N° 33  1er septembre 2000

Il y a 50 ans

 

- Après un énorme succès lors de leur déplacement à Blankenberghe, les Chinels se rendent cette fois à Etterbeek.

- Fêtes communales à Fosses : la Cie des Congolais fête le 50e anniversaire de sa fondation le 17 septembre défilé, remise de médailles aux vétérans, feu de file. Les autres jours : 2 courses cyclistes, 2 luttes de balle au tamis et 2 concerts. Une troupe avec acrobates le mardi et le Marché comique le jeudi.

- A la fête de Vitrival, c'est aussi des luttes de balle (pelote), course cycliste, course à pied, jeux de quilles et sortie de la Limotche.

- La gare d'Aisemont emporte le prix d'Honneur au concours des gares fleuries organisé par tes Chemins de Fer de Belgique.

- De nombreux commerçants et indépendants fossois font de la publicité dans Le Messager on relève un tas de firmes aujourd'hui disparues André Libouton (entr. gén. du bâtiment), Lavoir public Massinon, rue des Remparts; Maison Jacquet-Gosselin (chaussures) ; Lucien Lebichot, horticulteur ; Georges Brichaux, tailleur ; Georges Want, transports Raymond Schlit, plomberiezinguerie; Mme Brosteaux-Massinon, horlogerie ; Mme Jacqmain et fils, transports et charbons ; Mme Rob. Warnant, lessivage, repassage, nett. à sec ; Arsène Michiels-Bert, mach. à laver, essoreuses...; Femand Massinon, toitures, charpentes ; Novelty, ouvrages de dames ; René Defoin, chauff. central ; Mme Gouttierre, modes; Edmond Charlier, taxi...

- Et puis, comme chaque semaine, on retrouve la publicité des films, au Cinéma Moderne (qui attirait toujours le public de toute la région) Passeport pour Pimplico, Les Trafiquants de la Mer (Pierre Renoir), Humoresque (J. Crawford), Le Réveil de la Sorcière rouge (John Wayne).

Une vingtaine parmi nos aînés fêtent leur anniversaire au cours de ce mois de septembre. Ce sont:

 

Le 2 : Léonie Quarrez, Route de Mettet 89 ans

Le 2: Fernand Roisin, Rue de 'Ecolâtre 82 ans

Le 3 : Cornélis Impens, Rue de Névremont 81 ans

Le 8: Louisa Vaes, Rue de Névremont 82 ans

Le 12 : Valère Dauphin, R.Cocriamont, Le Roux 88 ans

Le 13: Emilie Masson, Rue Rauhisse, Vitrival 80 ans

Le 14 : Gustavine Marrant, Home Dejaitve 88 ans

Le 14 : Georgette Piret, Rue de Névremont 80 ans

Le 14 : Yvonne Honnay, Place de Haut-Vent 87 ans

Le 18: Rachelle Bernard, Route de Saint-Gérard t ans

Le 20: Renée Hautenne, Rue Rauhisse, Vitrival 90 ans

Le 23 : Louise Duchâteau, AvenueAlbertler 81 ans

Le 25 : Renée Lardinois, Home Dejaitve 81 ans

Le 25: Emilia Douxfils, Rue du Fays, Aisemont 85 ans

Le 26: Louise Guillaume, Avenue Champ Stoné 84 ans

Le 27: Marguerite Lainé, Rue du Grand-Etang 82 ans

Le 28 : Valère Winson, R. de Burnot, Sart-St-L. 88 ans

Le 28 : Joséphine Dehant, Rue Long Try, Le Roux 86 ans

Le 29 : Gabrielle Doumont, Bois des Maz., Vitrival 88 ans

Festivités 2000

Le comité des têtes d'Aisemont a concocté pour les festivités 2000 un programme particulièrement variés, qui doit certainement plaire aux plus exigeants.

Vendredi 1er septembre:

16.45 Inscription pour le concours des lancers d’œufs

17.00 Devant la salle : concours de lancers d’œufs

19.00 Salle Saint-Joseph s inscriptions pour le concours de belote (500 F par joueur avec boissons).

20.00 Début du concours de belote

Samedi 2 septembre

7.00 Ouverture de la Brocante libre (emplacements gratuits)

10.00 Pêche miraculeuse devant la salle et ouverture du bodéga

14.00 Inscriptions pour le concours de cuistax

14.30 Premier départ de la course de cuistax - Grimage pour les enfants devant la salle.

16.00 Ouverture des loges foraines

21.00 Bal avec orchestre (entrée gratuite)

Dimanche 3 septembre

9.00 Sortie musicale des chefs de jeunesse

Inscriptions pour le parcours VU (50 F, une collation gratuite)

10.30 Jeux pour les enfants, devant la salle - Ouverture du bodéga devant la salle - A la salle spectacle de magie, animé par Magic Show Team.

