N° 36  22 septembre 2000

Conseil communal

 

M.Boigelot critique la signalisation inadéquate, souvent absente (déviation) les embouteillages, l’agencement des travaux sur toute la longueur. Et pour la réfection d la rue Delmotte et V.Roisin les difficultés pour atteindre les habitations, la banque, la pharmacie... Il cite plusieurs exemples.

Le bourgmestre explique que la signalisation évoluait tous les jours et les nombreux carrefours obligeaient de procéder par tronçons. Il s'étonne de voir tout à coup tant de gens devenir ingénieurs ou commissaire de police: « J’aurais fait comme ça... ». Mais s'il y a eu des difficultés, de nom b r e uses remarques ont été faites à l'entrepreneur, responsable de la signalisation. Il faut noter aussi qu'un automobiliste a bougé lui-même une barrière, pour passer quand même. Que des camionneurs et beaucoup de conducteurs en transite persistaient à passer par Fosses, malgré les panneaux à chaque entrée. S'il y a eu blocage aux Quatre-Bras, c'est qu'un bus était tombé dans un trou. L'agencement des travaux, enfin, dépendait des directives du M.E.T. Quant aux rues Delmotte et V. Roisin, le bourgmestre a fait son enquête, à toutes les portes. Et Si des riverains ont noté des critiques à M. Boigelot, c'est que celui-ci commençait par dire: « Ça ne va pas, hein ?». Par contre, au mayeur, tous les riverains ont dit qu'ils comprenaient que des travaux pareils font forcément des difficultés temporaires. M. Sarto précise encore que le Syndicat des ouvriers de voirie voulait interdire totalement la circulation pour la sécurité des travailleurs. Enfin, conclut M. Spineux, il n'y a pas eu d'accident grave et cela se termine.

Les pavés Chinois

Autre critique de M. Boigelot les joints des pavés chinois des trottoirs laissent pousser les herbes. M. Sarto rétorque que les auteurs du projet (ministère des travaux) ont prévu un système drainant pour éviter l'écoulement des eaux en surface. Si on a fait un drainage en fond, il serait aberrant d'imperméabiliser la surface ! Le Collège a, en effet, reçu plusieurs lettres de riverains (au sujet aussi de pentes mal calculées donnant de l'eau dans les caves) et il les a transmises au M.E.T. pour mesures à prendre. Qui paiera ? C'est une erreur de l'auteur dû cahier des charges et le cimentage des joints coûterait 200 F/m2. Le MET a répondu : en aucun cas l'auteur du projet ni la commune ne sont en cause la loi prévoit que chaque riverain doit assurer l'entretien des trottoirs (surtout en cas de gel). De toute façon, le Collège reste attentif : il faudra remettre des cendrées jusqu'à saturation et il y aura possibilité de bloquer la caution lors des réceptions provisoire et définitive. Mais on ne peut tout de même pas dire que toute la traversée de Fosses a été mal faite. Quand tout sera fini, on se réjouira du résultat (po ièsse bia, i faut sawè soufrî !).

Le compte INASEP

C'est ici M. Brachotte qui demande ce qui se passe au Collège : par deux fois, des représentants de l' NASEP sont venus pour discuter du compte de la distribution d'eau et réclamer le paiement de 4,2 millions pour le déficit 1998. Et il présente un courrier à ce sujet. « Vous recevez des lettres que nous n'avons pas » dit le mayeur. L'échevin des Finances s'étonne aussi du reproche qui lui est fait d'avoir été absent lors de ces deux visites, alors qu'il voit le comptable d'INASEP tous les mois. Mais le Collège a refusé en mars le compte qui lui était présenté, car il y a une somme de 918.290 F remontant à la reprise du réseau de distribution d'eau en 1990 et que le directeur avait promis de laisser tomber, promesse faite à M. Boigelot sous le mayorat précédent, mais que l'on réclamait encore. Le Collège prévoit de porter juste ce qui est dû, soit 3 2 millions et non 4,2, en modification budgétaire, et ainsi faire ce paiement.

Pétition

Intervention PRL d'E. Meuter au sujet du chemin de la Chapelle de la Paix à Névremont, avec pétition des riverains. Les travaux sont prévus au plan triennal, pour 2002, mais on devrait les avancer. Le bourgmestre n'est pas d’accord sur ce plan triennal a été admis à l'unanimité et le modifier mettrait en cause les subsides. Et de donner lecture d'un groupe de riverains : « Nous ne sommes pas dupes de cette manœuvre électoraliste : l'ancienne majorité PS-PRL ne l'a pas fait malgré plusieurs demandes... » S'ensuit un petit accrochage avec Mme Périquet, fort nerveuse à propos des trottoirs rue du Sartia, que l'U. D. n'a pas fait non plus... ON remonte alors à plus de vingt ans.

