N°9     3 mars 2000

Il y a 100 ans dans

 

Le messager de Fosses

 

N°6 du Il février1900

VITRIVAL. - Le Tribunal correctionnel de Namur a rendu son jugement au sujet du terrible accident d'automobile survenu à Vitrival l'été dernier et à la suite du quel Mme Thirion fut tuée sur le coup. L'automobiliste, M. Van de P.. de Marchienne-au-Pont a été condamné car il roulait à une allure immodérée et n'a pas corné. La défense a plaidé crue la vitesse de 20 km à l'heure n'avait rien d'excessif et crue le conducteur avait corné. Le Tribunal accorde une somme de 4.000 F à la victime.

N°7 du 18février1900.

BAMBOIS. - La bénédiction de la nouvelle église Saint-Barthélemy de Bambois a eu lieu sous une tempête de pluie et de neige comme on n'en avait plus connu depuis longtemps.

DRAME A BAMBOIS. - Mercredi, la gendarmerie de Fosses a fait une enquête sur plainte de Charles Cornil, à charge de Taziaux pour bris de clôture. Vers 3 h. Taziaux alla frapper à la porte de Cornil. Celui-ci, alité, se leva, prit son fusil et par la fenêtre de l'étage. déchargea son arme sur Taziaux crut lut atteint au sein droit. Le Dr Devaux de St-Gérard lui prodigua les premiers soins mais ses jours ne sont pas en danger. Le Parquet a fait une descente vendredi il a saisi le fusil de Cornil et 4 cartouches.

MOIS DE JANVIER 1900

LE ROUX. - Dans la nuit du 6 au 7, on a détruit une centaine d'arbres dans le verger appartenant à M. Mouyard Alexandre, rentier. La gendarmerie de Fosses recherche activement les coupables.

FOSSES. - Demain dimanche, de 9 heures du matin à 4 heures de relevée, au local de la société La Colombe fossoise, établie chez M. Constatin Leloup, rue de la Station, grande exposition de pigeons voyageurs. On y trouvera grand nombre de pigeons d'élite ayant remporté quantité de prix.

NEVREMONT-FOSSES. - Pendant la nuit de samedi à dimanche, des malveillants n'ont rien trouvé de mieux, pour s'amuser, crue de faire leurs besoins naturels sur la margelle du puits qui sert à l'alimentation des habitants de ce hameau. Les eaux du puits sont contaminées.

FOSSES. - Dimanche 28janvier, à 8 h du soir, dans le salon de M. Vincent Leloup, la société des Congolais donnera un grand bal. Entrée 50 centimes par personne. Les parents accompagnant leurs jeunes gens. seront admis gratuitement. Orchestre de 12 musiciens.

VITRIVAL - Dimanche, vers 8 heures 30 du soir, une marri criminelle a mis le feu à une meule d'avoine de 24.000 gerbes, appartenant à M. Victor Wauthier à Vitrival. Le meule est entièrement consumée. La gendarmerie de Fosses s'est transportée sur les lieux. Le criminel a été vu, prenant la fuite à travers champs. Mais il a été impossible de le rejoindre.

NOMINATION. - M. Victor Devos est nommé échevin de la ville de Fosses.

FOSSES. - Jeudi 1er février : foire aux chevaux, bestiaux et porcs. Le même jour, pèlerinage à la chapelle Sainte-Brigitte.

FOSSES. - La Jeunesse de notre ville organise un grand festival pour le dimanche 27 mai prochain. 750 francs seront tirés au sort parmi les sociétés participantes.

FOSSES. - On nous annonce, comme devant avoir lieu demain dimanche, à15 heures, la bénédiction des cloches à l'église de Bambois. La bénédiction de l'église serait fixée au 14 février.

Pensons à nos aînés

Au cours du mois de mars, une bonne vingtaine de nos concitoyens fêteront leur anniversaire. Si nous les connaissons, ne manquons pas de leur présenter nos souhaits. Ce sont:

Le 1er: Marie Ballieu, Rue Brosteaux, Sart-St-Laurent. 90 ans

Le 1er: Anna Du culot Rue Rivaustrée, Névremont 80 ans

Le 5: Octave Jacquet, R. du Tisserand, Haut-Vent 86 ans

Le 6: Philomena Nys, Rue Grande, Le Roux 82 ans

Le 7: Charles Dréze, Rue Saint-Pierre, Vitrival 85 ans

Le 7 : Andrée Tayenne, Rue du Sartia, Sart-Eust. 85 ans

Le 8: Claire Haut, Rue de Vitrival, Fosses 88 ans

Le 8: Léon Goret, Rue Boccart, Sart-St-Laurent. 87 ans

Le 10 : René Danloy, Rue de Walcourt, Vitrival 84 ans

Le 10: Marie Parache, Rue Claminforge, Le Roux 94 ans

Le 11: Alima Delbart, Rue du Baty, Bambois 91 ans

Le 12: Rosalie Migeot, Rue de Walcourt, Vitrival 87 ans

Le 12: Marie-Thérèse Depasse, Rue d'Arsimont, Aisemont 83 ans

Le 14: Louis Lessire, Home Dejaifve, Fosses 95 ans

Le 16 : Albert Marchal, Rue Bas-Sart, Sart-Eustache. 83 ans

Le 16: Germaine Bastin, R. Bois-des Mazuys, Vitrival 88 ans

Le 20: Marie Linhet, Ch. Charleroi, Vitrival 80 ans

Le 21: Marie Bernard, Rue Leclercq, Vitrival 80 ans

Le 22: Hermine Parmentier, Home Dejaifve 95 ans

Le 24: Marguerite Colon, Rue de Vitrival, Fosses 82 ans

Le 24: Eva Wiame, R. Bois des Mazuys, Vitrival 83 ans

Le 24 : Gilberte Foucart, Camping Val Tréko, Vitrival 84 ans

Le 24: Angèle Benoît, R. de Cocriamont, Le Roux 87 ans

Le 25 : Alice Chapeau, Home Dejaifve 85 ans

Le 27: Fernande Gérard, R. Chapelle de la Paix 87 ans

Le 29: Maria Neskens, Rue de la Plage, Bambois 92 ans

PHOTO RETRO

Les Allemands à Fosses (1917?)

Voici encore une très vielle photographie de format carte postale à l'origine. Bien que de facture médiocre et fortement ternie par le temps. elle est, malgré tout. très intéressante, tant pour le site dévasté que pour la scène qu'elle présente. Nous nous trouvons très probablement devant les ruines d'une des quatre grosses fermes fossoises incendiées par les troupes allemandes le dimanche 23 août 19 14. Laquelle?

Par ailleurs, notons que cette photographie fut. vraisemblablement, réalisée (en 1917?) par le Fossois Emile Pochet. Que voyons-nous et ou sommes-nous ? A droite. 4 Allemands s'absorbent dans la lecture d'un plan ou d'un journal. Il y a là 3 sous-officiers - reconnaissables au liseré argente qu'ils portent au collet - et un officier armé d'un sabre. A gauche. 6 soldats avec vélo, paraissent faire la pause. Voyez aussi les fusils en faisceau. Tous ces Teutons appartenaient sans doute à la « Kommandantur » de Fosses stationnée rue de la Gare. Il est difficile de situer exactement où se passe la scène. Toutefois. certains détails - ainsi, par exemple. le grillage et les murets restés intacts - pourraient nous faire penser à la ferme du Chêne. Cependant. ce n'est là que présomption il n'y a pas de certitude absolue. Dès lors, qui, éventuellement, en connaîtrait davantage au sujet de ce document?

R.A.

Le grand feu

C’est Sart-Saint-Laurent qui, cette année, a ravi à Fosses l'ouverture de la série des grands feux.

Relancé depuis 5 ans par la Compagnie des Congolais, le Grand Feu de Fosses sera allumé ce samedi 4 mars, à 21 h, dans la «  Pâture Lebichot », rue de l'Abattoir. Il sera suivi du traditionnel bal masqué et travesti en la salle L'Orbey.

Ouverture

Patrick et Marie-Christine Palate (anc. Ets Evrard) sont heureux d'annoncer l'ouverture de leur magasin, dans un nouveau cadre, avec nouveau style et plus de choix, chaussée de Namur 62 à Fosses.

Cette ouverture, avec cadeau et drink offert à tout visiteur, aura lieu les samedi 4 et dimanche 5 mars

Chez les Sorcières

Une réunion en préparation à la Laetare aura lieu ce vendredi 3 mars, à 20 heures, au local « Taverne de la Collégiale », place du Chapitre. Un appel est lancé aux nouveaux membres.

 

Cercle horticole

La Régionale d'Horticulture de Namur, section de Fosses-la-Ville, organise une conférence ce lundi 6 mars, à 19 h 30, à la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville. Le sujet traité sera: « le compostage et ses utilisations », par P. Guerriat, ingénieur agronome. La conférence sera suivie d'une tombola et de la distribution des commandes de graines.

Rappelons que la conférence est accessible au grand public et que l'entrée est gratuite

Joyeuse entrée !

Joyeuse entrée des Débridés à Haut-Vent. Ce n'est pas un poisson, mais c'est bien le 1er avril 2000 que les Débridés de Bambois organisent leur "Douze heures à l'Djote" en la salle de Haut-Vent. Cette date a été choisie lors de la réunion du Syndicat d'Initiative pour élaborer son calendrier, car à cette date, il n'y a pas de grand feu ni de souper dans l'entité : pourquoi se marcher sur les pieds quand il y a moyen de collaborer. Comme les années précédentes, une prévente de tombola se fera au prix de 100 F la carte permettant de gagner de très beaux lots : voyage en Espagne, jambon fumé, etc. La musique des années 70, qui assurera l'ambiance, sera cool et modérée. Le menu est fixé à 400 F, gratuit pour les moins de 12 ans et plus de 70 ans

-Djote aux choux et aux carottes, à volonté

-Saucisse de Bambois

-Dessert artisanal.

