N° 24  16 juin 2000

 

Il y a 100 ans dans

 

Le Messager de Fosses

MOIS DE JUIN 1900

 

N° 22 du 3 juin 1900

Après les élections à la chambre et au sénat du 27 mai, ce sont les élections provinciales du 3 juin. Le messager de Fosses fait une propagande très partisane et consacre trois pages spéciale à cet effet. Deux listes sont présente : cartel libéreaux-socialistes et catholiques. Pour le canton de Fosses, le cartel obtient 6643 voix et les catholiques 7782 voix.

N0 24 du juin 1900

SART-SAINT-LAURENT. - Le nomme Gustave Marique de Floreffe, qui tua d’un coup de fourche à la ferme Furnaux-Sart-St-Laurent le nommé Charles Anciaux de fosses, s’est constitué prisonnier mercredi dans la matinée à la prison de Namur. Depuis le jour du drame, Marique a erré un peu partout se procurant la subsistance et le gîte comme il pouvait ; Le juge d’instruction Delhaise lui a délivré un mandat d’arrêt.

N0 25 du 24 juin 1900

FOSSES Le dimanche 24 juin, grand festival. A 2heures précises de relevée, formation du cortège place de la gare.

Kiosque de la Briqueterie

1 Société Philharmonique de fosses (45 exécutants)

2 Les fanfares de Lesves (31 exécutants)

3 L’Espoir, chorale de Buzet-Floreffe (30 exécutants)

4 Les fanfares de Sainte-Barbe, de Mazy (45 exécutants)

5 L’union symphonique de Jumet-Gohissart (30 exécutants)

6 Harmonie de Falisolle (40 exécutants)

7 Fanfares Saint-Henry d’Hermeton-sur-Biert

Kiosque de Lège

8 Société d’Harmonie Saint-Feuillen de Fosses (30exécutants)

9 Société Chorale des Alloux, Tamines (35 exécutants)

10 Les échos de la Biesme (Harmonie) Aiseau (40 exécutants)

11 Les Amis du Progrès (chorale), Couillet (30 exécutants)

12 Fanfares Sainte-Cécile d’Oret(32)

13 Les Bardes de la Molignée (chorale) Warnant (35)

14 Cercle Mozart (Harmonie), Tamines (40).

Kiosque des Quatre-Bras

15 Phalange Malonnoise (harmonie), de Malonne (42)

16 Fanfares Sainte-Cécile d’Annevoie (25 exécutants)

17 Société Chorale Les Montagnards de Sosoye (25)

18 Société chorale Sainte-Barbe, de Ville-en-Waret (35)

19 La Fraternité ouvrière (chorale), de Dinant (50)

20 L'Union de Fenal, fanfare (30)

21 Fanfare Saint-Pierre de Vitrival(25)

 

A7h, bal populaire sur le chapitre

A 8 h, hôtel de ville, tirage des primes

A9 h, grande illumination de la place du Chapitre

(Curieusement aucun compte rendu de ce « festival » dans le numéro suivant)

Le Vicinal Warnant – Lesves - Fosses

M. de Rosée a demandé à M. le Gouverneur de faire tous ses efforts pour décider la Société des Chemins de fer vicinaux à construire le plus tôt possible la ligne de Warnant à Lesves et Fosses, passant par Bioul qui est une commune très importante. La population attend impatiemment cette nouvelle ligne ferrée.

 

