N°11  16 mars2001

Etat civil 

MOIS DE FÉVRIER

Naissances

Le 15 à Montigny-le-Tilleul : Loïc Moreau, fils de Gaétan et de Sabine Dambremez, Sart-Eustache.

Le 15 à Charleroi : Olivier Delefortrie, fils de Bertrand et de Cécile Taormina, Aisemont.

Le 16 à Sambreville : Stecy Michiels, fille de Yves et de Magali Theys, à Aisemont.

Le 18 à Montignies-sur-S. : Nevada Hocquet, fille de Karine, Aisemont.

Le 18 à Namur : Gauthier Maudoux, fils de Henri et de Sandrine Vandeloise, Vitrival.

Le 28 à Sambreville : Noah Lescart, fils de Fabien et de Nathalie Vandooren, de Vitrival.

Publications de mariages

Emmanuel Finfe, 23 ans et Mélanie Thirifays, 21 ans, habitant tous deux rue de Walcourt à Vitrival.

Lucien Theys, 38 ans et Christine Demaret, tous deux rue Grande 38 à Le Roux.

Décès

Le 1er février à Sambreville : Emile Lebrun, veuf de Andrée Rouart,

né le 3 décembre 1928, rue de la Maladrie, Le Roux.

Le 2 février au Home : Madeleine Guillaume, veuve de Charles Servais,

née le 2 octobre 1908, Mettet.

Le 3 février au Home : Cordula Bracke,

née le 20 février 1918, de Orp.

Le 6 février : Georgette Lefèvre, veuve de Servais Duchesne,

née le 15 novembre 1928, chaussée de Charleroi, Vitrival.

Le 9 février au Home : Fernand Iperssiel, époux de Simone Boulanger,

né le 17 juin 1920, d'Andenne.

Le 15 février au Home : Michel Scollaert, veuf de Madeleine Begon,

né le 21 octobre 1922, de Dave.

Le 19 février à Sambreville : Jean-Luc Charue,

né le 24 juillet 1957, rue du Marché à Fosses.

Le 23 à Yvoir : Justin Senzot, époux de Esther Germain,

né le 11 juin 1938, rue du Long Try, Le Roux.

Bourse d'été

Vêtements et puériculture

Une bourse aux vêtements et articles de puériculture aura lieu en la salle des fêtes de Saint-Gérard.

1. DÉPOTS : salle des fêtes, place de Brogne à Saint-Gérard le mercredi 21 mars de 16 à 20 h ou le jeudi 22 mars, de 13 à 17 h. Quinze vêtements d'été pour enfants et jeunes (de 0 à 18 ans), repris sur une liste dans l'ordre, avec le prix demandé et la taille. Nous n'acceptons qu'un dépôt par famille et deux de familles différentes par personne présente. Gratuité du dépôt (15 articles) pour les membres en règle de cotisation 2001 (Ligue des Familles) ou 5 F par vêtement pour les non-membres. Maximum 5 vêtements de 0 à 1 an. Confiez des vêtements impeccables et de mode.

2. VENTE : salle des fêtes, place de Brogne à Saint-Gérard, le samedi 24 mars, de 9 à 11 h pour les membres en règle de cotisation 2001. De 11 h à 15 h 30 pour tous.

3. REPRISE DES INVENDUS. – Les invendus doivent être repris à la salle, obligatoirement, le samedi 24 mars, entre 19 h et 19 h 30. Les vêtements non repris seront la propriété de la Ligue des Familles qui en fera don, le soir même.

Toute réclamation éventuelle est à effectuer le jour même de la Bourse.

Renseignements et contacts : tél. 071-72.80.45.

Prochaines bourses - Bourse d'Hiver le 29 septembre.

- Bourse aux jouets : le 10 novembre.

Renversée

Mardi dernier, vers 13 heures, avenue Albert 1er à Fosses, Mme Nadine De Haes, 79 ans, de Schaerbeek, a été heurtée par un véhicule de passage et renversée. Blessée, la dame a été conduite à la clinique Reine Fabiola à Auvelais, par l'ambulance de Fosses.

