N° 43  10 novembre 2000

 

La St-Feuillen 1900

Dans ce premier numéro d'octobre, du Messager de Fosses, on peut lire une longue relation sur le déroulement de la Saint-Feuillen 1900. Nous en reproduisons quelques passages, parfois assez « croustillants».

- LA SAINT-FEUILLEN. - Fosses fêtait dimanche dernier la Saint-Feuillen. Foule partout, tous les trains, ont encombrés et ont des retards que l'administration des chemins de fer n'a pas encore connu. Malgré le temps, les pèlerins se mettent en marche, munis de parapluies. Les routes aboutissant à Fosses sont noires de monde : hommes, femmes, enfants et vieillards, entremêlés de voitures luxueuses, de voitures plus modestes conduites par des fermiers ou des bourgeois, de chariots chargés de monde, d'automobiles et de bicyclettes. Le temps attriste les visages, mais il y a si longtemps qu'on parle de la Saint-Feuillen qu'on a decidé d'y venir. Que de fois on regarde l'horizon pour voir s'il ne blanchit pas. L'un i : c'est le brouillard qui tombe ; un autre : non, c'est bien la pluie, nous sommes dedans. Et c'est l'opinion du plus grand nombre. Nous arrivons à Fosses. On se demande Si la procession se fera. Même le grand chef de l'état-major de Fosses fait demander de la remettre au lendemain, mais M. le doyen répond sans hésiter et dans un style militaire : « Non, nous sortons, en avant, marche ! ». A peine quelques compagnies sont-elles en route que le temps change ; on sourit au soleil, il va éclairer notre belle fête jusqu'au soir. Lorsqu'il se couchera, la lune viendra éclairer la rentrée en ville du magnifique cortège. Le Bon Dieu fait bien les choses, mais nous manquons souvent de lui dire merci!

Une compagnie de Fosses ouvre la marche. C'est triomphal ; ces soldats d'un jour marchent avec dignité, dans un ordre parfait. Vingt-cinq compagnies, variant entre 80 et 250 hommes défilent ainsi à chaque reposoir, devant le Saint Sacrement. A côté de vieillards qu'il faut parfois soutenir, nous voyons des enfants de 7 à 8 ans ils sont gardes-drapeaux d'autres, plus jeunes encore, sont congolais ou zouaves. Ils commencent tôt, espérant faire un grand nombre de fois le pèlerinage à Saint Feuillen. Ces petits hommes, nous les avons vus aussi gais le soir qu'au matin; ils dormiront bien, ces braves petits. Au passage du cortège, les forains interrompent leurs boniments tandis que le brillant de leurs loges contribuent à la splendeur du défilé. Ces compagnies sont composées de grenadiers, de zouaves, de turcos, de prussiens au casque étincelant et une compagnie de Boers; ces derniers sont fort remarqués. Ils nous rappellent ceux qu'on opprime et qui ont les sympathies du monde entier. Les rues de Fosses regorgent de monde, ce n'est qu'une tête et dans cette foule respectueuse, on n'entend pas un blasphème, on ne voit pas un pochard. O n dit que plusieurs compagnie s avaient dans leur règlement défense de blasphémer. C'est parfait, le blasphémateur est toujours un grossier.

Mentionnons la présence des délégations de paroisses étrangères, Buzet, Sart-Saint-Laurent, Vitrival qui a envoyé son char de la Sainte Vierge, escorté de nombreuses jeunes filles Moustier avec le drapeau de Saint Frédégand et surtout Tamines qui se distingue par ses étendards et 25 hommes porteurs de flambeaux. Impossible de compter le nombre d'étrangers : on nous avait dit auparavant 30.000; tout le monde est d accord qu'il dépasse 40.000. Sur tout le parcours on vendait la vie résumée de saint Feuillen, publiée par les Pères de l'Assomption. Tout le monde l'achetait car on voulait reporter chez lui et lire plus tard, tranquillement ces quelques pages au coin du feu Cette vente se faisait au profit de la restauration de l'église de Fosses. Cette église est aujourd'hui délabrée ! Cela fait peine à voir, malgré les magnifiques tentures que l'on avait pendues à l'intérieur pour en cacher le délabrement. Heureusement, on va la restaurer sans tarder.

