N°4    28 janvier2000

Alain DOUCET, un humoriste courageux et obstiné

Notre fantaisiste vitrivalois annonce sa prochaine venue au Centre culturel de Presles; place Communale, le samedi 12 février à 20 h. Il y présentera son nouveau One Man show intitulé « Le cri de la tomate-crevette un soir de mayonnaise ».Tout un programme que le nouveau spectacle d'Alain Doucet, un One Mon Show qu'il a-écrit avec Dominique Dubuisson, auteur, comédien, metteur en scène de la région celui-ci a d'ailleurs également signé la mise e n scène.

En 1999, après avoir fait la première partie du nouveau spectacle de Marc Herman, le « Stûût 2.

Alain Doucet sera cette fois sur scène en vedette dans un show tout neuf. Une galerie de personnages percutants, du stewart qui se prend pour Indiana Jones, aux aventures d'un cinéaste roumain à Hollywood, en passant par un ventriloque décalé, sans oublier le fil rouge du spectacle, Gus Flajolet, un chauffeur de salle assez particulier. Comme le dit la formule, un spec. tacle à ne pas rater Si vous voulez passer une soirée de détente. Fous rires garantis.

Renseignements et réservations au 071- 40.44.55.

La semaine prochaine, nous ferons connaissance d'une façon plus approfondie avec Alain Doucet, son parcours comme fantaisiste, un métier parfois bien difficile.

Ciné-bus

Le Centre communautaire de Fosses annonce la venue chez nous du Ciné-bus les vendredis 18 février, 28 avril, 26 mai et 16 juin, pour la projection de films dont nous donnons le détail plus bas.

Sur route, le Ciné-bus ressemble à un camion semi-remorque, mais à son arrivée sur les lieux de la projection, un mécanisme s'enclenche, ses côtés latéraux s'ouvrent comme des ailes, se déploie et atteint une largeur totale de 7 mètres. Pendant que les sièges centraux descendent de la toiture du camion pour rejoindre les deux rangées latérales, formant ainsi une salle de 80 places. L'écran a une longueur de 3 m et une hauteur de 2,40 m. Première projection le vendredi 18 février, à 20 h, place du Centenaire, avec Les convoyeurs attendent ", film belge avec Benoît Poelvoorde, Maryane Simon, et une réalisation de Benoît Mariage. Nous en reparlerons.

Le vendredi 28 avril sera présenté au même endroit le film " Ça commence aujourd'hui

Le vendredi 26 mai, le Ciné-bus ira à Sart-Eustache pour le film Jean-ne d'Arc (à 19 h 30).

Enfin, le vendredi 16 juin, place du Centenaire: "L'ombre d'un soupçon ".

L'entrée est fixée à 120 F (100 F pour les moins de 12 ans). Les réservations sont souhaitées, au Centre communautaire, place du Marché 12 (tél. 71.46.24).

Conseil communal

La prochaine séance du Conseil aura lieu le jeudi 3 février, à 19 h 30, à l'Hôtel de Ville. L'ordre du jour comporte une quinzaine de points dontle rapport annuel 99.

- les taxes (additionnels au précompte immobilier, sur l'impôt des personnes physiques et sur l'utilisation du site Internet à la bibliothèque)

- le budget communal 2000;

- l'acquisition de l'immeuble MAM

- les travaux de transformation de l'ancien Nopri (toiture, bardage et façade);

- travaux forestiers à Vitrival.

Points ajoutés à l'ordre du jour par M. Boigelot:

- Reconnaissance officielle de l'orthographe " rue Haut-Vent et dispositions à prendre pour régulariser les documents des habitants de la rue et de la place.

Suite à ma réclamation au Conseil du 4 octobre, la Commission royale de toponymie et de dialectologie a rendu un avis favorable à ma demande et cela à l'unanimité des membres. Une erreur a été commise lors de la fusion des communes au registre national où l'on a écrit rue Hauvent ". Je demande le changement au registre national sur les cartes d'identité, les carnets d'immatriculation des véhicules, de prévenir les services provinciaux, régionaux, financiers, etc.