Dératisation

La campagne de dératisation du printemps 2001 se déroulera les 9 et 10 avril à Fosses-la-Ville. Toute personne souhaitant le passage du technicien à son domicile est priée d'en avertir le service des travaux de la ville (tél. 071-71.31.31) avant le 6 avril 2001.

Grands feux

Après ceux de Fosses, Vitrival, Aisemont et plus récemment, ceux de Haut-Vent et de Sart-Eusache, les grands feux se poursuivent ce week-end et le ciel fossois se teintera de rouge ce samedi avec les grands feux à Bambois, à Le Roux (organisé par le Volley-Club) et à Névremont.

Toutes les sections ont donc poursuivi la tradition. Il reste Sart-Saint-Laurent qui, cette année, ne semble pas avoir trouvé d'organisateurs. Alors, pour quand la relève ?

Le concert

Sympathique soirée samedi dernier en l'église de Sart-Saint-Laurent, où une chorale d'enfants du village, dirigée par Mme Véronique Henrard, a obtenu un réel succès. Chansons variées, alliées à la comédie - avec Charlot et le duo Laurel et Hardy - et la distribution de tartes à la crème aux parents, tout cela fut interprété dans une ambiance familiale très appréciée. Ce fut ensuite, la chorale d'adultes, nouvellement structurée, obtint aussi, bien sûr, sa part d'applaudissements. Et enfin, la réputée chorale mixte, formation chevronnée, Les Bardes de la Meuse, clôtura cette plaisante soirée qui apporta un peu de divertissement pour le village.

Dix ans de théâtre wallon

Depuis dix ans déjà, le village de Sart-Eustache possède son théâtre wallon. Et à l'occasion de cet anniversaire, le programme de la troupe Li Saut al' Stache s'était voulu plus complet que les autres années. Et ce fut un succès : tant les petits (les Kinikes) que les grands, tous les acteurs ont très bien interprété leur rôle et il faut avouer qu'après dix ans, ce sont maintenant des acteurs chevronnés qui enchantent les spectateurs, nombreux lors des trois représentations, et qui n'ont pas ménagé leurs applaudissements.

La vie associative sartoise n'est pas prête de s'éteindre

Randonnée au bois

L'asbl Droit et Respect à la Nature veut maintenir et faire connaître les beautés du village de Sart-Eustache, de ses bois et campagnes proches. Le 4 de ce mois, elle invitait les amoureux de la promenade et de la nature à vivre une journée au grand air. Et ce fut une réussite, juste récompense pour un groupement qui réunit plus de 150 membres dans une ambiance toujours très familiale, qui contribue aussi à maintenir une vie sociale indispensable, à une époque où les familles auraient tendance à s'isoler. Une association qui s'applique aussi et surtout à réaménager des sentiers abandonnés, pour promouvoir la promenade et permettre ainsi de découvrir des endroits inconnus de la plupart des habitants. L'assemblée générale de l'asbl aura lieu le mardi 20 mars, à 20 h, à l'ancienne Maison communale de Sart-Eustache. A l'ordre du jour : bilan 2000 et budget 2001 ; décharge aux administrateurs ; démissions ; nomination de deux commissaires aux comptes ; Election des administrateurs dont Peggy Greer et Freddy Giele ; rencontre avec les habitants de l'entité. Une carte de membre au prix de 1 euro (40 F) sera proposée. Un verre de l'amitié, ainsi qu'un morceau de tarte artisanale seront gracieusement offerts.

La course à Max

Les joggeurs seront à la fête le samedi 12 mai à Le Roux, dans une course appelée « La Course à Max » comptant pour le challenge Akileïne.

Différentes courses sont prévues suivant les catégories d'âge

A partir de 15 h : courses pour les enfants

- 5 à 8 ans : 400 mètres

- 9 à 11 ans : 1.200 mètres

- 12 à 14 ans : sur 2.400 mètres

Dès 16 h : course pour les adultes (11 km 300).