11.00 Clôture des inscriptions pour le parcours VTT.

11.30 Apéritif musical à la salle, offert par les chefs de jeunesse.

12.30 Dîner de la Fête, avec animation surprise (réservation au 0478-256134).

16.00 Inscriptions pour le jeu « Une famille en or » (4 personnes par famille).

16.30 Concours « Une famille en or» et ouverture des loges foraines.

21.00 Soirée avec animation sono, à la salle. Entrée gratuite.

Lundi 2 septembre

9.00 Messe de la Jeunesse Sortie des Gais Lurons

10.00 Lutte de balle pelote devant la salle - Concours de pétanque.

17.00 Départ de 2 montgolfières sur la place.

20.30 Rentrée probable des Gais Lurons

21.00 Bal musette. Entrée gratuite.

Mardi 5 septembre

9.00 Sortie de la Limotche

10.00 Luttes de balle pelote dans les différents quartiers

20.00 Rentrée et vêlage de la Limotche, devant la salle.

21.00 Soirée avec animation sono (années 80).

Mercredi 6 septembre

19.00 Barbecue géant (réservations au 0478-256.134) et enterrement de la fête.

Pour la fête

Au programme de la fête (que nous reproduisons ci-avant), figurent deux repas dont le comité souhaite les inscriptions : le dimanche pour le dîner de la fête et le mercredi pour le barbecue géant ; Pour les inscriptions, vous pouvez contacter le 0478-256134. A ne pas manquer non plus, le départ des deux mongol fières le lundi 4, à 17h. Toujours très spectaculaire.

La Commune, c'est quoi?

La Belgique compte 589 communes. La plus petite Saint-Josse, tait à peine 113 hectares la plus grande, Tournai, s'étale sur 21.373 ha, soit 200 km. Il y a 126 communes qui portent le titre de ville, bien que ce titre n'ait aujourd'hui plus aucune incidence pratique. Avant l'indépendance (1830), cette distinction, basée grosso modo sur la différence entre les agglomérations et les campagnes, entraînait des conséquences administratives pour l'entité qui portait le titre de ville. La Commune est la plus petite collectivité politique en Belgique mais sa proximité avec le citoyen et ses attributions en font le noyau de base de notre démocratie. A l'indépendance, l'Etat belge compte 2.499 communes i C'est quatre fois plus qu'aujourd'hui. Un jour, le Gouvernement décide de prendre le taureau par les cornes. En 1961, une loi est votée qui autorise le Ministre de l'intérieur à rassembler plusieurs communes voisines en une seule en un mot, les fusionner. Et ce, avec ou sans l'accord des communes concernées. En 1971, le Gouvernement décide de procéder à des fusions sur grande échelle. En 1975, trois communes sur 4 disparaissent, ce qui, bien sûr, ne va pas sans pleurs ni grincements de dents. Cette opération bouleverse le pays :12.000 mandats de bourgmestres, échevins et conseillers sont supprimes. A ce moment, Fosses englobe : Aise-mont, Vitrival, Sart-Saint-Laurent, Le Roux et Sart-Eustache. En 1977, les nouveaux conseils communaux s'installent.

Qui décide dans une Commune?

Les autorités communales sont au nombre de trois le Conseil communal, le Collège des bourgmestre et échevins; le Bourgmestre. Si le bourgmestre est l'homme-orchestre de la Commune, le secrétaire communal en est l'homme clé ! Celui-ci assiste aux réunions du Conseil et Collège, il prépare les dossiers examinés par eux, rédige les procès-verbaux, retranscrit les délibérations et les interventions. Enfin, il est le chef du personnel communal. Le Conseil communal est le « parlement » de la Commune. Il assure la fonction législative. Ses décisions ne sont pas des lois, mais des règlements et arrêtés. Les conseillers sont désignés par les citoyens lors des élections communales. Les communes de moins de 1.000 habitants ont droit à 7 conseillers, tandis que celles de plus de 300.000 habitants en comptent 55. Le Conseil touche à tout ce qui relève de l'intérêt communal, pour autant qu'il ne marche pas sur les plates-bandes du niveau politique supérieur. Certaines de ses décisions sont soumises à l'approbation de la Région Wallonne.

