N° 30  11 août 2000

Quatre générations

Avec la naissance de leur bébé Délia Libert, c'est 4 générations qui se sont formées chez nous. Délia a pour parents Frédéric Libert et Isabelle Foret (que l'on voit sur la photo portant son bébé). Cette dernière est la fille de Michel Foret et Viviane Defoin (à gauche de sa fille, portant des lunettes). Et Viviane est la fille de M. et Mme Gustave Defoin, qui habitent rue du Tisserand à Haut-Vent, qui, elle, est donc l'arrière grand-mère de la petite Délia. Nos félicitations à cette belle famille dont les générations se suivent à un rythme accéléré.

Programme du 20e anniversaire de la Marche Royale Ste-Gertrude

Dimanche 13août:

9.00Rassemblement des marcheurs de Le Roux

Dépôt de fleurs aux cimetières de Le Roux et au monument du Xe Corps d'Armée

12.00 Bivouac

13.30 Accueil des autorités et des marcheurs de l'entité

15.00 Inauguration des monuments

16.30 Défilé devant les autorités, place Communale:

Fastes du 20e anniversaire:

remise de diplômes, médailles aux participants et aux drapeaux. Remise des cadeaux.

18.30 Décharge du bataillon carré et vin d'honneur à la salle omnisports « La Rovelienne»

 

Lundi 14août:

8.00 Rassemblement à La Rovelienne

8.30 Départ pour la visite surprise.

12.00 Bivouac

L'après-midi : visites aux officiers et sympathisants de la Marche

20.30 Rentrée et feu de file à l'église; parade des majors et décharges avant dislocation.

 

Mardi 15août:

5.30 Réveil des officiers

9.30 Prise des drapeaux

10.00 Messe

10.30 Procession

12.00 Rentrée de la procession, bataillon carré commandé par l'abbé Lambiotte

12.15 Bivouac

L'après-midi : visites aux officiers et sympathisants de la Marche

22.30 Grande retraite aux flambeau, feu de file à l'église, décharge et dislocation.

Pour le comité: B. DUFRASNE, président

 

 

 

-La kermesse de Sart-St-Laurent présente a son programme une lutte de balle au tamis entre Fosses et Biesme; un concert, une course cycliste et des jeux populaires. Au cours de la lutte de balle, trois accidents une balle livrée par Jules Dewez atteint oeil de son oncle Jules Jadin ; Detellier, de Biesme, livre une balle qui tombe sur la tête de son père et l'autre frère Detellier livre une balle qui atteint le mollet de sa femme. On pourrait croire à des règlements de comptes familiaux, mais il n'en était rien!

-A Névremont, c'est aussi une lutte de balle au tamis, un concert, deux courses cyclistes, sortie de Limotche et un concours de coqs chantants.

-Décès de M. Georges Mollet, secrétaire communal à Graux, mais habitant Le Roux.

-Franz Nossaint, Camille Chabot et Alfred Degrève mettent sur pied le programme de la fête de Bambois course cycliste, match de foot, jeux divers et marché comique.

-A Le Roux, c'est un comité restreint composé de Raoul Robiolle et Georges Monon qui établissent un programme concerts par la Fanfare de Maison et la Philharmonie de Le Roux, jeux divers dans les quartiers. A Belle-Motte, se déroule la 32e manifestation du Souvenir de la bataille de la Sambre en août 1914.

-Le Cinéma Moderne à Fosses présente des films qui raviveront la mémoire des anciens Romance à Rio, avec Doris Day (en technicolor) Le Sanctuaire interdit (avec les plus grands dompteurs du monde) ; le charcutier de Machonville, avec le désopilant Bach ; San Antonio, avec Errol Flynn.

-La plage de Bambois reçoit de nombreux visiteurs en ce mois d'été et annonce sur le lac un grand tir à balles sur ballonnets.