Prix en espèces pour hommes et dames et un prix au 1 er classé habitant l'entité. Des lots pour tous les participants classés et des lots spéciaux pour les courses des enfants.

Informez-vous en consultant les pages jogging sur Internet du Volley Club de Le Roux et profitez du tarif pré-inscription jusqu'au 1 er mai

adultes 160 F au lieu de 200 F sur place et 50 F au lieu de 60 F pour les enfants

http://www.multimania.com/vcleroux

Le grand feu

Une fois de plus, les Gadis ont bien fait les choses pour assurer la tradition du grand feu. Le beau temps n'était pourtant pas au rendez-vous, ce qui est d'ailleurs rare pour ce genre de divertissement, mais les Gais Lurons étaient au poste, de même qu'un joyeux peloton de militaires dans un accoutrement peu habituel. Poursuivant le programme prévu, tambours, masqués et travestis ont participé à l'allumage du bûcher et à la soirée dansante qui devait permettre la remise de récompenses aux groupes les plus remarquables.

Une éphémère Ecole industrielle à Fosses ?

Avant la création de l'Ecole industrielle - dont il est question sur le document ci-dessous - il existait à Fosses une Ecole d'adultes pour laquelle nous possédons peu de renseignements.

Le 30-6-1928, l'assemblée du Conseil communal signalait à son

.. ordre du jour : « Ecole d'adultes (où était-elle et depuis quand ?) : modification du programme. Eventuellement, remplacement des cours par la lre année du cours industriel ».

Le 15-7-1928, Le Messager de Fosses précisait (extraits) : « A la suite de ce qu'ont annoncé certains journaux, plu, sieurs personnes nous ont demande sil s'agissait de créer à Fosses une école industrielle comme il en existe, par exemple, à Tamines et à Châtelet. Il s'agit simplement de remplacer les cours de l'Ecole d'adultes, qui n'ont plus de raison d'exister, premièrement parce qu'ils ne sont plus suivis et en second lieu parce qu'ils ne répondent plus aux nécessites de l'instant. L’Ecole d'adultes serait donc remplacée par des cours de I'Ecole industrielle, à la condition qu'il y ait un minimum d'élèves de Fosses ou des environs. Ceci réduirait sensiblement les déplacements et les frais de la première année pour les jeunes gens qui se destinent a suivre les cours, toujours très intéressants, d'une Ecole industrielle... ».

L'Ecole industrielle étant lancée, on la dota d'un local, savoir l'Ecole communale des garçons. Une commission administrative fut investie pour la diffusion de la nouvelle institution, notamment auprès des parents.

Le 4-8-1928, l'assemblée du Conseil communal, à huis clos, procéda à la nomination de 4 membres du Bureau administratif des cours et, en sa séance du 1-9-1928, le dit Conseil procéda aussi, de même à huis clos, à fa nomination de 3 professeurs, savoir

1. M. Ferdinand Martin, de Fosses, en qualité de directeur et de professeur de français;

2. M. Gustave Melchior, d'Auvelais, pour les cours de dessin et de géométrie ;

3. M. Ulysse Huvelle, de Fosses, pour les cours d'arithmétique et d'algèbre.

MM. Radoux, de Walcourt et Lucien Charles, de Falisolles, ne furent pas retenus.

Le 24-11-1928, le Conseil communal prouva le budget de cette Ecole industrielle (exercice 1928-29) et le 163-1929, proposa l'envoi de délégués de l'Etat au sein de la dite Commission.

Le lecteur trouvera des renseignements très explicites en lisant le document ci-joint.

Mais, que devint l'institution ? A vrai dire, nous n'en savons strictement rien. Toutefois, le doyen Crépin précise que cette Ecole fut éphémère. En effet, les archives paroissiales conservaient, naguère, ces lignes écrites de sa main, et qui en disaient long : « Fiasco d'un essai d'Ecole industrielle à Fosses, organisée par la ville dans les locaux de l'école communale des garçons ». Suivait le millésime 1929.