Pour notre organisation, les réservations sont souhaitées pour le mercredi 29 mars:

- Colot Pierre 071-71.35.68

- Vandeloise Michel 071-71.12.40

- Demaret Georges 081-43.41.80

- Van Ryssel Claudy 071-71.44.48

C'est grâce à votre participation, à toutes les personnes qui participent à nos activités (repas, tombola, vin chaud 153 litres) que les Débridés de Bambois peuvent venir en aide et faire des heureux dans la région en redistribuant leurs bénéfices. Dans l'attente de vous voir ou de vous revoir, grand merci.

Pour le comite CL Van Ryssel

 

Concours de belote

Un concours de belote est organisé le vendredi 24 mars au local de ta balle pelote, place du Centenaire à Fosses. Il est organisé par Fosses Avenir Pelote. Le concours débutera à 20 h et l'inscription (dès 19 h) est fixée à 500 F pour 8 tours en équipes formées avec 8 boissons ordinaires comprises. Les prix seront proportionnés au nombre d'inscriptions.

Le Comite

 

La fricassée

Depuis quinze ans déjà, la Confrérie du Mardi Gras organise à Fosses une grande fricassée que tous les Fossois et Fossoises sont invités à venir déguster gratuitement. Ce sera encore le cas cette année. Après avoir parcouru les rues du centre en quête d’œufs, de lard ou d'oboles pour permettre leurs achats, les membres de la Confrérie se réuniront à la salle l'Orbey, à 19 h, pour préparer cette énorme fricassée et l'offrir au public qui pourra la déguster gratuitement. Comme dans d'autres sections de l'entité, cette tradition du mardi gras s'ajoute à cette des mascarades qui sollicitent votre générosité, de porte

 

Le jumelage en pratique

Un jumelage n’a pas pour but de réunir quelques notables en amateurs dans des réceptions et des banquets. L'objectif réel et fondamental est de mettre en contact des populations de régions différentes, de cultures diverses, de modes de vie parfois même dissemblables. Dans le jumelage avec Orbey, les responsables ont voulu d'abord faire connaissance dans différents domaines. Les Fossois ont trouvé là une région fort orientée vers le tourisme dans cette vallée verte des Vosges et les sites des lacs avec les sites de pistes skiables Une population mi-vosgienne, mi-alsacienne, avec ses qualités et ses défauts. Derrière une certaine réserve d'abord, ils ont trouvé des gens fort accueillants, chaleureux. Ils ont découvert une agriculture de montagne, très différente de la nôtre. Et des communes bien résolues à prendre en main leur destin, dans un développement varié. Ils ont trouvé aussi des similitudes des échanges ont lieu entre groupements comme les pompiers, la Fanfare venue deux fois chez nous, des rencontres sportives ont eu lieu, tandis que les patros sont allés par deux fois en séjour à Orbey. Les années ont passe, avec des tètes quinquennales, jusqu'à ce 25e anniversaire au cours duquel des projets plus précis ont été évoqués comme par exemple des échanges scolaires. Si on ne va plus en Autriche (et même Si on n'y allait pas), pourquoi ne pas donner priorité à Orbey ? Il y a là d'énormes possibilités de classes vertes. Pas de chance, depuis les affaires concernant des enfants, ce genre d'échange est maintenant soumis à des réglementations précises et restrictives, des garanties sérieuses. Cela n'a pas découragé ni les responsables communaux, ni le comité de Jumelage; ni les enseignants. Et voici, coup sur coup, trois projets pour cette année 2000!

D'abord, lors des vacances de Pâques, le comité du Football aisemontois a décidé d'envoyer une de ses équipes jeunes pour une semai-ne à Orbey ; ils seront hébergés dans un gîte où deux « mamies » assureront la cuisine. Au niveau scolaire, la directrice des écoles communales, Viviane Mancini, a mis au point avec Christine Debrulle, institutrice de 4e et 5e primaires àVitrival, un vaste projet culturel pour début mai. Outre leur institutrice, les élèves seront encadrés par deux stagiaires sur place. Le comité scolaire des parents, le comité du Jumelage et l'Administration communale assureront l'essentiel des frais car le budget, voyage compris, approche les 200.000 F. Le logement et les repas sont prévus au Centre de plein air du Lac Blanc, du 1er au 5 mai. Elle programme est à la fois chargé et varié, mais essentiellement éducatif

-Lundi 1er mai : voyage, installation, veillée.

