N° 39  13 octobre 2000

 

Marche des Monastères de la Marlagne

Samedi, Fosses a été "envahi"par les marcheurs venus de tous les coins de Belgique pour participer à la traditionnelle Marche des Monastères de la Marlagne qui en sera l'an prochain, Si nos calculs sont justes, à sa 20e édition.

Au programme, des distances au choix de 7 12 25 et 50 km sur des circuits toujours très bien tracés qui permettent une superbe découverte de notre région. A ce sujet, les organisateurs remercient vivement l'Administration communale et le service des travaux d'avoir permis le passage d'un chemin agricole qui va de la rue du Tisserand vers le château d'eau, un chemin de campagne utilisé par les tracteurs mais qui est devenu praticable et qui fut parcouru par nos marcheurs (dommage qu'il manquait 200 m de nettoyage), ce sera sans doute pour plus tard, car ce chemin permet d'atteindre aisément le lac de Bambois, à partir de Fosses, sans utiliser les routes.

Succès total pour cette journée qui fut gratifiée de beau temps pour la saison. Il y a eu plus de 1.400 participants dont 250 à 300 pour le circuit des 50 km. Il y eut même deux Russes qui ont logé la veille à Fosses pour se permettre de partir à la piquette du jour pour les 50 km.

Calendrier

Comme chaque année, pour établir le calendrier des manifestations prévues en 2001, les présidents de toutes les sociétés fossoises sont invités à la réunion du vendredi 3 novembre, à 19 h 30, au siège du S.I., place du Marché. Si vous êtes dans l'impossibilité de vous y rendre, vous pouvez nous taire parvenir vos différentes dates par courrier ou par téléphone. Le S.I. est ouvert tous les jours de 9h à 17 h en semaine et de 10 à 18 h le week-end. Merci de votre collaboration.

L. BIGARE

Mécontente

« Je ne sais pas à qui il faut s'adresser, mais pour avoir pensé à supprimer le feu rouge au-dessus de la rue de Vitrival, il ne faut guère avoir de bon sens. On attend sans doute un accident pour le remettre en fonctionnement?».

« Mon fils Franz, de St-Gérard, évite de retourner par là et prend la rue près du passage à niveau pour rentrer chez lui et que de mécontents! J'ose espérer que cette remarque fera réfléchir un peu celui qui fait cet essai »

Mme Madeleine Puissant

Les déceptions

Les élections apportent toujours la joie chez certains et la déception chez d'autres. Les Socialistes espéraient renverser la majorité actuelle mais les chiffres furent, pour eux, en légère baisse ils gardent néanmoins leurs 6 sièges. Le PRL améliore légèrement son chiffre (+16) et perd un élu ; c'est la loi des calculs avec quotient électoral difficile à comprendre, qui leur a été défavorable, un quotient modifié par le gain de l'U.D.

A l'U.D., la joie aurait dû être complète, mais l'échevin des Finances, Louis Lamy, qui avait parfaitement démontré sa compétence en matière de nouvelle comptabilité communale et qui avait amélioré sensiblement son score (+211 voix), devra abandonner son poste car son beau-frère, Benoît Buchet, obtient un meilleur résultat. Autre part et pour d'autres raisons, nous avons vécu la déception de l'ancien bourgmestre de Bruxelles Xavier de Donnea et celle de Corine de Permentier à Forest, qui sautillait allègrement de joie comme une gazelle, après connaissance de son score qui devait, suivant les accords, lui apporter la place tant convoitée de bourgmestre. Dans ces deux cas, on peut parler de trahison, car ce sont des accords non respectés. La première séance du Conseil à Forest a d'ailleurs été chaudement chahutée.

Comme quoi, aux élections, comme aux J.O., il y aura toujours des heureux gagnants et des malheureux perdants... Saut sans doute au PSC, où Joëlle Milquet se montre satisfaite, malgré la baisse générale dans tout le pays... Il suffit de faire des comparaisons de chiffres qui vous donnent l'impression de ne pas avoir perdu. C'est ce qui s'appelle le conditionnement mental ou, Si vous voulez, un autre aspect de la méthode Coué. Sacrée Joëlle, va!