Qui en connaîtrait davantage à ce sujet ? D'ores et déjà, merci.

R.A.

Fosses - En Leiche

Cette belle propriété ceinturée par un grillage, est la propriété du pharmacien Jacques Mainil.

On sait tout d'abord que cette maison fut celle du juge Mélan qui avait fait faire, au milieu du jardinet qui se cache derrière ce grillage, une tourelle entourée de grilles. Cela à la suite de demande` réitérées de sa femme et de ses quatre filles. Pas très d'accord de faire réaliser ce chef-d’œuvre (!), il y avait placé un écriteau sur lequel il avait inscrit, avec cinq F bien en évidence : « Filles, Femme, Font Faire Folies Par après, cette pompeuse demeure fut rachetée par le juge Jacqueminot. Elle devint ensuite propriété du pharmacien Mainil (père) qui l'occupait avec son épouse et son fils ; c'est aujourd'hui le fils Jacques qui l'occupe.

A droite, on aperçoit la maison du doyen du Chapitre. C'est un bâtiment du 17e siècle, adossé à la tour Blanmont qui faisait partie des remparts notgériens. Cette tour fut vendue comme bien noir lors de la Révolution française et achetée par le notaire Destrée qui lui donna son nom. Ce notaire décéda en 1916. La propriété fut achetée par Alfred Thiran de Maredret. Ensuite revendue à la famille Arnould-Kaisin qui l'occupa dès 1928. Devant le grillage fut placé un banc pour permettre aux retraités et personnes âgées de s'y reposer tout en regardant le passage des voitures, nombreuses à cet endroit. On sait que Madame Delmotte, avant la seconde guerre, avait fait placer à ses frais, à quelques endroits de la ville, des bancs pour permettre aux vieilles personnes de s'y asseoir. Et ce n'est pas par hasard qu'au moment de cette photo, deux personnes se trouvent à cet endroit, car il est judicieusement placé. Le banc offert par Madame Delmotte a été bien sûr remplacé, aux frais cette fois de la commune . On remarque aussi un îlot directionnel qui a disparu lors des récents travaux.

Fêtes de saison

On a beaucoup parlé, ces derniers temps, de l'antiquité des grands feux. Un spécialiste du folklore wallon, Jean-Marie Pierret, en parlait encore voici peu dans Vers l'Avenir et il précisait que cette coutume, dont les dernières traces écrites remontent au Moyen Age, a en fait des origines préhistoriques. Les fêtes de carnaval dérivent de très anciens rites magiques de danses et d'orgies par lesquelles les hommes des premières civilisations pensaient stimuler la fécondité de la terre. Dans les premières civilisations agraires, le passage d'une saison à l'autre était marqué par des fêtes, chez les Celtes notamment. Des rites bien particuliers servaient à invoquer les puissances divines pour obtenir de bonnes récoltes (comme saint Feuillen l'est chez nous par des processions). Et ces fêtes païennes ont été reprises et christianisées par la religion catholique s'implantant parmi nos populations, car elles étaient tellement ancrées qu'il était impossible de les supprimer : l'Eglise dut donc bien s'en accommoder...

Au Moyen Age, le carnaval primitif avait perdu son sens, mais l'approche du Carême et de ses privations de nourriture (le mot carnaval vient du latin carne leva - abstiens-toi de viande ; devenu en bas-latin carnelevamen et en italien carnaval, est devenu une période de défoulement avant l'abstinence. Les gens se déguisaient en ce qui leur fait peur dans les Pyrénées, avec des peaux d'ours ; ou ce qui les amuse : chez nous avec le succès de la Comedia del Arte, les comédiens itinérants italiens et cela a donné le polichinel, notre Chinel. Si nous en revenons aux grands feux, on peut en trouver trace dans les archives des comptes communaux : la commune fournissait une corde de bois, soit près de 4 stères, à la jeunesse) aux années 1682, 1711, 1741 , 1751). Ces réjouissances étaient étrangères au cycle chrétien (pas de réjouissances pendant le Carême, sauf le dimanche de Laetare) et étaient considérées comme superstitions. C'est donc un rite millénaire évoquant le feu nouveau (repris dans la cérémonie de la veillée pascale), le retour de la lumière avant la fin de l'hiver.