-Mardi 2 excursion à Strasbourg, voyage g e en bateau-mouche sur le cana F (Vieux Strasbourg et

Parlement européen) et visite guidée du Conseil de l'Europe.

-Mercredi échange avec une classe d'Orbey, activités et découvertes sur l'environnement.

-Jeudi : avec une classe française jeu sur l'euro et activités sportives. vendredi : préparatifs et retour.

Il faut dire qu'en préparation, la classe visitera le Parlement européen à Bruxelles et que d'ici le départ, des leçons seront centrées sur l'euro (monnaie) et l'Europe (politique et économique, marché unique, suppression des frontières, etc.) Le jeu avec la classe d'Orbey sera centré sur l'eau ou danger au pays Schtroumpf", c'est-à-dire partout. Voilà donc un splendide projet. Et on espère qu'il aura des suites : par la venue d'une classe orbelaise à Fosses et d'autres échanges régulièrement. Le tout était de lancer la machine... et c'est bien parti . Enfin, troisième projet la chorale Bebronae Cantores ira à Orbey le 21 octobre, présenter un concert vocal avec la chorale locale. l'affaire est bien en cours. Voilà donc enfin des actions pratiques d'échanges qui donneront aux deux populations des occasions de se connaître plus largement et plus précisément.

Souper orbelais

Pour couvrir les frais de ses différentes organisations, festivités, le comité de Jumelage organise le samedi 18 mars, son 7e souper orbelais. Notez le changement ce n'est plus un souper exclusivement choucroute , même si les produits seront comme toujours de toute première qualité et d'origine (on ne trouve pas chez nous des viandes comme là-bas). Pour offrir une alternative à ceux que rebuterait la choucroute (le soir), le menu prévoit aussi cette année de la tourte alsacienne (sorte de tarte avec viandes, oeufs, légumes) avec garniture de crudités. Il y aura aussi, bien sûr, de l'authentique vin blanc d'Alsace, des bières et des boissons diverses. Le menu adulte (copieux), avec apéritif, dessert et café, est fixé à 550 F et 320 F pour moins de 12 ans. Il est recommandé de s'inscrire dès

maintenant chez quelques membre du comité de Jumelage:

- Nelly Brogniez (prés.) 071-87.50.63

- Anne-Marie De Cuyper 71.30.47

- Lauence Titeux 71.16.40

-Jean Romain 71.14.77

- Louis Lamy 71.23.64

- Lucien Boigelot 71.14.50

Des bulletins d'inscription sont aussi à votre disposition au S.I.

 

Remerciements

L'Amicale des pompiers remercie les participants qui sont venus nombreux. Vingt équipes se sont disputées les

premières places

1. Franck Gueuns et Rudy Falque

2. Cédric Falque et Alain Vanhelleputte

3. Hervé Mathues et René Stilmant

4. Frédéric Falque et Chr. Legrain

5. Murielle Legrain et Catherine Dohet Un grand merci à tous.

 

Son et Lumière

Pour les personnes intéressées, la cassette video relatant le spectacle Fosses-la-Ville sous les étoiles est disponible sur réservation au 071/711053 au prix de 250f .

 

A la RUS Fosses

Afin de bien préparer le match de coupe contre Surice, qui aura lieu le mercredi 22 mars à 19 h 30 au terrain de Velaine, un match amical aura lieu précisément à Velaine le mardi 14 mars à 19 h 30, dans le but de familiariser les joueurs fossois aux dimensions et à l'état du terrain sambrien. Les Chinels veulent ainsi mettre tous les atouts dans leur jeu pour accéder aux 8es de finale de la Coupe.

 

Autres résultats

Spéc.: Fosses - St-Gérard 1 - 6

Aisemont - US Auvelais 4 - 3

Bambois – Mazy 6 - 1

Juniors : Sauvenière - Bambois

Cadets : Bambois – Velaine 4 - 2

Moustier Aisemont 12 - 0

Minimes :Fosses A – Surice 0 - 10

Aisemont – Emines 1 - 7

Mettet - Fosses B 10 - 0

 

Les matches du week-end

Samedi 4 mars

Diablotins à 11 h: J.Tamines B - Aisemont

Fosses - Bambois

Préminimes, à 13 h: Fosses - Auvelais

Minimes A, à 15 h: Clermont - Fosses

Minimes B, à 15 h: Fosses – Profondeville

Juniors, à 15 h: Série A: Anhée - Bambois

Espoirs, à 15 h: Série A : Fosses - Dinant

Spéciales, à 15 h:

Série D: US Auvelais - Fosses

Bambois - Ham

Aisemont: bye

Dimanche 5 mars

Cadets,à 10h30:

Série C : Somzée - Bambois

Aisemont - Bois-de-Villers

Div. 1: Fosses - Bioul

Div. 3 Gimnée - Bambois

Div. 4 : Aisemont - Floreffe

 