Signalons que le lendemain vendredi 4, à 19 h 30, aura lieu la première séance du Conseil communal des enfants.

Pourquoi accuser Belgacom?

Suite à l'article titre « Lamentable » , qui regrettait l'ouverture des trottoirs dès son placement, il faut savoir qu'avant la réfection de nos trottoirs, il n'y avait pas de problèmes téléphoniques. L'entreprise chargée des travaux a blessé le câble à plusieurs endroits et ensuite, l'humidité a fait son oeuvre. Une vingtaine de maisons et la Gendarmerie se sont trouvées sans téléphone La réparation était indispensable, mais la Société Belgacom n'a pas ouvert les nouveaux trottoirs pour son plaisir!

Au début de la mise en route du chantier, beaucoup de responsables circulaient sur les travaux ; ensuite, on n'a plus vu personne. N'oublions pas que le maître de réfection de l'ouvrage en ce qui concerne les trottoirs, est la ville de Fosses ! Ph AA

Confrérie St-Feuillen

Les membres de l'asbl Confrérie Saint-Feuillen ont tenu mardi dernier leur assemblée statutaire. Le président sortant (changé chaque année), J.-M. Nouwynck, s'est d'abord réjoui du bilan de l~année écoulée : le magnifique succès des fêtes de la Sainte-Brigide, où le pèlerinage fut relancé et magnifié la fête de St-Feuillen et de la Confrérie, le 31 octobre, dans un cérémonial imaginé et mis au point par les membres, avec en plus un bus-exposition sur les Celtes, qui recueillit un beau succès et récemment le placement dans la crypte d'un vitrail représentant Saint Feuillen, offert et placé par M. Van Lippeveld, de Namur (avec la collaboration des Ets Egon, de Fosses). Il donne une image d'authentique style mérovingien avec une tresse celtique. C'est une splendide réussite et la Confrérie espère pouvoir faire réaliser son pendant avec une effigie de sainte Gertrude. Toutes ces activités restent bien dans l'esprit des statuts de la Confrérie. Après rapport financier par le trésorier, le Bureau exécutif fut reformé comme suit : Jean Romain, président; Jean-Michel Nouwynck, secrétaire Louis Lamy, trésorier.

Un nouveau membre a été admis Pierre-Anne Jacqmain, de Bruxelles, originaire d'Aisemont, licenciée en philosophie et anthropologie. Elle avait présenté, parallèlement à son mémoire, un travail sur la présence de Tirailleurs Algériens dans la Marche St-Feuillen et un autre sur l'identité celtique fossoise : elle est donc bien dans la ligne et l'esprit de la Confrérie où elle est admise en stage et pourra être intronisée solennellement en octobre prochain. Un autre membre a été proposé Victor Mélan, de Névremont, lui aussi en stage. Le voyage en Irlande, par contre, s'enlise il est très difficile d'obtenir des agences un projet précis, aussi, le voyage prévu début juillet, est reporté à l'an prochain.

Enfin, il fut convenu d'orner la bure de la croix de sainte Brigide inscrite dans un cercle ; ce serait le seul détail ajouté afin de garder un maximum de sobriété.

La prochaine réunion est prévue le 14 mars

L’immigré.

 

Li min.me djoû, one vatche, on roncin èt on baudèt crèvenut. Il èvont èchone si présinter à Sint-Piêre, qu’èst tot saîsi : i n’a mauy vèyu ça !

Enfin, one vatche avou do fris’ lacia, ça pout siêrvu. Li roncin, on l’ pout atèler à l’ carotche qu’on pormwin.ne lès sints qu’ont leûs-ans, èt on baudèt, ça brostéye lès tchèrdons ! Pus dandjî d’ fé v’nu one saquî do Purgatwêre avou one holète po lès côper dju ! Et i lès faît moussî !

On p’tit timps aprtès, is r’vègnenut dé Sint-Piêre èt lî d’mander l’ pêrmission d’

Èraler one miète su l’ têre, pace qu’is sont foû d’ leûs waîbes o Paradis. I lzeû faut lèyî l’ timps d’ s’adwîre. Acôrdé !

