N° 10  9 mars 2001

Il y a 50 ans

Mars 1971

- II est demandé, par voie de presse, que les caisses de cendres lors du ramassage hebdomadaire, ne soient plus si lourdes et limitées à environ 20 kg ; des caisses qui doivent être soulevées à 1 m 80 pour être versée dans le camion.

- Le Roux comptait, au 31 décembre 1950 : 667 habitants, soit 18 de plus que l'année précédente.

- Le recensement agricole qui se faisait chaque année précise qu'à Fosses, on relevait le nombre de 141 chevaux + 16 à usage non agricole, 1.315 bovidés, 34 chèvres, 188 moutons, 233 porcs, 4.038 volailles et 33 ruches.

- Le même recensement à Aisemont donne : 44 chevaux, 320 bovidés, 20 moutons, 111 porcs, 3 chèvres (pour des Gadis, c'est peu !), 693 volailles et 17 ruches.

Il ya100ans

N°6 du 10 février 1901

Liste des miliciens pour la levée de 1901

Aisemont : Firmin Borbouse, Emile Charlier, Camille Deguide, Alfred Dewez, Justin Lambillotte, Jules Marchand, Camille Migeot, J.-B. Pirlot, Léopold Villers.

Ajournés : Alexis Jonart, Camille Dewez. - Dispensé : Joseph Mélan.

Le Roux : Eugène Cerfaux, Jules Cerfaux, Antoine Cools, Joseph Cools, Joseph Dubois, Alphonse Ernest, Jules Mouyard.

Dispensés : Jules Deventer, François Quarrez, Victor Morenville.

Vitrival : François Defosse, Joseph Gosset, Léon Jadin, Joseph Mazuy, Pierre-J. Noël, Donat Parent, Emile Tahir.

Ajournés : Jules Barthélemy, Joseph Deboutte, François Galand, Emile Guyaux.

Sart-Saint-Eustache : Adhémar Gilles, Georges Jacquet.

Ajournés : Camille Piette, Adelin Duchenne, Félicien Mathieu, Louis Fauchet.

Sart-Saint-Laurent : Georges Parent, Alfred Rifflard, Frédéric Simon, Jules Warnier.

Fosses : Auguste Biot, Jules Biot, Léon-F. Colin, Florent Crame, Georges Crame, Zénon Defoin, Victor Devos, Auguste Dopumont, François Fauchet, Emile Gosselin, Jules Gosset, Théodore Gosset, Adolphe Gubin, Léon Guillaume, Fernand Hanicq, François Hanus, Ernest Hardy, Jules Henroteau, Joseph Hénuset, Fernand Larose, Télesphore Malotteau, Eugène Mathieu, Camille Mathot, Emile Michel, Arthur Migeot, Jules Piéfort, Victor Pihot, J.-B. Pirson, Adolphe Puissant, Joseph Remy, Joseph Rousseaux, Basile Viroux, François Viroux.

Ajournés : Edmond Crasset, Feuillen Falque, Victor Duchêne, Xavier Massinon, Joseph Gillain, Joseph Tosse, Joseph Doumont, Pierre Guillaume.

Dispensé : Alfred Honnay.

Ruelle de la Mairesse

Cette petite artère de la ville, qui relie la rue des Egalots à la place du Marché, a subi, depuis la date de cette photo, bien des transformations et améliorations. Elle porte le nom de ruelle, mais s'est aussi appelée rue « de la Mairesse », ou aussi plus souvent « Cour dèl Mairesse. »

On ne possède pas tellement d'explications au sujet de cette appellation. Le doyen Crépin parlait de ruelle des Lemairesse, comme si une famille portant ce nom y avait habité. Mais rien ne fut trouvé dans les registres, qui permettait pareille explication. Ce que l'on sait, c'est que la demeure formée partiellement d'une voûte formant passage ouvert vers la place du Marché fut habitée par Joachim Tressogne, dit Lhoest, qui fut bourgmestre de Vitrival, et aussi échevin à Fosses et devint bourgmestre-régent de 1694 à 1699 de notre ville. Alors, maire, d'accord, mais pourquoi mairesse ? Etait-il dominé par son épouse et que, par dérision .... son épouse en portait le titre ? Ou avait-il des allures féminines qu'on lui donna le nom de mairesse au lieu de maire ? Nous n'en saurons probablement jamais rien. A l'époque de la photo que l'on évalue être au tout début du siècle dernier (1903/ 1904) cette ruelle au pavés irréguliers devait être inconfortable. Elle est aujourd'hui bien asphaltée. A droite, on voit quatre personnes (seraient-elles d'une même famille ?) sortant d'une maison bien basse, qui ne comportait certainement pas non plus l'espace voulu pour un confort minimum. Les petites fenêtres en bas des corniches sont peut-être les seules ouvertures de chambres mansardées. Les toitures assez vieillottes ne devaient pas non plus assurer une étanchéité parfaite. La pauvreté était alors le lot de beaucoup de familles, très souvent nombreuses.