La braderie

La grande braderie annuelle de Fosses aura lieu les jeudi 22, vendredi 23 et samedi 24 juin. Comme les autres années, un journal annonçant l'événement sera distribué prochainement dans toutes les boîtes aux lettres de Fosses et de la région (17.500 exemplaires). En plus des occasions à saisir, de l'animation musicale dans les rues durant les trois jours, l'association des commerçants a mis sur pied une distribution, chez une bonne vingtaine da commerçants, de bulletins de participation au jeu « Le juste prix de la vitrine ». Chaque commerçant participant offrira un article qui sera exposé dans la vitrine du Syndicat d'Initiative de Fosses, place du Marché. Il s'agira alors de repérer chez ces commerçants les articles identiques à ceux exposés et de noter le prix sur votre bulletin, de répondre à une question subsidiaire et avoir la chance ainsi de remporter l'entièreté des articles exposés, qui ont une valeur d'environ 50.000 F. Le règlement et la liste des commerçants participants figurent dans les pages du journal de la Braderie. Les articles seront exposés du 17juin au 1er juillet et les bulletins sont à déposer dans l'urne au Syndicat d'Initiative. Le samedi 24, c'est une grande brocante qui se tiendra dans les rues du centre. Il s'agit d'une brocante libre pour laquelle on peut réserver son emplacement en téléphonant au 71.44.89 ou au 71.18.12, au prix de 250 F pour deux mètres et 100 F le mètre supplémentaire. Embarquez vos fonds de grenier, vos objets qui vous encombrent et présentez-les au public. Vous trouverez sans doute un amateur ou un collectionneur qui sera intéressé.

D'autres animations sont prévues durant ces trois jours: une exposition des artistes locaux sur le thème des fleurs au local du Tourisme, place du Marché, organisé par le Syndicat d'initiative et l'après-midi du samedi, sur le kiosque de la place du Marché animation musicale avec Les Souxhonnais, musiciens mexicains qui apportera une ambiance « bien de chez eux»

Visite historique

Rappelons la visite historique du centre de notre ville, organisée ce samedi 17 juin prochain, à partir de 15 heures, par le Cercle d'Histoire. A partir de la place du Chapitre, nous verrons les vestiges des remparts de la « Ville des chanoines » et nous suivrons ensuite le tracé de ceux de la « Ville des bourgeois d'En Leiche aux Quatre-Bras, puis vers la rue de Vitrival, en resituant les anciennes portes jusqu'à la rue AI Val pour revenir sur le Chapitre. Tout au long de ce périple, nous aurons l'occasion d'évoquer maints aspects de notre histoire locale. Pour tous ceux qu'intéresse cette visite, d'une durée de deux heures, rendez-vous place du Chapitre, près de la Pompe, le 17juin, à 15 h..

Exposition

Organisée par l'agence Centea de Fosses-la-Ville, une exposition de peintures et céramiques aura lieu les l7et 18juin, de 13h à 18 h, au CoL lège Saint-André à Fosses-la-Ville. Les exposants à cette exposition sont : Philippe Brasseur, Georges Desuenne, Françoise Hollanders, M. et Mme F. lngels-Malnoury (Vitrival), Daniel Populaire (Sart-St-Laurent), Willy Michel et Jean Dubisy.

Le vernissage de cette exposition aura lieu ce vendredi à 19 h 30.

Déclaration fiscale

Comme chaque année, je me tiens à votre disposition pour votre déclaration fiscale. Elle peut être déposée à l'Administration communale aux permanences du bourgmestre le jeudi de 16 h 30 à 17 h 30 et le samedi, de 10 à 12h. Vous pouvez également me contacter à mon domicile, chaussée de Charleroi 176 à Vitrival, au 071 -71.14.40 tous les jours après 18 h.

La déclaration sera remplie et le calcul d'impôt sera réalisé dans la semaine. Le service est gratuit.

Barbecue

Le groupe Union Démocratique de Fosses organise un grand barbecue

ce vendredi 16 juin à 19 h, aux Ets Sarto à Sart-Saint-Laurent. Au menu :

apéritif, brochettes saucisses merguez avec pommes de terre et crudités, pour le prix de 300 F (150 F pour les enfants). Ambiance assurée, télé en circuit fermé pour les matches de foot).

Souper espagnol

Le vendredi 30 juin, les Clowns en Folie organisent leur 4e Souper dansant (version espagnole cette année). Au menu:

- Apéritif Sangria , Paëlla géante ou poulet Sambre et Meuse , Crème catalane brûlée

(traiteur: P.-E. Lorand)

Prix: 250F pour les moins de 12 ans et 450 F pour les adultes.

Le souper se déroulera de 20 h à 22 h 30 en la salle de l'Orbey à Fosses. La soirée dansante débutera vers 23 h. Tout cela dans une ambiance de fête et animé par Fabrice et Power Music.