Iût djoûs après, là l’ vatche èt l’ roncin qu’ faîyenut bouchî l’ clibotia à l’ pwate

do Paradis.

-Tin, vo-v’-rici d’djà ?, d’mande-t-i Sint Piêre, Ca n’a nin stî ?

--Non, di-st-èle li vatche. Dji n’ m’î saureûve pus plaîre. Divant , l’ cinsî m’ moudeûve Il aveûve dès si doûcès mwins, quand i capougneûve mès moudètes !

Asteûre, on t’ lès tchôke dins dès suçeûs qui sont tot frèds èt qu’ satchenut co après qui l’ dêrène gote a stî rasgotéye ! ;

-Et vos, d’mande-t-i Sint-Piêre au roncin.

___Mi, c’èst l’ min.me,di-st-i l’ roncin. Dins l’ timps, dj’èsteûve dins on stauve avou one bèle pitite cavale. On nos-atèleûve èchone èt on nos mèteûve èchone à pature po dè l’ nût. Vos vèyoz ça di d’ci, di-st-i ,è clougnant on-ouy à Sint-Piêre, qui faît chonance di sofler s’ nez. Et asteûre, on m’a mètu dins one rimîse, asto d’on trakteûr !

Li baudèt, li, ni r’vint nin, i n’rivint nin, i n’ rivint nin …

Sèt’ ans après, vo-l’-là qu’i bouche à l’ pwate.

_A, enfin !, di-st-i Sint-Piêre, Vos v’s-avoz bin plaî !

--Bin, ça a stî, Sint-Piêre,di-st-i l’ baudèt. Dispûs qu’ gn-a bran.mint dès comunes qui n’ont pupont d’ champète, gn-a dès tchèrdons à make …

Dji so seûlemint v’nu dîre on p’tit bondjoû èt dj’î va ‘raler !

-Et duvint ?, di-st-i Sint-Piêre.

--Pace qui dj’a d’mèré « illégâl », èt l’ police ni m’a mauy rimârké ! Asteûre, li cia qu’a d’mèré catchî sèt’ ans en Bèljike pout d’mander dès papîs à l’ comune.

Dji va ièsse Bèlje, min.me qui dji n’ cause qui « Hî-han ». Dji va touchî do chômadje. Pupont d’ tchèrdons, mins dès klâves èt do wayin ! Li bèle vîye, qwè ! Li Paradis su l’ têre !

 

R.A.A. VIROUX

Autres résultats

Spéciales:

Fosses - Aisemont 5-1

Bambois bye

Cadets:

Bambois - Clermont 1-2

Minimes : Biesme - Fosses 9-1

Fosses – Morialmé 0-12

Aisemont - Sombreffe 2-4

 

Les matches du week-end

Samedi 29 lanvier

Préminimes, à 13 h:

UBS Auvelais – Fosses

Minimes, à 15 h:

Fosses A - Clermont

Profondeville - Fosses B

Juniors, à 15 h:

Série A : Aische - Bambois

Espoirs, à 15 h:

Série A : Fosses - Flawinne

Spéciales, à 15 h:

Série D : Aisemont - Biesmerée

Fosses - Ham

Dimanche 30 janvier

Cadets, à 10h30:

Série C: Mettet - Aisemont

Bambois : bye

 

Scolaires semi-prov., à 10h 30:

Série A: Bossière - Fosses

 

Div. 1: Fosses - Aische

Div. 3 : Treignes - Bambois

Div. 4 : Wartet - Aisemont

Chez les vétérans

Championnat Nouvelle Gazette

Châtelet - Aisemont: 0 -1

Après plusieurs remises en cascade, les vétérans ont repris le chemin du stade avec une belle victoire à la clé. Le seul but fut inscrit sur coup franc magistral botté par Vincent Michel a la 25e min. Au repos: 0-1.

Après les citrons, Châtelet pousse pour obtenir l'égalisation mais les Jaune et Bleu résistent et s'offrent même plusieurs occasions qui, malheureusement, n'aboutissent pas Bonne prestation de toute l'équipe ainsi que des nouveaux joueurs transférés durant la trêve des confiseurs.