Remerciements

Madame Marie-Jeanne Preud'homme-Burton remercie toutes les personnes qui lui ont témoigné leur confiance en lui accordant leur suffrage lors des élections communales et elle tient à les assurer de toute son amitié.

Concours de belote

La RUS Fosses organise, dans la buvette du stade, le vendredi 20 octobre, dès 19 h pour les inscriptions et dès 20 h pour le début, un concours de belote, en 8 tours avec prix suivant les mises.

Participation : 600 F avec 8 boissons ordinaires comprises. Classement au nombre de victoires et départage par nombre de points.

Après la fête

La fête de Fosses aura été assurée par un jeune comité dévoué qui n'a pas été cité. Et il mérite que soient nommés ces jeunes pleins de conviction que sont : Claude Lainé, président Brigitte Romain, vice-présidente Joëlle Bayer, secrétaire; Stéphane Demptinne, trésorier ; Fabian Bouchat, Fabian Henin, François Libert, membres. Ils ont remercié les bénévoles : Patrick Lambert, Mme Reumont, Bull et Catherine Evrard. Un grand bravo à tous.

Confrérie St-Feuillen

Plusieurs membres de la Confrérie assisteront ce samedi au Xe Grand Chapitre de la Confrérie Saint-Feuillien du Roeulx. Ils ont été invités, en, groupe, par le Grand Maître Benoît Friart. Les relations entre les deux Confréries sont très cordiales et assidues. D'autre part, la Confrérie fossoise prépare la fête de saint Feuillen t le dimanche 29 octobre, ils participeront, en bure, à la grand-messe, amenant processionnellement, à l'entrée du chœur, le buste-reliquaire. Après l'office, devant la croix celtique, aura lieu la cérémonie d'intronisation de deux nouveaux membres Victor Mélan et Pierre-Anne Jacqmain et le renouvellement du serment de la Confrérie. Les membres se retrouveront ensuite pour un repas confraternel.

Infos Irlande

Réunion publique (ouverte à tous, même à ceux qui n'envisagent pas de participer au voyage) le vendredi 27 octobre, à 19 h 30, en la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville. Outre une information générale sur l'Irlande avec projections de cartes et de vues, les détails du voyage y seront présentés avec les conditions financières. Rappelons-en les grandes lignes:

départ de Gosselies Air port le lundi 2 juillet 2001 ; visite de Dublin en car. Mardi, le site mégalithique de New Grange, l'abbaye de Clonmacloise et la cathédrale de Clonfert, Galway. Mercredi 4 : le Connemara avec l'île d'lnchiquin où est né saint Feuillen. Jeudi 5 t la plateau calcaire des Burren et les falaises de Clift, et Moher. Vendredi 6 : Athone, Kildare (abbaye de Ste-Brigide), Dublin ; retour à Gosselies.

Organisé par la Confrérie Saint-Feuillen, ce voyage est ouvert à tous les Fossois qui le souhaitent.

 

On nos-è stitche!

Le Vlaams Blok est anti-Belge, anti-monarchique et anti-Wallon. Ses leaders réclament l'autonomie de la Flandre, veulent une république et veulent supprimer le transfert des milliards qui viennent de Flandre en Wallonie et qui paient une partie des pensions, des remboursements de mutuelle et des ai-locations de chômage des Wallons. Mais la masse des électeurs du V.B. (voir les interviews en rue du 9 octobre de la VRT) ne sont pas anti-Belges, anti-monarchistes, ni anti-Wallons ! Ils sont uniquement préoccupés par la sécurité. Or, le V.B. rencontre ces préoccupations. A Borgerhout par exemple, beaucoup de Belges n'osent plus sortir le soir ! Pour qui voteriez-vous Si vous habitiez dans un de ces quartiers? Quand les Ecolos ont commencé à se montrer, tout le monde s'est aperçu qu'il y avait des problèmes d'environnement. A présent, tous les partis ont des soucis d'écologie !