Un vrai miracle : de toute la journée, il n'y a pas eu un seul accident. Un fusil chargé jusqu'à la gueule a éclaté vis-à-vis de l'église, au milieu de la foule ; personne n'a eu la moindre blessure. Les fossois croient fermement qu'il ne peut pas arriver de malheur. Saint Feuillen protège cette armée pacifique sans ambulance: la présence d'une ambulance à Fosses le 30 septembre eut été un manque de foi. Ce qui, à notre avis, fait bien aussi, c'est la présence par-ci par-là de nombreux pauvres et estropiés : Notre-Seigneur les a tant aimés. Ils ont bien droit d'être la aussi ils resplendiront dans le ciel d'une richesse et d'un bonheur infini.

Lundi, plusieurs compagnies nous sont revenues ce sont : Aisemont, Vitrival, Maison -Gonoy, Sart-Saint-Laurent, Névremont, Bambois et Haut-Vent. Elles ont évolué dans nos rues jusqu'au soir.

Mardi, les compagnies de Fosses étaient encore sous les armes au grand complet.

Mercredi, il n'y avait plus que des débris, par-ci, par-là

Demain dimanche, remise des croix aux vétérans de diverses compagnies.

Samedi dernier, plus de 600 coupons ont été récoltes à la station de fosses et dimanche 16.000. on a distribué en outre 2.200 coupons pour les retours.

P.-S. - Dans le N° suivant, pas une seule ligne concernant cette dernière journée des fêtes septennales 1900.

Pensons à nos aînés

Fêteront leur anniversaire au cours du mois de novembre:

Le 1er: Reine Lambert, Avenue Albert 1er 82 ans

Le 4 : Eva Capelle, R. Claminforge, Le Roux 88 ans

Le 5 : Léontine Montigny, Home Dejaitve 80 ans

Le 5: Nestor Achtergael, Rue Saint-Roch 81 ans

Le 7: Renée Parmentier, Camping Viviers 2 81 ans

Le 8 : Julien Dupuis, Rue du Sartia, Sart-Eustache. 81 ans

Le 8 : Léon Bouffioulx, Rue du Vivier, Sart-Eustache. 81 ans

Le 9: M.-Th. Philippot, Home Dejaifve 95 ans

Le 9: Emile Fauconnier, Rue Ramée, Sart-Eustache. 84 ans

Le 10 : Thérèse Debrulle, Rue Grande, Le Roux 94 ans

Le 13: Lucien Dupuis, Rue de Vitrival 86 ans

Le 13: Emile Bertinchamps, Rue Haut-Vent 80 ans

Le 17: Walter Mannaert, Avenue Albert 1er 87 ans

Le 19 : Laure Gratien, Camping Les Viviers 80 ans

Le 19: Aime Colette, Rue Beguin, Sart-Saint-Laur. 87 ans

Le 20: Hermine Préat, Rue d'Arsimont, Aisemont 94 ans (doyenne d'Aisemont)

Le 21: Céline Dive (Sr Adèle-Marie) Ruelle de 'Ecolâtre 84 ans

Le 24: Simone Laurent, Camp. Val Tréko, Vitrival 80 ans

Le 25: Benha Tassin, Home Bendric, Vitrival 87 ans

Le 26 : Albert Carpentier, Rue Cocriamont, Le Roux 85 ans

Le 27: Simone Schmidt, Rue Neuve, Haut-Vent 84 ans

Le 28: Lucie Goffin, Home Bendric, Vitrival 85 ans

Le 30: Marie-Louise Thomas, Rue de Pinsonhaie 80 ans

Conseil communal

Pression électorale bien retombée...

L'ordre du jour, c'est vrai, était fort administratif et ne prêtait pas à des discussions de fond ni à des projets conséquents (fin de mandat oblige). Mais un public encore assez nombreux n'a pu assister qu'à une séance assez morne. On était loin des critiques d'août et septembre: « Même les trottinettes, on les achète à crédit avait dit M. Brachotte qui promettait que le boni allait se dégonfler comme une baudruche. Or, voici que l'échevin des Finances avoue que le solde (provisoire) est négatif et l'échevin rassure pour le résultat final. Des remarques pointilleuses de M. Boigelot apportent une pincée d'animation. La séance avait débuté par un moment de recueillement à la mémoire de M. Gorlier, époux de Brigitte Debrulle, institutrice communale et de M. Boigelot, de Maison, frère du conseiller. Les PV des séances du 14 août et 12 septembre sont approuvés, après quelques questions de Mme Lalière. Ensuite, deux séries de résultats chiffrés sont approuvés au pas de charge, à l'unanimité.