Nuisances

Ph. Moreau se défend de vouloir polémiquer mais se veut constructif. Il a été interpellé par un habitant du quartier Tannerie Rue Ste-Brigide, au sujet de nuisances sonores et autres, rodéos nocturnes, grossièretés envers celui qui proteste. Lors débat sur ce grave problème de société certains jeunes n'ont de respect pour rien ni personne. Mais M. Spineux est allé discuter avec eux, un policier aussi et d'après un riverain, cela va mieux. Bien sûr, on pourrait engager un éducateur de rues, mais il en faudrait un sur chaque section. Le problème, précise l'échevin E Meuter, qui est éducateur, c'est l'éducation des parents qui laissent tout faire. Et de citer un autre cas : tapage de jeunes jouant au foot, rue Delmotte, à minuit : c'étaient des enfants de 11-12 ans Est-ce normal que des enfants traînent dans les rues nuit ? Inutile de les affronter, il faut entamer un dialogue. Et le mayeur d'ajouter ( à propos d'autres violences) qu'il a mis la pression sur le Parquet pour le maintien en détention de ces individus dangereux.

« Mais ce n'est pas encore Chicago ou Charleroi ! » Et pour les autorités judiciaires, le taux de criminalité à Fosses est bien trop faible pour prendre des mesures...!

Canalisation bouchée

M.Boigelot revient avec un sujet déjà soulevé : canalisation bouché rue des Forges. L'échevin Sarto à faire les travaux nécessaires et on y retrouvé... une peau de mouton! Il y aussi une fuite d'eau, d'où discussion (de sourds) sur la responsabilité commune ou INASEP?

Et les écoles

Mme Rochet s'inquiète de la rentrée scolaire à Sart-Eustache. Le bourgmestre s'en étonne : elle était, avec Mme Lalière, présente au Conseil de participation de cette école et à la ré union des parents. Il est faux de prétendre que des mamans ne savaient pas où inscrire leur enfant : une affichette à la fenêtre donnait les numéros de téléphone de l'institutrice et de la directrice. Mais l'école va bien, tout l'enseignement communal se porte bien, on va même ouvrir une troisième classe à Aisemont. « Mais vous avez perdu un mi-temps à Sart-St-Laurent » : intervention de méconnaissance de la situation : le Ministère se base sur les chiffres de la rentrée, mais dès le mois prochain, un seul élève en plus ramènera les deux temps pleins pour cette école dynamique. Ph. Mullier s'insurge : « Votre intervention est indécente ! » il est président de l'association de parents de Sart-Eustache et si les chiffres des années précédentes étaient plus mauvais qu’actuellement, il n'a jamais pour autant mis en cause l'échevin (Brachotte, à l'époque). Intervenir quand on sait que l'école est sauvée, c'est de l'électoralisme. Le ton était donc vif et parfois cinglant, mais restait dans les limites de la courtoisie.

Il y eut encore un débat Boigelot-Sarto au sujet d'un caniveau de garage, à Génicot : selon le premier, l'échevin aurait promis... mais le second refuse d'intervenir en terrain privé il fera le nécessaire au niveau de la route. Une séance animée, donc, avec un très nombreux public: là aussi on sentait l'approche des élections.

 

Simple réflexion

No comprenette

Voici près d'un an, J.R. (pas l’indicible de Dallas, mais le mille fois plus sympathique de Fosses), écrivait dans Le Messager du 26 novembre, sous le titre « Je ne comprends pas » et parmi tout un tas de vérités « criantes » allant à l'encontre du bons sens et de la justice, son inquiétude à propos du problème du chauffage pour les « petites gens ». Le mazout avait augmenté et coûtait alors 12 F le litre

Comparé au prix actuel pas loin des 20 F, c'était rage d'or. En effet, comment s'en sortir pour « tiédir » la maison, tantôt, lorsque vont venir les vrais frimas. Déjà maintenant, lorsque l'on est âgé, qu'on ne se bouge plus guère (because arthrose et Cie), on hésite à allumer le chauffage et... on éternue ! Dilemme vaut-il mieux économiser le pré-cieux combustible ou « attraper » la bronchite et porter l’économie réalisée chez le médecin et le pharmacien ? N'empêche que 20.000 balles pour 1.000 litres (de quoi tenir plus ou moins trois mois par grand froid et en économisant au maximum) c'est chérot ! Car il y a aussi l'essence et le diesel pour les déplacements. Et la suite, c'est-à-dire tout ce qui est fabriqué à partir du pétrole qui va aussi renchérir ! On envisage certes des mesurettes pour les plus démunis, en l'occurrence des chèques mazout. Oui, mais le système sera en place quand ? A Pâques ou à la Trinité ? Et la paperasserie et les démarches qui iront de pair. Dans l'attente, on aura de quoi grelotter et taper du pied...!