Mais c'est tout au long de l'année que s'égrènent les fêtes porteuses de riches symboles

- LE JOUR DE L'AN se marque en passant sous une couronne de gui en disant « Au gui l'an neuf » qui serait en fait une mauvaise interprétation d'une formule celtique. Le gui coupé au solstice d'hiver (21 décembre), début de l'allongement des jours devient jaune-or, d'où son nom de « rameau d'or ». Le premier jour de l'année est aussi celui des étrennes c'était déjà le cas dans la Rome antique, le jour des calendes de janvier du calendrier julien (de Jules César) où l'on s'offrait des cadeaux.

- L'EPIPHANIE ou FÊTE DES ROIS est aussi une adaptation d'une fête antique : à Rome, les Saturnales, fêtes en l'honneur de Saturne, étaient marquées d'un gâteau rituel contenant une fève qui désignait le roi de la journée, même domestique ou esclave. L'Eglise l'a remplacée par la fête des Rois mages venus adorer Jésus après sa naissance dans la crèche. C'étaient en réalité des prêtres perses, astronomes. Nous avons gardé la coutume de la fève et du « roi » de ces Saturnales romaines. Notre Epiphanie tombe le 6 janvier, mais depuis le Concordat de Napoléon en 1801, elle est reportée au dimanche suivant.

FEVRIER

C'est le mois de la Chandeleur ou fête des chandelles. Selon la loi juive, la femme qui avait accouché d'un mâle était considérée comme impure et le 7e jour devait se présenter au temple avec une offrande : nos grands-mères ont encore connu ces « relevailles » obligatoires. La Chandeleur est aussi le jour des crêpes : il fallait un complément gastronomique

à la liturgie. (à suivre)

GARDES

Pharmaciens de garde

Jeudi 15 : Maquille, Saint-Gérard

Vendredi 16 : Nysten, Bioul

Samedi 17 : Chapaux, Biesme

Dimanche 18 : Chapaux, Biesme

Lundi 19 : Trigaux, Mettet

Mardi 20 : Boxus, Fosses

Mercredi 21 : Chapaux, Biesme

Jeudi 22 : Dubisy, Fosses

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr WILLEM, tél. 071-71.31.24.

Cinébus

Ce lundi 19 mars, à 19 h 30, sur la place du Centenaire à Fosses, le Cinébus présentera le film : « La Ligne verte » (190 min.) avec Tom Hanks, D. Morse... (enf. admis).

Entrée : 120 F (enfants moins de 12 ans : 100 F). Réduction aux membres de la Ligue des familles.

Réservations souhaitées : 07171.46.24 (B. Michel), au Centre communautaire, pl. du Chapitre 12.

Résumé

Pensionnaire âgé d'une maison de retraite, Paul Edgecomb ne peut réprimer son trouble, un soir, à la vision d'un extrait du film Top-Hat. II confie alors à son amie Elaine les événements qui se sont produits soixante ans auparavant, alors qu'il était gardien-chef à la section du Couloir de la Mort (baptisée « la ligne verte » en raison de la couleur de son linoléum), au pénitencier de Cold Moutain, en Louisiane. Cette année là, en 1935, il rencontre John Coffey, un géant noir condamné pour le viol et le meurtre de deux fillettes. Surpris par la candeur du colosse et témoin de ses dons magiques, il vient à douter de sa culpabilité...

Chez les petits Chinels

Répétition le 21 mars, pour les petits Chinels, dans la salle du Collège de l'Hôtel de Ville, à 18 h 30.

Et rendez-vous à tous les Chinels, à 14 heures, le dimanche 25.