Daniel PIET

 

Pour suivre la semaine prochaine la mission du bourgmestre et du Collège èchevinal.

Vétérans à l'honneur

Dans le cadre de son 40e anniversaire, l'Association des Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse a décidé de mettre particulièrement à l'honneur ceux qui ont fait preuve de fidélité à nos marches traditionnelles, en leur remettant une médaille commémorative pour 50 ou 60 années de participation. Des membres du comité exécutif se rendront ainsi dans chacune des localités pour cette cérémonie d'hommage aux vétérans. A Fosses, ce sera le samedi 23 septembre à 15 h. Près de 30 marcheurs seront concernés : ceux qui ont reçu en 1998 la médaille pour B septennales ou plus. Nous reviendrons plus en détail sur cette cérémonie pour laquelle une réunion du Bureau de l'Etat-Major et des présidents des compagnies aura lieu au S.l. le vendredi 8 septembre.

Rétrospective

Le mois de septembre sera consacré à une rétrospective de photos relatant la Marche septennale Saint-Feuillen de 1998. Avec Madame Evelyne Migeot, Madame Nadine Alexandre l'abbé René Goffaux, MM. Jean-Pierre Michel et Jean-Gérard Dermine qui présenteront leurs plus belles photos, les visiteurs pourront se replonger dans l'ambiance de ces grandioses festivités. Vu l'importance de l'exposition, celle-ci se tiendra sur les deux niveaux de la Maison de la Culture et du Tourisme de la ville, place du Marché 12. Nous vous proposons de venir admirer cette galerie photos du samedi 2 septembre au jeudi 21 septembre en semaine, de 9 à 16 h le week-end, de 10 à 18 heures.

Contacts Bernard Michel au 071-71.46.24.

Cercle horticole

La Régionale d'Horticulture, section de Fossés, organise une conférence ce lundi 4 septembre, à 19 h 30 à la salle du Conseil de l'Hôtel de Ville, place du Marché. La conférence, donnée par M. Joseph Vassart, aura pour thème :Production et conservation des graines

Rappelons que l'entrée est gratuite et accessible à tous. Il n'est donc pas nécessaire de faire partie du Cercle pour assister à la conférence.

Excursion-Découverte

Le Cercle d'Histoire de Fosses organise chaque année une excursion qui est aussi une découverte d'un site ou d'un monument historique se rapportant à notre propre histoire. Ainsi en 1997, ce fut Liège et notamment les collégiales St-Barthélemy et St-Martin, l'église St-Pholien et le musée Cursius. En 98, c'était la St-Feuillen, mais en 99, une cinquantaine de Fossois découvraient avec intérêt et en détail la collégiale de Nivelles, puis l'Hospice St-Jacques, au Roeulx, avant de terminer à la Brasserie Friart. qui fabrique la bière Saint-Feuillen. Cette année, le Cercle propose encore une double visite : le matin, la collégiale de Soignies, un des joyaux de l'art roman, construite à partir de 962 sur les ruines de l'abbaye fondée en 650 (époque où St Feuillen arrivait chez nous) par St Vincent. Dès le Xe s., comme à Fosses, elle fut le siège d'un chapitre de chanoines qui se perpétua jusqu'à la Révolution française. La collégiale a fait l'objet d'une profonde restauration à partir de 1900 et comporte aussi des stalles (60 sièges) du XVIIe et des fonts baptismaux du XIVe. L'autel, la chaire de vérité et le jubé sont du XVI le mais le plafond de la nef est en bois, comme autrefois dans les églises romanes. Certaines parties intérieures sont gothiques. Le parc du vieux cimetière et de belles façades des rues adjacentes pourraient compléter la visite peut-être même aussi le Musée local. Après-midi, les participants visiteront l'Hôpital N.-D. à la Rose à Lessines, fondé en 1242 par Alex de Rossoit. Il subit au cours des siècles plusieurs transformations et les bâtiments actuels avec une façade, pignon en escalier, de style renaissance flamande, datent des XVIe et XVIIe s. ils abritent un remarquable musée d'art ancien et de la médecine au cours du temps, mais après avoir été desservi par des chanoinesses jusqu'en 1796, puis par une Commission des Hospices, la CAP et le OPAS, l'hôpital fut une maison de repos occupée jusqu'en 1980. Une intéressante restauration (qui se termine) livre à présent une vingtaine de salles garnies et meublées de véritables oeuvres d'art c tableaux, statues, étains, porcelaines, orfèvrerie. La collection de meubles gothiques, bancs-coffres et crédences est unique en Belgique et l'ancienne salle des malades, aux alcôves à rideaux fait penser, bien qu'en plus petit, à celle des Hospices de Beaune (qu'on a pu voir dans le film La Grande Vadrouille). Ce véritable joyau de la Renaissance a reçu la visite du roi Baudouin en 1984, fut classé monument historique en 1940 et admis dans le Patrimoine majeur de Wallonie en 1993. Nous aurons l'occasion de le découvrir en détail avec une guide spécialisée et cette visite-conférence (2 heures) se clôturera par un goûter dans le grand réfectoire aux meubles splendides. Le coût de cette belle excursion (voyage en car, entrées et visites guidées avec le goûter, sera d'environ 650 F/personne. Le repas de midi, laissé à la liberté de chacun, sera assuré dans un restaurant de Lessines pour moins de 500 F.