A gauche, des annexes et une habitation en oblique, aujourd'hui disparues et rebâties en respectant un certain alignement. On distingue aussi une brouette en bois, de construction assez rudimentaire, dont la roue cerclée de fer devaient être bien difficile à pousser sur des pavés aussi biscornus.

Les maisons sociales d'aujourd'hui sont de véritables petits palais, si on les compare à ces habitations d'il y a à peine cent ans, où la lumière ne pénétrait qu'à peine et à une époque où l'on s'éclairait au quinquet ou à la lampe à pétrole. C'était « au bon vieux temps » diront certains, mais pas pour tout le monde, hélas.

Pharmaciens de garde

Jeudi 8 : Dubois, Le Roux

Vendredi 9 : Lahaut, Ermeton

Samedi 10 : Boxus

Dimanche 11 : Boxus

Lundi 12 : Liénard, Mettet

Mardi 13 : Mahia, Ermeton

Mercredi 14 : Mainil

Jeudi 15 : Maquille, Saint-Gérard

Service médical

Le service de garde sera assuré au cours de ce week-end par le

Dr BAILLY,tél. 071-71.14.89.

Le grand feu de Haut-Vent

Toujours respectueux des traditions, le comité du grand feu du hameau de Haut-Vent, dont le président Patrick Lambert est lui aussi resté fidèle à ses origines, bien qu'ayant émigré dans un autre hameau, ce comité assurera l'organisation du grand feu qui aura lieu ce samedi 10 mars.

La journée débutera à 13 h, par une promenade musicale dans les rues du hameau, qui aura pour but aussi de rassembler les masqués et travestis pour former le cortège. Vers 20 heures, ce sont les derniers mariés de l'année, Valérie Marchal et Yves De Cuyper, qui allumeront le bûcher qui sera installé rue du Château d'Eau. Ensuite, vers 21 h, tout ce petit monde se retrouvera à la salle hautventoise pour une soirée travestie avec une l'animation habituelle, vers 24 h, pour la remise des prix aux groupes et aux masqués les plus originaux.

On sait qu'une ambiance bonne enfant caractérise toujours ces réjouissances de fin d'hiver.

Souper louisianais

Rappelons une fois encore le souper louisianais, qui est organisé ce samedi 10 mars en la salle L'Orbey. A partir de 19 h 30.

Assemblée Générale chez les Commerçants

L' Association des Commerçants de Fosses rappelle à ses membres l'importante assemblée générale annoncée dans son courrier du 5 février et qui aura lieu ce lundi 12 mars à 20 heures au local du Syndicat d'Initiative, place du Marché, 1er étage.

La Marche des Jonquilles

La première grande organisation du Footing Club de Fosses est la marche dénommée Marche des Jonquilles, rappelant ces fleurs printanières toujours appréciées. Pour diversifier les endroits, le club fossois a choisi, pour cette organisation, un départ extérieur mais pas très éloigné de Fosses et cette année, les départs et arrivées auront lieu à la salle du jeu de balle de Pontaury.

Trois circuits sont prévus, au choix, sur 6, 12 ou 21 km, à partir de 7 h et jusque 14 h. Ce sera une fois de plus de lieu de ralliement d'un bon nombre de clubs du pays, car le Footing Club de Fosses est réputé pour sa bonne organisation et le choix de ses circuits.

Splendeurs marines

L'exposition mensuelle du Syndicat d'Initiative, organisée par le Centre communautaire culturel, le S.I. et l'Echevinat de la Culture, présentera en mars des oeuvres de Martin Sacré « Splendeurs marines ». L'exposition est ouverte au public (entrée libre) durant les heures de bureau du S.I., jusqu'au 22 mars, y compris le week-end.

Les 12 h. à l'Djote

Ce sera au même endroit (salle de Haut-Vent) et le même week-end que l'an dernier, le 31 mars de 11 h. à 23 h., que les Débridés organisent leur 10e « 12 h. à l'Djote ».

Au menu : apéritif, potée aux choux ou aux carottes à volonté, saucisse de campagne et dessert.

Nous vous assurons de la qualité du repas grâce à la fraîcheur de nos produits achetés chez les commerçants de l'entité (pourquoi chercher ailleurs quand on trouve de la marchandise incomparable près de chez nous).

Participation aux frais : 400 F, gratuit pour les enfants et les plus de 70 ans.

Réservation avant le 28 mars chez

- Colot Pierre 071/71.35.68

- Michel Vandeloise 071/71.12.40

- Georges Demaret 081/43.41.80

- Claudy van Ryssel 071/71.44.48

- Patrick Collard 0477/77.92.85

Du cirque au Collège

Les élèves de 1 ère B du collège St André de Fosses présenteront un spectacle de cirque le vendredi 16 mars à 19 h. 45, en la salle du Collège. L'entrée sera gratuite.

Ce spectacle inédit préparé par les élèves sera suivi d'une petite restauration à prix démocratique : boulettes-frites ou filet américain. La reservation peut se faire au 07171.13.22. Invitation à tous.

Stage pour jeunes

Un stage sportif et ludique pour les enfants de 3 à 15 ans aura lieu du 2 au 6 avril, tous les jours entre 9 et 16 h. au collège St-André à Fosses.