Le souper est à réserver et à payer avant le 23 juin à:

k. Debris 71.18.59 , J-P. Bonato 71.12.82 , F. Nulens 71.15.53

ou verser la somme au compte 068- 2128890-58 avec la mention « Souper des clowns» et votre nom.

Une figure sartoise disparaît

Nous apprenons parfois tardivement le décès d'une personne âgée, soit parce qu'elle n'a plus de descendance dans le village, soit parce qu'il vient un âge où l'on est un peu oublié car les personnes de sa génération sont pour la plupart disparues.. C'est sans doute la cas de Joseph Derèse, décédé le mois dernier à l'âge de 90 ans. Il n'était pas le doyen d'âge du village, mais le second.Né à Franière, il épousa en 1932 une Sartoise, Julia Dewez, de quelques mois son aînée. Ils eurent une fille (qui habite Bruxelles) et fêtèrent ensemble leur noces de platine (65 ans de mariage>, en 1997. Son épouse décéda quelques mois plus tard. Joseph Dérèse débuta sa carrière aux Glaceries de Franière puis fut nommé cantonnier aux Ponts et Chaussées et termina sa carrière comme chef-cantonnier. Il obtint le titre de résistant pour son comportement pendant la guerre. Mais sa célébrité, il l'obtint dans la sphère sportive car il fut pendant 30 ans arbitre de football dont 5 ans à l'échelon supérieur (div. d'Honneur à l'époque), ce qui l'amena à officier aux quatre coins du pays. Il reçut par ailleurs la plaquette fédérale de l'Union Belge. Depuis le décès de son épouse, il habitait seul dans sa maison de la chaussée de Namur et malgré un âge avancé il se suffisait à lui-même et avait gardé une excellente santé, car une quinzaine de jours avant sa mort il se promenait encore régulièrement dans son village. C'est une vieille figure sartoise qui disparaît.

Premières communions

Ce dimanche, en l'église du Sart, au cours de la grand-messe, se dérouleront les premières communions

Dix enfants du village recevront Jésus pour la première fois. Ce sont:

Nicolas Ancion, Kevin Bartholomé ,Steve Bartholomé, Elise Binamé, Marjolaine Collet

Nicolas Dauphin, William Delcourt, Amélie Detelle, Alisone Simon, Sam Trusgnach

Le nouveau ballodrome

Implanté depuis des années place Jean Tousseul, le ballodrome de Vitrival va à présent déménager près de l'école, dans le Centre social éducatif inauguré récemment par les autorités communales. Dans une structure nouvelle, de toute beauté, les joueurs vitrivalois pourront à présent évoluer en toute aisance.

En présence de plusieurs personnalités communales, dont le bourgmestre ancien joueur. de dirigeants de

la Fédération wallonne, le secrétaire du club Gérard Collin brossa l'historique du club et son importance dans la vie du village. Il remercia l'Administration communale pour son intervention. Ancien joueur et fondateur du club, Gabriel Clocheret s'associa à ces éloges et rappela le dévouement inlassable de Mme Hélène Michel, tenancière de la cafateria. C'est la maman du bourgmestre, Mme Veuve André Spineux, qui dévoila la plaque inaugurale et son fils prit alors la parole pour mettre en exergue ce sport ballant Si cher à la localité et en précisant que cet espace de jeu serait également à la disposition des jeunes du village dans le cadre des plaines de vacances.Il remercia le propriétaire qui accepta de vendre la parcelle indispensable à ces travaux, ainsi que le ministre Ancion, l'architecte, les riverains, les parents et les enseignants pour leur compréhension et leur patience. L'échevin des sports, Bernard Meuter, rappela les noms des différents réalisateurs de cette nouvelle structure avant d'inviter le bourgmestre à livrer la première balle. Les amateurs de balle pelote, Si nombreux à Vitrival, sont à présent ravis de leur magnifique ballodrome.

Avec les marcheurs

Depuis sa relance en 1980, la Marche Sainte-Gertrude de Le Roux n'arrête pas de se manifester et récemment a eu lieu la cérémonie du cassage du verre qui or g anise la formation du corps d'office pour la marche du 15 août 2000 et cela promet car cette année, la Marche va fêter ses vingt années de reprise.