Finances

- La caisse communale présentait un avoir de 27.868.452 au 30 juin

- La modification N° 5 du budget 2000 annonce des augmentations de dépenses de 9.769.558 F et aussi des recettes supplémentaires pour 2.289.571 F, ce qui ramène le boni à 13.468.779 F. Ces accroissements de dépenses sont dus au coût des combustibles en hausse, aux frais du personnel (2 policiers en plus), au fonctionnement des écoles et au déficit d'exploitation d'INASEP (distribution d'eau) pour 3,2 millions. Par contre, en recettes nouvelles, on note des intérêts de retard réclamés à l'entrepreneur des travaux de la traversée de Fosses (1.270.000 F) et une subvention pour la bibliothèque (500.000 F) et des dividendes à l'intercommunale d'électricité (115.897 F). Pour l'extraordinaire:1.430.000 F de recettes en plus (subside Etat pour le plan d'égouttage) et la même somme en dépenses (divers suppléments pour travaux).

- Pour le CPAS, nous avons enfin le compte 1999 avec 74.798.674 F de recettes dont 20.898.824 F de subside communal et plus de 68 millions de dépenses engagées, soit un boni de 8.739.975 F, malgré un transfert de plus de 3 millions au fond de réserve qui est porté ainsi à plus de 6 millions.

- Une modification interne au budget 2000 du CPAS ne modifie pas le résultat final.

Fabriques d'églises

Sont approuvés alors, sans observation, les dossiers des Fabriques d'église de:

- Eglise protestante de Namur (intervention communale de 22.991 F)

-Sart-Saint-Laurent (budget 2001) avec en recettes et dépenses 1.028.089 F équilibrées par une intervention communale de 626.776 F et pour l'exercice en cours un supplément de 41.152 F pour travaux.

-Saint-Feuillen : le compte 1999 avec un solde excédentaire de 262.968 F et une modification au budget 2000 : dépense supplémentaire de 325.369 F pour réparation des cadrans des horloges (des aiguilles menacent de tomber).

-Saint-Feuillen et Bambois maintenant réunies: le budget 2001 équilibré à 2.993.892 F par une intervention communale de près de 2 millions + 400.000 F (achat d'un deuxième appareil de chauffage à Bambois).

- Vitrival : compte 1999 (excédent de 8.064 F).

- Sart-Eustache : compte 1999 (excédent de 344.122 F).

- Le Roux : compte 1999 (excédent de 20.019) et budget 2001 avec intervention communale de 478.990 F.

- Aisemont : compte 1999 (excédent de 33.140 F).

INASEP

Le décompte d'exploitation de la distribution d'eau pour 1998 présente un déficit de 3.220.580 F et l'échevin marque sa désapprobation sur ces comptes tardifs, mais surtout il profite de l'occasion pour répondre à un tract électoral du PS qui parlait d'une facture impayée de 1.650.000 F qui allait amputer le budget communal. Il n'en est rien explique M. Lamy d'abord, le service des finances n'a reçu ni déclaration de créance, ni rappel depuis 18 mois, mais cette dépense, qui concerne les honoraires d'INASEP pour l'étude du plan d'égouttage a été comptabilisée dans le compte 1999 elle ne grèvera donc en rien le boni communal.

Des emprunts

Ici non plus, aucune remarque, alors que la minorité avait, dans la campagne électorale, tiré argument du volume des emprunts. Sont donc approuvés, les emprunts pour:

- la réfection de la rue du Tisserand à Haut-Vent (10.100.000 F)

- des compléments aux travaux de la traversée de Fosses : 4,5 millions moins 1,3 millions d'amendes de retard de l'entrepreneur (et que M. Boigelot se rassure : pour la réception provisoire des trottoirs, les riverains seront consultés une quinzaine se sont déjà manifestés).

-L’agrandissement de l'arsenal des pompiers (8 millions).