-La finale du championnat de Belgique de petite balle au tamis met en présence Fosses et Tamines sur le balodrome de Fosses et cela, devant un millier de spectateurs. Tamines l'emportera par 15 à 7

Cercle horticole

Le concours jardins et façades fleuris, organisé par la Régionale Horticole de Namur section Fosses, s'est déroulé le 1er août (les résultats ont paru dan le Messager de la semaine passée). Trois personnes composaient le jury: M. J. Poquette de Assesse, M. A. Marchai de Villers-sur-Heest et M. J. Dury de Emines. Ces trois juges ont été ravis de découvrir la splendeur de Fosses sous tous ses angles, et ainsi de conserver les meilleurs souvenirs de notre cité à l'extérieur. Il y eut 18 participants, contre 9 en 1999. Malgré un mois de juillet froid et pluvieux, on a admiré de très belles décorations florales, un vrai régal. Maintenant que le bon temps semble vouloir revenir, les fleurs sont encore plus belles. Je voudrais remercier et féliciter tous les participants pour leur dévouement et leur savoir-faire qui nous offre de telles beautés dans nos quartiers et nos rues. Allez les voir, c'est une façon de découvrir la splendeur des fleurs de chez nous. Prenez des photos et montrez-les à vos amis, ou allez voir avec vos enfants pour ne pas laisser les générations montantes dans l'indifférence. Les fleurs sont présentes dans toutes les étapes de la vie, pensez-y. Ensemble, nous ferons encore mieux l'année prochaine, je l'espère.

G. Vermaut

Ecole de musique

L'Ecole de musique de la Royale Philharmonique (créée il y a 3 ans et qui compte aujourd'hui 26 élèves) reprendra ses activités au mois de septembre, en la salle communale l'Orbey. Le mercredi à 13 h. pour la section tambours (dirigée par Jean Piéford), et le jeudi à 18 h. pour la section cuivré et instruments à vent (sous la direction du chef de musique Claude Barthélemy, assisté de Pierre Lorand, Jean Jaumotte et André Janssens).L'école est accessibles aux jeunes, à partir de 8 ans; par ailleurs, existe aussi une classe réservée aux adultes : par exemple, Si vous ôtes un musiciens « pensionné », vous êtes le bienvenu! Possibilité de louer les instruments de musique, dans un système de location-achat. Les nouvelles inscriptions sont prises chez le président D. Piet (071/71.36.83), le chef de musique Cl. Barthélemy (071/71.31.54), le trésorier Pierre Lepinne (071/71.14.90) et Jean Piéford pour la section tambours (071/71.26.97).

Nuit d'amour

Le comité de la Royale Philharmonique, suite à l'immense succès de la Nuit de la Musique de janvier dernier, a décidé de mettre sur pied, pour la prochaine Saint-Valentin, une Nuit des Chansons d'Amour, qui se déroulera dans les locaux de 'Athénée Royal de Fosses. La soirée débutera par la prestation d'un homme-orchestre (pour chauffer la salle), ensuite la Philharmonique et la Chorale Bebronae Cantores égrèneront des chansons d'amour (Edith Piaf, Tino Rossi, Jacques Brel, Trenet, Fugain, Cabre!, Sinatra,...). Pour suivre, une formation style « Glenn Miller ». En-suite, on dégagera la piste pour une fin de soirée (ou début de nuit) dansante. On en reparlera, bien entendu.

Fost-Plus

Le service Fost-Plus effectuera un ramassage des sacs bleus contenant les emballages PMC (emballages métalliques, plastiques et les cartons à boissons bien aplatis), le mercredi 16 août. pour Fosses et toutes les sections de l'entité. Prochain ramassage des papiers et cartons: le mardi 22 pour les sections de Fosses, Bambois et Sart-St-Laurent; le jeudi 24 pour les sections de Sart-Eustache, Le Roux, Vitrival, Névremont et Aisemont.

Souper de la Palette

Comme chaque saison, notre petit club fossois de tennis de table organise son souper; qui aura lieu en son local, avenue Albert 1er, 27, le samedi 2 septembre à 20 heures. Les fidèles pourront remarquer un changement dans l'organisation. En effet, cette saison, notre club fêtera ses 25 ans d'existence. Aussi, le comité à décidé de laisser les habituels bénévoles profiter de la fête, et a donc fait appel à un service traiteur de la région, M. Lorand.

En voici le menu

-Mesclin de salade, chiffonnade de jambon fumé, vinaigrette garnis aux lardon frits.

-Onglet à l'échalote et moutarde à l’ancienne, panier du marché.

Le prix est de 600fr par personne (un verre de vin offert avec l’entée et le plat) et de 300fr pour les enfants( de-12 ans et une boisson offerte). L’ambiance sera assurée par notre ami Fabrice (Power Music). Réservation souhaitée pour le 25 août auprès de Rudy 075/21.17.78 ou au local, le mercredi à 19 h. Bienvenue à tous, et nous espérons revoir nos anciens pongistes.