Entre-temps, les taxes que tous, nous payons, emplissent le coffre de l’Etat qui rechigne à entrouvrir la porte. Et là, j'ai peut-être la comprenette un peu dure, j'entends les pétroliers qui renâclent encore plus pour participer à la « bonne action »des chèques chauffage. Pensez donc, les pauvres, en les écoutant, ils vont bientôt devoir aller s'inscrire au CPAS car, rien que pour les six premiers mois de cette année, et toutes compagnies confondues, ils n'ont encore réalisé que 900 milliards de bénéfices ! Ce qui fait bien 900.000 millions. Supposons que nous soyons dix millions de Belges, nous aurions, en nous partageant cette « misère », CHACUN 90.000 F Pas de quoi fouetter un chat, n'est-ce pas?

Autre argument des pétroliers c'est l'Etat qui doit pourfendre la fraude sur les produits pétroliers (accises et TVA) il (l'Etat) récupérerait ainsi 20 milliards à distribuer aux démunis. Bon, admettons, mais simples questions :

1. La fraude ne se faisant pas au grand jour, comment peut-on avancer ce chiffre ? Peut-être en consultant la cartomancienne de service!

2. Qui donc fourni la matière, c'est-à-dire le pétrole aux fraudeurs?

Que diable, on ne trouve pas «l'or noir », comme les patates ou le maïs, dans les campagnes de

Taravisée ! Bref, nous ne sommes pas encore sortis de l'auberge, même espagnole.

Ah ! Si nous avions encore notre charbon bien trop tôt « enterré »pour le chauffage et l'industrie! Ah! Si nous avions encore toute l’entièreté de notre réseau de chemin de fer qui était le plus dense du monde, pour le transport des personnes et de marchandises ! Ah ! Si voici vingt ans, au cœur d'une précédente crise, on avait sérieusement poursuivi les recherches sur les sources d'énergie alternatives, pour remplacer ce fichu pétrole ! Quel beau pied de nez on ferait aujourd'hui aux hausses du baril!

Mais ça, Kipling le disait déjà, c'est une autre histoire. DERO

 

Simple réflexion

L’autre vesprée, nous profitions à quelques-uns d'une large embellie, pour prendre un tan met le frais c'est bien le mot exact sur la « pavée », comme il se dot par ce temps de « canicule» (sic).

Les sujets sportifs t:t les potins du quartier épuisés, la conversation se languissait. Soudain, l'Emile, dont on ne sait jamais s'il cause sérieusement. Ou si sa pensée gambade joyeusement dans les plates-bandes de l'humour à froid, me prit à partie:

L'autre fois, tu parlais et tu écrivais à propos d'une étude, chérote, aux termes de laquelle « on » avait constaté que nos petits ados manquaient de calcium, vu leur répugnance à boire du lait au profit de boissons dont on sait juste qu'elles sont liquides! Tu te gaussais aussi de l'alimentation TGV et les dits rafraîchissements qui, de nos jours, ont la cote. Mais, cher ami, tu as omis de dire que les conséquences sont encore plus désastreuses que le manque de calcium qu'aux States, les tout jeunes et même les moins jeunes prennent tellement d'embonpoint qu'il faudra bientôt renforcer les câbles des ascenseurs dans les buildings. Qu'il faudra aussi donner double picotin aux canassons, s'ils veulent encore supporter sur leur échine le poids des jeunes cow-boys. aussi adipeux que les « nourrains »qui ont abusé de la « caboulée ». Et comme ce qui se passe aux Amériques finit toujours par arriver chez nous ! On y vient d'ailleurs. Tu te targues d'ouïr des informations intéressantes, as-tu entendu que les « bèdots » aussi pourraient attraper le virus à Jacob , le truc qui fait devenir les vaches plus folles que ne l'était le « Jo »... Mais oui, souviens-toi, celui qui venait faire les betteraves, les mettre à une dans les fermes, lorsque nous étions gamins. Bon, revenons à nos moutons ! Tout ça parce qu'on a fait bouffer à ces pauvres bêtes, qui ne demandaient que bonne herbe et bon foin, des farines dites « animales ». Demain, qu'osera-t-on encore manger ? Note qu'à mon âge, aussi respectable que le tien, je m'en fiche un peu, il faut quel qu e chose pour arriver au dernier souffle. Et puis, tu le sais, je possède quelques lapins qui n e connaissent que la production nature de mon « pachi » e t quelques poules qui ne picorent que du bon mélange. Viande et oeufs « bio maison relèvent mes recettes à base des patates et des légumes de mon courtil. Mais, pour les autres, je tremble, de crainte qu'un de ces jours les apprentis-sorciers de l'alimentation, toute prête et tout sent le même goût, ne fourguent directement dans les plats, à simplement réchauffer aux ondes courtes, les mêmes trucs que pour les animaux, trucs expurgés bien sûr des éléments nocifs ! Mais, comme on connaît le refrain et tous les couplets de la chanson, les virus à Jacob ont encore de beaux jours a vivre...