 

La leçon

FOSSES - BIOUL 1 - 6

L'engagement physique prévalant, c'est sur un rythme endiablé imposé par les Bioulois que les deux équipes entrèrent dans le match. Henrotte était sollicité le premier, sur un envoi cadré d'E. Lorand écarté de justesse en coup de coin. Le pressing visiteur fut autrement payant. Flémal exploitait une perte de balle dans le rectangle, Rousselle profitait d'un arrêt imparfait de Lorand et à la 9e, les visiteurs menaient confortablement à la marque (0-2). Submergés par un adversaire davantage précis, collectif et rapide, les Fossois ne trouvèrent jamais la réplique salutaire. Les Bioulois, plus déterminés, régnaient en maître dans l'entrejeu. Les timides réactions fossoises échouèrent invariablement sur un secteur défensif impérial à souhait. Un penalty providentiel, pour une faute sur Malhaise, permettait à De Paemelaere de réduire l'écart à la 44e, rendant de la sorte quelques espoirs aux visités.

Les pensionnaires du Chérimont promenèrent encore leur supériorité d'ensemble tout au long de la seconde période. Sur un coup de coin, la reprise de la tête de Neyman échoua hors de portée de Lorand à la 63e La cause était entendue et les Chinels, résignés, ne purent entraver le festival bioulois. Comme à la parade, Neyman et Rousselle ne manquèrent pas d'alourdir les chiffres, forgeant du même coup un score qui n'était même pas forcé.

FOSSES : Lorand, J.-F. Lorand, Dambroise, Malhaise, Colinet, E. Lorand (66e, Dogot), De Paemelaere, Viguie (57e, Gillard), Anciaux (24e, Thys), Vandy, Renaux.

BIOUL: Henrotte , Bonato , Charlet, Brackez ,E Pinon , Neyman (74e,S.Pinon) Degroote , Rousselle , Dandoit , Flémal ,Colot (82e Fortemps)

Arbitre: M . Lesire

Buts : Flémal (5e, 01), Rousselle (9e, 0-2), De Paemalaere (44e, 1-2), Neyman (63e,1-3), Flémal

(74e, 1-4), Rousselle (82e et 87e, 1-6).

Cartes Jaunes : Charlet, J.-F. Lorand, Vandy, Renaux, Neyman, Dambroise.

Carte rouge: J.-F.Lorand.

 

GIMNÉE-MAZÉE - BAMBOIS 2 - 2

 

Les Coalisés ont joué avec leur bonheur face a Bambois, galvaudant deux points. Après avoir semé la panique dans défense visitée, Gimnée ouvre le score au quart d'heure par Van Rompaye.

A la reprise, Bambois sort de sa réserve et Lambert rétablit l'équilibre. Gimnée repart aussitôt a l'offensive et un envoi de

Ringlet heurte le piquet. Peu après, Guerri replace les Frontaliers au commandement. En fin de rencontre, Lombet arrache le partage pour les Bambwettis.

 

AISEMONT - FLOREFFE 3 - 1

Dès la 5e, les Floreffois prenaient un départ de choix en ouvrant le score par Van Hal (0-1). Malgré des tentatives de part et d'autre le score ne bougera plus jusqu'a la pause. En seconde période, les Gadis trouvaient un nouveau souffle et égalisaient a l'heure de jeu par Montési. A la 75e, Semal mettait les visités au commandement (2-1). À cinq minutes du terme, les Fossois fixaient la marque définitive a 3-1 grace a Deproot.

La légende de la Gatte d'or (VI)

(suite)

