N° 23  9 juin 2000

 

Il y a 50 ans dans

Le Messager

 

- Le 4 juin 1950 avaient lieu les élections provinciales. Le Messager donne les résultats pour le canton de Fosses où sont compris les villages de l'entité actuelle + Tamines, Auvelais, Arsimont, Falisolle, Moignelée, Mornimont, Floreffe, Ham-sur-Sambre, Franière, Graux, Arbre, Furnaux, Biesme, Mettet, St-Gérard, Profondeville, Bois-de-Villers et Lesve. Il y avait 4 listes Socialistes, Communistes, PSC et Libéraux. Les Socialistes obtiennent 5 sièges, les Communistes 0 siège, le PSC 4 sièges et les Libéraux 0 siège. Les Socialistes obtiennent 13.984 voix (dont 11.251 têtes de liste), les Communistes 1.349 voix dont 1.136 têtes de liste, le PSC 11.279 voix dont 5.233 têtes de liste et les Libéraux 2.201 voix dont 1.290 têtes de liste. On vote surtout tête de liste chez les Socialistes et les Communistes. Quelques candidats fossois : D. Masson chez les Socialistes, qui obtient 1.135 votes de préférence (le meilleur résultat de la liste) Stamps chez les Communistes obtient il votes de préférence au PSC, A. Spineux obtient 607 votes de préférence (le meilleur est Cobut, de Mettet) et chez les Libéraux, J. Jadin obtient 162 votes (second résultat de la liste).

-Communions solennelles le 11 juin à Fosses. On relève notamment les noms de : Nelly Jacqmain, Flore Piloy, Micheline Van Ryckel, Bernadette Votion, Arlette Boutefeu, Arlette Debrulle, Jacqueline Warnier, et chez les garçons : Roland Boulanger, André Vermersch, Georges Brosteaux, Roger Renard, Jules Deneubourg, Jacques Godfroid, Emile Michel, etc.

-Le dimanche 18 juin a lieu une grande fête de plein air avec la participation des élèves et le soir un grand bal champêtre.

-Les 24 et 25 juin se déroule à Névremont une grande fancy-fair au profit de la construction de la chapelle.

-Les films passés au Cinéma Moderne à Fosses durant le mois de juin:

Mademoiselle s'amuse » avec Ray Ventura et son orchestre, Bob Jacqmain et Gisèle Pascal; "Manège tragique" et « Le Paradis des voleurs» avec Charpin, Carette, Paulette Dubost; « Le Roi » avec Maurice Chevalier et Sophie Desmarets ; « Blanc comme neige » avec Bourvil, Pauline Carton et Alice Tissot. De quoi rappeler bien des souvenirs...

 

Il y a 25 ans dans

Le Messager

MOIS DE JUIN 1975

- Vols au garage P. Mazuin d'une somme de 20 à 25.000 F, ainsi que chez le curé de Le Roux. Un gamin devra payer des dégâts occasionnés aux lampes d'éclairage public : il s'amusait à les casser avec une carabine à plomb.

- Décès d'Edouard Michel, ancien plafonneur ; il avait dû abandonner sa profession et était devenu sonneur, puis sacristain. Son épouse, Irma Mathot, vit toujours.

- Départ de 5 ou 6 pompiers de Fosses pour Orbey, où ils assisteront au grand feu de la Saint-Jean (le 24 juin) . Une tradition alsacienne

- Décès du bourgmestre d'Aisemont, Jules Lenoir, bourgmestre depuis 1971

- Une soirée de variétés est annoncée à la salle Achille Cerfaux à Le Roux, avec la venue de Karine, Rebecca et Katia

- La Braderie de Fosses se déroule les 26, 27 et 28 juin, avec un tournoi de balle pelote, un gymkhana motocycliste et un gala wallon et tirage de la tombola accordant de nombreux bons d'achat.