Le Comité

A la Philharmonique

La Société royale Philharmonique tiendra son assemblée générale annuelle le jeudi 29 mars dans la salle de réunion située avenue Albert 1er (ancien Nopri). Au cours de cette réunion, l'assemblée doit élire le nouveau président de la société en remplacement de M. Daniel Piet qui a demandé, il y a quelques mois, à être déchargé de cette fonction pour raison de santé.

Tous les membres en règle de cotisation sont cordialement invités à cette assemblée où les membres du comité rendent compte de leur gestion au cours de l'année écoulée. A cette occasion, la société fait appel à toute personne de bonne volonté pour étoffer son comité. Le comité se réunit 5 à 6 fois par an pour élaborer la gestion de la société et de son école de musique et aider le chef de musique dans la réalisation des diverses prestations.

Toute personne souhaitant lui apporter son aide sera la bienvenue. A cette fin, vous pouvez contacter

- Cl. Barthélemy, chef de musique, tél. 071-71.31.54

- P. Lepinne, trésorier, 071-71.14.90

- E. Binamé, secr., 071-71.29.25.

Stage pour jeunes

Un stage sportif et ludique pour les enfants de 3 à 15 ans aura lieu du 2 au 6 avril, tous les jours entre 9 et 16 h. au collège St-André à Fosses.

Prix du stage pour les enfants de 3 à 6 ans

1.800 F pour la semaine complète ou 1.200 F pour des demi-Journées

- Pour les 7 à 15 ans :1.800 F.

Ce prix comprend : assurance, potage à midi et collations.

Une garderie fonctionne de 8 à 9 h. et de 16 à 17 h.

Renseignements et inscriptions obligatoire (après 17 h.) :

J.-Fr. Lorand, au 0497-71.79.78 ou au 047752.39.44 ou au 071-71.29.85

Cours di Walon

Èmon lès Walons Scrîjeûs d'après l' Banbwès. A paurti do vinrdi, li 16 di mârs, i gn-aurè on coûrs di Walon po lès grands cominçants è li scole do Banbwès, di 17 eû 30 à 19 eû, tos lès vinrdis. Lès cours sont grâtwits.

Inscripcions au n° 071-71.13.13.

Aux amateurs de vélo

Afin de renforcer les liens qui unissent Fosses-la-Ville à la ville de Le Roeulx, le Syndicat d'Initiative renouvelle la manifestation vélocipédique entre les deux cités.

Cette année, le départ se fera de Fosses (parking du Home Dejaifve) le samedi 5 mai, à 10 heures. Le parcours emprunté s'étendra sur 77 kilomètres environ. Une bonne occasion de faire une balade en famille. Il est possible de s'inscrire au S.I. dès maintenant et jusqu'au vendredi 27 avril. Le coût de participation s'élève à 200 F par personne ; les enfants de moins de 12 ans pourront y participer gratuitement, pour autant qu'ils soient inscrits avant le 20 avril.

Tout renseignements supplémentaires peuvent être pris au Syndicat d'Initiative au 071-71.46.24.

Souper-dansant

La Compagnie des marcheurs de Haut -Vent organise un souper-dansant le samedi 21 avril, en la salle L'Hautventoise, à partir de 19 h 30.

Au menu : apéritif et buffet froid.

Prix : 500 F (250 F pour les moins de 12 ans). Inscriptions avant le 11 avril chez

- André Godefroid, rue Haut-Vent 14 (071-71.25.65)

-Jules Jaumotte, place Haut-Vent 10, tél. 071-71.14.85,

- ou auprès d'un officier de peloton de la Compagnie.

Concours de couyon

Le service Animation du Home Dejaifve a le plaisir de vous inviter à son concours de couyon de printemps qui se déroulera ce vendredi 16 mars. Les inscriptions débutent à 13 h 30 et le concours commence vers 14 heures.

Les frais de participation sont de 100 F ; chacun recevra un lot, une pâtisserie et du café. Le transport sera assuré pour les personnes qui ont des difficultés à ce sujet.