-L’extension et les aménagements de l'école d'Aisemont :10 millions pour la part communale du lot n0 1 estimé à 19.033.831 F

Une série de 24 bons de commande divers pour un total de 2.456.349 F concernant entre autres : fournitures et travaux d'aménagement des locaux de la gendarmerie pour accueillir le service de Police fusionné téléphonie, douches, portes, chauffage, fax 456.112 F pour les écoles (chauffage, préau à Névremont, mobilier scolaire) 199.014 F pour 26 colombariums dans les cimetières 238.370 F pour réparation de l'escalier d'entrée de l'église de Sart-Eustache : 115.434Fpour le service Incendie (porte + baie vitrée) 268.258 F pour l'Administration générale (ordinateurs et divers) 319.929 F pour service travaux (mobilier de bureau, vestiaires).

Travaux

- Il faut remplacer la toiture de l'Arsenal Incendie: estimation 1,6 millions avec l'isolation et on envisage aussi l'achat d'armoires pour le vestiaire.

D'autre part, pour le nouveau hall des travaux, il faut acheter du matériel (300.000 F).

Pour les travaux à la rue du Try-al Hutte, il a été convenu de remplacer un des deux couches de bitume par une couche de béton, pour améliorer la stabilité.

La plaine de sports de Vitrival nécessite des travaux supplémentaires pour 124.592 F et aménagements des accès pour 24.149 F.

Le véhicule servant à l'employé du pointage des chômeurs est à bout:

on le remplacera par un autre, d'occasion, ne dépassant pas 'es

100.000F.

- Les travaux d'extension de l'école d'Aisemont voient l'approbation du 1er lot (gros oeuvre, stabilité, etc., adjugé à la firme Vandermiege, de Floriffoux, pour 18.991.016 F hors TVA. Enfin, le Conseil termine sa séance publique en approuvant divers arrêtés de police pour travaux, festivités, mariages... et la vente de bois communaux pour 166.000 F. Mais M. Boigelot intervient à propos des travaux de la traversée de Fosses : a quand la réception provisoire ? M. Sarto rassure: les tests ont été faits, il n'y a plus à revenir sur les pavés chinois. Mais des réserves ont été faites au MET sur le travail de pavage des trottoirs, avec photos et films de l'état des lieux.

 

A huis clos:

- Le Conseil ratifie les délibérations du Collège pour le remplacement du secrétaire en congé de maladie.

-Il renouvelle le contrat d'engagement de deux pompiers.

- Il ratifie intérims dans les écoles.

- Nomme un agent à la police locale.

- Nomme aussi 6 ouvriers qualifiés et 4 manœuvres pour travaux lourds.

 Cour del Mairesse

Cette ruelle appelée « cour» relie la place du Marché à la rue Marché-aux-Porcs (ce tronçon appelé par erreur rue des Egalots est rattaché à cette rue et c'est sans doute la raison de cette appellation). Elle a été plusieurs fois présentée en photo à partir de l’arvol (arc voûté) de la place la voici prise par Vautre bout. D'où vient ce nom ? On a évoqué une famille Lamairesse, qui n'a jamais existé chez nous. Ce serait donc plutôt basé sur un sobriquet d'une épouse d'un maire- Il s'agirait alors sans doute de l’épouse de Joachim de Tressogne, dit Lhoest, qui fut bourgmestre de Fosses de 1663 à 1695, puis mayeur de Vitrival. Il joua un rôle prépondérant lors du siège de Namur par les troupes de Louis XIV en 1692. cherchant par moultes cadeaux à éviter les «fourragements » militaires pour notre population. Le coin gauche était celui du marchand et fabricant de souliers Piéfort-Delvosal (qui occupa plusieurs ouvriers dans son atelier à l'arrière), puis ce fut une épicerie. puis la Banque du Crédit Agricole et à présent, maison à appartements-A droite, le grillage du jardinet du pharmacien Dubisy, puis deux maisons particulières construites en 1897 par deux cordonniers : Jean Biot-Tumsonnet et Jules Bosserez. Elles sont occupées maintenant par Mme Andrée Nicolay et Mon Gérard Piéfonck.

Cette ruelle. qui était pavée lors de la photo, est aujourd'hui asphaltée.

Senior Amitié

Novembre est le mois de l'âge d'or et le groupement des seniors marquera ce mois par diverses activités:

-Mercredi 5 novembre, à 14 h 30 en la salle du Collège s goûter du Grand Age ce sera l'occasion de fêter 5 couples jubilaires(noces d'or), 4 octogénaires et i nonagénaire La chorale St-Martin a prévu une animation avec des succès anciens de la chanson française et en 2e partie « Les Troubadours » qui remportèrent l'an passé un très vif succès.