Clamant littéralement le prélude à l'apocalypse, Jehan l'Ermite promit de grands malheurs pour celui qui s'était emparé de sa chèvre. Parfois. il se taisait plus humain et il suppliait, il quémandait: Dites-moi qui a pris ma Noiraude Dites-moi qui Je vous ferai riche. Nul ne pouvait lui répondre, car nul ne savait ce qu'était devenue sa chèvre. Huit jours ainsi passés, l'Ermite cessa ses recherches on fut même toute une journée sans le voir. Le lendemain de ce jour. on revit fumer énormément. dès le petit matin et pendant presque toute la journée, la cheminée du four. Une véritable débauche de feu et de fumée, à laisser croire qu'en quelques heures, l'homme voulait brûler l'entièreté de ses réserves de bois. Vers la brume, l'Ermite fit le tour des deux hameaux. sans oublier quelques écarts. Devant chaque demeure aux habitants attablés pour la plupart devant le repas crépusculaire, il criai ,venez tous, venez voir ma chèvre Venez de suite chez moi. Vous devez tous venir !... A la fois apeurés, pleins de curiosité bien compréhensible, mais surtout obéissants à cette invitation, les habitants délaissèrent le repas ou leurs occupations pour vite gagner la demeure de l'Ermite. Ce dernier les attendit déjà , juché sur une grosse pierre. devant l'entrée de sa maison. Lorsque tout le monde fut là, l'Ermite prit la parole : « Tandis que je travaillais pour vous tous. pour vous sortir de la misère dans laquelle vous vivez. vous m'avez espionné afin de découvrir mes secrets... Cela ne vous suffisait pas. Vous n'étiez pas satisfaits vous avez alors commis une plus mauvaise action encore. vous m'avez volé ma Noiraude, ma bonne chèvre ! Vous l'avez tuée sûrement. Vous l'avez mangée, peut-être?» Un murmure de dénégations s'éleva du groupe des habitants des Monts sous cette accusation précise. Du geste. l'Ermite y coupa court. Puis, sous les rayons du soleil couchant qui taisaient flamboyer sa tignasse rouquine et sa grande barge rouge. il poursuivit: Vous serez donc toujours manants Vous continuerez à végéter dans votre pauvreté. Tout ce que j'ai fabriqué, mais oui, fabriqué pour vous rendre riches, je l'ai refondu, à la gloire de ma Noiraude ! Car j'avais fabriqué de l'or ! Et cet or que je vous destinais, n'ira jamais dans vos poches... Vous ne ferez que le voir Regardez-le bien cet or ! Regardez ! Ce disant, l'Ermite descendit de son estrade improvisée, rentra un court instant dans son logis. Il en ressortit, portant dans les bras une chèvre, grandeur nature. toute en or . Les Ooooh, les Aaaah fusèrent des bouches de la foule ébaubie. Tous étaient sidérés. éblouis par cette masse d'or, par cette richesse incroyable I Car tous. ou à peu près. ne connaissaient que par oui-dire, la couleur des écus... Lorsque les exclamations se furent éteintes. lorsque chacun et chacun eut fini de s'ébahir, l'Ermite poursuivit son harangue . Vous ne la posséderez jamais, cette chèvre d'or, coulée à l'image de ma Noiraude ! Pourtant, elle restera parmi vous, cachée au sein de la terre ou au plus profond des broussailles Mais, chaque année, au solstice d'été. lorsque la lumière sera au plus long et l'obscurité au plus court. ma chèvre que voici, ma Noiraude, sera dotée de la vie ! Pendant toute la courte nuit, elle sera en ces lieux I Elle gambadera, elle folâtrera, elle sautera ! Mais malheur. trois fois malheur à celui ou à celle qui cherchera à s'en emparer, la malédiction sera dans sa chair jusqu à la dixième génération !...

Sur ces fortes paroles, l'Ermite rentra chez lui, emportant sa chèvre d'or dans ses bras puissants. D'un revers du pied. il claqua la lourde porte de sa demeure... Abasourdis par cette sentence, plus étonnés encore par ce qu'ils venaient de voir, les bonnes gens des Monts regagnèrent leurs pénates. commentant avec crainte tout ce qu'ils venaient d'entendre et de visualiser... Et puis. nul n'entendit encore parler de Jehan. l'Ermite roux. On supposa qu'il quitta les tonds des Monts dès la nuit, ou le lendemain de cette soirée mémorable... De quoi apporter de l'eau fraîche et abondante au canal alimentant le moulin des commentaires. Commentaires qui redoublèrent pour les habitants des Monts quand quelques jours plus tard, ils constatèrent avec étonnement qu'un autre » Ermite » avait succédé à Jehan ! Mais à la différence du premier occupant. ce second ermite se présentait sous l'aspect d'un petit homme malingre. à la peau très brune à force d'être halée, à la tête chenue et à la grande barbe fleurie. Seule similitude avec Jehan, le nouveau venu ne fraya avec personne et ne causa avec quiconque, en dépit de quelques timides approches. Bref, un véritable » ermite » qui cultivait quelques légumes, ramassait des simples » et ne faisait jamais fumer la cheminée du four, ni ne mettait à chauffer la grande marmite... Des ermites semblables, il s'en succéda plusieurs générations. sans que nul découvrit leurs secrets, Si secrets il y avait ! Sans que quelqu'un apprenne leur lieu d'origine ni soudainement pourquoi ils partaient pour