Equipe alignée : Hans, Buchet, Verschelden, Barreau, Mazuin, Michel J.-Ph., Heirmans, Rampazzo, Cerfaux, Mathot, Burton, Dricot, Michel V.

Ce vendredi 28, Aisemont est bye. L'équipe se rend au restaurant Le Méli-Mélo a Sart-Saint-Laurent où un spaghetti est offert par la patronne. Prochaine rencontre le samedi 5 février à18 h 30 à Flawinne départ place du Centenaire à 17 h 15.

A la RUS Fosses

Le comité sportif de la RUS Fosses tiendra une importante réunion ce mardi 1er février. Les personnes désireuses d'entrer au comité sont priée de remettre leur candidature avant cette date à

Daniel Piet (71.36.83).

Sur le fil

FOSSES - AISCHE 2 - 1

Les visités qui profitaient de la déclivité du terrain furent les premiers à alerter le gardien adverse sur des essais de De Paemelaere et de Viguie. tandis que les Aischois réagissaient opportunément. Les Fossois pratiquant le contre au prix de longues bottées, trouvèrent sur leur chemin un Grégoire vigilant et des défenseurs ne prenant aucun risque pour demeurer intransigeant dans leur secteur. Si De Paemelaere et Gillard se ménagèrent encore sans succès une possibilité de conclure, ce sont les Hesbignons dans le chef de Van Eyck qui hériteront sans succès de la plus belle opportunité. Les deux équipes équilibrèrent les échanges lorsqu'à la 28e, Grégoire au dégagement oubliant la règle des quatre pas: sur le coup franc l'envoi de De Paemelaere fit mouche.

Le bénéfice de la descente aidant, les Aischois se firent plus pressants à la reprise. Evraerts, Adans et Charlet tout comme Noulard eurent le but au bout du pied mais avec Renaux, écartant à même la ligne, les Chinels, plus agressifs, préservèrent leur domaine jusqu'à la 68e, moment que choisit Goffin pour émerger dans une forêt de jambes. On s'orientait vers un partage qui pouvait apparaître logique lorsque, sortant la balle d'une mêlée, Louis assurait le succès des siens à quelques minutes du terme.

FOSSES: P-E.Lorand, Dambroise, Dogot, Colinet, E.Lorand, Gillard, De Paemelaere, Viguie (75e Geeraerts), E.Anciaux, Vandy et Renaux.

AISCHE: Grégoire, Derwa, Adans, R.Anciaux, Henin, Haubruge, (46e Louis), Charlet, Evraerts (60e Noulard), Van Eyck, E.Goffin, Delvaux (70e F.Goffin).

Buts: De Paemelaere (29e 1-0), F.Goffin (68e 1-1), Louis (88e 1-2).

Cartes Jaunes : Vandy, Geeraerts, Charlet, Henin, Noulard.

Carte rouge: Vandy.

TREIGNES - BAMBOIS 5 - 1

Dès la mise en jeu, Treignes se rue à l'assaut du but adverse et, au quart d'heure, Lemaire entame la marque (1-0). Sept minutes plus tard, l'attaquant local remet le couvert (2-0). Bambois réplique et, à la 31e, Luchetta réduit l'écart (2-1). Quatre minutes plus tard, Grandmaison rétablit les distances (3-1).

Au second acte, les Trignolles continuent à diriger la manœuvre et, à la 49e , Hainaut alourdit le score (4-1). À la 72e, Chantraine clôture l'addition (5-1).

 

WARTET - AISEMONT 1 - O

Les banlieusards namurois ont créé la surprise. Les échanges se cantonnèrent régulièrement entre les deux rectangles. Le seul fait saillant du premier acte survint à la 39e lorsque le Fossois Legrain se fit renvoyer aux vestiaires. Le second acte fut à l'image du premier et il fallut un penalty transformé par Devos à la 68e pour permettre aux visités de trouver la faille. La réaction des Gadis fut inconsistante

La légende de la Gatte d'or

Un Aisemontois, qui a quitté notre région pour aller habiter aujourd'hui dans les Ardennes, nous propose Cet article, qui paraîtra sur plusieurs semaines et qu'il intitule:

« Un conte pour une « Chije d'iviér » au pays des Monts de Fosses, Nous le remercions de nous avoir gratifié de ce travail, et qui prouve qu'il est resté gadis » dans l'âme.