Il est donc urgent de s'inscrire chez le président du Cercle d'Histoire, Jean Romain, tél. 071-71.14.77.

Soupers des Grenadiers

La 14e Brigade des Grenadiers organise son deuxième souper annuel,

le 23 septembre prochain, en la salle L'Orbey à Fosses.

Au menu:

- Apéritif

- Terrine de marcassin, crudités

- Sorbet citron et Eau de Villée

- Blanc de volaille farci, sauce périgourdine

- Dessert - Café.

Ambiance musicale assurée.

La participation est de 800 F. pour les adultes et de 375 F. pour les enfants jusque 12 ans.

Les inscriptions peuvent être prises avant le 12septembre chez:

J. Glinne : 081-43.37.55

Ph. Moreau c 071-71.15.84

J.-Cl. Mathieu c 081-44.46.90.

St-Vincent de Paul

La permanence de St-Vincent de Paul aura lieu le samedi 2 septembre, de 10 à il h, au local Saint-Martin. Réunion de Saint-Vincent de Paul le lundi 4 septembre, à 19 h 30, au local Saint-Martin.

Senior Amitié au trésor

Comme prévu, les membres de Senior Amitié se sont retrouvés lundi pour une visite guidée de la remarquable exposition du trésor paroissial. Plusieurs dizaines de membres d'autres amicales les avaient rejoints c Auvelais, Tamines, Jemeppe, Spy, Profondeville, de sorte qu'ils formaient un impressionnant groupe de plus de 70 personnes. La présidente Mme Mazuin adressa des mots d'accueil, se réjouissant de cette belle rencontre régionale. Le guide du jour, Jean Romain, débuta par un exposé sur la vie de saint Feuillen, replacée dans son contexte historique, sur la construction du monastère de Fosses vers 651 et l'évolution de celui-ci en un chapitre de chanoines qui orienta toute la vie de notre cité jusqu'à la Révolution française avec la suppression des monastères en 1796. Il évoqua aussi l'évolution de l'église depuis le premier oratoire, ses agrandissements et ses dernières transformations de 1721 à 1728.

Avec l'aide de Maurice Moray, deux groupes se formèrent pour la visite des 4 espaces de l'exposition espace de la parole avec livres et missels (dont un de Plantin de 1613), espace liturgique avec le nouvel autel et dinanderies de M. Nulens espace historique c reliquaires, tableaux, stalles de 1524,, ciboires, ostensoires et enfin l'espace de piété populaires avec dais, statues anciennes, chapelles latérales, crypte hors chœur, etc. La visite dura deux heures mais tous se dirent très intéressés et émerveillés de cette découverte et de cette incursion dans l'histoire de notre ville. Le groupe imposant se rassembla devant la croix celtique pour une photo-souvenir et quelques commentaires sur les bâtiments de la place du Chapitre. Le verre de l'amitié fur servi à tous sous la tour par les membres du comité local. Une visite qui restera un excellent souvenir pour chacun.

 

Allez les jeunes!