être remplacés par un autre. taillé sur le même patron. On leur attribua finalement le rôle de gardiens des lieux ou, à tour de rôle. ils vécurent tranquilles, sans défrayer la chronique. Et doucement, au fil des décades et des générations de Montois, l'histoire de Jehan et de sa chèvre en or massif s'estompa dans les mémoires. Les choses continuèrent pareilles jusqu'à ce que l'Ermitage. ainsi avait-on dé-nommé cet endroit, s'effondra en ruines, quasiment sur la tête du dernier occupant... Voilà maintenant bien longtemps que les décombres informes de l'Ermitage gisent là, parmi les souches des prunelliers et les racines des grands genêts. Voici longtemps que les terrains marécageux de la vallée sont devenus verts et gras pâturages ou vergers plantureux. Voici longtemps qu'assagie et bonne fille. la Biesmes coule paisiblement entre des saulées souvent majestueuses... Voici maintenant bien plus longtemps encore que le dernier ermite est parti. Voici très longtemps que sont morts les téméraires et les sans-peur qui, par les nuits de solstice d'été. guettèrent, de loin sur les hauteurs, pour tenter de voir un rayon de pleine lune se refléter sur le pelage d'or d'une chèvre mystique, gambadant ici et là entre les Pays et Saint Remy. Tout cela est bien tombé dans l'oubli de nos jours ! Plus personne ne songerait à aller à la recherche de la « gatte d'or » de Jehan l'Ermite et moins encore ne chercherait à s'en emparer ! Pourtant. depuis des siècles passés et à l'instar des microbes, virus et autres bacilles de la lèpre. de la peste ou du choléra, la malédiction promise à qui voudrait s'emparer de la Noiraude en or massif, a aussi perdu de sa virulence !

FIN DERO

 

 

Laetare

La grande fête folklorique fossoise, qui annonce le printemps, se déroulera cette année le 2 avril.

On espère qu'avec cette date pluS tardive dans l'année, notre cortège carnavalesque bénéficiera du soleil ou du moins d'une température acceptable, une condition qui contribue toujours au succès de la sortie de nos célèbres Chinels. Nous pouvons déjà vous donner la composition du cortège, avec un nouveau groupe de jeunes fossois : Les Disclimbwagnes.

Il y aura d'ailleurs plusieurs groupes locaux, les uns plus anciens (comme les Echasseurs), les autres plus récents (Abel Zébuth et Clara Bistouille et Les Clowns en folie) et trois groupes étrangers.

Voici quelle sera la composition du cortège 2000:

1. De Lanezonen (groupe Charles Quint, Bruxelles)

2. Les Disclimbwagnes (Fosses)

3. Les Chapeliers de la vallée du Geer (Eben-Emael)

4. Abel Zébuth et Clara Bistouille (Les Sorcières, Fosses)

5. Fanfare royale de Berzée

6. Les Clowns en folie (Fosses)

7. Les Echasseurs (Fosses)

8. Les petits Chinels

9. Les Pierrots musiciens

10. Les célèbres Chinels et Doudous.

 

 

 

Cette photographie qui tut réalisée par le pharmacien Jossart au début du siècle a déjà été reproduite lors de la reprise de notre journal, en 1982. Elle nous montre un coin de Fosses qui a bien changé et une grosse habitation qui a eu de nombreuses affectations depuis qu elle fut, à l'époque,

le« Café de l'Univers », tenu par le cordonnier Gustave Moret. Comme on le constate, cette habitation était pourvue d'un grillage fixé sur un muret et sur lequel des gamins se sont postés pour assister à la sortie d'un cortège nuptial. On ne distingue pas très bien ce cortège conduit par la mariée (en blanc), au bras de son époux, pourvu d'un chapeau buse. (il pourrait s'agir, d'après certains vieux Fossois, du mariage du docteur Boxus ?) mais nous en doutons car, à la loupe, le marié semble être de la taille de sa jeune mariée, alors que le docteur Boxus était nettement plus petit que son épouse). A l'avant-plan, un groupe de 5 fillettes qui s'en retournent d'autres enfants à droite, dont un avec son vélo. Les adultes, par contre, assistent à la sortie du cortège ce qui nous rappelle que les mariages faisaient déjà la curiosité des gens à cette époque. Comme on le voit, le calvaire qui jouxte la collégiale n'existait pas encore il fut installé en 1921 lors d'une « mission ». Quant au mur grillagé, il fut démoli en 1911, suite à une autorisation du Collège échevinal à Théodore Decocq, qui succéda à Gustave Moret. En effet, ce Th. Decocq, surnommé Li Pèchoni, y avait ouvert une commerce de poissons, mais vendait aussi des fruits, légumes et pommes de terre. Après lui, ce fut le café de la veuve Jaumotte, qui fit installer une porte d'entrée au coin du bâtiment (à hauteur de la porte grillagée de la photo). La veuve Jaumotte acheta alors le bâtiment en face de l'église, qu'elle transforma en café avec une salle à l'arrière où on y fit très souvent bals ou soirées dramatiques, avant de devenir le café de Maurice Bruge, pour la même affectation. Le bâtiment que nous voyons sur la photo fut alors habité par Jean Jaumotte, dont l'épouse tenait un magasin de librairie, fournitures scolaires, mais aussi bonbons, etc. Ce fut ensuite une poissonnerie et aujourd'hui une fleuriste, alors que l'autre partie du bâtiment fut transformé en café. Tout à fait à gauche, une habitation qui cachait partiellement l'Hôtel de Ville : c'était le café Au bon Faro, tenu par « Fisco ». Ce bâtiment a disparu (en 1920) pour élargir la rue du Chapitre et faire place à un urinoir public et ouvrir l'entrée de la ruelle Thée-Dinant.