Sans commentaires! DERO

 

Fosses-La-Ville

La fête

Le jeune comité des fêtes a mis sur pied le programme suivant pour la fête de Fosses. La plupart des activités ont lieu sous chapiteau, rue des Tanneries En voici le détail;

Vendredi 22:

A 20 h concours de belote : 500 F (6 verres), inscriptions dès 19 h.

-Contacts au 0486-06.55.01 (Stéphane Demptinne).

Samedi 23 septembre:

A11 h: sortie des Disclimbwagnes

A 12 h : retour des vélos au chapiteau. Animation pour les enfants.

A 14 h : Magic Show Team (magie, clowns, jeux) Entrée gratuite.

A 15 h: Rodeo mécanique (gratuit)

A 21 h: Soirée sono Outlaw (150 F)

Dimanche 24 septembre:

A 12 h : Grand buffet campagnard

(500 F : paiement à la réservation au 0486-06.55.01.)

A 14 h : Concert Country animé par Kentucky.

Bambois oublié

En raison du nombre de problèmes que rencontrent certains habitants et associations de Bambois, un comité de défense du hameau a vu le jour. Deux réunions ont déjà eu lieu depuis le 22 juin et un rapport a été envoyé à MM. Spineux, Brachotte et Moreau, avec quelques points bien précis.

Les trois coordinateurs de ces réunions sont : Paul Denis, président de la balle pelote, Renilde Pietquin, présidente du comité de la fête du Point d'Arrêt et Claudy Van Ryssel, président des Débridés. D'autres aussi font partie de ce comité : Willy Defoin et Aimé Mathot, du FC Bambois Sport Daniel Jaumotte pour le Grand Feu, plus une vingtaine de personnes représentant d'autres comités de Bambois, certains à titre personnel ou de quartiers (rue du Grand-Etang...).

Quelques lacunes relevées:

pas de salle à Bambois (pourtant 18 comités)

danger permanent rue de la Plage (sortie du parking et rond point près de l'entrée du lac).

Pourquoi pas un parking plus près de l'entrée du lac comme les voitures se garent sur les trottoirs, certains habitants de la rue St-Joseph, rues du Grand-Etang et de la Plage ne savent plus sortir ni rentrer chez eux.

- La circulation dans Bambois!

- Un parking nécessaire près du terrain de foot (projet depuis trois ans).

Nous savons que ce comité est déjà critiqué (car il dérange), bien entendu par des personnes qui ne font jamais rien sauf critiquer, ou qui ne sont pas ennuyées.

Une réunion est prévue début octobre. Le comité de Défense de Bambois

 

Les travaux

Les travaux de la traversée de Fosses touchent définitivement à leur fin. La circulation est rétablie sur l'ensemble de la traversée de la ville. Toutefois, quelques feux ponctuels peuvent encore, temporairement, perturber le trafic.

L Administration communale

Avis

Le service des travaux et environnement de la ville est définitivement installé chaussée de Charleroi (anciennement Ets MAM).

Soupers des Grenadiers

Rappelons le souper annuel de la

14e Brigade des Grenadiers ce 23 septembre, en la salle L'Orbey. Au menu:

- Apéritif

- Terrine de marcassin, crudités

- Sorbet citron et Eau de Villée

- Blanc de volaille farci, sauce périgourdine

- Dessert - Café.

Ambiance musicale assurée.

Les médaillés

Comme annoncé, dans le cadre dE son 40e anniversaire, l'Association des Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse a décidé de mettre à l'honneur tous les marcheurs qui ont fait preuve de fidélité à leur marche en leur remettant une médaille commémorative pour 50 ou 60 années de participation.

A Fosses, ces médailles seront remises ce samedi 23 septembre, à 15 heures, aux marcheurs fossois concernés dont voici la liste:

La médaille pour 8 septennales, soit 51 ans aujourd'hui:

- Grenadiers:

José Biot, rue de Vitrival

Emile Damanet, av. Combattants

Francis Dewez, Jambes

Guy Drèze, ruelle des Egalots

Claude François, av. Combattants

Gérard Gosset, rue des Egalots 21

- Congolais:

Alex Charlot, Keumiée

Pierre Charlot, rue Sainte-Brigide

Francis Godfroid, rue des Bergeries

Claude Gosset, place d'En Leiche 5

- Musique

Claude Barthélemy, rue de Vitrival

- Tromblon:

Michel Defleur.