Quand le V.B. rencontre des succès sans précédent (330/o à Anvers, 200/o à Gand...) on voit les leaders du VLD (Delwaide) et du SP (Detiège) prendre la résolution de veiller à la sécurité des Belges. Avant ces élections, ils ne savaient sans doute pas qu'il y avait un problème. Si les destructions, les pillages et les maltraitances de citoyens belges par une bande de 600 Nord-Africains (dixit la gendarmerie) s'étaient passés une semaine plus tôt, le V.B. aurait eu au moins 300/o des suffrages à Bruxelles! Un raciste est quelqu'un qui se croit supérieur à celui qui parle une autre langue, habite un autre pays, n'est pas Européen... Je ne suis pas raciste j'ai eu des étudiants marocains que j'ai traité sur le même pied que les Belges. Quand ils sont retournés au Maroc, je les ai reconduits et j'ai logé dans les familles. Par blague, j'ai dit que je me plairais bien au Maroc et voudrais devenir Marocain. Oui, c'était possible. En demeurant chrétien ?... Alors, non!

Je ne suis pas raciste, mais je ne suis pas d'accord que des Nord-africains ou d'autres viennent détruire et voler ce que j'ai et me houspiller ! Que diriez-vous Si, comme une dame vue en pleurs à la TV, on détruisait votre voiture ? S'ils veulent combattre les Israéliens, qu'ils partent en Palestine!

Pourquoi le titre : on nos-è stîtche? Parce que ce mardi, ni Vers l'Avenir, ni La Libre Belgique ne relataient ces incidents. Le Laatste Nieuws avait un petit article de 10 cm sur 10 en première page, rien de plus ! Pour qu'on ne sache pas ce que des étrangers ont (mé)fait ! Ce n'est pas honnête

Ah, Si c'était des membres du FN! Vous verriez la curée!

RA.A. VIROUX

(Le Messager laisse à son auteur la responsabilité de cet article qui pourrait choquer certains esprits).

Portrait d'un bourgmestre comblé

Benoît SPINEUX est né le 23 septembre i 94S second dune famille de 5 enfants, il est le fils d'André Spineux, qui fut bourgmestre de Vitrival pendant trente ans. Il épousa Julia Tounquet avec qui il eut 3 filles. Régent littéraire, il enseigna a Bruxelles nuis à l'institut Remonjoie à Malonne dont il devint directeur en 1969. Il est aujourd'hui pré pensionné. Ancien joueur de halle pelote à Vitrival. il tut marcheur À la Saint-Pierre, président du F.C. Vitrival de 1978 à 1988, délégué (comme son père) des Mutualités chrétiennes administrateur à la Fédération de Namur depuis 1981 [ans l'entité, après la fusion des communes. il entra au Conseil en 1983 (580 voix) puis en 1989 (1.199 voix) il obtint en 1994 un chiffre record à Fosses avec 1.314 voix quand il fut élu bourgmestre, record qu'il vient de battre largement en obtenant cette fois 1.624 voix de préférence, soit 57% des votes de son parti, près de 30% de l'ensemble des électeurs, voix auxquelles on peut ajouter les têtes de liste qui lui sont en principe destinées. Il récolte à lui seul presque autant de voix de préférence que le total des votas du PS Du jamais vu à Fosses

 

Résultats complets

A la Commune

Nombre d'inscrits: 6.516

Non votants: 511

Blancs et nuls: 413

Votes valables: 5.592

 

PRL:905voix: 16,18%

2élus: Philippe Moreau et Françoyse Périquet

Le second élus Frédéric Moreau, fils de Philippe, doit laisser sa place. Emmanuelle Michaux, 2e sur la liste, bénéficie des têtes de liste et pouvait être élue, mais selon accord, ce serait le candidat qui obtient le plus de voix qui serait élu. Le second poste va donc à Françoyse Périquet avecl66 voix.

 

U.D. : 2.845 voix: 50,87 %

1l élus:

Benoît Spineux, Bernard Meuter, Michel Charles, Jules Lallemand, Louis Lamy (Bernadette Robaye) Philippe Mullier, Laurence Titeux, Benoît Buchet, Etienne Drèze, Baudouin Janssens et Alex Borbouse.

Alex Borbouse bénéficie du report des têtes de liste et obtient 434 voix. Louis Lamy, 7e élu par voix de préférence doit se désister car son beau-frère B. Buchet a plus de voix; au départ on pensait que Françoise Sarto serait élue, mais dans le calcul des suppléances, le report des têtes de liste bénéficie au premier candidat non élu et c'est Bernadette Robaye qui sera donc la dernière élue du groupe.