Prix du stage - pour les enfants de 3 à 6 ans

1.800 F pour la semaine complète ou 1.200 F pour des demi-Journées

- Pour les 7 à 15 ans :1.800 F.

Ce prix comprend : assurance, potage à midi et collations. Une garderie fonctionnera de 8 à 9 h. et de 16 à 17 h..

Renseignements et inscriptions obligatoire (après 17 h.) : J.-Fr. Lorand, au 0497-71.79.78 ou

au 047752.39.44 ou au 071-71.29.85

Chinels et carnavals

Pour la seconde fois en deux ans, les Chinels de Fosses étaient invités en Louisiane, pour participer à différents carnavals qui se déroulent dans ce pays de rêve, où l'entrain et la musique font partie des traditions.

Le mardi 20 février, tôt le matin, place du Centenaire à Fosses, ils étaient 39 à prendre le car qui les emmenait à Zaventem, pour un voyage de huit jours au pays de l'oncle Sam. Après un vol de huit heures, ils arrivaient à New York où un avion les attendait pour effectuer un second vol, 3.000 km plus bas, à la Nouvelle-Orléans. Après une journée libre, où nos touristes purent apprécier l'importance du jazz dans cette région où cette musique a pris naissance, c'était une première prestation le mercredi soir sous une température estivale qui fit vite oublier le mauvais temps de Belgique.

C'est ensuite un car qui les emmena à Uma, où les Chinels avaient déjà été l'an passé et ce fut bien sûr le succès total avec, pour ces Américains enthousiastes, et pour nos Chinels surtout, un goût de retrouvailles.

Direction ensuite vers La Fayette pour deux journées de carnaval, dans cet endroit également visité l'an dernier par nos Chinels, deux journées qui furent épuisantes pour certains, mais au cours desquelles un vrai de vrai, qui a pourtant largement passé la septantaine, a donné une leçon de résistance aux plus jeunes, car il faut dire qu'au total, c'est près de 40 km qui auront été parcourus sur les quatre sorties de nos Chinels les musiciens en avaient, paraît il, les lèvres endolories et n'apportaient plus la cadence nécessaire. Autre anecdote : notre septuagénaire était tellement en forme qu'il abusa du sabrage (sa spécialité) et qu'un responsable s'approcha de lui pour rappeler la bonne conduite qui était de mise ; mais, heureusement, notre échevin Bernard, usant de diplomatie parvint à faire comprendre qu'il s'agissait chez nous d'un geste de sympathie. A La Fayette, la foule était évaluée au nombre impressionnant de 800.000 à 1 million de spectateurs, massés tout au long d'un parcours interminable. Les Chinels représentaient le seul groupe européen présent à ce carnaval réputé pour être l'un des plus grands carnavals du monde.

A la Nouvelle-Orléans les Chinels logaient à l'Hôtel, tandis qu'à Uma et à La Fayette, ils étaient hébergés chez l'habitant. Lors du retour, après une escale à Houston, le groupe s'est scindé en deux et une partie devait rentrer en Belgique le mercredi 28 et le second le jeudi 29.

Ajoutons aussi que deux Namurois étaient présents aux côtés de nos Chinels : Pierre Doumont et un cameraman, qui ont préparé un reportage qui passera à Canal C prochainement.

Faisaient partie du voyage : 12 musiciens conduits par Guy Massart et, parmi les Chinels, en commençant par les moins jeunes

Raymond Vervotte, Hector Gosset, Joseph Leruth, Marcel Delvaux, Pol Populaire, Pascal Baufays, Bernard Meuter, Guy Gosset, Michel Mignon, Depraute Sébastien, Willy Michel, Michel Leclercq, Morelle Eric, Wathelet Norbert, Marcel Richard, Willy Wouters, Patrick Michel, Salvatore Lapaglia, Manart Christian, Claude Arcq,Guy Massait, Piette Marcel, Rainkin Philippe, Depraute Charles, Olivier Bernard, Fraipont, Quarrez André, Lebrun Michel, Godefroid André, Thierry Michel, Marc Piret, Willy Michel, Lecomte Dimitri, Leclercq Michel, Cortese Jonathan, Cortese Jean, Godefroid Christian, Moret Julien, Léon Pirot.

 

Permanence PRL

Le P.R.L. de la section de Fosses-la-Ville, informe la population que des permanences seront assurées, les ter et 4e samedi de chaque mois chez le Secrétaire Politique Bernard Dufrasne, 3, rue Henri Brosteaux à Sart-Saint-Laurent, tél:071/71.16.33, de 9 h. 30 à 11 h. 30.

En collaboration avec tous nos mandataires communaux, provinciaux et fédéraux, nous ferons notre possible pour vous aider dans vos démarches administratives, sociales et autres.

Si les heures de permanence ne vous conviennent pas, vous pouvez prendre rendez-vous à tout moment à l'adresse indiquée ci dessus. Nous sommes à votre écoute et à votre service !

