-a on coûrs di Walon po lès grands cominçants è li scole do Banbwès, di 17 eû 30 à 19 eû, tos lès vinrdis. Lès coûrs sont grâtwîts.

Inscripcions au n° 071-71.13.13.

I gn-aurè nin coûrs ci vinrdi-ci mins on r'comincerè li 30 di mârs.

Dératisation

La campagne de dératisation du printemps 2001 se déroulera les 9 et 10 avril à Fosses-la-Ville. Toute personne souhaitant le passage du technicien à son domicile est priée d'en avertir le service des travaux de la ville (tél. 071-71.31.31) avant le 6 avril 2001.

Aux amateurs de vélo

Afin de renforcer les liens qui unissent Fosses-la-Ville à la ville de Le Roeulx, le Syndicat d'Initiative renouvelle la manifestation vélocipédique entre les deux cités.

Cette année, le départ se fera de Fosses (parking du Home Dejaifve) le samedi 5 mai, à 10 heures. Le parcours emprunté s'étendra sur 77 kilomètres environ. Une bonne occasion de faire une balade en famille. Il est possible de s'inscrire au S.I. dès maintenant et jusqu'au vendredi 27 avril. Le coût de participation s'élève à 200 F par personne ; les enfants de moins de 12 ans pourront y participer gratuitement, pour autant qu'ils soient inscrits avant le 20 avril.

Tout renseignements supplémentaires peuvent être pris au Syndicat d'Initiative au 071-71.46.24.

Les Chinels

« Les Chinels ». Ce sera le thème de la prochaine exposition prévue par le Syndicat d'Initiative dans les locaux de la Maison de la Culture et du Tourisme de Fosses, place du Marché et dont le vernissage aura lieu ce vendredi 23 mars, à 19 h 30. L'idée de cette exposition est de retracer le « parcours » des Chinels, l'historique, la légende, les voyages, etc. Quelques artistes fossois exposeront également pour cette occasion, des oeuvres se rapportant aux Chinels.

L'exposition sera ouverte jusqu'au ter avril, en semaine de 9 h à 14 h et le week-end, de 10 h à 18 h.

Soirée dansante

Le comité des fêtes de Fosses organise le samedi 24 mars prochain « La Soirée des Bossus », à la salle L'Orbey ; animée par D.J., à partir de 20 h. Le prix d'entrée est fixé à 150 F avec possibilité de pré vente à 120 F.

Les cartes sont disponibles auprès d'un membre du comité : Claude Lainé, Françoise Lambert, Brigitte Romain, Stéphane Demptinne, Joëlle Bayer, Fabian Bouchat.

Souper dansant

La Compagnie des marcheurs de Haut-Vent organise un souper dansant le samedi 21 avril, en la salle L'Hautventoise, à partir de 19 h 30. Au menu : apéritif et buffet froid.

Prix : 500 F (250 F pour les moins de 12 ans). Inscriptions avant le 11 avril chez

- André Godefroid, rue Haut-Vent 14 (071-71.25.65)

- Jules Jaumotte, place Haut-Vent 10, tél. 071-71.14.85,

- ou auprès d'un officier de peloton de la Compagnie.

Souper choucroute

Le traditionnel souper du Jumelage Fosses - Orbey aura lieu le samedi 31 mars en la salle L'Orbey. Plats typiquement alsaciens : de la choucroute de Lapoutroie, aux viandes incomparables.

Rappelons-en le menu : apéritif L'Orbelais ; véritable choucroute alsacienne, ou Palette fumée garnie ; dessert ; café. Avec ambiance musicale assurée.

Participation aux frais : 550 F pour les adultes et 350 F pour enfants.

La réservation peut déjà se faire pour le lundi 26 mars, par versement sur le compte 068-2038095-55 du Comité de Jumelage, ou par tél.

- Mme Nelly Brogniez 071-87.50.63

- Mme A.-M. De Cuyper 071-71.30.47

- Mme L. Titeux 071-71.16.40

- Jean Romain 071-71.14.77

- Louis Lamy 071-71.23.64

- Lucien Boigelot 071-71.14.50

Nouvelles d'Orbey

Elections cantonales

Canton de Lapoutroie. - Jean Schuster est réélu au 1er tour conseiller général indépendant sans étiquette, avec 81,94% des suffrages exprimés par les électeurs du canton.

Elections communales

Le maire sortant Jean Schuster est réélu avec plus de 87% des suffrages. Jean Scuster a déclaré vouloir se limiter à sa commune et à son canton et a d'ailleurs annoncé que le mandat communal qui s'ouvre serait le dernier.

Nous adressons toutes nos félicitations à notre ami Jean Schuster et lui souhaitons deux fructueux mandats.

Lucien BOIGELOT

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

Qui n'a pas rêvé un jour d'être riche, de faire mille et une folies, de dépenser sans compter, de pouvoir faire les fous (et ça, je crois que je le suis un peu !).

Le lotto, ça peut rapporter gros, alors, autant mettre toutes les chances de son côté. Et pour gagner, il importe de connaître la valeur des chiffres. Certains sont favorables, d'autres moins ; il faut savoir les combiner ! Ainsi, le 0 est rarement un chiffre favorable lorsqu'il est isolé. Combien de fois ce 0 a-t-il été à la base de conflits familiaux, surtout pendant la période de scolarité. En revanche, ce 0 accompagné de nombreux petits camarades et précédé, au pis, du chiffre 1, prend un aspect tout à fait plaisant lorsqu'il figure sur un chèque qui vous est destiné.