Sous la direction de son président Bernard Dufrasne, la cérémonie du cassage du verre a salué le retour de Freddy Delzant qui reprend ses galons d'adjudant-major. Rappelons que les premières traces d'une marche à Le Roux remontent à 1842. Les sorties avaient alors lieu tous les sept ans, lors de la Saint-Feuillen à Fosses. Mais Le Roux n'a pas pu garder le contact et la société fut absente à plusieurs reprises.

C'est en 1980 qu'un groupe de fervents a décidé de reprendre la tradition, avec Léon Demeure, Valère Cerfaux, Freddy Delzant et Bernard Dufrasne, devenu président.

L'enseignement à Fosse: au cour des siècles

Au moment où se termine l'année scolaire, il nous a paru intéressant de rechercher ce que fut l'enseignement à Fosses au fil des siècles.

Avant l'an 1000

Dans les premiers siècles, Fosses n'était qu'un petit village celte où il n'était aucunement question d'enseignement. Au vile siècle vint saint Feuillen et ses compagnons qui bâtirent une abbaye et il est à peu près certain, puisque c'était la coutume et la règle, qu'à côté de leur mission d'évangélisation ils s'occupèrent d'un certain enseignement aux familles qui, peu à peu se groupèrent autour de cette abbaye. plus tard, puisque Charlemagne recommandait qu'une école soit installée à côté de chaque église, il est à peu près certain que Fosses avait aussi son école.

Au Moyen Age

Lorsque Fosses fit partie de la Principauté de Liège et se vit accorder le privilège de remparts, d'un marché et de battre monnaie, il n aura pas négligé l'enseignement. Le plus ancien docum9nt que l'on ait au sujet de l'enseignement chez nous est un acte de}'évêque Henri de Verdun au profit de l'école monasti9ue de Fosses. Il est donc certain que Fosses avait une école au XIe siècle. Au début du XIle siècle, il existe un écrit de Hillin, chanoine à l'abbaye, au sujet du maître d'école, ou écolâtre la rue de l'Ecolâtre (qui relie les Zolos à la rue Sainte Brigide) est le souvenir de cet écolâtre, soit qu'il y ait habité, soit que par là se trouvait l'entrée pour les écoliers vers l'abbaye. Un autre document nous apprend qu'en 1920, Hugues, écolâtre, fait réédifier les chapelles de sainte Agathe et de saint Ultain ». Et dans « les Annales fossensis » on lit que : « le 9 février 1368, il y eut force éclairs et tonnerre, à la sortie des écoles, à la nuit tombante».

Aux siècles suivants

On sait aussi que le chanoine de Werixhas aida grandement les écoliers de Fosses, d'abord par son enseignement, ensuite par des legs en faveur de l'école capitulaire et de l'école des Sœurs Grises pour les filles. Il ne s'arrêta pas là : par son testament du 7 juillet 1758, il fit aussi un legs en faveur d'écoles à établir à Vitrival et à Aisemont qui, en ce temps-là, faisaient partie de 1a commune de Fosses. Et il légua ainsi tous ses autres biens (terres et prairies) «pour l'enseignement de la lecture et de l'écriture aux enfants de Vitrival et des monts (Aisemont)». Ce testament prévoit que la classe doit être donnée une fois par jour du 15 avril au 1er novembre et deux fois par jour le reste de l'année. Il n'est pas fait mention de vacances.

Pendant la Révolution

La Révolution française gagnant notre pays fait disparaître le Chapitre de chanoines et ruine l'école capitulaire où, durant des siècles, les enfants de la ville ont pu recevoir l'instruction. Tous les biens du Chapitre sont vendus et il n'est plus trace d'enseignement durant cette période troublée.