Lettre aux habitant(e)s de Fosses-la-Ville

La s.a. Morphée a été chargée de réaliser l'aménagement routier de votre ville par les autorités communales et le M.E.T. de Namur (Ministère wallon de l'Equipement et des Transports). Un sous-traitant de l'entreprise est malheureusement tombé en faillite durant les travaux, rendant matériellement impossible le respect du délai d'exécution initial. Ce problème présente des aspects techniques et juridiques il fait actuellement l'objet d'un débat entre le M.E.T. Namur et l'entreprise. Il est important de préciser que les autorités communales de Fosses-la-Ville sont totalement étrangères à ce problème. La s.a. Morphée tient à préciser à ce propos que, depuis le début des travaux, les représentants de votre Commune, attentifs à l'intérêt public, se sont comportés en partenaires loyaux vis-à-vis de l'entreprise.

Chr LEYEN5 (S.A. MORPHEE)

Conseil communal

La prochaine réunion du Conseil communal aura lieu le lundi 14 août, à 19 h 30, en la salle du Conseil. Voici les principaux points mis à l'ordre du jour:

-Différents emprunts effectués à Dexia Banque pour financements de divers travaux et achats

Projet de réfection de la rue du Tisserand à Haut-Vent

- Convention pour l'occupation des locaux de la Gendarmerie par la police communale

- Règlements de circulation : emplacement pour handicapés rue de Vitrival ; passages pour piétons rue du Chapitre et rue des Zolos ; circulation limitée aux véhicules lourds rue Lt Cotelle à Le Roux ; réglementation de la circulation avenue Champ Stoné

-Organisation d'un spectacle « François d'Assise » à la ferme du Bois Sacré à Sart-St-Laurent.

Laisser pour compte

Ce fut Prudence, la femme qui, la première, accusa le poids des ans. Un rhumatisme opiniâtre, qu'avec notre air plus instruit actuel, nous dénommons arthrose, nouait déjà ses articulations majeures, depuis moult saisons. En dépit des douleurs qu'elle tentait de soulager avec des frictions, massages et autres prises de perlimpinpins, Prudence entretenait encore avec le plus grand soin ce qu'il était convenu de dire, son ménage. C'était son domaine de toujours, comme lui avait inculqué feue sa mère, une bien brave femme Mais le courage a ses limites, la bonne volonté doit parfois baisser les bras. Et c'est ce que fit la mort dans l'âme, Prudence. Maintenant, elle ne quitte plus son antique fauteuil Voltaire, que pour gagner son lit et la douce et apaisante chaleur de la couette. Léon l'homme de la maison, retraité depuis belle lurette, fit face avec courage aux événements. Mais quelques mois de ce régime firent qu'il sentit brusquement ses forces décliner, lorsqu'en sus du jardinage, sa passion de toujours, il dut, vaille que vaille, avec des réussites et des maladresses, vaquer aux travaux ménagers. Les quelques soins ménagers englobent, comme chacun sait, la confection d'une soupe honnête, la cuisson des pommes de terre et des légumes et aussi taire roussir ou mijoter la viande mettre la table, des-servir le couvert, laver la vaisselle, ranger les ustensiles, donner un coup de balai, savonner le carrelage, prendre les poussières, tremper la lessive, laver le linge et le mettre à sécher, repasser tant bien que mal les draps, les chemises et autres babioles et la liste est loin d'être close! C'est pourquoi, après bien des tergiversations, Léon s'est vu obligé de aire un choix cornélien. Pour la bonne compréhension, il faut préciser que leur maigre pension ne leur permet pas de prendre de l'aide rémunérée. Pour ce qui est de la gratuité, une fois, c'est bien... Et après avoir, comme il se doit, consulté son épouse, Léon a décidé, voici un an déjà, d'abandonner le jardin... Et dans ce grand jardin à la terre plantureuse, les plantes dites sauvages ont commencé à pousser et à proliférer à une vitesse folle. Toutes mettent un point d'honneur à mettre en exergue leur réputation de « mauvaises herbes ». On vit d'abord apparaître la morgeline qui, en cinq secs, tissa son tapis vert aux mailles enchevêtrées et marquetées de ténues blancheurs. Puis, surgirent, venues du tréfonds du riche humus, d'autres espèces qui diaprèrent de leurs fleurs la « chlorophylle » en délire : de la mauve, du lamier blanc, du liseron, du pissenlit, de la bourrache, de la pensée sauvage, du plantain, de chiendent et de l'ortie urticante. Sous l'assaut de toute cette végétation en rut, le jardin, naguère encore tiré ai cordeau, est devenu brousse africaine, jungle sud-asiatique, toundra Sibérienne avant, bientôt, l'inextricable entrelacs d'une lilliputienne forêt amazonienne. Dans un coin, à la bonne saison deux ou trois rosiers chlorotiques et un pied de dahlia dont les rhizome' ont échappé par miracle aux gels et la dent des rongeurs, tentent de prouver avec les corolles de leurs fleur anémiées, que cette courtille abandonnée a connu dans un jadis récent la civilisation de la bêche et du râteau avec les sabots besogneux d'un jardinier méticuleux. Tel qu'il est maintenant, se livrant sans odeur aux yeux des passant. volontiers curieux et daubeurs, le jardin abandonné fait peine à voir même pour ceux qui se disent blindés et font fi des attendrissements di mauviettes. Il appert, et j'en suis plu. que persuadé, que la vision de ce délaissement ne fait qu'aggraver l'état di santé de la Prudence et du Léon. En effet, bon gré mal gré, les deus braves vieux doivent contempler ci chaos qu'il serait cruel et indécent d'encore qualifier de jardin. Car, mal gré leurs yeux aussi déficients que I reste, ce « cliché en relief », ce capharnaüm végétal leur saute à la rétine du matin au soir, étant donné qui la fenêtre de leur cuisine y a une vue imprenable... Ce serait ce qu'il est convenu d'appeler une bonne action, une BA pou causer comme les scouts, que de re mettre « leur jardin » à l'état de jardin digne d'une appellation contrôlée Mais, pour en arriver là, il conviendrait de se sentir à la fois l'âme et I courage d'un défricheur et d'un trappeur et de se munir d'un plein bar d'huile de bras, pressée à froid, l'instar des huiles d'olive de bonne marque...