 

P.S. :1711 voix : 30,59%

6 élus: René Brachotte, Nicole Laliére, J.-M. Denis, Willy Piret, Jean.- Louis Pacorus et Paulette Daffe.

 

F.N.: l3l voix: 2,34%

Pas d'élu.

L'Union Démocratique gagne encore un siège

Rarement, une campagne électorale aura été aussi calme chez nous. Et Si nos boItes aux lettres furent l'objet de nombreux dépôts, ce fut en recommandations de candidats mais non en attaques, qui furent, elles assez rares. Et on doit se réjouir de la sagesse des partis, qui évitent les querelles inutiles ne servant généralement qu'à indisposer l'électeur. Cela indique aussi que, finalement, la majorité au pouvoir n'a pas trop mal travaillé. L'électeur s'en est rendu compte et a plébiscité ce groupe.

L'Union Démocratique sort donc grand vainqueur, conserve sa majorité absolue et la conforte d'un siège (avec 35 voix de plus, l'U.D. pouvait même obtenir 12 sièges !).

Le P.S. est en perte de vitesse et passe de 41,40/o en 1988, à 320/o en 1994 et à 30,250/o en 2000. Où en est la cause ? Le PS à Fosses disposait en 1988 de candidats d'envergure qui obtenaient de fameux scores Em. Damanet, Chr. Lalière, Jules Crabeek, Lucien Boigelot, Richard Legrain, J.Cl. Gravy. Progressivement, ces grosses pointures ont disparu et n'ont pas été remplacées. C'est sans doute là qu'il faut chercher le recul de ce parti qui détenait pourtant des gens capables (nous pensons à D. Piet ou à A. Genette, serviables et dévoués, bien introduits dans la sphère administrative de la Région Wallonne, un atout), mais qui n'ont pas été plébiscités; pourquoi ? L'électeur socialiste est parfois déroutant dans ses choix.

Le PRL par contre, a augmenté légèrement ses chiffres (et, le comble, perd un siège !.) Mais là aussi, à part Ph. Moreau qui fut une révélation dès son entrée en 1988, il y manque un ou deux « ramasseurs de voix ». Et on ne comprend pas le recul de voix de ce candidat pourtant apprécié ; sans doute fut-il trop vite oublié après son mandat d'échevin des travaux qui lui avait apporté une certaine notoriété.

A l'U.D. par contre, on se réjouit de l'entrée en lice de quelques jeunes qui ont obtenu des résultats plus que prometteurs (B. Buchet, E. Drèze, B. Janssens) qui vont devoir se roder dans la gestion, encadrés par des candidats qui possèdent déjà une belle expérience. La moyenne d'âge des candidats y est éloquente : 42 ans à l'U.D., pour 53 au P.S. et 54 au PRL.

Quand on observe la répartition des candidats, tout partis confondus, on remarque que Fosses centre obtient 6 élus (5 UD et 1 PRL), Bambois 1 (PS), Haut-Vent 2 (1 UD, 1 PS), Névremont ( 1PS), Aisemont 2 (1 UD, 1 PS), Le Roux un seul (UD), Sart-Eustache 2 (1 UD 1 PRL), Vitrival 4 (2 PS et 2 UD). Rien à Sart-St-Laurent. Les jeux sont faits et l'essentiel est que notre nouveau Conseil communal, qui comportera tout de même pas mal d'« anciens », mais pas mal aussi de « nouveaux » travaille en bonne collaboration, dans un climat constructif pour le bien de la Commune et de ses habitants. A l'heure où nous écrivons ces lignes, on ne connaît pas encore la répartition des mandats et des responsabilités. Le bourgmestre sera bien sûr Benoît Spineux ; aux Finances, il semble que le départ de L. Lamy serait comblé par Laurence Titeux les autres prétendants sont B. Meuter (qui conservera sans doute la Culture et les Sports), Michel Charles (le Patrimoine) et B. Buchet (Travaux ?), mais rien n'est encore définitif. Qui prendra la présidence du CPAS...? Il y aura sans doute des décisions délicates, pour lesquelles il faudra trancher... Nous le saurons sans doute tout prochainement. En attendant, n'oublions pas que le Conseil communal fonctionnera comme il est constitué actuellement jusqu'au 31 décembre 2000 et le nouveau Conseil, celui qui entamera le troisième millénaire, sera mis en place dés janvier 2001.