- Décès dans un home de l'ancienne institutrice d'Aisemont, Mlle Yvonne Demarcin, âgée de plus de 90 ans, elle avait été marraine d'une cloche en 1949, en remplacement de celle enlevée par les Allemands.

- Au stand de tir de la route de Mettet a lieu les championnats d'Europe de tir aux clays. 128 concurrents venus de partout se sont affrontés durant quatre jours dans ces installations ultra-modernes.

Pensons à nos aînés

Au cours du mois de juin, une vingtaine parmi nos aînés fêteront leur anniversaire:

 

Le 1 er juin : René Bourgeois Rue du Vivier, Sart-Eustache 86 ans

Le 4 : Maurice Preter Rue de l'Eglise, Sart-Eustache 80 ans

Le 8 : Elisa Dassonville Ch. de Charleroi, Le Roux 83 ans

Le 10 : Auguste Godefroid Rue Sainte-Brigide 85 ans

Le 10 : Guillaume Fisenne Home Dejaifve, Fosses 93 ans

Le 10 : Maurice Goffaux Ferme Wimbosteck, Sart-Saint-Laurent. 93 ans

(doyen d'age de Sart-St-Laurent)

Le 12 : Emma Doucet Rue des Remparts, Fosses 85 ans

Le 13: Camille Bernard Rue Jean Dor, Vitrival 85 ans

Le 14 : Marie-Louise Caudron Rue de 'Ecole Moyenne 86 ans

Le 15 : Léopold Mathelart Ch. de Charleroi, Le Roux 85 ans

Le 15 : Hélène Michel Rue Saint-Roch, Fosses 87 ans

Le 18: René Gillain Rue du Fays, Aisemont 80 ans

Le 20 : Fernand Decoster Rue de la Station, Aisemont 84 ans

Le 20: Robert Molitor Rue du Sartia, Sart-Eustache 80 ans

Le 21: Adeline Blavier Avenue Champ Stoné, Fosses 88 ans

Le 21: Augustine Molle Rue de Stierlinsart, Bambois 80 ans

Le 22 : Reine Michel Rue du Bout, Vitrival 89 ans

Le 26 : Suiveng Léonie Chaussée de Charleroi 82 ans

Le 26 : Camilla Defosse Home Dejaifve, Fosses 90 ans

Le 27 : Joséphine Parent Rue Jean Dor, Vitrival 82 ans

Le 28 : Madeleine Warnier Route de St Gérard, Bambois 81 ans

Chinels en déplacement

Après leur mémorable voyage aux USA, puis leur exhibition à Paris le dernier week-end de mai, les Chinels se rendront le samedi 17 juin à Chapelle-lez-Herlaimont, le dimanche 18 à Hautmont (près de Maubeuge) et les 24,25 et 26juin à Saumur.

Un nouveau contrat a été passé pour participer au carnaval de Leiden (aux Pays-Bas) le 3 octobre. Il s'agit du plus beau et du plus réputé carnaval hollandais.

A la mer

Un car partira de Fosses le lundi de Pentecôte (12 juin) pour un voyage d'un jour à Blankenberge. Le départ aura lieu à 7 h place du jeu de balle (place du Centenaire). Le prix est de 600 F (sans repas) ou 1.200 F (petit déjeuner et repas de midi). Inscriptions au 071-71.39.93, après 19 heures, pour le vendredi 9 juin au plus tard.

Journée à Verdun

Vous souhaitez passer une belle journée au bord de la Meuse française à Verdun, le 17 juin prochain?

Départ de Fosses à 7 h 30, arrivée à Verdun vers il h 30 et déjeuner (tarte au fromage, rôti de porc sauce moutarde, frites et légumes, fromage, bavarois à la poire).

L'après-midi, visite en car, accompagnée d'un guide des sites historiques de Verdun. Retour vers 16 h 30 pour rentrer à 20 h 30.Prix du voyagel.250F (car, le repas de midi et la visite guidée).

Réservation de toute urgence chez Benoît Buchet (71.21.57).