- Samedi 19 s la chorale St-Martin participera au rassemblement avec les chorales d'Auvelais et de Namur, à Bouge s messe puis grand banquet annuel des trois chorales.

-Mercredi 22, après la répétition hebdomadaire, la chorale organise un souper spécial pour son 20e anniversaire, au restaurant La Marlagne.

Banquet de la Sainte-Cécile

Comme chaque année, la royale Philharmonique de Fosses organise son banquet le samedi 25 novembre en la salle du Collège Saint-André, à partir de 19h30. La messe en l'honneur de la patronne sera célébrée en la collégiale Saint-Feuillen, à 18 h 30 et rehaussée par la présence des musiciens. Ensuite, tous se retrouveront en la salle du Collège Saint-André pour le banquet dont le menu sera préparé par Patrick .

-Apéritif et ses amuse-bouches

-Pâté du chef, confiture d'oignons

-Crème de potirons

-Queues de scampis à l'ail

-Rôti de porc, sauce au boursin, salade vinaigrette et pommes noisettes

-Dessert et petit noir.

Le prix du menu est fixé à 800 F (400 F pour - de 12 ans). Ambiance musicale assurée et tombola.

Réservations chez Cl. Barthélemy (071-71.31.54), Pierre Lepinne (071 -71.14.90), Pierre Lorand, ou tout autre membre du comité.

Le C.C. des enfants

Nous avons eu l'occasion de présenter, la semaine dernière, les projets proposés par le Conseil communal des enfants. Pour ce faire, trois commissions de travail avaient été formées comme suit:

1. Commission sports : Steve Barthélemy, Maxime Ducoffre, Guillaume Genin Maxime Lara-Garcia, Antoine Perger et Sébastien Tschmil.

2. Commission Loisirs : Noémie Chapelle, Robin Cattin, Justine Dehant, Maïté Lapaglia, Maxime Schamp et Romain Siscot.

3. Commission Sécurité : Laura Bavay, Quentin Denis, Rémy Gérard, Charlotte Geuens, Maxime Martin et Sabrina Palomba.

Les porte-parole de chaque commission ont exposé aux adultes leurs idées pour cette année. Il est évident que, lors de leur prochaine réunion de travail, les enfants auront à choisir quels projets leur tiennent le plus à cœur et lesquels seraient réalisables. Ils espèrent encore l'aide et les conseils précieux des adultes pour mener à bien les objectifs qu'ils vont se fixer. Ce fut ensuite le verre de l'amitié, tradition respectée qui permet d'échanger dans la convivialité encore quelques mots d'encouragement pour ces enfants prêts à travailler pour leur Commune.

Sainte-Cécile

La patronne des musiciens et des choristes sera fêtée. Ce vendredi 10 novembre par la chorale Bebronae Cantores, dans un souper du dixième anniversaire en la salle du Collège Saint-André à Fosses. Les anciens choristes ont été invités et on prévoit environ 90 convives. La soirée sera animée par des chants, bien sûr et aussi par la projection de deux cassettes vidéo sur le concert à Orbey du 21 octobre dernier. Le samedi 25, ce sera le banquet de la Royale Philharmonique dont nous donnons les détails ci-contre.

Pour l'Irlande

Les personnes intéressées par le voyage en Irlande du 2 au 6 juillet 2001 peuvent obtenir les informations et les conditions chez le président de la Confrérie St-Feuillen, Jean Romain (71.14.77). Les inscriptions seront clôturées le 1er décembre.

Etat-Major

Les officiers de l'Etat-Major de la Marche Saint-Feuillen sont invités à l'assemblée générale statutaire de l'asbl qui se tiendra le jeudi 16 novembre, à 19 h 30, au Clos Saint-Feuillen, place du Marché.

Pollution

Lundi matin, une forte odeur de mazout régnait dans certaines caves de l'avenue Albert 1er à Fosses. Les pompiers locaux ont été appelés ainsi que la protection civile. Il s'avère que du mazout s'était échappé d'une cuve de la rue des Forges, s'était propagé dans les égouts et dégageait de ce fait une odeur dans les caves de l'avenue Albert 1er.