Sous Napoléon

Bonaparte organise son nouvel Etat. En 1803, on parle d'une tentative de rouvrir 1’école de Fosses. Un instituteur est même nommé: Maximilien François. Mais il semble que peu après sa désignation, il ait disparu sans avoir exercé ses fonctions. En 1810, le Conseil municipal de Fosses examine une requête dudit sieur François visant à obtenir un instituteur adjoint. C'est donc qu'il avait repris ses fonctions, mais, bien que la classe compte 93 élèves, le sieur François est maintenu exclusivement! L'année suivante (1811) Maximilien François donnait sa démission. Toujours sous le régime de Napoléon, un vicaire de Fosses, l'abbé Degrez entreprit d'initier les enfants aux études humanistes c'était une école privée qui eut un certain succès. En 1819, on trouve au Registre des dépenses du Bureau de Bienfaisance (CPAS actuelle) mention d'une somme de 75 francs allouée à la dame Cot institutrice (sic) pour avoir enseigné aux indigents. Il s'agissait sans doute d'une école pour filles.

Sous le régime hollandais

En 1815, après la défaite de Napoléon, la Belgique est rattachée à la Hollande pour former le Royaume des Pays-Bas. En 1819 sur demande de Leloup Pierre-Joseph1 instituteur, le Conseil de la Régence (autre nom du Conseil communal) « désirant favoriser l'instruction de la jeunesse, estime qu'il soit alloué une somme de 60 florins à répartir entre les 3 instituteurs actuels : François Gailly Pierre Leloup et Denis Hinne L'école, on le voit, s'était sensiblement étoffée. En 1920, il est même question de prévoir « dans les 15 travaux urgents » l'établissement d'une école sous la direction des Frères de la Charité. Mais ce projet ne fut pas réalisé. En 1822, il est question de la situation de l'école communale qui, jusqu'alors, se trouvait sous les halles, place du Marché. Le Conseil envoie une lettre au Gouvernement provincial pour pouvoir utiliser comme école le presbytère qui, à cette époque trouvait dans le haut de la rue du Curé (act. rue Delmotte) et don le jardin était à front de la rue des Remparts (et qui fut plus tard utilisé pour la construction de nouvelles écoles communales). Il existait aussi, parallèlement a' l'école communale des « petites écoles » particulières tenues par des personnes plus ou moins instruites qui réunissaient quelques enfants le plus souvent pour apprendre la couture et le tricot, mais aussi la lecture et l'écriture, le calcul et les notions de catéchisme. En mars 1828, le marguilier et trois femmes furent appelés au Tribunal de Namur pour « avoir tenu école sans autorisation ». Il y avait sans doute et dénonciation.

à suivre

 

MOIS DE MAI 2000

Naissances:

Le 3 à Sambreville : Julien Derouker, fils d'Olivier et de Sylvie Billiard, de Fosses.

Le 7 à Sambreville : Manon Thibaut, fille de Fabrice et de Frédérique Bolland, Sart-Saint-Laurent.

Le 13 à Sambreville : Delia Libert, fille de Frédéric et de Isabelle Foret, Haut-Vent.

Le 16 à Sambreville : Jade Legrand, fille de David et de Judith Stepan, de Fosses.

Le 26 à Sambreville : Margot Marique, fille de Philippe et de Bénédicte Larivière, Fosses.

Le 31 à Namur : Alexandre Rifflart, fille de Lucien et de Catherine Del-ban, Vitrival.

Le 31 à Sambreville : Hugo Michel, fils de Jean-Philippe et de Catherine Baugniet, Aisemont.

Publications de mariages:

Michel Coomans, 38 ans et Béatrice Verhaegen, 36 ans, tous deux de Vitrival.

Olivier Huberty, 28 ans, de Louvain-la-Neuve, et Christine Bacq, 31 ans, de Fosses.

Frédéric Foulon, 38 ans, de Somme-Leuze et Nathalie Boigelot, 25 ans, de Fosses.

Mariages:

Le 6 Jean-Marie Piret, 50 ans et Marie-Christine Maître, 49 ans, tous deux de Le Roux.

Le 6 : Jean-Luc Boulanger, 45 ans, de Fosses et Martine Godfroid, 43 ans, de Vitrival.

Le 20: Gian-Carlo Ogliani, 40 ans et Dominique François, 36 ans, tous deux de Fosses.

Décès:

Le 30 avril au Home : Maurice Janssens, époux de Mira Ben Bouchta,

né à Jemeppe-sur-Sambre le 9 février 1935, de Tamines.

Le 1er mai au Home: Marthe Hiquet, veuve de Eugène Durieux,

née à Jumet le 24 novembre 1912, de Namur.