Pour tout renseignement, s'adresser à

Mme Calande ou Mme Clause au 071-26.58.11.

Soirée dansante

Le comité des fêtes de Fosses organise le samedi 24 mars prochain « La Soirée des Bossus », à la salle L'Orbey ; animée par D.J., à partir de 20 h. Le prix d'entrée est fixé à 150 F avec possibilité de prévente à 120 F.

Les cartes sont disponibles auprès d'un membre du comité :

Claude Lainé, Françoise Lambert, Brigitte Romain, Stéphane Demptinne, Joëlle Bayer, Fabian Bouchat.

Du cirque au Collège

Les élèves de l ère B du collège StAndré de Fosses présenteront un spectacle de cirque le vendredi 16 mars à 19 h. 45, en la salle du Collège. L'entrée sera gratuite.

Ce spectacle inédit préparé par les élèves sera suivi d'une petite restauration à prix démocratique : boulettes-frites ou filet américain. La réservation peut se faire au

07171.13.22. Invitation à tous.

Les Chinels à Canal C

On sait que nos Chinels, lors de leur voyage en Louisiane, étaient accompagnés de deux représentants de canal C, la TV communautaire namuroise.

Leur reportage passera sur nos écrans ce mardi 20, dès 18 heures, et en boucle. Ne manquez donc pas cette occasion de vivre quelque temps l'ambiance qu'ont connue les représentants de notre folklore, dans ce lointain pays.

Fost-Plus

Le prochain ramassage des papiers et cartons aura lieu

- le mardi 20, pour Fosses : Bambois et Sart-St-Laurent

- le jeudi 22, pour les sections de Sart-Eustache, Le Roux, Vitrival, Aisemont et Névremont.

Le ramassage des emballages PMC (bouteilles et flacons plastique, cartons boissons, emballages métalliques), en sacs bleus, le mercredi 21, pour toutes les sections.

Signalons aussi que le premier ramassage des encombrants aura lieu les 26 et 30 de ce mois ; nous le rappellerons prochainement.

Conseil communal

La prochaine réunion du Conseil communal aura lieu le lundi 19 mars, à 19 h 30, en la salle du Conseil de

l'Hôtel de Ville. Voici les principaux points de l'ordre du jour

- Fixation des jetons de présence des conseillers.

- Projet d'achat d'un véhicule utilitaire pour le service ambulance

- Conventions pour occupation d'un local à l'ancien Nopri : pour le service Croix-Rouge et pour la Mutuelle chrétienne section de Fosses.

- Octroi du titre honorifique de fonction de bourgmestre pour M. Lucien Boigelot.

- Enseignement : emplois vacants pour années scolaire 2001-2002.

Les organisateurs du grand feu de Haut -Vent, accompagnés de quatre musiciens qui assuraient l'ambiance, lors de leur tournée dans le hameau, samedi dernier. Derrière, un masqué peu rassurant était de la partie.

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

Les seniors voyagent gratos, à quel prix ?

Les médecins, sociologues, psychologues, pédagogues et surveillants de dortoirs sont formels et unanimes : il est préférable d'utiliser les transports en commun. Ceci dit, tout est loin d'être rose en ce domaine. Tenez, prenez l'exemple du métro : des milliers de personnes l'utilisent quotidiennement et souffrent en silence d'effroyables lacunes que personne n'ose dénoncer. Quelques légères améliorations apporteraient un bien-être certain aux usagers. Jugez plutôt

- installation d'un système de réservation des places debout, afin d'éviter le désagrément d'être du côté qui ne s'ouvre pas à la station où l'on va descendre ;

- suppression de tout contrôle du titre de transport pour les personnes munies d'un billet en règle ;

- la présence de distributeurs automatiques de déodorants, dits corporels, dans les wagons ; il en va de même dans les bus.

Je m'arrête là, ne forçons point notre talon, disait Achille, car à chaque jour suffit sa peine et à chaque pêne suffit sa clé !

Keskidi

Pensée de la semaine agricole

Que celui qui n'a jamais péché fasse en sorte de me rater quand il lancera la pierre !