Le 1 est un numéro un peu fruste,

même barbare, d'où son nom de Hun. En effet, il a tendance à tout envahir et là où il passe, on dit que l'herbe ne repousse pas. Solitaire par définition, individualiste, il est cependant le seul pour lequel il existe un féminin : une.

Le 2 est perçu comme un signe viril, pour des raisons que mon innocence ne me permet pas de comprendre. II apparaît très souvent dans des expressions triviales telles que « si ma tante en avait deux ... » ; en fait, deux quoi ? deux bras, deux jambes, mystère ? II en va, paraît-il de même, dans la hiérarchie catholique, d'où cette amusante particularité concernant son chef, le pape :

« duos habet et bene pendentes » comme ils disent. Bref, un chiffre qui vous pose un homme.

Des autres chiffres, je vous parlerai une prochaine fois.

Keskidi

Pensée de la semaine

Mourir de rire, c'est se fendre la pipe, puis la casser

I Photo rétro

Fusion des polices en 1978 !

Parlait-on déjà de fusionner Gendarmerie et Police locale en 1978 ? C'est du moins ce qui ressort de cette photo où les deux corps de police sont réunis à l'Hôtel de Ville, autour du bourgmestre Albert Haguinet. Elle témoigne en tout cas que les rapports ont toujours été excellents. Aujourd'hui, ce sont nos policiers qui ont rejoint la Gendarmerie.

Sur cette photo

- assis : Michel Latteur, Philippot (G.), Albert Perot, Elie Lainé.

- debout: Didion (G.), Guy Leclercq, Emmanuel Drèze,Victor Bolle, A. Collard (G.), Albert Haguinet, Dominé (G.), Willy Motte, commissaire, E. Kubjak (G.), Emile Gosset (G.), Mathot (G.).

RUS Fosses

plus que quelques jours

Alain Courtois, secrétaire général de l'Union Belge de Football, dans une lettre du 14 mars adressée à Daniel Piet, ex-secrétaire de la RUS Fosses, mais seul interlocuteur valable aux yeux de l'Union Belge, demande instamment qu'un comité soit formé à la RUS Fosses, avant le 28 mars, faute de quoi la procédure de radiation du club sera entamée. Il reste quelques jours pour trouver un président, un secrétaire et un trésorier 1 Le comité doit compter un minimum de 5 personnes pour être reconnu par l'URBSFA. Avis aux joueurs et aux amateurs (ils doivent être affiliés à l'Union Beige), les places de dirigeants de la RUS Fosses sont vacantes. Il y a du travail pour les personnes disponibles, qui ont du temps à consacrer à la jeunesse sportive. Une précision qui a son importance ; ces fonctions sont bénévoles ; les comitards ne reçoivent pas de primes de match. C'est peut-être la raison pour laquelle, jusqu'à présent, aucune candidature n'a été introduite ? D.P

Théâtre wallon

Deux pièces wallonnes de notre auteur locale Françoise Honnay, seront jouées prochainement dans la région

- Le samedi 24 mars à 19 h 30 et le dimanche 25 à 15 h 30, à la salle Patria d'Arsimont, le Théâtre wallon des Bachères et ses Gais Lurons (Tamines Bachères), interpréteront

« C'n'èst pus d' voste âdje ». Tél. Nicole Delcroix au 071-76.00.89.

- Le samedi 31 mars, à 19 h et le dimanche 1er avril, à 16 h, en la salle « Notre Tanière » à Bossière Saint-Gérard : « Rosse di Tchèt ». Tél. chez Raymond Tarte 071-79.87.63.

Vie pratique

Voici le printemps ; en fin, presque. Soyons positifs. Un bémol toutefois : le retour des beaux jours coïncide avec le retour des insectes. Ils dérangent parfois notre confort mais c'est vrai, ils n'en sont pas moins très utiles. Ils jouent un rôle considérable dans la chaîne alimentaire et sans certains d'entre eux, notre existence serait gravement menacée. Je ne vous parlerai ici que de ceux qui nous créent le plus de frayeur, à savoir les guêpes et les abeilles. Si je m'y attache aujourd'hui, c'est parce que, chaque année à la même époque, reviennent dans la plupart des magazines, les mêmes erreurs. Une guêpe peut piquer autant de fois qu'elle veut, elle retire son dard à chaque fois. Il n'en va pas de même pour l'abeille qui laisse toujours son dard dans la plaie.

Que disent le plus souvent les revues à ce sujet : enlever le dard avec une pince à épiler. Grossière erreur avec le dard restent les glandes et les réservoirs à venin ; en les pressant avec une pince à épiler, vous injectez la totalité du venin. Alors, comment agir ? Gratter avec votre ongle ou la lame d'un canif sont de loin préférables. Dans la majorité des cas la piqûre entraîne un œdème qui disparaît après quelques jours. Que faire après avoir enlevé le dard, sinon essayer de soulager la douleur. Il existe en pharmacie des pommades plus ou moins actives mais on n'en a pas toujours sous la main. Viennent ensuite les remèdes de « bonnes femmes » : frictionner avec du vinaigre. Surtout pas : les venins sont, dans leur composition, acides. Il faut donc, pour les neutraliser, une base, d’ammoniac par exemple. Que reste t il ? Frictionner avec une tige de souci (calendula) apaise la douleur ; agir de même avec un oignon, ou une tige de poireau. Tous ces conseils ne valent bien sûr que pour les cas bénins. La localisation de la piqûre a une très grande importance et si la personne touchée souffre de troubles plus sérieux, il est vivement conseillé de consulter un médecin.

Li Mouchtî.