Le PRL de Fosses-la-Ville

La Laetare

On connaît déjà les groupes qui participeront à la Laetare du 25 mars prochain à Fosses

1. Groupes Crescendo Spirit of Antwerp

2. Les Disclimbwagnes

3. Show Drum Band (Valenciennes)

4. Clara Bistouille et Abel Zébuth (Fosses)

5. D.M.A. Band de Bassenge

6. Les Clowns en folie (Fosses)

7. Les Echasseurs Rouge et Vert (Fosses)

8. Les Petits Chinels

9. Les Pierrots musiciens

10. Les célèbres Chinels et Doudous. D'autre part et exceptionnellement cette année, une soce (les Rouge et Vert) ont obtenu l'accord du comité pour effectuer une sortie le matin. Nous en parlons dans nos colonnes.

Pour le Laetare

Afin de marquer le premier Laetare du XXIe siècle, le 25 mars, la soce « Les Rouge et Vert », avec l'assentiment du comité des Chinels et le concours de l'Administration communale, organise une animation dans le centre de Fosses le matin du Laetare. En voici les grandes lignes

- Rassemblement à 9 h 45 à la pompe, place du Chapitre

- Départ à 10 h : place du Chapitre, rue du Chapitre, place du Marché, rue V. Roisin, rue des Egalots, rue de Vitrival, ruelle des Remparts, rue du Postil, rue Delmotte, rue des Remparts, rue du Chapitre, place du Marché, Hôtel de Ville, où le verre de l'amitié sera offert à tous les participants par la Soce Les Rouge et Vert.

Composition du cortège : délégations des Clowns en Folie, les Echasseurs, les Sorcières, les Disclimbwagnes, les musiciens, les petits Chinels, les Chinels, les Doudous.

Doudous et Chinels, nous espérons vous voir nombreux le dimanche 25 mars au matin ; si vous aimez votre folklore et les airs de Canivet, faites leur honneur.

La Soce Les Rouge et Vert

Soirée dansante

Le comité des fêtes de Fosses organise le samedi 24 mars prochain « La Soirée des Bossus », à la salle L'Orbey ; animée par D.J., à partir de 20 heures. Le prix d'entrée est fixé à 150 F avec possibilité de prévente à 120 F.

Les cartes sont disponibles auprès d'un membre du comité :

Claude Lainé, Françoise Lambert, Brigitte Romain, Stéphane Demptinne, Joëlle Bayer, Fabian Bouchat.

Souper choucroute

Le traditionnel souper du Jumelage Fosses - Orbey aura lieu le samedi 31 mars en la salle L'Orbey. Plats typiquement alsaciens : de la choucroute de Lapoutroie, aux viandes incomparables.

Rappelons-en le menu : apéritif L'Orbelais ; véritable choucroute alsacienne, ou Palette fumée garnie ; dessert ; café. Avec ambiance musicale assurée.

Participation aux frais : 550 F pour les adultes et 350 F pour enfants.

La réservation peut déjà se faire pour le lundi 26 mars, par versement sur le compte 068-2038095-55 du Comité de Jumelage, ou par tél.

- Mme Nelly Brogniez 071-87.50.63

- Mme A.-M. De Cuyper 071-71.30.47

- Mme L. Titeux 071-71.16.40

-Jean Romain 071-71.14.77

- Louis Lamy 071-71.23.64

- Lucien Boigelot 071-71.14.50

Cours de modiste

Rappelons les cours de modiste (chapeaux) qui sont organisés par Vie Féminine. Ils reprendront le lundi 5 mars, de 20 à 22 h. Ils se donneront à la Maison de la Culture et du Tourisme. Le cours comportera 10 leçons : les 5, 12 et 19 mars, les 2, 9, 23 et 30 avril et les 7, 14 et 21 mai.

Membres: 1.300 F Non-membres: 1.900 F. Inscriptions pour le 1er mars chez

-Mme Marylise Lallemand 71.019.49

- Mme Jocelyne Baivier (Ma Bouille) au 71.25.15 (entre 18 et 20 h).

Coûrs di Walon

Emon les Walons Scrîjeus d'après l' Banbwès.

A paurti do vinrdi, li 16 di mârs, i gn-aurè on coûrs di Walon po lès grands cominçants è li scole do Banbwès, di 17 eû 30 à 19 eû, to lès vinrdis.

Lès coûrs sont grâtwîts.

Inscripcions au N° 071/71.13.13

Réponse à Daniel Piet

ex secrétaire du club de foot de Fosses.

Nous, ex-joueurs de Fosses et transférés cette année, ... voulions répondre à vos attaques gratuites et stupides que vous avez exposé dans le Messager n°8 du 23 février.

Des propos insensés et méchants que vous avez sans doute formulés pour obtenir l'attention des lecteurs de notre journal local.

Néanmoins, nous tenions à préciser qu'en début de saison, chaque joueur de foot passe devant le comité pour négocier son contrat et le signer. Cet accord se fait entre les deux parties et pour rappel, vous étiez présent et aviez marqué votre accord en apposant votre signature sur les conditions que vous offriez aux joueurs.