Médaille pour 9, l0 ou 11 septennales (soit plus de 60 ans):

- Grenadiers:

Jean Demeuse (9), Gerpinnes

Alfred Linard (9), route de Bambois

Roger Collard (10), rue Saint-Roch

Louis Dumont (10), pl. Centenaire

Louis Eymael (10), Nalinnes

Jacques Gailly (10), rue St-Roch

Marcel Quertinmont (10), Aiseau

Marcel Scieur (10), rue P. Couture

- Congolais:

Lucien Dupuis (11), rue de Vitrival

Jacques Moret (10), rue Stampia 3

Jean Romain (10), av. Combattants

- Zouaves :

Jules Dewez (10), rue D. Masson

Hector Gosset (10), rue de Vitrival

Raoul Migeot (10), Auvelais

- Musique

Jean Piéfort (10), ruelle Remparts

- Tromblons:

Roger Godfroid (10), r. Ste-Brigide

Exposition

« Le petit citoyen illustré », c'est le sujet d'une exposition didactique sur la citoyenneté qui sera présentée à la Bibliothèque communale, rue de l'Ecole Moyenne, du lundi 18 au jeudi 28, de 9 h à 17 h et le samedi matin, de 9 à 12h.

Une exposition qui s'adresse à tous de sensibilisation sur la démocratie, le citoyen, les droits de l'enfant.

Collecte de sang

Une collecte de sang sera organisée par la section locale de la CroixRouge le jeudi 28 septembre, en la salle L'Orbey, à partir de 14 h.

 

Aisemont

Marche Notre-Dame

Comme les années précédentes, la Marche Notre-Dame à Aisemont escortera la procession le premier dimanche d'octobre. Cette année, il s'agira de la 30e sortie annuelle, de sorte que la Marche revêtira un caractère particulier. Voici le programme qui a été établi à cette occasion.

Jeudi 28 et vendredi 29 septembre:

19.00 Eglise d'Aisemont : Triduum

préparatoire. Chapelet et eucharistie en l'honneur de N.-D.

Samedi 30:

14.00 Rassemblement à la salle Saint-Joseph prise des drapeaux et départ de la procession vers les quartiers de la Grosse-Haie et Rivaustrée.

18.30 Rentrée de la vierge, escortée de tous les officiers.

19.00 Chapelet et eucharistie en l'honneur de Notre-Dame.

19.30 Verre de l'Amitié, offert par le comité et l'Etat-Major, à la salle Saint-Joseph. Invitation cordiale à tous.

21.30jusque 2 h, salle St-Joseph Méga-Soirée - entrée gratuite.

Dimanche 1er octobre:

Sortie annuelle de la procession en l'honneur de Notre-Dame

5.30 Réveil

7.45 Rassemblement à la salle St Joseph.

8.30 Messe et bénédiction du nouveau drapeau.

Le matin :

Défilé et bataillon carré aux carrières. Rentrée de la vierge, escortée de tous les officiers

L 'après-midi:

13.30 Rassemblement à la salle St Joseph.

14.00 Devant l'église : remise des décorations pour 5, 15 et 25 ans de marches consécutives. -Cassage du verre et prestation de serment pour 2001.

Défilé : rue de la Station, rue lnzbamonts, rue du Fays (bivouac), rue Cortil Curé, rue d'Arsimont.

Vers 19 h : Rentrée de la Vierge, escortée de tous les officiers.

20.30 Grand Feu d'artifice (suivant les conditions climatiques) rue lnzbamonts (bout du village). Rentrée à la salle St-Joseph.

Lundi 2 octobre:

8.00 Rassemblement.

8.30Messe, suivie d'une salve d'honneur au cimetière.

Pendant la journée:

visites aux autorités.

Le soir: feu de file à la grotte N.-D. de Lourdes. Retraite aux flambeaux.

Remerciements

Le président de la Marche royale Sainte-Gertrude de Le Roux remercie les personnalités civiles et ecclésiastiques, ainsi que toutes les délégations qui ont rehaussé de leur présence, aux festivités du 20e anniversaire du renouveau de la société.

En effet, le 13 août dernier, sous un soleil éclatant, le monument aux conscrits de Le Roux, ainsi que celui dédié aux marcheurs et à Sainte Gertrude étaient inaugurés. Une médaille commémorative a ensuite été remise au drapeau de chaque délégation, ainsi qu'aux marcheurs. Tous se sont retrouvés ensuite à La Rovelienne pour un vin d'honneur.

Le 14 août, la compagnie s'est déplacée à Godinne chez l'abbé Genard, afin de lui rendre hommage pour ses 60 années de prêtrise. Le 15 août, la procession religieuse s'est déroulée dans le respect des traditions ancestrales du village. Ces trois jours resteront gravés dans la mémoire des marcheurs car ce fut le couronnement de 20 années de prospérité.