Visite historique

Le Cercle d'Histoire de Fosses organisera une visite historique du centre de notre ville le samedi 17juin prochain, à partir de 15 heures. A partir de la place du Chapitre, nous verrons les vestiges des remparts de la "Ville des chanoines" et nous suivrons ensuite le tracé de ceux de la « Ville des bourgeois d'En Leiche aux Quatre-Bras, puis vers la rue de Vitrival, en resituant les anciennes portes jusqu'à la rue AI Val pour revenir sur le Chapitre. Tout au long de ce périple, nous aurons l'occasion d'évoquer maints aspects de notre histoire locale. Pour tous ceux qu'intéresse cette visite, d'une durée de deux heures, rendez-vous place du Chapitre, près de la Pompe, le 17juin, à 15 h..

10 ans déjà!

Il y a dix ans, mourait Didier Tilleux suite à un stupide accident à la suite duquel il fut asphyxié pendant son sommeil par un e friteuse qui mit le feu à la cuisine. Il avait 26 ans et venait quelques heures plus tôt, de quitter ses amis de l'époque qui ne l'ont pas oublié.Ce vendredi 9 juin, à 16 h 15, au cimetière de Fosses, ils iront déposer une gerbe de fleurs. Comme il était un fervent de balle pelote, cette petite cérémonie sera suivie d'une lutte de balle, place du Centenaire, avec barbecue et dont les bénéfices serviront à l'achat d'une plaque commémorative.

De la part de ses amis et de Ph. Leclercq

Barbecue

Le groupe Union Démocratique de Fosses organise un grand barbecue le vendredi 16 juin, à 19 h, aux Ets Sarto à Sart-Saint-Laurent.

Au menu : apéritif, brochettes saucisses merguez avec pommes de terre et crudités, pour le prix de 300 F (150 F pour les enfants). Réservations souhaitées pour le mardi 13 au plus tard chez:

- Mme A. Batardy (71.21.90)

- Alex Borbouse (71.32.20)

- Louis Lamy (71.23.64)

- Philippe Mullier (39.12.85)

- Gérard Sarto (71.10.32)

- Mme Laurence Titeux (71.16.40)

Ambiance assurée, télé en circuit fermé pour les matches de foot).

 

Euro 2000

Les amateurs de foot pourront suivre les matches à la buvette du Tennis Club de Fosses, route de Mettet, aux jours et heures des rencontres des Belges (uniquement lorsque jouent les Diables Rouges). Ils pourront ainsi déguster, entre amis et dans une bonne ambiance, leurs boissons favorites

Premières communions

Les premières (ou «petites ») communions pour la paroisse de Fosses auront lieu en la collégiale Saint-Feuillen, au cours de la grand-messe de il h, ce dimanche il juin. Ces enfants sont 37 cette année. Ce sont:

Sarah Bastin, Vanylle Populaire, Camille Romain,Valérie Preumont, Alicia Doumont, Estelle Gyetvai

Laura Bonato, Caroline Topet, Julie Vrecko, Clémentine Buchet, Maiggy Neumann, Sophie Aubry

Marie Doucet, Roseline Puissant, Pauline Georgery, Sophie Decroupet, Charlotte Lurkin, Elora Wourms, Marie Depraute, Sophie Van Aarschot, Nicolas Defleur, Adrien Hinant, Raphaël Josse, François Lavry

David Walbrecq, Maikel Dethier, Jeremy Lebrun, Guillaume Vandenberg, Lucas Adam,

Thibault Goffioul, Nicolas Sterkendries, Thibault Guillaume, Martin Janssens, Christopher Marque

Anthony Fauville, Thibault Drèze, Nicolas Depraute

Souper espagnol

Le vendredi 30 juin les clowns en Folie organisent leur 4e Souper dansant

(version espagnole cette année). Au menu:

- Apéritif Sangria

-Paëlla géante ou poulet Sambre et Meuse

-Crème catalane brûlée

(traiteur: P.-E. Lorand)

Prix : 250 F pour les moins de 12 ans et 450 F pour les adultes.