Naissance: Jerr Lewis, 1926.

Dernière nouvelle

Pour la première fois au Salon de l'Aéronautique : un hélicoptère a égalé les performances d'un hydravion : il s'est posé sur une flaque d'eau !

Le premier souper américain, samedi, avait attiré pas mal de convives, à la salle l'Orbey (155 + 17 enfants) : un véritable succès. Un comité de Jumelage a été créé (photo) et cherche à renouveler les contacts avec la petite localité de Washington, en Louisiane, là où des Fossois se sont rendus il y a deux ans et où les Chinels sont allés pour la seconde fois, tout récemment.

SAMBREVILLE – FOSSES 3 - 0

Le premier quart d'heure est à mettre à l'actif de Sambreville, avec des essais cadrés de Dache, El Maraki et Boumeddiane, mais Lorand préserve ses filets. Le danger se précise quand, à la 18e, Lorand repousse un tir de Scochilone dans les pieds d'El Maraki, qui n'obtient qu'un coup de coin. Fosses laisse passer l'orage et à la 25e, l'inévitable Rasetta s'infiltre dans la défense sambrienne et offre une occasion trois étoiles à Spineux, dont le tir est dégagé en catastrophe. Sambreville domine la fin du premier acte, mais sans se montrer réellement dangereux. Quant aux visiteurs, ils essayent de profiter de leurs rares attaques pour porter le danger. Ainsi, quatre minutes avant le repos, Gyetvai, isolé par Rasetta, donne le frisson aux supporters visités.

A la reprise, les visités font le siège de Lorand, voulant à tout prix faire le break. A la 50 e, un tir de Malhaise dévié oblige Lorand à une grande parade. Cinq minutes plus tard, une mêlée homérique dans le petit rectangle ne permet pas à El Maraki et à Boumeddiane d'ouvrir le score. La délivrance visitée arrive à la 60e quand, sur passe de Malhaise, Boumeddiane ne laisse aucune chance au valeureux Lorand. Sambreville continue à pousser, mais cette domination reste stérile. A la 73e, un tir de M. Jaumotte ne passe pas bien loin des buts défendus par Degraux. C'est El Maraki qui met fin à tout suspense à un quart d'heure du terme, en plaçant le ballon au fond de la cage, après avoir effacé deux adversaires. A la dernière minute, Dache pousse le ballon resté collé dans la boue pour donner au score son allure définitive.

Arbitre : M. Labar.

Carte jaune: Boumeddiane.

Buts: Boumeddiane (60e, 1-0), El Maraki (75e, 2-0), Dache (90e, 3-0).

SAMBREVILLE : Degraux, Vanderstockt, Boisdequin (52e, Kessi), Plantin, Kaya, Fuino, Dache, El Maraki, Scochilone, Boumeddiane, Ylmaz (28e, Malhaise).

FOSSES : Lorand, Vandeput, Spineux, Colinet, Rasetta, Tasiaux (75e, Devlieghere), Gilson (58e, J-F. Simonis), Gyetvai, M. Jaumotte, Renaux, Charlot (28e, G. Simonis).

BAMBOIS - FLOREFFE 5 - 1

En l'absence de l'arbitre officiel, M. Mathot dirigea la rencontre, à la satisfaction générale. Dès la 5e, les « Plagistes » ouvraient le score via un auto-goal (1-0). A la 35e, un coup franc de Frédéric Libert fut repris, par Migeot, de la tête sur le piquet et Sébastien Wauthelet, à l'affût, doubla la mise.

A l'heure de jeu, Sizaire était accroché dans le rectangle et Lambiotte transformait le coup de réparation (2-1). A la 62e, Frédéric Libert, d'un tir des 35 mètres, fit mouche (3-1). A la 85e, Bambois ajoutait une quatrième rose suite à un nouveau auto-goal. A la 87e, Dardenne fixait le marquoir à 5-1 en ponctuant une passe de Dogot.