FOSSES - BIOUL 2 - 2

 

Deux minutes après le coup d'envoi, la première action offensive des visiteurs se soldait par un but. Fortemps, après s'être joué des ses opposants, trompait la vigilance de P-E. Lorand d'un envoi de biais, bien ajusté (0-1). Ce n'était point le scéna10 rêvé pour les Chinels, en peine le contrarier efficacement des Bioulois bien organisés, plus déterminés, imposant leur rythme et s'appliquant à construire avec précision. Les Fossois mettaient épisodiquement l'un ou l'autre mouvement valable à leur actif Celui amorcé par M'bo Babota via Dumont offrait à Geeraerts la possibilité de ramener l'équilibre au marquoir, mais Michaël Léonard, le substitut de Henrotte, faisait brillamment échec à l'entreprise locale. Tandis que les pensionnaires du Chérimont conservaient dans l'ensemble l'initiative des opérations, Neyman, d'une reprise de la tête, confortait l'avantage mérité des siens (0-2).

A la demi-heure, sur un tir violent et cadré de Bertin, le portier visiteur signait une nouvelle prouesse, tant et Si bien que le 0-2 inscrit au repos ne bousculait pas la logique. Les Chinels allaient faire meilleure figure à la reprise. Un essai de Laurent, très actif, manquait l'objectif tandis que P-E.Lorand écartait l'envoi sur coup franc de R. Léo-nard. Les échanges paraissaient plus équilibrés, avant que les Fossois ne prennent la dernière demi-heure à leur compte. Le gardien des « Jaunes et Rouges » se mit encore en évidence sur une tête de M'bo Babota, qui se dé-menait comme un beau diable pour parvenir à réduire l'écart (1-2). Cinq minutes plus tard, ce dernier voyait son tir frapper le poteau. Les Chinels terminaient en force. Rasetta trouvait encore le portier visiteur pour s'opposer à l'égalisation, laquelle fut néanmoins obtenue par Jaumotte à la 84e. Les Bioulois peinèrent alors jusqu'au terme de la rencontre.

Arbitre: M. Leyder.

Buts : Fortemps (0-1, 2e), Pinon (0-2, 23e), M'bo Babota (1-2, 74e), Jaumotte (2-2, 84e).

Cartes jaunes: Laurent, Charlet.

FOSSES: P-E. Lorand, J-F. Lorand, Simonis, S. Viguie, Dumont, Laurent (82e, Tasiaux), Bertin (73e, Jaumotte), Rasetta, Geeraerts, (80e, Devlieghere) M'bo Babota, Renaux.

BlOUL : M. Léonard, Bonato, Noël, Charlet, Poels, E. Pinon, (69e, Daxhelet), R. Léonard, Neyman, Dandoit, Fortemps (80e, S. Pinon), Gilson.

HAM - FALISOLLE . AIS 4 - 1

A la 5e, les visiteurs se créaient une première occasion par Luc Deproot. Ensuite, les « Hannetons» répliquèrent par Vandenveken et Van Bever, de la tête, mais la conclusion fit défaut. Toutefois, à la 39e, Van Bever ouvrait le score sur une passe de Becquevort (1-0).

En seconde période, les visités doublaient leur avantage à la 53e par Vanderveken. A l'heure de jeu, Van Bever signait le numéro trois. Quatre minutes plus tard, Montési réduisait la marque à 3-1. Ensuite, les Falisollois poussaient et Vanvarenberg voyait son tir dévié par Kinet. A la 72e, Becquevort, sur effort personnel, scellait la marque définitive à 4-1. Bon arbitrage de M. Dubois.

 

TAMINES – BAMBOIS 1 - 2

Dès la 5e, les « Plagistes » ouvraient le score suite à un auto goal de Fabian Piette (0-1). A la 25e, les hommes de Robert Dogot doublaient le score par Janssens. Peu avant la pause, les « Etoilés » atténuaient leur retard grâce à Yilmaz.

Au second time, les visités poussaient afin de recoller au score, mais à l'heure de jeu, Pietro Sciabica fut exclu. A un quart d'heure du terme, les joueurs de Franco Filafero se créaient deux occasions, mais le cuir fut sauvé sur la ligne, Si bien que le score resta inchangé.