Le comité de pêche « La Vairon » à Aisemont-Vitrival, actuellement gérée par MM. E. Badin, F. Leclercq, J.-L. Benoît, J. Michaux, fêtait cette année son cinquantième anniversaire. En effet, notre société fondée le 4 avril 1950 a toujours fait le bonheur des pêcheurs à la truite. A cette occasion, ce samedi 12 août, la société a organisé une journée d'initiation à la pêche pour les jeunes. Une trentaine d'enfants se sont alors initiés à la pêche à la truite en rivière, sous l’œil bienveillant des aînés. Pour cette manifestation, la société avait mis les petits plats dans les grands et avait déversé 50 kg de truites. Gâtés par le temps, les jeunes pêcheurs ont pu goûter aux joies de la pêche et ainsi sortir plus de 150 poissons de notre rivière. Les participants, enchantés, ont pu se rafraîchir à la buvette mise en place par les bénévoles de la société. Nous tenons à remercier toutes les personnes dévouées de la société, MM. P. Pascottini et A. Borbouse pour t'aide apportée à cette réussite, ainsi que J. Henquinbrant pour la mise à disposition de sa prairie. Sans oublier, bien sûr, l'apport de la ville de Fosses.

J.L.B, J.M.

Vitrival en fête

Le comité des fêtes de Vitrival a le plaisir de vous inviter à ses festivités de septembre 2000. Enfants, jeunes et moins jeunes, nous espérons que le programme vous agréera... Ce sera avec une joie immense que nous vous accueillerons tout au long de nos différentes animations. Que ce week-end de fête permette à nos Catoulas ainsi qu'à leurs voisins, amis et autres, de se rencontrer, de se revoir ou de se connaître, dans la joie et la bonne humeur.

Le Comité des Fêtes

Nous publierons dans notre prochaine édition le programme complet élaboré par le nouveau comité des fêtes de Vitrival.

Une Fossoise pétrifiée

Envoyé à lémission « Vidéo-Gag », ce fait divers fossois, s'il avait été filmé, aurait sans doute emporté le premier prix. En ce début de semaine, t'entreprise qui a la charge de terminer les travaux de la traversée de Fosses, est occupée aux coulées de béton rue des Remparts. Et pour éviter que des véhicules, ou des piétons, ne détériorent ce travail qui doit durcir, ils isolent les passages interdits avec un tressage plastifié. Mais voilà, il restait un petit endroit où ce tressage n'avait pas été placé et c'est très logiquement ce passage que choisit notre pauvre dame pour traverser, revenant d'avoir été faire ses courses au Mestdagh. Sans doute la coulée venait-elle d'être faite à cet endroit car cette dame qui n'est pourtant pas un poids lourd se sentit enfoncer jusqu'aux genoux. Un sac dans chaque main, il lui était impossible de se sortir seule de cette situation pour le moins embarrassante. Heureusement, le voisin d'en face, M. Gheerts, vint providentiellement à son secours. Il parvint avec difficulté à l'extirper du béton (qui commençait à durcir) et lui proposa un nettoyage en règle (aux grands maux les grands remèdes)..., à l'aide d'un tuyau d'arrosage! On connaissait déjà l'histoire d'une « Lucy », découverte en 1974, extirpée des terres d'Ethiopie et qui serait vieille de 3 millions d'années mais ici, grâce à la rapidité d'exécution d'un voisin, ce ne sera pas le cas pour notre Lucy fossoise, qui risquait de disparaître à tout jamais dans le béton de la rue des Remparts. Afin de conserver ce fait divers en mémoire, ne proposerait-on pas d'exposer les empreintes de ses mollets en une statue de béton, fixée place d’En Leiche, à l'endroit où trôna des années le buste d'Albert 1er. De chez elle, Lucy pourrait ainsi, matériel didactique à l’appui, expliquer aux curieux sa cruelle mésaventure.