Sous diverses formes, un peu partout en Wallonie, sous d'autres cieux aussi, on connaît la légende de la " Chèvre d'or » ou, pour causer comme nos aïeux "l'Istvvère dè l' Gatte d'Our" Ici. il s'agit d'une belle princesse, ravissante autant que peut l'être une aurore de mai et crue de méchantes sorcières transformèrent en une chèvre d'or. Pour une meilleure vraisemblance, on ajoute et depuis des siècles, un ardent chevalier, monté sur un non moins fougueux destrier, cherche en vain cette créature de rêve, les nuits de pleine lune Là. on précise que, lassés par les vexations des méchants, des curieux mal intentionnés, des envieux et des mauvaises gens. les Nutons, avant de quitter définitivement le pays, fondirent l'or de leur trésor. Et qu'après la fusion, ils donnèrent a ce beau métal jaune coulé dans un moule adéquat. le forme d'une bique bien cornue. Les gens bien informés - allez savoir comment et par qui ? expliquent crue là chèvre dont question repose sur un lit de paille fraîche (sic) au fond d'une caverne ou d'une grotte ! Ce qui nécessite, pour la véracité du récit, un décor au relief suffisamment cabossé, pour que les entrailles du sous-sol recèlent un creux propice. Mais ce serait trop beau s'il n'y avait un » mais ! Pour accéder à cet antre, la tâche serait des plus ardue. Des néophytes mitigés d'optimistes congénitaux affirment que la chose est aussi simple que pour déclencher l'ouverture de la Caverne des Contes des Mille et Une Nuits, autrement dit la caverne d'Ali-Baba en personne qu'il suffit tout simplement de connaître et de prononcer à haute et intelligible voix le Sésame... Ouvre-toi !... Le problème, c'est que nul ne connaît la bonne formule, le bon Sésame et, qu'handicapé par ce manque. il est aussi vain de tenter l'expérience. que de retrouver la toute petite aiguille dans le gros tas de foin!... Autre part. avec le large coup de pouce de la fabulation, on dit que la Chèvre d'or n'est, de la silhouette caprine, qu'une image de rhétorique, due à la dissertation de l'exagération verbale, lorsque cette dernière se colporte sur les ailes souvent déséquilibrées de la rumeur publique. Et, pour faire bon poids, bonne mesure, on dit. on raconte, on précise. que la fameuse " chèvre »n'est qu'une utopie. Que cette bique mystique n'est en réalité que le fabuleux et non moins mystique trésor des Sarrasins. Lequel pactole fut enterré jadis - Dieu seul sait où ? avec comme Cerbère incorruptible tout simplement le Malin en personne. L'imaginaire. jamais en reste a, l'aide d'une contraction, assimilé gardien et trésor en une seule représentation. La figure du Diable cornu, avec barbiche de vieux bouc malodorant, s'est muée en celle d'une chevrette à l'opulente barbichette. De quoi lui concéder un titre de cousine germaine avec feue la vaillante biquette de ce brave Monsieur Seguin. Pour conclure cette métamorphose dans toute cette transposition à la mode des chromos d'Epinal, le corps caprin a remplacé la carcasse satanique et la Corne d'abondance sarrasine s'est ainsi trouvée être une chèvre en or massif, à l’instar du statuaire des Incas . Après cela, tirons l'échelle. S'il en était autrement, l'escalade de quelques autres degrés nous amènerait d'autres versions, les unes croyables, les suivantes complètement farfelues et, enfin, les dernières à ranger carrément au rayon des idiotes !...