A présent vous nous accusez d'avoir ruiné le club de Fosses. Mais M. Piet, regardez dans vos comptes ! Ah oui, on oubliait, il n'y en a pas !!!

Toujours pour rappel ; c'est vous qui avez fait perdre, de par votre incompétence, un championnat et une somme d'argent non négligeable pour ce petit club de Fosses. Depuis trois années, vous avez accumulé les erreurs (affaire Vandy, transferts ratés, joueurs non qualifiés). Vous êtes responsable de cette déroute. Mais c'est vrai, on oubliait, vous n'êtes pas un homme de responsabilité, juste un suiveur... De toute manière, les fossois ont compris !!!

Nous, « transferts », voulons souhaiter aux supporters fossois, encore si présents dans nos cœurs, et aux habitants de Fosses une excellente fête de Laetare.

P.G., Y.D., E.A., E.L., D.M., (les joueurs visés par D. Piet)

Collecte de sang

On sait que la section locale de la Croix-Rouge organise quatre fois par an des collectes de sang. Cette année, une première collecte aura lieu à Le Roux, aux écoles communales, le vendredi 16 mars, de 10 h à 13 h. Les institutrices ont proposé cette fois une formule différente qui devrait permettre de plus nombreux dons. En effet, habituellement, elles organisent une marche parrainée et comme celle-ci n'aura pas lieu, elles proposent aux enfants de venir avec parents, oncles, tantes ou amis afin de faire don de leur sang. L'an dernier, cette formule avait donné de bons résultats puisque près de 60 personnes sont venues faire cet acte désintéressé qui aura peut-être servi à sauver des vies humaines. En effet, on sait que le manque de sang est manifeste chez nous et que les hôpitaux en manquent cruellement. C'est donc l'occasion, pour les personnes qui peuvent le faire, de marquer leur générosité en posant cet acte gratuit nécessaire pour garantir la santé de nombreux patients.

Ne manquez donc pas le rendez-vous le vendredi 16 mars, aux écoles de Le Roux, entre 10 et 13 heures.

Le grand feu

Sart-Eustache n'est pas en reste quand il s'agit de poursuivre des traditions bien de chez nous. Et les réjouissances du grand feu font partie de ce patrimoine folklorique, à ne pas délaisser.

Le grand feu aura donc lieu ce samedi 10 mars. Tambours, fifres et géant démarreront en cortège à 17 h 30, du haut du village, à hauteur de la menuiserie Delestrait. On espère que de nombreux masqués se joindront à eux. Le cortège se dirigera vers le bas du village, en se rendant chez les derniers mariés, M. et Mme Deloue, qui auront l'honneur de bouter le feu au bûcher qui sera confectionné dans le bas du village, près de la chapelle.

Après la grande flambée (on espère que les pluies ne viendront pas anéantir les flammes), le rendez-vous est donné en la salle communale pour une soirée dansante qui permettra la remise des récompenses aux groupes les plus remarquables.

Souper

Le comité de la Pelote Jeunesse Vitrivaloise organise son souper le samedi 10 mars, à partir de 19 h 30, dans ses installations (longeant le nouveau ballodrome dans la cour de l'école de Vitrival (accès par la rue des Quartiers). Un parking est prévu sur le nouveau ballodrome. Au menu - Crêpes campagnardes (*) ou Tourte au Roquefort - Cuisses de canard à l'orange (*) ou Agneau braisé aux épinards - Gâteau au chocolat

(*) à préciser lors de l'inscription.

La participation est fixée à 600 F (300 F pour - de 12 ans) et gratuit pour les joueurs des équipes d'âge.

Réservations pour le 3 mars chez

- Gérard Colin 071-71.13.28

- Gérard Crasset 071-71.30.10

- Hervé Spineux 071-71.19.74

L'école moyenne et son fonctionnement

en 1899

II est toujours très intéressant de remuer les vieux papiers... En feuilletant le procès-verbal de la distribution des prix faite à l'Ecole Moyenne le 13 août 1899, on trouve des renseignements précis concernant l'organisation et le fonctionnement de l'institution.

Je reproduis ci-dessous ces renseignements en respectant scrupuleusement le texte original.

R.A.

Renseignements

Des sections primaires préparatoires

Art. 1er - Lorsqu'une section préparatoire est annexée à l'école moyenne, cette section est organisée en école primaire complète, comprenant six années d'études (trois degrés de deux années). Art. 2 - Pour être admis à la section préparatoire, il faut être âgé de 6 ans au moins, au ter octobre de l'année où l'entrée à l'école doit avoir lieu. Des dispenses d'âge n'excédant pas deux mois peuvent, dans des cas spéciaux, être accordées par le Bureau administratif, le directeur entendu.

Art. 3 - L'enseignement dans la section préparatoire comprend

a) Pour toutes les écoles : la religion et la morale (cours donnés par les ministres du culte), la lecture, l'écriture, les éléments du calcul, le système légal des poids et mesures, les éléments de la langue maternelle, la géographie, l'histoire de Belgique, les éléments du dessin, les notions élémentaires de sciences naturelles, des notions d'hygiène, le chant et la gymnastique (le programme type des écoles primaires communales, dressé par arrêté ministériel du ter mars 1897, détaille et précise des indications principales) ;

b) Pour les écoles de la région wallonne : le flamand ou l'allemand comme seconde langue, au choix du Bureau administratif.