Terreur sur la BD

Halloween, cette curieuse fête celtique venue du fond des âges. chassée des îles de l'autre côté de Atlantique et revenue à la mode chez nous, elle fait peur, elle intrigue, elle amuse. Elle est-à côté de son côté hyper commercialisé occasion d'une exposition dans les locaux du Syndicat d'initiative, centrée sur la bande dessinée, série noire. Ambiance, animaux fantasmagoriques, petit peuple souterrain, Gnomes, korrigans, elfes, animaux maléfiques, chats noirs, corbeaux, chouettes, rats géants, vampires, démons, rites d'envoûtement.

Tous ces thèmes variés sont présentés par un spécialiste de la BD Luc Dangoisse, concepteur de cette exposition. Il y manque peut-être un fil conducteur, un brin de précision (titres et auteurs de ces planches). Mais c'est curieux!

Jusqu'au 23 novembre donc, à la Maison de la Culture, 12.

Place du Marché à Fosses. Ouvert tous les jours de 9 h à 18 h, le week-end de10h à 18 h.

Parcs à conteneurs

A partir du 2 novembre, tous les parcs à conteneurs de la province de Namur seront ouverts du mardi au samedi, sans interruption, de 9 h à17 h l'hiver (du 1er octobre au 31 mars) et de 10 h à 18 h l'été (du 1er avril au 30septembre).

Bien sûr, les parcs sont fermés les dimanches, lundis et jours fériés.

Il faut noter aussi que les visiteurs ne sont plus admis un quart d'heure avant l'heure de fermeture.

Tél. du parc: 071-71.30.56 (responsables MM. Th. Durant et D. Pacorus).

Service Environnement : 071-71.46.50.

Aux Beaux-Arts

La saison théâtrale aux Beaux-Arts de Charleroi qui a déjà débuté, se poursuivra le samedi 25 novembre par "Deux cœurs à Paris ».

Ce sera ensuite :

« La vie parisienne » de Jacques Offenbach, le samedi 16 décembre.

« Les cloches de Corneville » le samedi 20 janvier.

« Comtesse Maritza » le samedi 17 février .

« La fille de Madame Angot» le samedi 17 mars.

Comme les autres années, des déplacements sont prévus, avec départ à 13 h 15 En Leiche. Pour s'inscrire, téléphoner à Mme Christiane François au 071-71.10.65.

Une proposition : Helmut Lotti au Palais des Beaux-Arts, le 5 janvier 2001, à 20 h. Ceux qui sont intéressés doivent s'inscrire le plus rapidement possible chez Mme François. Tarif: de 1.250 à 2.050F.

Cérémonies du 11 novembre

Le comité du Souvenir de Le Roux et les groupements patriotiques de Sart-Eustache organisent les cérémonies traditionnelles du 11 novembre, à la mémoire des anciens combattants et prisonniers des deux guerres, morts pour la Patrie.

Samedi 11:

8.45au cimetières communal de Sart-Eustache : dépôt de gerbes au monument aux morts.

9.00 en, l'église du Sart : service religieux à la mémoire des victimes des deux guerres.

10.40 à la Nécropole militaire de Belle-Motte : cérémonie de Reconnaissance aux 4.057 soldats français d'août 1914, en présence des autorités communales et patriotiques d'Aiseau-Presles et de Fosses.

10.50 au cimetière communal de Le Roux s dépôt de gerbes au Monument aux morts.

Souper a l'djote

Le samedi 18 novembre, en la salle St-Joseph, à partir de 18 h, se déroulera un souper à l'djote, organisé par la Marche Notre-Dame. Le menu:

- Apéritif

- Potage

- Djote et saucisse ou étuvée aux carottes et saucisse

- Dessert, café.

Participation aux frais : 400 F (ou 250 F pour les moins de 12 ans).

Pendant et après le souper: animation disco des années 60-70.

Inscription pour le 14 novembre chez Freddy Bastin, 9, rue de la Station à Aisemont (tél. 071-71.33.20) ou chez un membre du comité.

Armistice

Rappelons les cérémonies patriotiques de ce samedi Il novembre. Le programme:

10h: messe pour les victimes des deux guerres

11h : Discours de M. Dufrasne à l'Hôtel de Ville, salle du Conseil.