Le président: B. DUFRASNE

Banquet de l'Amitié

Le comité du Souvenir de Le Roux vous convie à son Banquet de l'Amitié le dimanche 24 septembre, dès 12 h, en la salle du complexe scolaire de Le Roux, rue de Claminforge.

Déception

pour Marisabelle LOMBA aux Jeux de Sydney

Grosse déception pour notre judoka, Marisabelle Lomba qui ne put cacher ses larmes lors de la décision finale, alors qu'elle venait de disputer un combat qui devait lui apporter la médaille de bronze, comme ce fut le cas à Atlanta il y a quatre ans. Comme elle le disait: « le judo est un sport ingrat, en une seconde, et un seul mouvement, tout peut basculer ». En effet, alors qu'elle menait largement contre la Française Harel, championne d'Europe et qu'elle devait terminer victorieusement tant elle dominait son adversaire, un simple mouvement l'envoie au tapis elle se dit même incapable de dire comment cela s'est produit. Une seconde de déconcentration peut-être. C'est terrible, surtout que Marisabelle, qui subit quatre opérations et de longs mois d'inactivité, dut fournit un travail intensif pour revenir au top niveau. Elle s'est entraînée quatre ans dans le but de décrocher la médaille de bronze, Si pas mieux car elle en était capable, et en une seconde, tout s'écroule. C'est la terrible loi du sport, mais dans la déception, n'oublions pas la phrase de Pierre de Coubertin à propos de ces Jeux : « l'important est de participer ». Déjà pour gagner sa sélection, le chemin est long et y par venir est déjà un exploit. Marisabelle n'a pas fini sa carrière sportive, bien des satisfactions l'attendent car la classe, elle la possède et c'est vrai qu'au judo, il suffit de peu de chose pour que le travail de tant d'années soit réduit à néant.

Bravo à Marisabelle en espérant pour elle un p eu plus de réussite aux prochains J. O. en Grèce en 2004.

A la gendarmerie

« A la gendarmerie, tous les gendarmes rient... ». On se souvient de cette chanson d'avant-guerre. Ce fut le cas récemment lors de la venue à Fosses d'un ancien commandant, âgé aujourd'hui de 92 ans. Il s'agit de M. Puffet, qui commanda la brigade de Fosses le 1950 à 1954. M. Puffet, son épouse et son fils ont été reçus par le commandant actuel M. Charles, de 50 ans son cadet.

Il se souvient de la Laetare à Fosses, qui l'a tout spécialement marqué. Il ajouta qu'à son époque, les gendarmes se déplaçaient en vélo, à 5 hommes pour la région.

M. Kubjak, va sortir un livre qui retrace d'historique de la gendarmerie à Fosses, depuis 1795, lorsqu'une cavalerie de gendarmes prenait ses quartiers à Saint-Martin, place du Chapitre et ce n'est qu'en 1904 que le cheval fut abandonné. Après 205 années de fonctionnement et des dizaines de passages de gendarmes chez nous, cet ouvrage clôturera une formule qui va disparaître au profit d'une police unique.

Porte ouverte chez les pompiers

Ce week-end, le service Incendie ouvrira ses portes au public.

Vendredi : soirée dansante avec sono (entrée 150F, à l'avance 100) Samedi 23 et dimanche 24 démonstration, exposition des véhicules, mur d'escalade... etc.

Samedi 14 h : concours de tir à l'arc Dimanche 14 h : concours pétanque.

Etat civil

MOIS D'AOUT 2OOO

Naissances:

Le 25/7 à Namur : Camille Renard, tille de Pierre et de Cécile Antoine, Fosses.

Le 2 à Charleroi : Lizzi Van Herpe, fille de Laurent et de Véronique Deblaer, Le Roux.

Le 4 à Namur : Benjamin Pessleux, fils de Jean-François et de Brigitte Timmermans, Vitrival.

Le 5 à Namur: Maxence Lyon, fils de Lionel et de Katia Demptinne, Névremont.

Le 6 à Sambreville : Mélina Spoto, fille de Liberio et de Angélique Brosteaux, Bambois.

Le 8 à Namur : Mathias Devilez, fils de Yvon et de Nathalie Depasse, Bambois.

Le 12 à Sambreville : Zoran Jectic, fils de Branko et de Sabine Gambier, Névremont.

Le 13 à Charleroi : Moëra Rasetta, fille de Manuel et de Martine Filipp, Fosses.

Le 14 à Namur : Noémie Janssens, fille de Baudouin et de Catherine Fourneau, Névremont.

Le 18 à Sambreville : Guillaume Burton, fils de Pierre et de Ariane Geryl, Bambois.

Le 24 à Sambreville : Lucas Doens, fils de Edwin et de Marie-Hélène Goossens, Aisemont.