Le 2 : Georgette Eischen, épouse de Fernand Deprez, née à Fosses le 6 juin 1926, de Fosses.

Le 10 à Charleroi : Marie-José Jans, veuve de Marcel Nys,

née à Fosses le 3 novembre 1930, de Névremont.

Le 15 au Home: Rachel Sevrin, veuve de Franz Servais,

née à Saint-Martin-au-Quartrain (France) le 30 octobre 1914, de Tamines.

Le 17: Joseph Derèse, veuf de Julia Dewez,

né à Franière le 23 septembre 1909, de Sart-Saint-Laurent.

Le 17: Franz Cecis, époux de Léonie Queninmont

née à Namur le 22 mai 1928, de Tamines.

Le 20 au Home: René Vassart, veuf de Gilberte Chapelle, époux de Marie-Mouise Chapelle,

né à Ligny le 10 décembre 1916, de Floreffe.

Le 24 au Home : Maurice Frippiat, veuf de Suzanne Cavrenne,

né à Givet (France) le 6 mars 1930, d'Ermeton-sur-Biert.

 

Cinébus

Ce vendredi 16 juin, le Cinébus sera sur la place du Centenaire à Fosses, à 19 h 30, pour présenter le film « L'Ombre d'un soupçon». Dutch Vandenbroeck est sergent au département des affaires internes de la police de Washington. Kay Chandler, membre du Congrès, est en campagne pour sa réélection. lis n'auraient jamais dû se rencontrer, jus-qu'à cet accident d'avion où chacun deux perd son conjoint. Ecrasé de douleur, Dutch Payton et le mari de Kay, Cullen, étaient assis côté à côte dans l'avion, enregistrés sous le même nom d'emprunt comme mari et femme... Soudain liés par cette trahison et la douleur, Dutch et Kay, aussi opposés dans leur mode de vie que par leur caractère, vont devoir affronter un secret qui menace de les détruire...

Entrée adulte s 120 F enfant moins de 12 ans :100 F (réduction pour la Ligue des Familles).

Renseignements et réservations B. Miche au 071-71.46.24.

Conseil des enfants

La population fossoise est invitée à assister à la séance du Conseil communal des enfants, le vendredi 23 juin à20 h.

A l'ordre du jour:

-Présentation des projets choisis dans les différentes commissions (environnement, sécurité et sport, loisirs). Etat d'avancement du travail effectué par les commissions.

-Demandes des enfants et divers.

Les travaux

Les grands travaux de la traversée de Fosses, qui étaient stoppés depuis plusieurs semaines, viennent de reprendre. La dernière couche d'asphalte est en train de se réaliser et on estime qu'en trois jours, ce travail de finition sera termine. Resteront alors les endroits qui étaient à taire par l'entreprise sous-traitante tombée en faillite, à savoir: les emplacements d'arrêts de bus et les endroits des carrefours où la circulation doit quitter la grand-route pour tourner vers la gauche ou la droite (En Leiche, au carrefour du Mestdagh, aux Quatre-Bras, au haut de la rue de Vitrival, à hauteur du Champ Stoné, près de l'ancien passage à niveau et aux Trois-Bras. Et aussi le petit square où se trouvait le monument au Roi Albert, en Leiche.

 

Chez les Chinels

Week-end chargé pour nos Chinels qui se rendront ce samedi 17 juin à Chapelle-lez-Herlaimont, et ce di-manche 18 à Hautmont (près de Maubeuge) et le week-end suivant un déplacement les 24, 25 et 26 juin à Saumur. On ne doute pas que, partout notre folklore y sera grandement apprécié.

Succès scolaires

Le jeudi 8 juin, dans la matinée, les élèves de 5e travaux de bureau du Collège Saint-André de Fosses on reçu les représentants des entre prises où ils ont effectué leur stage afin de présenter oralement leur rapport de stage. Etaient également présents M. Coppin, directeur du Collège St-André,

Mme Josée Lechien, responsable pédagogique et Mme Martine Preter, enseignante et responsable des stages. Les élèves ci-dessous ont réussi brillamment leur présentation et

ont reçu les félicitations de leur maître de stage:

-Stéphanie Crasset, à la sprl Lamy-Buchet

-Benjamine Barbier, à la sprl Services Finances PBH

-Aurore Hincq : dossier sur internet

-Elodie Laffineur à la BBL Fosses

-Christelle Larivière, à la SA NicolasJacquet à Franière

-Séverine Genard, à l'IDEF-Bambois.