Un dépôt d'une gerbe aura lieu à la plaque commémorative à l'Hôtel de Ville, au monument Chabot et Roi Albert 1er: ensuite, nous nous rendrons en voiture au cimetière pour le dépôt d1une gerbe au monument aux morts des deux guerres. Il est demandé à la population de pavoiser.

Nominations

Lors de la dernière réunion du Conseil, un agent de police supplémentaire a été nommé s il s'agit de M. J.-L. Traufleur. Six ouvriers qualifiés furent également nommés s Fabian Saelens, Michel Manque, J.-L. Depraute, D. Serein, J. et L. Gillain aussi 4 manœuvres : Sylvain Platpied, Rudy Maniscalco, Roland. Demeure et Michel Deguillaume. Renouvellement aussi du contrat d'engagement de 2 pompiers (pour 5 ans) : Johan Falque et David Helman.

 

 

Concours de belote à Fosses Avenir Pelote

Fosses Avenir Pelote organise, dans la buvette du jeu de balle, le-vendredi 24 novembre, un concours de belote, en 6 tours par équipes formées. Avis aux amateurs.

Le 5e Grand Prix du vin chaud

Ce samedi il novembre, les Débridés de Bambois organisent leur Grand Prix du vin chaud.

Il n'y aura pas que du vin à boire. On pourra l'accompagner de s pain saucisse (50 F), omelette au lard ou nature (80 F), cela à partir de midi. Le bénéfice de cette journée sera consacré entièrement pour les jeunes des clubs de foot et de balle pelote de Bambois. Les équipes qui s'affronteront sont : le Point-d'Arrêt, Saint-Gérard, Fosses et Bambois.

Voici quelques détails du règlement: Pendant que deux équipes jouent à la balle, les autres équipes s'affrontent au couyon à 5 contre 5. les points gagnés à la balle et aux cartes sont additionnés pour le classement final. Tout joueur peut être sanctionné par l'arbitre s d'une carte jaune (une tournée de vin chaud à son équipe et aux arbitres) , d'une carte rouge (une tournée de vin chaud aux deux équipes et aux deux arbitres. Les arbitres ont tous les droits. Seuls les joueurs amateurs de 18 à 99 ans n'ayant pas participé à un championnat ou à une coupe dans l'année sont admis au grand prix. Si tu viens pour t'amuser (ce qui est garanti), alors invite ta famille et tes amis à venir passer une bonne après-midi en buvant un verre de vin chaud à 30F.

P.-S. - Le record à battre est de 108 litres en 1998 et de 152 litres en 1999.

Mérite sportif 2000

La remise du Trophée du Mérite sportif et de la médaille de Reconnaissance de la Ville aura lieu prochainement. Les personnes désirant soumettre leurs résultats sportifs sont invitées à transmettre leur candidature avant le 24 novembre à la Maison de la Culture et du Tourisme, place du Marché 12, à 5070 Fosses-la-Ville (tél. 71.27.01 ou fax 071-71.47.74).

 

 

Théâtre wallon

Si vous aimez le théâtre wallon, trois spectacles vous seront présentés à la Maison de la Culture de Na-mur, par la troupe Aimé Courtois.

-Dimanche 3 décembre (15 h et 20 h): « 13 à tauve », comédie en 3 actes de Marc-Gilbert Sauvageon.

-Dimanche 21janvier (15 h et 20 h): « Mamezèle Wisky », comédie en 3 actes de Roger Duhautbois.

-Dimanche 25 mars (15 h et 20 h) : « Li bouyon d'onz'-eûres », comédie en 3 actes de Raymond Duckers.

Abonnement pour les 3 spectacles: 750 F. Prix de la place : 300 F.

Renseignements et réservation au Théâtre royal de Namur,

du lundi au samedi, de 11 h à 18 h. Tél. 081-22.60.26.

L'exposition des artistes

La semaine dernière, nous annoncions cette exposition annuelle qui s’est terminée dimanche dernier. En voici lappréciation de notre correspondant, spécialiste en la matière. Comment présenter ces 20 artistes Si différents dans leurs talents ? Comme lan dernier, précisons qu'une description ne peut être que subjective, très personnelle. Suivons simplement les panneaux et les stands.

Jean Wittebroodt reste dans son style « architecte » : crayons et fusains de mouvements parfois simplement esquissés.

Simone Lepinne-Scohier, de Névremont, démontre la variété de son talent avec des nus fort réussis, de joyeuses scènes de Bretagne prises sur le vif (un parapluie retourné par le vent) et des fleurs, bien sûr, notamment un splendide bouquet de coquelicots. Et un copieux album.