Le 31 à Sambreville : Sarah Denison, fille de Valérie, Aisemont.

Le 31 à Namur: Julie Berlemont, fille de Bruno et de Alix Collard, Fosses.

 

Publications de mariages:

- Jean-Michel Soulier et Christiane Gilles, tous deux de Fosses.

- Eric Lallemand et Sarah Milanesi, tous deux de Fosses.

- Claude De Cuyper et Valérie Marchal, tous deux de Fosses.

- Frédéric Fauche et Tania Deprez, tous deux de Fosses.

- Bertrand Mathy et Sophie Colon, tous deux de Fosses.

 

Mariages:

Le 5 : Jean-François Lorand, 25 ans et Christie Debris, 28 ans, tous deux de Fosses.

Le 5 : Olivier Huberty, 28 ans, Louvain-la-Neuve et Christine Bacq, 31 ans, Fosses.

Le 5 : Olivier Dany, 26 ans, Gembloux et Anne-Sophie Piraux, 23 ans, Fosses.

Le 5 : Georges Beguin, 53 ans, Fosses et Letitia Padurean, 36 ans, de nationalité roumaine,

de Alba (Roumanie).

Le 1l : Eddy Michot, 27 ans et Angélique Miller, 25 ans, tous deux de Fosses.

Le 12 : Raphaël Wiame, 26 ans et Sophie Lefer, 24 ans, tous deux de Fosses.

Le 19 : Christophe Lambert, 27 ans, de Fosses et Cécile Surmont, 22 ans, de Marcinelle.

Le 24 : Jean-Michel Soulier, 47 ans et Christiane Gilles, 43 ans, tous deux de Fosses.

Le 26 : Olivier Leclercq, 27 ans et Maïté Guldenpfennig, 25 ans, tous deux d’Aisemont.

Le 26 : Pierre-Yves Parent, 25 ans et Valentine Chariot, 25 ans, tous deux de Fosses.

Le 26 : Thierry Brosteaux, 24 ans et Stéphanie Lambot, 26 ans, tous deux de Fosses.

 

Décès:

Le 15/7 à Sambreville : René Farine, époux de Marie Dumont,

né à Nil-St-Vincent le 9 juillet 1923, Bambois.

Le 2 : Renée Deboutte, épouse de Daniel Martin,

née à Vitrival le 2 mars1929, Aisemont.

Le 6 au Home : Jean Hubert, époux de Renée Lambeaux,

né à Mettet le 12mai1921, de Floreffe.

Le 9 : Jean-Pierre Laurent, époux de Anne-Marie Denis,

né à Katana (Congo) le 21juin 1940, Haut-Vent.

Le 10 au Home : Pierre Lorent, né à Moignelée le 4 septembre 1935, Fosses.

Le 1l au Home : Manette Hardenne, veuve de Paulin Chintinne,

né à Châtelet le 15mars 1922, de Florennes.

Le 1l à Wépion : Jean-Pierre Neusy, époux de Danielle Vandenbroecke,

né à La Bouverie le 5 décembre 1943, de Fosses.

Le 19 au Home : Guillaume Fisenne, veuf de Julia Doyen,

né à Tourinnes-la-Grosse le 10 juin 1907, de Fosses.

Le 19 à Gilly : Julienne Piens, veuve de Camille Bodson,

née à Presles le 24 mars 1929, Fosses.

Le 23 à Godinne : Valère Jacqmain, époux de Renée Galand,

né à Vitrival le 4 avril 1925, de Vitrival.

Le 25 au Home : Josépha Viroux, née à Fosses le 27 juin 1928, Fosses.

Le 25 au Home : Félix Quinaux, veuf de Léona Letoret,

né à Spy le 26 août 1927, Jemeppe-sur-Sambre.

Le 25 à Namur : Lucy Verbaert, veuve de André Charlier,

née à Châtelel le 17 mai 1914, de Fosses.

Le 30 : Valère Winson, époux de France Mouthuy,

né à Fosses le 28 septembre 1912, Sart-Saint-Laurent.

Le3l au Home : Gilberte Bouguignon, veuve de Fernand Flament,

née à Vitrival le 18 septembre 1921 Fosses.