Vue aérienne de Sart-Saint-Laurent

Cette vue aérienne a été éditée en carte postale il y a environ 35 ans. On y distingue très bien, à l'avant-plan, la rue de Burnot, qui mène à Bois-de-Villers. ainsi que l'église (avant l'incendie), bâtie en 1862 et un peu plus haut le carrefour de la grand-route de Namur. Bien des nouvelles constructions sont venues s'ajouter aujourd'hui à ce décor. Sart-Saint-Laurent est un village d'une étendue de 1.570 hectares et qui compte un peu plus de 550 habitants et 250 maisons. Comme on le sait, Sart-Saint-Laurent devint commune autonome en 1890 et le resta durant 87 ans car dès 1977, à la suite de la fusion des communes, le village fit partie de l'entité de Fosses. Avant son indépendance, le village se composait de deux hameaux Sart-Saint-Laurent, qui dépendait de la commune de Floreffe et Sart-Saint-Lambert, plus petit, qui dépendait de Fosses. C'était un village essentiellement rural qui comprenait de nombreuses fermes importantes ferme du Bijart, ferme Drion, ferme Furneau, ferme Malplaquée, ferme de Neuve-Maison, ferme Winbausteck, ferme de la Haute-Cour et aussi de nombreux bois : de Biètranry, de Fuette, bois du Duc, de la Marlagne, bois du Juge. Le dernier bourgmestre avant les fusions est toujours en vie : il s'agit de Maurice Goffaux, propriétaire de la ferme de Winbosteck, resté célibataire il a aujourd'hui 93 ans. C'est aussi le doyen d'âge du Sart. Si Sart-St-Laurent ne connut guère de sociétés sportives (à part la balle au tamis) avant la seconde guerre et la balle pelote (quelques années vers 1965 et après), le Sart fut surtout connu lors des courses motocyclistes du circuit de Floreffe, qui traversait le village, cela entre 1928 et 1950, avec interruption durant la seconde guerre. Et surtout notamment lors des championnats du monde cyclistes de 1935, qui empruntait ce fameux circuit. On évalue à 200.000 le nombre de spectateurs présents tout le long du circuit long de 13 km 500. Aujourd'hui, le Sart dispose d'un hall omnisports où se déroulent surtout diverses manifestations non-sportives (brocantes, expositions, etc.) Il y a aussi au Sart un club de pétanque et un club de tennis de table. La colombophilie a aussi eu ses adeptes durant de nombreuses années, surtout dans l'entre-deux-guerres. D'autres activités animent aussi le village : le grand feu, la fête annuelle qui a lieu le premier dimanche d'août et la marche annuelle qui accompagne la procession religieuse et qui a lieu le 15 août. Sart-Saint-Laurent a aussi connu, comme dans la plupart des villages et hameaux un Cercle dramatique (le Cercle Saint-Laurent), une société Harmonique (vers 1922), une chorale, un cercle des ménagères rurales, une société d'Anciens Combattants, Sart-Saint-Laurent est aussi connu pour la célébrité d'un de ses enfants Eugène Gillain, qui écrivit plusieurs livres en dialecte wallon et qui relatait ses observations de la vie de son village. Il eut 8 enfants dont le célèbre dessinateur Jijé (auteur de nombreuses BD), qui fut enterré en 198 au cimetière du Sart, aux côtés de son père et de sa famille. Sart-Saint-Laurent est aussi célèbre pour sa fontaine, renommée pour le bienfait de ses eaux qui soulagent les maladies de la peau et les maux d'oreilles. Aujourd'hui, Sart-St-Laurent est un lieu de passage intense de la circulation et si sa renommée rurale d'antan ne se justifie plus, la localité attire l'automobiliste de passage par ses quelques restaurants : les Quatre-Vents, le Fin Bec, le Restaurant wallon, et trois friteries.