Josépha nous a quittés

Josépha Viroux était connue de tous les Fossois comme une dame active et pleine de vie. Elle s'est éteinte vendredi dernier, à l'âge de 72 ans, à la clinique Dejaifve à Fosses, après avoir fourni le maximum de résistance contre une maladie qu'elle ne pouvait vaincre. Et ce n'était pas son genre de se plaindre ni de capituler devant les difficultés elle l'aura prouvé tout au long de sa vie et surtout lors de ses derniers moments. Ses racines fossoises, elle en était fière et les mettait en valeur. Sa prime jeunesse fut pourtant endeuillée par la perte de sa maman. Durant la guerre, son frère Jean était abattu par les Allemands, alors qu'il se cachait dans une ferme ardennaise. Car elle appartenait à une famille qui a toujours résisté à l'ennemi (son père dut se cacher et fut un moment déporté son oncle subit les mauvais traitements des camps nazis). Mais malgré cette jeunesse bousculée, elle a su garder son enthousiasme et sa spontanéité. Et les activités fossoises prirent une part importante dans sa vie: elle participa notamment au poste de cantinière des zouaves à la St-Feuillen de 1949 et n'aurait voulu pour rien au monde rater une Laetare. Mariée, elle aida avec perspicacité son mari qui avait remis en route la briqueterie familiale. Elle créa aussi diverses manifestations sportives dont elle était l'organisatrice mais surtout la cheville ouvrière c on se souvient des moto-cross au Giveau, le Run and Bike lors du Télévie ., de plusieurs éditions de Triathlon à Bambois, dont une dernière alors quelle avait déjà subit de pénibles traitements de chimio. Elle prenait toujours les rôles les plus ingrats, notamment en dénichant des sponsors ou des aides bénévoles, mais surtout en payant elle même de sa personne dans les multiples démarches que nécessitaient ces organisations. Alors que des forces semblaient lui revenir un peu, elle se rendit en Louisiane avec un groupe de Fossois et espérait tant pouvoir recevoir en retour ces Américains chez elle en septembre 2000. C'était un espoir qu'elle n'aura pas pu satisfaire. Mère et grand-mère possessive mais généreuse et attachante, elle avait courageusement préparé son départ, car elle savait que la maladie serait la plus forte. Mais ce qu'il faut admirer chez elle, c'est cette volonté de ne jamais se plaindre et de s'enquérir de la santé des autres, alors qu'elle se savait condamnée.

Une personnalité fossoise s'en est allée et les vrais Fossois se souviendront longtemps de Josépha, qui aura véritablement marqué, son passage parmi nous.

 

Simple réflexion: les médias

Le mois d'août se révéla, hélas, prolixe en catastrophes. Ce qui tonna l'occasion aux médias de roder pour combler l'absence 'infos (vacances obligent). On peut dire que le summum fut atteint avec la perdition du Dus-marin russe et de son équipage. D'emblée, je précise que ce malheur m'a autant touché ;que tout un chacun et que j'ai compati au chagrin des familles. Mais de là à entériner la battage fait par les radios et les télés où, à chaque instant et pendant des jours, on nous submergea de commentaires et d'images. il y a me marge qu'il aurait été séant de ne pas franchir. Car pendant le même temps, même week-end dit prolongé. en que sur les routes de France et faute de deux unités, il y eut le même nombre de morts que dans le submersible. A ce chiffre s'ajoutait plus de 1 .200 blessés dont certains très graves et qui resteront handicapés à vie. Et pour ceux-là. les morts et les blessés. juste une phrase. une seule, à allure de statistique. dans les journaux parlés et télévisés. Sans doute la dissémination de ces accidents ne permettait-elle pas de faire du spectaculaire et le tenir en haleine ? Peut-être. nais j'ai surtout compris qu'en 'attardant sur l'accident du sous-marin, on avait saisi l'occasion de nous seriner une propagande bien orchestrée, « démontrant» la «décomposition » des forces armées russes et la «déglingue» de ce pays qui. naguère encore. était considéré comme une puissance redoutable. Et par conséquent. CQFD. notre « supériorité ». C'est ce qui s'appelle : jeter de la poudre aux yeux ! En effet, dans notre monde occidental, il y a tant et tant de choses qui. elles aussi, «se déglinguent» : le manque de travail et le chômage en résultant la paupérisation et sa conséquence, le quart monde s'installant de plus en plus; la banalisation des drogues et la violence pour s'en procurer en découlant; mais encore, et sûrement surtout, le manque de sécurité, donc l'insécurité pour les gens et les biens, Au point que bon nombre d'habitants en sont (en l'an 2000 !) réduits à «s'emprisonner» chez eux derrière des volets clos et des systèmes d'alarme. Et bernique pour une promenade au clair de lune, sauf en s'entourant de gardes de corps ou d'une meute de chiens féroces. Car, dans certains coins, non seulement de chez nous. mais aussi de France et de Navarre, s'est instauré un véritable climat de terreur auprès duquel le Far-West des westerns musclés fait figure d'imagerie d'Epinal. Et pudiquement en se voilant la face et éludant ses responsabilités (mais qui donc l'a dit le premier ?) on a baptisé cette situation du terme de « phénomène de société» ! Oui, da...