 

 

 

Fosses - Rue de la Station

Voici deux vues de la rue de la Station, que l'on appelait plus communément: rue de la Gare. C'est à partir de 1879, quand on instaura la ligne de chemin de fer Tamines - Mettet passant par Fosses qu'on l'on donna a cette route l'appellation de « Rue de la Station ».C'était donc cette longue rue de prés d'un kilomètre qu'empruntaient les ouvriers qui se rendaient chaque jour vers leur lieu de travail mais aussi tous les voyageurs qui utilisaient ce moyen de transport providentiel pour se rendre vers Dinant (le prolongement jusque Dinant eut lieu quelques années plus tard), ou plus souvent vers Tamines, où l'on avait correspondance vers Namur ou Charleroi. Route très fréquentée donc, qui fut pourvue nécessité oblige de plusieurs réverbères ; car la population se plaignait de l'état boueux de la route en temps de pluie, ce qui posait des problèmes pour les usagers qui, dans le noir complet des courtes journées d'hiver, pataugeaient dans les énormes flaques d'eau d'une route encore mal entretenue. Un peu avant la première guerre, vers 1912, cette route fut bordée de petits acacias, comme on le constate sur les deux photos. Ces acacias ont été enlevés, pour permettre l'élargissement de la route. En 1934, après la mort du Roi Albert, l'Administration communale décida d'appeler cette route : « avenue Albert 1er», en mémoire du Roi tué en février de cette année, à Marche-les-Dames. Il est difficile de dater cette carte-vue, sans doute dès l'après-guerre. Une enseigne, à droite de la photo supérieure, indique « Epicerie de la Gare», un petit magasin que tenait Mme Decamp. En face, un poteau indicateur qui annonce le passage à niveau. En bas et à gauche le bout d'un engin agricole construit par les ateliers d'Alphonse Noël. Les pavés de la route sont visibles; elle fut asphaltée vers 1954

.

Première victoire

 

FOSSES - WALCOURT 5 - 1

 

Walcourt lance la première banderille par Fillieux, mais P-E Lorand s'interpose. Cette action va permettre aux « Chinels » de réagir par Concas et Rasetta qui, bien lancé en profondeur par Viguié, ne se pose pas de questions:1-0 à la 12e. Fosses poursuit sa domination mais le Léo tente d'arracher une égalisation méritée avant le repos par Deiulis; Fillieux, Ledwon et Sarr mais Fosses conserve son mince avantage.

En seconde période, Walcourt revient sur la pelouse animé des meilleures intentions et hérite de plusieurs occasions franches par l'entremise de Sarr et de l'omniprésent Fillieux. Ce dernier égalisera d'ailleurs à la 51e en profitant d'une balle traînant dans la surface: 1-1. Mais le reste de la partie se résume en un cavalier seul des Fossois. A la 65e, Rasetta offre le ballon à Geeraerts qui conclut de la tête 2-1. Six minutes plus tard, J-F Lorand tire dans la lucarne du pauvre Zsarac:3-1. A la 81e,un tir de Devlieghere est repoussé par le poteau mais l'incontournable Rasetta est à l'affût: 4-1. Trois minutes plus tard, une faute de Contino sur Laurent amène un pénalty botté par Rasetta et stoppé par le gardien. Dans les arrêts de jeu, les « Walcotîs » tentent un sursaut d'orgueil inutile. M'Bo Babota intercepte le ballon et glisse à Geeraerts qui clôture l'addition: 5-1.

Arbitre: Mr Custinne

Buts: Rasetta (12e, 10), Fillieux (51e, 1-1), Geeraerts (65e, 2-1), Lorand J-F (71e, 3-1),

Rasetta (81e, 4-1) et Geeraerts (90e, 5-1).

Cartons jaunes: Lorand J-F et Dumont

FOSSES: Lorand P-E, Lorand J-F, Simonis (63e, Geeraerts), Concas, Dumont, Bertin (52e, Colinet), Laurent, Rasetta, Viguié (79e, Devlieghere), M'Bo-Babota, Renaux.

WALCOURT : Zsarac (85e, Hinne), Sikorski (70e, Bequet), Deiulis, Robert (65e, Berthoumieu), Fillieux, Zanti, Sarr, Ledwon, Gaber, Hannart, Contino.

CAPS NAMUR – BAMBOIS 4 - 2

Dès la 7e, les visiteurs trouvaient le chemin des filets par Moka (0-1). A ta 20e, les Namurois égalisaient par Haubursin suite à un centre de Ridolfo. A la 38e, Dogot redonnait l'avantage Bambois (1-2). A l'heure de jeu, les hommes de Claude Boxus égalisaient encore par Abdel. Deus minutes plus tard, les visités furent réduits à di suite à l'exclusion de Devaux. Aux 75e et 85e Degembes offrait la victoire à ses couleurs (4-2)

AISEMONT - US AUVELAIS 2 - 1

Les Fossois s'alignèrent déforcés par de nombreuses absences. Dès la 8e, les visité ouvraient le score par Legrain (1-0). Ce dernier paraphait le numéro deux à la 35e.

A l'heure de jeu, les Auvelaisiens réduisaient le score par Trama (2-1). Et quelques instant plus tard, les Fossois se créaient une dernière occasion par Legrain qui voyait son envoi repoussé par la latte.