En notre période qui est, hélas, di profonde récession, ce ne sont guéri les bras désœuvrés qui manquent mais bien la volonté de les mouvoir bon escient. Et pourtant, une ou deus pauses de travail gratuit et non programmé par une quelconque horloge pointeuse, serait tout aussi bénéfique pour le pratiquant qu'un parcours di jogging! «Avisse » à qui voudrait se donne la peine à la fois de réfléchir et de re mettre en train la fonction de muscles atrophiés par une obligatoire inactivité professionnelle ! Ce faisant la « Bonne Action » se doublerai d'une thérapie adéquate pour la santé morale de la Prudence et du Léon Ils en ont un besoin urgent, je vous l'affirme! DERO

Comme convenu, flous poursuivons la liste des Anciens Elèves de l'Ecole Moyenne, parue dans le palmarès de 1919-20, anciens combattants de la première guerre, cités à l'ordre du jour ou ayant obtenu des distinctions militaires. Dans ce second article : les anciens faisant par-tic des villages de l'entité et des environs.

- Auguste BIOT, de Le Roux : volontaire de guerre du 5 août 1914. Blessé à l'Yser : nommé sous-lieutenant en 1915, lieutenant en 1916, capitaine en 1919. Porteur de la Croix de Guerre. (L'intéressé étant parti à l'étranger, le palmarès ne complète pas l'énumération de ses décorations).

- Raymond CLAUSE, d'Aisemont: porteur de la Médaille de la Victoire et promu brigadier.

- Fernand DELVIGNE, d'Aisemont promu sergent.

- Joseph GENOT, de Vitrival ; blessé à Stuyvenkeskerke le 21 octobre 1914 et à Nieuport le 3 février 1915. A obtenu une citation à l'ordre du jour de l'armée ; est porteur de la Décoration militaire de 2e classe, de la Croix de Guerre beige, de la Médaille de l'Yser, de la Médaille commémorative et de la Médaille de la Victoire. Promu sergent-fourrier.

- Emile KAISIN, de Gonoy : a été grièvement blessé le 18 septembre 1915 à l'Yser. A cette occasion, a été cité à l'ordre du jour de l'Armée et décoré de la Croix de Chevalier de l'ordre de Léopold II Porteur de la Croix de Guerre. Promu sergent.