On nous écrit...

A propos de Mussolini

Un interlocuteur anonyme (encore un) me téléphone pour me dire qu'il est entièrement d'accord avec ma lettre parue ce vendredi dans Le Messager, et accessoirement avec la position de la rédaction. 0k donc. Mais il me reproche d'avoir oublié d'autres dictateurs ! Parmi ceux-ci, Mussolini. Je ne les ai bien sûr pas cités tous le Messager entier n'y aurait malheureusement pas suffi. C'est vrai, je ne l'ai pas cité, mais je n'y ai pas pensé. Il faut cependant remarquer que le fascisme de Mussolini était relativement modéré. Si, dans son roman " Fontamara ",l'écrivain italien lgnazio Silone, qui était alors communiste, a dénoncé les excès du fascisme italien, l'écrivain Carlo Lévi, dans son roman " Cristo Si é fermato a Eboli ", a dénoncé l'exagération de Silo-ne. Celui-ci, d'ailleurs, après un séjour en Russie, est revenu guéri du communisme.

Quand Mussolini gouvernait l'Italie, les Italiens étaient libres de quitter leur pays. Le fascisme italien de Mussolini n'a rien à voir avec le marxisme de Honecker en Allemagne de l'Est, où tout le monde était chargé d'espionner tout le monde, où 17 millions de gens étaient enfermés derrière un mur doublé de fils barbelés sous haute tension et de champs de mines, tout cela surveillé nuit et jour par les Vopos en patrouille ou dans des miradors, qui abattaient tout candidat au passage en Allemagne de l'Ouest ou, s'ils le capturaient, le livraient à la trop fameuse Stasi, la police d'Etat, avec les conséquences que l'on devine.

J'avais oublié Mussolini, mais aussi Honecker, qui le dépassait de loin en cruauté. Voilà qui est rectifié.

R.A.A. VIROUX

Moi aussi, j'ai peur!

Comme la plupart des Fossois, j'ai lu l'article " Sinistrose et disproportion ", de même que les personnes qui ont donné leur avis lors du Droit de réponse, je me pose des questions, car l'histoire est là. Il est un fait, c'est que le régime d'un moustachu valait bien celui de r autre, en la personne de Staline, le petit père des peuples qui, en 1939, attaquait la Pologne dans le dos et avait son Heidrich en la personne d'un certain Beria. La gestapo était l'égale du GPOV. Staline fit déporter plus de 30.000 personnes en 24 heures dans les pays baltes, il est responsable du massacre dans la forêt de Katyn que les stalags ont eu une vie de douze ans mais que les goulags ont duré trois à quatre fois plus Rappelons aussi à nos enfants que le Nazisme égalait le Communisme et que ce dernier a eu durant son existence plus de 100 millions de morts sur la conscience. Se souvenir, c'est se souvenir de tout. En somme, ils sont de la même cuvée, mais voilà, il faut vivre au présent. Que l'on se rassure, je suis le fils d'un ancien combattant, prisonnier, résistant et titulaire de nombreuses distinctions honorifiques dont une de l'Etat d'Israël. e suis fier du combat de mon père pour qu'un jour son fils puisse s'exprimer et circuler librement.

Mais voilà... : 55 ans après ces faits, j'ai peur...

- Peur d'aller dans les centres comme Charleroi où, dès la tombée de la nuit, les gens n'osent plus sortir de chez eux, car les dealers et les casseurs y font la loi (cfr Faits divers, RTBF).

- J'ai peur de cette société où l'on veut réglementer le droit de fumer une cigarette, mais où l'on veut légaliser les drogues dites douces, qui aboutissent au crack et à tous ses dérivés.

- J'ai peur quand j'apprends que l'on distribue gratuitement des doses aux enfants lors des sorties d'écoles, pour les rendre dépendants de cette m...

- J'ai peur de cette société où les bus ne desservent plus certains quartiers et où même les forces de l'ordre ne s'y aventurent plus, tellement l'insécurité est grande.

- Peur quand on agresse et tue pour 1.000 F, que l'on rackette nos enfants (vêtements, argent et même tartines de midi).

-Peur des agressions fréquentes de libraires, facteurs, pompistes, personnes âgées et même livreurs de mazout.

A ce stade, je ne sais pas où est la meilleure des politiques, Si c'est celle de l'Autriche ou la vôtre, messieurs les politiciens ? Car avant de vouloir nettoyer chez le voisin, commencez par remettre de l'ordre chez vous et je ne penserai plus que votre démocratie rime avec «  pourrie ».

 

GUY VAN RYSSEL