Au pays des Monts de Fosses, la légende diffère quelque peu, bien que conservant un certain nombre de lointaines attaches avec le canevas général. Lequel canevas parait avoir régi la naissance des diverses versions, non seulement en nos régions, mais encore à des lieues sans s'arrêter aux barrières des montagnes, des mers, voire des océans.,. Pour connaître cette légende de la Chèvre d'or au pays des Monts, tombée dans les abysses de l'oubli depuis moult décades, il m'a paru opportun de plagier Daudet lorsqu'il écrivit '< Les Lettres de mon Moulin ». Vous souvient-il de l'auteur assis au pied de son moulin, au chaud soleiL à l'abri du Mistral et pulsant les grandes lignes de ses récits en fouinant auditivement parmi les rayons bien fournis de la bibliothèque des cigales. Hélas, ces insectes rynchotes sont inconnus sous nos latitudes... Devant cette inexistence, force a été que je me rabatte sur une autre source d'inspiration, en l'occurrence la grande salle de lecture du vent, de maître Zéphyr, du dieu Eole...

(à suivre) DERO

 

Photo rétro

L'Harmonie royale Saint-Feuillen

Un certain nombre de Fossois venus habiter chez nous l'ignorent sans doute, mais il exista pendant de nombreuses années chez nous deux 50ciétés de musique : la Royale Philharmonique, la plus vieille société fossoise, créée en 1844 et l'Harmonie Saint-Feuillen, créée en 1879 par une partie des membres de la précédente qui quittèrent pour fonder une seconde société. A l'époque de cette photo (vers 1951), l'Harmonie royale Saint-Feuillen était dirigée par Gustave Massinon et avait comme président Arséne Colot (tailleur, rue de Vitrival). La photo a été prise en dessous d'un hangar à Névremont, lors d'une fancy-fair organisée au profit de la construction de la chapelle de Névremont.

On reconnaît, de gauche à droite;

- agenouillés, à l'avant Fernand Henin, Roger Jacqmain, Marcel Biot, Pol Noulard, Victor Biot (grosse caisse), et deux autres gamins

- Debout Fernand Collard (en agent), Pol Dumont, Donat Poulet, X (porte-drapeau), Arsène Colot, Lucien Piéfort, Firmin Moucheron, Pol Verbaert, François Lainé, Jean Piéfort (en militaire), Maurice Honnay, René Massinon, Gustave Lorand, Adolphe Gosset, Jean Jaumotte, X, Gustave Massinon, Feuillen Cuvelier, Jean Romain et Ernest Noulard.

L'Harmonie Saint-Feuillen tenait son local au café Jaumotte, où avaient lieu aussi les répétitions. Donat Poulet fut sans doute le dernier président et l'Harmonie St-Feuillen qui disparut par manque d'effectifs, les quelques musiciens qui restaient rejoignirent alors la Royale Philharmonique.

La Marche Saint-Roch fête ses 20 ans

Créée en 1980 à l'initiative de M. André Poulain, la Marche Saint-Roch de Sart-Eustache a su rassembler un contingent imposant de marcheurs qui, chaque année, ne manquent pas de parcourir les rues du village.

Pour fêter le vingtième anniversaire de sa remise en route, le comité a voulu une soirée plus fastueuse encore. Vers 23 h 30, pour le dessert, un immense gâteau, confectionné par le boulanger Rouard, était amené. Il était orné de plusieurs figurines représentant des marcheurs, une partie de la collection de M. Jean Vandersmissen, ce qui rehaussait joliment la présentation de ce gâteau qui représentait aussi l'église du village. Au cours de son discours, M. Poulain annonça un vaste programme à l'occasion du vingtième anniversaire au mois d'août, pour leur sortie annuelle, les marcheurs recevront un T-shirt marqué du blason de la troupe. La Fanfare donnera un grand concert et des réductions sur les locations de costumes seront octroyées. Une cassette vidéo sur la compagnie sera réalisée et mise en vente.