- Jules MARCHAND, de Le Roux, blessé le 7 février 1917 dans le secteur de Stuyvenkeskerke a été cité à l'ordre du jour de l'armée. Décoré de la Croix de Guerre, de la Médaille de la Victoire et de la Médaille de l'Yser.

- Camille MORLAU, de Vitrival, promu brigadier ; décoré de la Médaille commémorative et de la Médaille de la Victoire.

R.A.

Sont cités également:

- Emile ALARDOT, d'Arsimont

- Emile COUPLE, de Biesme

- Désiré GUILLAUME, d'Auvelais

- Max LEBEGUE, d'Auvelais

- Dieudonné LEGAT, de St-Gérard

- Nestor LIMAGE, d'Arsimont

- Alfred MARTIN, d'Auvelais

- E. SERVAIS, de Maison-St-Gérard.

- Edmond MASUY, de ?, major.

Il serait un peu long de publier les détails de ces derniers, dont les familles ne sont pas de chez nous, mais Si un lecteur souhaite plus de détails sur l'un ou l'autre, nous pouvons leur faire parvenir.

La Marche Ste-Gertrude

 

Voici la composition du comité de la Marche et son corps d'office pour l'an 2000.

Comité:

Président d'honneur: Freddy Delzant

Président: Bernard Dufrasne

Vice-président:Emile Yernaux

Secrétaire:Béatrice Yernaux

Secr.-adj. : Emmanuel Sainthuite

Trésorier: Guy Want

Membres : Valéry Boulanger, Yves Jadoul et André Delvaux.

Corps d'office:

Adj.majors: Freddy Delzant et Jean Michel Danse

Garde impériale à cheval:

Empereur: Bernard Dufrasne

Maréchal : Dany Grégoire

Maréchal: Emmanuel Sainthuite

Colonel : Yves Jadoul

Major: Alex Bourlet

Cantinières : Karine Lambrechts, Manuella MarchaI, Orphélie Grégoire, Jessica Bernaert, Annick Kaiser.

Cdt de liaison : André Delvaux

Saperie grenadiers:

Sergent-sapeur: Michel Tilmant

Cap. sapeur: Franz Bruyère

Cantinières : Anne Calande et Sarah Tilmant

Tambour-major grenadier : Claudy Jacqmain

 

GRENADIERS :

Officier porte drapeau Frédéric Nuyts

Cantinière au drapeau Dominique Tilmant

Officier peloton Mickaël Capelle

Cantinières Caroline Jacqmain, Céline Godenne, Dominique Milcamps

Sous-officiers Valéry Boulanger, Marc Acceto Yannick Delzant et Laurent Michel

Officier vivandières grenadiers: Isabelle Cambier

Officier vivandières Charlotte:Annick Quarrez

Officiers jeunes compagnies (zouaves):

Capitaine : Charly Depraute

Sous-Lieutenant: Alain Barthélemy

Cantinière: Patricia Arcq

MAJORS GENDARMES:

Fabian Dumont ,Dom, Mantellina

Porte-drapeau gendarmes: Sébastien Ceccon

Commandant peloton gendarmes:

Emile Yernaux

Officiers de peloton gendarmes:

Pascal Lambert, Lionel Grigis

Tambour-major Gendarmes:

Jean-François Pector

Cantinières gendarmes:

Béatrice Yemaux, Abbigaél Delvaux.

CAMMANDANT PELOTON ARTILLEURS:

Guy Want

Cantinières: Edith Want, Mélissa Doucet:

20e anniversaire de la Marche Saint-Roch

Le week-end dernier, les marcheurs sartois ont effectueront pour la 20e fois consécutivement leur marche annuelle en l'honneur de leur patron Saint Roch. Rappelons que la Marche de Sart-Eustache aurait été créée pour participer à la Saint-Feuillen de 1879 elle aurait participé ensuite aux septennales de 1886,1893,1900,1907, puis ne se serait plus représentée par la suite. Il y a une vingtaine d'années, André Poulain relança l'idée et, de suite, le succès fut retentissant Sart-Eustache sort chaque année avec les mêmes fastes. Sa particularité: un peloton de Sans-Culotte, parfaitement revêtus jusqu'aux chevilles et toujours très « culottés », qui a vu le jour il y a déjà 17 ans en même temps que la venue d'un groupe de vivandières. Les marcheurs se font une gloire d'escorter la procession religieuse, sa raison première. Et cela sous les accents de fanfares, de tambours et de fifres qui apportent au village un air de fête. La compagnie rassemble habituellement près de 200 participants avec sapeurs, grenadiers et zouaves. Mais cette année, pour le 20e anniversaire, l'état-major avait fait un gros effort puisque pas moins de trente-trois délégations des Marches de l'Entre Sambre et Meuse étaient représentées et ont participé à la Marche. On peut aussi ajouter les compagnies de Virelles, les Tirailleurs Algériens et les Congolais de Fosses. Cela faisait pour cette année un total de plus de 500 marcheurs du premier et du second empire. Tout ce beau monde a envahi la place pour un bataillon carré qui restera dans les annales. Pour les 20 ans, l'église et les chapelles avaient été illuminées. Ces festivités se sont terminées par la sortie du lundi qui commençait à9 h. par une messe, suivie de l’inauguration d'une stèle commémorative en l'honneur des marcheurs défunts, défilé et décharges. Vers 22 heures : feu de file aux sans culottes et mise à feu du mannequin, pour terminer par la retraite au flambeaux et le cassage du verre sur la place.

La Marche Saint-Laurent du 15août

La procession de ce mardi 15 août en l'honneur de saint Laurent débute ra par une messe militaire à 9 heure en l'église de Sart-Saint-Laurent avec bénédiction des armes, suivie de la procession avec décharges aux différentes chapelles du village. Vénération de la relique Saint-Laurent au cimetière. Dépôts de gerbes aux monuments des anciens combattants et aux aviateurs américains. Rentrée aux flambeaux vers 21 heures.

Voici la composition du corps d'office pour l'an 2000:

Général : André Larivière

Adj. major: Marc Blaimont

Tambour-major:Laurent Blaimont

Cocardière : Cécile Verkempinck

Sapeurs Grenadiers

Sergent-sapeur:Benoît Mehaignoule

Sergent-sapeur adjoint: B. Ganhy

Cantinière:Laurence Ganhy

Capitaines:Ph. Meurice, Ch. Ganhy

Lieutenants : Georges Mouthuy Yvan Tahir, D. Chaussée,

Lieutenant porte-drapeau: E. Beguir

Cantinières : V. Meurice et E. Larose

Mousquetaires

Capitaine: Hervé Jordens

Lieutenants : Philippe Ernoux, KE Piccinin Dimitri Degraux,

Lieutenant porte-drapeau : Ch Grolet

Cantinières : A. Jordens, A.-F. Ernoux

Zouaves

Capitaine : Jacques Van Haren

Lieutenants : Etienne Cleirer Jacques Leonet

Lieutenant p.-drap. : Michaël Cleiren

Cantinières : Anne et Véronique Van Haren, Mariline Cleiren.

Ce 15 août, les Marcheurs déambuleront pacifiquement, à Le Roux comme à Sart-Saint-Laurent, pour recréer l'ambiance de nos anciennes armées

Après Sart-Eustache, qui fêtait le week-end dernier le 20e anniversaire de la relance annuelle de sa Marche Saint-Roch, ce sera cette fois la Marche Royale Sainte Gertrude de Le Roux qui, elle aussi, voudra fêter également avec faste le 20e anniversaire du renouveau et inaugurera pour l'occasion un monument aux conscrits, un monument à la mémoire des marcheurs décédés et à sa sainte Patronne sainte Gertrude. Et le 15 août également, Sart-Saint-Laurent résonnera aux sons des fifres et des tambours avec sa marche annuelle en l'honneur de Saint Laurent. Et le week-end suivant, ce sera au tour de Bambois avec sa Marche Sint-Biètrumé, devenue elle aussi annuelle comme celle de bien des sections de notre entité. Si le programme de Le Roux sera plus étoffée que les autres années, avec trois sorties - en raison du 20e anniversaire de sa manifestation devenue annuelle (voir le programme ci-contre), celle de Sart-Saint-Laurent en sera à sa 38e édition . C'est en effet en 1963 qu'elle devint annuelle, après des sorties septennales aux St-Feuillen à Fosses, depuis 1851. La compagnie du Sart a une particularité : elle est composée de mousquetaires, que l'on ne rencontre nulle part ailleurs en Entre-Sambre et Meuse. Les marcheurs vont bénir leurs armes à la fontaine Saint-Laurent : les soldats trempent le bas de leur crosse de fusil, les officiers trempent leur épée, les porte-drapeaux leur hampe et les cantinières versent un verre de goutte.