Des écoles moyennes proprement dites.

Art. 6 - L'école moyenne comprend trois classes qui prennent respectivement les dénominations de

Première année d'étude, 3e classe Deuxième année d'étude : 2e classe

Troisième année d'étude : 1 re classe.

Art. 7 - Pour être admis à la première année d'études, il faut être âgé de 12 ans au moins au 1er octobre de l'année où l'entrée à l'école doit avoir lieu. Des dispenses d'âge n'excédant pas deux mois peuvent, dans des cas spéciaux, être accordées par le Bureau administratif, le directeur entendu.

Art. 8 - L'examen d'admission à l'école moyenne peut être subi par les élèves qui ont terminé les cours de la section préparatoire et par les élèves venant du dehors. II porte sur les matières figurant au programme du degré supérieur de la section préparatoire. L'examen est subi devant le directeur, assisté de deux ou trois régents.

N. B. - L'école de Fosses est rangée dans la catégorie des écoles moyennes d'instruction générale. L'enseignement porte sur les matières désignées au présent procès-verbal et suivant les prescriptions du programme officiel.

Art. 17 - L'éducation physique, l'éducation intellectuelle et l'éducation morale des élèves sont l'objet de la sollicitation constante du personnel enseignant tout entier.

Le directeur, les professeurs, les instituteurs ne négligent aucune occasion d'inculquer aux élèves les préceptes de la morale, de leur inspirer le sentiment du devoir, l'amour de la patrie, le respect des institutions nationales, l'attachement aux libertés constitutionnelles. Ils s'abstiennent, dans leur enseignement, de toute attaque contre les convictions religieuses des familles dont les enfants leur sont confiés. Ils veillent soigneusement à ce que les élèves s'habituent à observer, en toute circonstance, les règles de la bienséance. Le minerval à payer en quatre fois est, suivant la classe, de 14 frs 50, de 26 frs 50 ou de 34 frs 50. Sur la proposition du directeur, le Bureau administratif admet gratuitement ou à prix réduit un certain nombre d'élèves de la ville qui se distinguent par leur travail et leur conduite. Dans des conditions analogues, l'Etat accorde chaque année 6 bourses de 50 frs chacune, à des élèves étrangers de la section moyenne.

Keskidi nous propose...

(A lire avec humour)

L'Europe du rêve

Vivement l'Europe, que tout soit beau

Que nous tous on soit tous heureux

Que nous tous on soit tous égaux

Que nous les Belges on soit tous joyeux

Ce sera l'Europe du bonheur

Il y aura de l'amour à foison

On couchera ensemble de bon cœur Les Flamands avec les Wallons

Que c'était beau, mais jugez plutôt

la dioxine et ses farines,

la vache folle, la fièvre aphteuse,

pagaille de tracteurs,

embarras de circulation

et cette cruelle recette

du gigot en cocotte.

Keskidi

Pensée de la semaine agricole

II faut rendre justice à la poule qui parvient depuis des millénaires, à ne jamais briser l’œuf qu'elle pond.

Carnet mondain

Monsieur et Madame Debosieu ont le plaisir de vous annoncer la naissance de leur fille Ella.

Orbey et les élections municipales

du 11 mars

M. Lucien Boigelot, membre du comité de Jumelage Fosses-Orbey, nous fait part des nouvelles d'Orbey qu'il a reçues récemment, annonçant les élections municipales du 11 mars.

Chose assez particulière, une seule liste se présente à Orbey, celle du maire sortant. Mais comme la commune dépasse aujourd'hui les 3.500 habitants (3.603 au dernier recensement), elle est tenue à la proportionnelle avec l'obligation de la parité femmes/hommes. II y aura donc une liste de 27 candidats (13 femmes et 14 hommes, emmenée par Jean Schuster, maire et conseiller général sortant.

Voici la liste de ces candidats, dont certains sont connus de familles fossoises ; c'est pourquoi il est intéressant que nous les citions :

Schuster Jean 54 ans, maire sortant

Ancel Christian, 35 ans, expl. agricole

Balthazard Antoine, 57 ans, banquier

Barlier A.-Cath., 36 ans, infirmière

Baumann Nathalie, 23 ans, éducatr.

Beaulieu Nicolas, 57 ans, cuisinier

Bianchi Serge, 55 ans, employé

Bourcart Magali, 46 ans, directrice

Conreau Sylvie, 28 ans, agricultrice

Delahaye Marie, 42 ans, infirmière

Didierjean Pierre, 47 ans, ouvr. qualif.

Duont Rose, 53 ans, secrétaire

Eberlée Paulette, 73 ans, retraitée

Guidat Delphine, 28 ans, employée

Helderlé Emilie, 25 ans, professeur

Henry Jean, 44 ans, cond. travaux

Jacquey Guy, 42 ans, employé-cadre

Jacquot Frédérique, 30 ans, ch. ét.