L’ancienne maison communale de Sart-Saint-Laurent

 

On peut dater cette photo, qui fut éditée comme carte postale. aux années 1920 environ. A cette époque, Sart-Saint-Laurent était un village paisible, traversé de temps à autre par une charrette tirée par son cheval, et qui se rendait ou revenait de Floreffe ou de Namur; ou encore venant de Buzet ou de Bois-de-Villers. attirés par les commerces ou les marchés à Fosses.. Il y avait à peine une trentaine d'années que la localité avait été déclarée commune autonome (1890). Issu d'un large essartage (d'où son nom : le Sart) de la forêt de Marlagne, notamment lors de la construction de l'abbaye de Floreffe en 1121, le village du Sart était partagé en deux parties inégales : la plus grande dépendait de l'abbaye de Floreffe, l'autre (à peu près à l'ouest de la place et du chemin du cimetière) était le Sart-Saint-Lambert, dépendant du chapitre de Fosses, donc de la principauté de Liège. Il en résultait pas mal de difficultés certains allaient à Floreffe, d'autres à Fosses, pour les déclarations de naissance, les mariages et même pour les inhumations (ceux de Sart-Saint-Lambert devaient amener leurs morts à Fosses et Eugène Gillain raconte comment on bit le cercueil à deux perches que les hommes chargeaient sur leurs épaules, pour, «pa l'vôye di d'zos », l'amener ou vieux cimetière de la Porte Al Val. Nommé curé de l'ensemble de la paroisse en 1859. l'abbé Lefève y crée un esprit communautaire qui revendique bientôt la création d'une commune indépendante. groupant les deux Sart (ce sera long et pénible Floreffe, mais aussi Fosses (qui avait déjà perdu Vitrival en 1797 et Aisemont en 1871) freinaient à fond. Pourtant, par un arrêté royal du 27 mai 1890, la nouvelle commune fut érigée. Le premier Conseil communal (Louis Rossomme, bourgmestre Motte et D. Rossomme, échevins Brosteaux, Gillain, Grosjean et Defleur, conseillers, avec Henri Furnémont comme secrétaire, s'installe à l’étage de l'école érigée au début du XIXe siècle et que le nouveau curé avait habité avant la construction de son presbytère. Ce bâtiment que l'on distingue. perpendiculaire à la route, servit de Maison communale durant 86 ans, mais en même temps d'école, jusqu'en 1913. Il y eut aussi une classe communale durant quelques années, vers 1960. A la fusion des communes en 1977, ce bâtiment resta vide le plus souvent, servant occasionnellement pour quelques usages éphémères. On y fit notamment la réception officielle lors de l'inauguration de la place Eugène Gillain (vers 1980), ou fut utilisée par le comité des fêtes pour quelques réceptions également. Puis le bâtiment fut acheté et transformé en café-restaurant par André Louis Toussaint, avec appartement à l'étage et il fut repris récemment par Mme Toisoul-Marchal qui y exploite un restaurant Le Méli-MéIo. Derrière cette ancienne Maison communale, on distingue un gros bâtiment-ferme qui appartenait anciennement à Jules Genin-Rossome la ferme fut auprès exploitée par Jean Ancion-Genin, puis par son fils Ernest Ancion-Grenier aujourd’hui pensionnés. Plus loin, une série de moisons dont la plupart, à l'époque, étaient des cafés.

A gauche, on distingue la façade de l'actuelle café La Croisette, qui était occupée à l'époque par Jules Thiry-Pochet, puis par Jules Pochet-Lessire et après par Albert Biot-Pochet. Il y avait ensuite une maison (un peu en retrait et dont on ne voit rien, aujourd’hui café Le Marignan) qui fut longtemps occupée par Ernest Simon, devenu Vitrivolois après son mariage. La maison dont on voit le pignon fut construite vers 1905 par Joseph Pirson Balthazar y habitèrent plus tard Fernand Pieters-Pirson, puis par Raoul

Debruyne-Pieters et aujourd’hui par Mme Vve Yvonne Debruyne. Plus loin, une maison qui fut occupée avant 1914 par un couple dont le nom évoque la richesse: Louis Dor-Dargent!