Photo rétro

Il s'agit ici d'une photo de la tête de Haut-Vent, lors de la sortie de la Limotche, une tradition fidèlement assurée lors des festivités dans notre région. Nous n'avons pas pu donner une date à cette photo (il y a peut-être une quinzaine d'années). On reconnaît, à droite, Lucien Boigelot, qui fut président de la fête durant plus de 30 ans à sa droite son frère Emile et Claude Lainé, toujours présents là où il y a réjouissances, Rudy Collignon (tambour du centre), M. Defoin etc....

Simple réflexion

La semaine passée, j'ai ouï (et vu, cela va de soi) À un journal télévisé, parmi tout un tas d'autres nouvelles, ceci Aux termes d'une longue étude, des docteurs savants d'une de nos universités, la plus connue pour ne pas la citer, ont constaté que nos jeunes manquaient cruellement de calcium, faute de boire du lait. En conséquence de quoi, les os des jeunes manquent de solidité. Toujours selon la même étude réalisée sans doute avec l'aide d'ordinateurs sophistiqués, nos petits adolescents devraient donc boire plus de lait, beaucoup plus de lait. Car dans le lait, il n'y a pas que le calcium, il y a aussi d'autres éléments comme le cuivre, le magnésium, le fer, etc. A ce constat, je vois une ébauche de solution s pour commencer, supprimer tous les distributeurs de sodas et autres perlimpinpins installés dans nos écoles, pratiquement aux portes des classes. Mais qui donc a autorisé cela. Donner ensuite quelques leçons adéquates sur les bienfaits du lait et, par la même occasions, sur une alimentation plus variée, plus saine et plus conforme aux besoins de la croissance, que les graisses (et quelles graisses !) et les sucres de l'alimentation(sic) vite faite, vite ingurgitée (faute de temps?). Mais revenons À la conclusion de cette étude qui dit aussi qu'il ne faut pas tomber dans l'excès et boire trop de lait. Maintenant, si vous le voulez bien, je vais vous faire part de la réflexion qui m'est sautée À l'esprit après analyse de cette information. Voici une bonne soixantaine d'années, c'est-À-dire avant mes dix ans, ma grand-mère qui avait autant fréquenté l'école du village que celle de la nature, pour garder les chèvres sur les "tiènes", me serinait déjà que je devais boire du lait Si je voulais avoir de bons os pour plus tard Mais il ne fallait pas en boire trop pour ne pas devenir tout "goumèl" (tout soufflé !) Comme quoi ma grand-mère, qui possédait comme seul diplôme un certificat de l'école primaire, était arrivée a la même conclusion, et sans frais pour la collectivité, que les savants, les diététiciens et les ordinateurs. A part cela vive le Progrès et les hautes études! DERO.

Sart-Eustache 1907

La Compagnie de Sart-Eustache participait autrefois aux Saint-Feuillen. Voici une photo prise devant le château, en souvenir de la Marche de 1907, un document qui prouve que la Marche était fidèlement représentée lors des septennales. Cette année, la bénédiction de la Compagnie s'est faite dans la cour du château dimanche dernier.

Bientôt le championnat

Le championnat reprend ses droits le dimanche 27 août, à 15 h. pour la première provinciale. Au programme: Spy-RUS Fosses.

En troisième provinciale, ce sera le dimanche 3 septembre : Bambois -Denée.

Quant au club d'Aisemont, il a quitté la région fossoise et joue sous l'appellation de Falisolle.

Toutes les équipes de jeunes reprennent le samedi 2 septembre.

A la RUS Fosses, on aligne deux équipes de Diablotins, des Préminimes, des Minimes, des Cadets et des Espoirs. Avec l'équipe première, cela fait au total soit environ 110 joueurs.

Les bénévoles qui souhaitent donner un coup de main, comme délégué ou pour encadrer les jeunes, ou pour s'occuper du secrétariat, sont les~bienvenus. Tél.: D. Piet 071-71.36.83).