Maire Gilles, 45 ans, expl. agricole

Meyer Annie, 43 ans, ag. des postes

Michel Joseph, 61 ans, retraité Orly

Chantal, 38 ans, enseignante

Simon Armand, 51 ans, enseignant

Spinner Laurent, 39 ans, prép. postes

Stahl Anne, 44 ans, peintre-aquarell.

Stehle Marc, 49 ans, agent entretien

Wetterer Bertrand, 31 ans, hôtellier

Un « record » du « Magistrat »

à propos du Grand Feu en 1741

En cette période des Grands Feux qui animent chacune de nos sections durant tous ces week-ends, il est peut-être utile de rappeler que cette coutume, qui ne s'est maintenue que dans nos provinces wallonnes, a toujours existé à Fosses ; on sait d'ailleurs qu'elle remonte à la nuit des temps : c'est le cas de le dire puisque justement c'est une fête celtique célébrant la fin de l'hiver et le retour de la lumière.

A Fosses, donc, cette coutume était respectée en dépit des réticences de l'Eglise qui y voyait une manifestation païenne et, de surcroît, une occasions de festivités « licencieuses ».

Le « Cartulaire de Fosses » de Jules Borgnet nous a gardé un acte officiel à ce propos. Deux mots d'explication d'abord : un « record », c'est un acte officiel de rappel ou de décision. Et d'autre part, le « Magistart » était dans l'Ancien Régime (avant la révolution française) le nom du Conseil communal ; il était formé de deux bourgmestres et de dix conseillers dits « jurés »; tandis que « la cour d'échevinage » était composée d'un « maître » ou mayeur nommé par le Prince-Evéque, et de 7 échevins et était chargé de la justice c'était donc l'inverse de ce que nous connaissons actuellement

Les archives nous ont donc conservé cet intéressant acte du Magistrat en 1741 dont nous avons respecté l'orthographe d'origine

« Nous les Bourguemaîtres et Magistrat de la ville de Fosse, ce iourd'hui 29 jullette 1741 spécialement assembléz par Ponslet, valet de la ville, recordons que de tous temps immémorielle, nous et nos devanciers avons donné une corde de bois (1) aux jeusnes hommes, chasque année, le dimanche après les Cendres communément dit le jour du Grand Feu. - Que la dite corde de bois s'est tousiours ainsy données pour les divertissements et récréations publicques. - Que d'ordinaire le feu s'allume vers les 6 à 7 heures du soire et dure régulièrement iusque aux dix à onzes heurs du soire et quelquesfois davantage. - Que les Bourguemaîtres, en vertu des privilèges de ce lieu, tenant le gouvernement de la ville, ont aussy de tous temps immémorielle permis que le peuple, assemblés iusque au nombre d'un ou deux cens personnes, prisse ses divertissements le dit iour, allentour du dit feu, sans que l'on eu pendant ces intervalles souffert de qui que ce soit aucuns troubles ny empeschement.

- Que la ditte corde de bois se donne aux jeunnes hommes pour y brusler sur la place jusque sa consommation après quoy ils ont la liberté de vendre le brazier et applicquer le revenu à ce qu'ils trouvent bon. » Si les édiles ont pris ce « record », c'est que justement, cette année-là, le mayeur (chef de la police et de la justice) avait montré un peu trop de zèle en voulant interdire les réjouissances du Grand Feu. le « magistrat » (conseil communal) qui est, lui, chargé de l'organisation de la vie pratique de la ville, tient à préciser ses droits et prérogatives - et ceux des habitants, selon le « droit coutumier » Le « Record » se poursuit donc comme suit

« Qu'indépendemment de ceste coutume ancienne et immémorielle, qui n'a jamais souffert aucunne atteinte, le sieur Melchior, bailly mayeur de cette ville, contre le gouvernement de la ville appartenant aux bourguemaîtres, est famé (2) de s'être rendu sur la dite place le 25 février dernier, jour du Grand Feu, accompagné du sieur Servais, eschevin, et d'avoir voulu constraindre partie des jeunes hommes à vendre le feu dans l'instant, lequel n'étoit pas encore consomés (3). - Que de plus quelques jeunes hommes résistant, notamment les fils du sieur Paul Noël, à ce que le feu ne seroit pas vendu avant d'être réduit en braize, ne fût pour faire prier Dieu pour les âmes des trépassez (4), le même officier est famé de les avoir attaquez et frappez avec espée dégainée en publicque. - Que le bruit de ville (5) est que les intentions du même officier estoient de faire esteindre le feu après vente prématurée, pour le dit sieur Servais. -En foy de quoy nous avons ordonné à notre greffier de soubsigner le présent record et de le munir de notre séel (6), ce jourd'huy 29 de jullette 1741 ».