A gauche, on distingue un poteau téléphonique qui amenait une seule ligne depuis Fosses jusqu'au Sart. C’était probablement pour chez Van Cutsem, qui fut le premier à avoir un poste téléphonique à Sart-Saint-Laurent avec le n0 32 (G. Sarto qui a succédé à Joseph Van Cutsem a d'ailleurs conservé ce même

numéro le 71.10.32). On voit aussi à la même hauteur, un gros arbre, comme il en existait un peu partout le long des routes. On se souvient d'ailleurs que la route entre Fosses et Sart-St-Laurent était bordée d'arbres, des deux côtés. Plus tard, la route fut élargie pour y construire une piste cyclable, depuis le (Cheslong jusqu'au Sart. Puis les arbres furent abattus pour élargir la route comme nous la connaissons aujourd’hui.

Les numéros de téléphone de l'Administration communale

Les services de l'Administration communale sont nombreux et chacun possôde son numéro de téléphone propre. Ces services nous demandent de les publier afin de faciliter les recherches des personnes

susceptibles de les appeler.

 

Cabinet du bourgmestre 071-71.16.05 Commissaire de police 071-71.15.09

Secrétaire communal 071-71.36.91 Passeports 071-71.10.28

Service population 071-71.25.01 Assistance aux victimes 071-71.28.74

Fax 071-71.44.14 Service des travaux 071-71.31.31

Personnel 071-71.37.91 (r. de l'Abattoir) Fax 071-71.39.09

Enseignement 071-71.12.39 Parc à conteneurs 071-71.30.56

Comptabilité-Taxes 071-71.35.17 Serv. Environnement 071-71.46.50

Receveur communal 071-71.11,87 Eco-conseiller 071-71.31.31

Fax 071-71 .42.60 (mardi et mercredi)

Urbanisme-Patrimoine 071-71.10.89 Hall des sports Sart-St-L. 071-71.31.90

Service de la Culture 071-71.27.01 gérant M. Mouthuy 071-71.15.98

(pl. du Marché 12) Fax 071-71.47.74 A.L.E. (r. V. Roisin) 071-71.34.36

Centre communautaire 071-71.46.24 CPAS ruelle Remparts 071-71.17.31

Bibliothèque 071-71.30.22 Prés. J.-M. Denis 071-71.12.63

(Ecole Moyenne) Pompiers Le 100 ou 071-71.11.85

Police 071-71.10.70 Administr. r. Ste-Brigide 071-71.24.28

Fax 071-71.37.79

 

Cours de théâtre

Luc Baufays, président de la Fédération de l'Union culturelle wallonne, en collaboration avec le TAPS, avait organisé à Sart-Eustache, en la salle communale, un stage d'initiation à la comédie, formation assurée par Norman Taylor, comédien et professionnel de rythmique à Paris. Une matinée consacrée à la relaxation, la respiration étant fondamentale dans la comédie. L'après-midi, ce fut le jeu et ses effets qui ont été abordés comment se déplacer, quelles attitudes adopter. Nombre de petits trucs et astuces scéniques sont venus renforcer la qualité du jeu. Une formation qui a remporté un vif succès auprès de nombreuses personnes qui ont participé à ce stage, dont plusieurs jeunes, ce qui est de bon augure pour le théâtre wallon notamment. Les amateurs étaient venus de toute la région.

Les Volontaires au service...

Le souper raclette organisé par les Volontaires de la Marche Saint-Feuillen s'est déroulé samedi en la salle l'Orbey Les convives se sont rassemblés dès 19 h 30 pour participer à ce repas qui sortait de l'ordinaire et qui fut très apprécié. Etaient présents beaucoup de musiciens qui avaient, le week-end précédent, participé à la Nuit de la Musique, notamment le chef Claude Barthélemy, toujours au poste pour créer l'ambiance lors de ces soirées animées. Le repas, une raclette valaisanne, a satisfait les plus gourmands, car il y en avait à volonté! Rappelons la composition du comité de cette compagnie participant depuis bien des années aux sorties de la Saint-Feuillen Jean Piéfort, président (au premier plan sur la photo) Emile Ducat, vice-président Jean-Luc Boulanger, secrétaire Jean-Marie Piraux, trésorier (au fourneau, et muni, comme il se doit, de ses gants protecteurs) le chef de musique, Claude Barhélemy et le sous-chef Nicolas Salustio.