En face, Gilbert Auquière, de Fosses, expose ici pour la première fois (après de multiples présentations à l'étranger) une autre série de nus colorés, où domine le bleu, avec un beau groupe de danseuses qu'on dirait inspiré de la Grèce antique. en un beau mouvement.

Puis l'artiste fossois consacré, Marcel Nulens, aux aquarelles précises et minutieuses de panoramas de Fosses et de coins poétiques du lac de Bambois ses joncs sont splendides, les autres tableaux reposants et bucoliques : la nature dans sa splendeur laisse une impression de calme.

Danièle Vandenbroecke, de Bambois, aime les alignements de maisons des bords de Sambre à Namur dans des aquarelles et acryliques ses collines en hiver m'ont fait penser à Brueghel très joli. Elle présente aussi des coussins variés.

La jeune Dominique Tilmant, d'Arsimont, s'est vouée au bleu et ses aquarelles non descriptives sont attachantes. Un talent qui se précise.

Une innovation : N. Folien-Marchal, de Fosses. travaille le papier mâché en sujets volumineux : chat, girafe, canard et aussi quatre gros personnages qu'on dirait sortis de la série des Toine Culot.

Georges Desuenne, de Fosses, aime l'eau : il présente cette année un joli moulin, des barques à la Côte d'Azur, un pécheur en Manche, mais j'ai surtout aimé son crépuscule sur le lac et, à côté, une marine où nuages et mer se confondent.

Alain Goussens, de Vitrival, qui par ailleurs signe l'affiche de cette année avec un crâne aveuglé d'un bandeau, reste à la limite du surréalisme avec des huiles au dessin parfait, dans une heureuse harmonie de couleurs, laissant au subconscient de chacun le choix de l'interprétation.

Autre innovation particulièrement heureuse Olivier Ernoux, de Sart-Saint-Laurent, offre une grande variété d'objets pratiques dans un design soigné et original, mariant le bois, le verte, l'alu, le laiton ou la terre cuite : beaucoup d'idée et de belles réussites.

François Bernard (Vitrival) a réalisé quelques portraits asiatiques très typés, crayon ou pastel.

Patrick Germaux reste obsédé par les mains : tendues l'an passé, elles sont cette fois tournées vers le bas, toujours griffées. moins violentes toutefois, tendance qui se marque aussi dans ses arbres.

De Vitrival encore, Georges Tounquet donne des vues personnelles sur Peniscola, Delft ou la Gironde et un beau grand» Salut aux moissons» qui évoque un peu l'Angelus de Millet.

De Marianne Poncin, de Bambois, j'ai surtout admiré ses deux arbres enlacés, « Naissance d'un amour »

encre de Chine originale, à côté de ses pagodes et de quelques aquarelles qu'on dirait destinées à un album pour enfants.

Guy Blin (Maison-Saint-Gérard) mêle de jolies aquarelles de fleurs et de très belles photos, mais son « Vol sur la lagune » ma laissé une forte impression.

Les céramistes Ingels-Malnoury ont toujours une belle collection d’œuvres diverses fort agréables, parmi lesquelles j'ai noté « Les quatre saisons ». trois jolis petits chats et un «Contraste » surprenant.

Humour et imagination caractérisent Jean-Pol Legrain (Vitrival), que ce soit dans ses huiles et ses montages verticaux sur la vie des cailloux s la pierre est son centre d'intérêt actuel.

La sculpture du bois nous a révélé un artiste de Bambois, Joseph Demaret, auteur du Saint-Barthélemy de la paroisse. Mais aussi un grand jeu d'échecs, une admirable Vierge à l'enfant et une bonne vieille bien typée.

Nouvelle technique encore avec l'atelier de reliure de Marie-Rose Barthélemy, de Maison : on peut découvrir les phases de ce travail du livre, les matières nobles utilisées et l'art de la finition.

Enfin, Daniel Populaire (Sart-Saint-Laurent), bien connu maintenant pour son ail de la gravure sur verre, semble avoir retenu cette année un choix de fleurs sur fond noir : esprit de Toussaint?

En conclusion, c'est une fois de plus une remarquable exposition que tous les Fossois, et leurs connaissances, devraient venir voir.