Cet intéressant record nous apprend beaucoup sur le droit de chacun des organismes régissant la vie de la cité : le mayeur-bailly, chargé des fonctions de justice, avait ici outrepassé ses prérogatives ; la police de la ville était du ressort des bourgmestres. II nous apprend d'autre part qu'autrefois, après le Grand Feu, braises et cendres (charbon de bois

réutilisable et cendres servant d'engrais) étaient vendus aux enchères et le profit de cette vente était consacré à dire une messe pour les défunts. On retrouvait encore cette coutume dans le « marché comique » de Toussaint, qui était encore en usage il n'y a guère dans nos régions et, je crois, se fait encore à Cerfontaine. Coutumes d'autrefois...

J. R.

(1) Une corde de bois valait 3 stères 3/4 actuelles. La dépense y afférente est inscrite dans les comptes communaux de l'époque pour 1 florin, soit environ 1.200 F de nos jours.

(2) Est famé : du latin fama = réputation. Ici : est connu pour avoir...

(3) Consomés : sans doute pour consumé

(4) A cette époque, rien ne se perdait braises étaient donc vendues pour faire dire une messe pour les défunts. Une autre coutume voulait que les jeunes gens qui se préparaient au mariage sautent ensemble, main dans la main, au-dessus des braises : C’était la « soudée » des accordailles, des fiançailles.

(5) Bruits de ville : la rumeur publique.

(6) Séel : sceau de ville.

 

Photo rétro

Trois marcheurs d'Aisemont, au début du siècle dernier : au centre, François MIGEOT et ses deux fils : à gauche, Félix MIGEOT, père d'Ernest MIGEOT, d'Aisemont et à droite Ernest MIGEOT, père de Rosalie (88 ans), Yvonne (73 ans, veuve de Roger Falque) et Elisabeth (82 ans).

FOSSES – NISMES 1 - 3

Si les Crayats dominent superbement, les Fossois s'accrochent et résistent jusqu'à la 17e, le moment que Defays choisit pour ouvrir la marque. P-E.Lorand s'emploiera alors efficacement devant le remuant Degalan pour sauver de justesse son domaine tandis que tour à tour Defays, Minoud et Lenoir tenteront sans succès d'aggraver le score. Ce fut chose acquise à la 32e lorsque pour une faute de main de Colinet dans le rectangle, Degalan convertit le coup de réparation. Trois minutes plus tard, Defays de connivence avec Minoud, confortait l'avantage de son équipe et ce n'était certes pas forcé.

A la reprise, les Fossois apparurent sous un autre jour de loin plus favorable. A la 48e, Scaillet nullement sollicité jusque là se laissait surprendre par un envoi des trente mètres signé Rasetta.

Accrocheurs à souhait, les visités par Jaumotte manqueront de peu de se rapprocher à la marque et si dans l'autre camp, Magotteaux ayant pris le relais de Bernier, manqua d'un fifrelin l'objectif. Falque et Vandeput eurent encore le but à leur portée. Dans une seconde mi-temps plus équilibrée, les deux équipes héritaient à part égale des opportunités finalement contrariées par le sol boueux et on en reste là après que Scaillet soit intervenu avec à propos devant un Falque menaçant.

Arbitre : M.Custine

Carte jaune : Lapotre.

Buts : Defays (0-1, 17e), Degalan (0-2, 32e), Defays (0-3, 35e), Rasetta (1-3, 48e).

FOSSES : P-E Lorand, J-F Simonis, (46e Spineux), Vandeput, Colinet, (62e G.Simonis), Laurent (48e Falque), Rasetta, Tasiaux, Gilson, M.Jaumotte, Renaux et Charlot.

NISMES : Scaillet, Ernould, Bertrand, Degalan, (82e Noizet), Defays, Lapôtre, Bernier, (55e Magotteaux), Lenoir, Minoud (68e Perdoncin), Genova, Chavez.

BIESMERÉE – BAMBOIS 1 - 4

Les « Pelots «, privés de sept titulaires, furent une proie facile. Au quart d'heure, Van Langenhove se présentait seul devant le gardien et était fauché dans le rectangle sans réaction de l'arbitre. A la 40e, les « Plagistes » ouvraient le score par Migeot (0-1).

Dès la reprise, Janssens creusait le marquoir à 0-2. A la 501, Poulain ramenait le suspense à 1-2. A l'heure de jeu, Frédéric Libert rétablissait les distances à 1-3. A la 70e, les Biesmeréens étaient réduits à dix suite à l'exclusion de Collard. Cinq minutes plus tard, Marchal fixait la marque définitive à 1-4.

DENÉE – FALISOLLE.AIS 3 - 3

Les Denéens ont pris leur premier point depuis le 26 novembre. Dès la minute initiale les Fossois trouvaient le chemin des filets par Legrain (0-1). Au quart d'heure, Pozza inscrivait le numéro deux. A la 35e, les « Carriers » relançaient le suspense suite à un autogoal (1-2).

Dès la reprise, les Denéens firent le forcing et obtenaient la récompense de leurs efforts à la 65e sur un coup franc de Lambot (2-2). A la 75e, Axel Burlet donnait l'avantage aux visités (3-2). Dix minutes plus tard, Legrain remettait les deux équipes dos à dos.