A part cela, sous nos yeux tourmentés, tout va très bien, Madame la Marquise. il n'y a que chez les moujiks que tout va mal! Mais bien sûr... comme disait l'inspecteur Bourrel!

DERO

Fosses-chantier

Le centre de Fosses est à présent un vaste chantier de travaux: la dernière phase de l'amélioration de la traversée par la Nationale 922 est en cours des îlots directionnels, passages pour piétons et emplacements d'arrêts de bus, qui nécessitent un béton particulier avec 14 jours de séchage. D'où des carrefours fermés, des feux itinérants et donc des embouteillages perpétuels. Qu'est-ce que ce sera ce vendredi avec la rentrée des classes?... Avec cela les Quatre-Bras (et autres lieux) sont devenus des passages caillouteux comme au temps des diligences. Le beau tapis de bitume placé voici deux mois à peine ont déjà subi des dizaines d'éventrations de part et part de la rue Et pour comble, en même temps ont débuté (et tardent à se terminer) les travaux de restauration bien nécessaires des rues Delmotte et V. Roisin, totalement fermés. On devine les complications... Mais comme on sera bien quand tout sera terminé!

 

 

ANDENNE-SEILLES – FOSSES 3 - 0

Privés de leur « perle » Lyungu blessé, les Oursons (en bleu et noir), trouvèrent l'ouverture assez rapidement. Sur un corner donné à ras du sol par Dos Santos, Sbaa surgit entre les défenseurs de Fosses et donna l'avance à ses couleurs (1-0). Sur l'action suivante, Dos Santos inquiétait une nouvelle fois Lorand d'une belle tête. Andenne dominait tous les secteurs et doublait la marque à la demi-heure sur une action de Pierre dont le centre du flanc droit était repris par l'inévitable Mouandjo (2-0).

La deuxième mi-temps allait s'avérer un peu plus brouillonne dans le chef des Oursons, plus imprécis dans la dernière passe. C'est ainsi que deux tentatives de Pierson et Pierre n'eurent aucune influence sur le marquoir. De son côté Fosses devint un rien plus entreprenant mais ne se montra guère plus réaliste quand Dumont loupa complètement sa reprise après une belle passe de Concas. A la 63e, un superbe tir de l'extérieur du pied de Sbaa s 'écrasait sur le poteau droit de Lorand. Mouandjo à l'affût reprenait victorieusement mais hors-jeu. Mouandjo et Dos Santos se mettaient encore en évidence d'un côté tandis que de l'autre Renaux et Rasetta ne parvenaient pas à réduire la marque. Au contraire de Monteleone qui sur un bel effort personnel s’en allait battre l'infortuné Lorand en toute fin de match (3-0). Le tir de Rasetta sur le poteau droit de Mazy était le dernier fait saillant..

Arbitre: Mr Lecler

Cartes Jaunes: Concas

Buts: Sbaa (10e, 1-0) Mouandjo (30e 2-0), Monteteone (88e, 3-0)

ANDENNE: Mazy, Pierre (82e Naji), Sbaa, Leswal, Dechanet, Hougardy (73e Monteleone), Willems, Dos Santos, Schullse, Pierson, Mouandjo

FOSSES: Lorand P.E., Renaux, Bertin, Lorand J.F., Colinet (67e Viguie), Dumont Delcorps(77e Simonis), Vandy, Concas Geeraerts (44e Laurent), Rasetta

BAMBOIS - DENÉE 3 - 2

Après 20 secondes de jeu, les visiteurs ouvraient le score par Clobourg (0-1). A la 10e, Bambois obtenait un corner et Marchal égalisait d'un tir tendu. Trois minutes plus tard, une tête de Dogot fut sauvée à même la ligne. Quelques instants plus tard, les visités se créaient des occasions par Gossiaux, MarchaI et Libert, mais la conclusion fit défaut. A la 50e, Clobourg rendait l'avantage aux visiteurs, suite à un service de Burlet (1-2). A la 75e, Janssens égalisait une nouvelle fois, sur une passe de Libert. Quatre minutes plus tard, Luchetta arrachait la victoire suite à une « bicyclette» de Libert (3-2).