Le souper se déroulera de 20 h à22 h 30 en la salle de l'Orbey à Fosses. La soirée dansante débutera vers 23 h. Tout cela dans une ambiance de fête et animé par Fabrice et Power Music.

Le souper est à réserver et à payer avant le 23juin à:

- K. Debris 71.18.59

-J-P. Bonato 71.12.82

- F. Nulens 71.15.53

ou verser la somme au compte 068-2128890-58 avec la mention « Souper des clowns » et votre nom.

 

Conseil communal

Compte 1999 boni oui ? boni non?

Cette séance du Conseil a sorti le Conseil de la somnolence où il s'installait depuis quelques réunions (où les sujets à discussion étaient rares, il est vrai). Mais élections prochaines obligent, le compte communal de 1999 donna lieu à des échanges pointus, mais toujours corrects. On est loin des éclats de voix de naguère... Nouvelle politique ? Il y eut un peu d'énervement par une remarque de M. Boigelot revenant sur un point du 15 mai, sans critiquer le PV mais chicanant tout de même, contré par l'échevin M. Charles.

 

FINANCES

- Les PV de situation de caisse à fin octobre, novembre et décembre 99 font apparaître des encaisses de 7 à 21 millions.

- Le compte communal ordinaire 1999 présenté par le receveur M. Joël Lemmens, après félicitations de l'échevin des Finances L. Lamy et ses remerciements pour l'excellente collaboration, se clôturent comme suit:

- Recettes (droits constatés) : 220 millions 426.534 F + 36.759.772 des exercices antérieurs, soit 257.186.306 F.

- Dépenses engagées : 207.958.857 F + 10.200,651 des exercices antérieurs et 13.539.089 de prélèvement pour l'extraordinaire, soit 231 .708.607 F. Ce qui donne un boni de 25.477.698 F.

-Pour l'extraordinaire :130.808.895 F en recettes et 127.350.990 en dépenses.

soit un boni de 3.457.905 F.

Il y a bien sûr, À côté de cela, le compte budgétaire, le compte de bilan selon la nouvelle comptabilité communale, qui chiffre les avoirs immobilisés (immeubles, terrains, voirie) pour un total de 528 millions 789.539 F. M. Moreau estime qu'il n'y a pas lieu de pavoiser avec 25 millions de boni, comparé à celui de 1994, de 54 millions, au vu de la dette qui augmente. Le bourgmestre tempère déjà la critique : ne pas confondre boni et investissements. Où est la catastrophe financière criée par la minorité voici quelques mois ? Et l'échevin Lamy précise s par rapport à la capacité d'emprunts, la situation de la Commune est bonne, parmi les communes de la Province. La dette (charge d'emprunts) coûte moins qu'en 1994 et il y a un fonds de réserve de 13 millions. On a procédé à de nombreux engagements et nominations de personnel, on a effectué pas mal de travaux et d'acquisitions, renchérit M. Spineux.

M. Brachotte se veut plus critique le CPAS obligera à puiser 3 millions dans le fonds de réserve. Il y a un tas d'emprunts prévus, la plupart des travaux ne sont pas réalisés... Ce boni n'est donc pas un gage de sécurité pour l'avenir; on n'aura pas les recettes de la taxe des Carrières (9 millions) il faudra assumer le déficit d'INASEP, l'augmentation de la dette... Est-ce cela une saine gestion ? Ce boni est fictif, il se de gon fiera comme une baudruche. Vous empruntez sans arrêt, vous emprunteriez même pour des trottinettes!

Le bourgmestre rappelle qu'avant 1994, il y avait un important déficit du Home : la majorité l'a solutionné Beaucoup de travaux ont été réalisés Lors de la dernière réunion, le 15 mai le PS qui criait au loup a voté sans mol dire 34 millions d'emprunts. Alors?

Sur une question de Mme Lalière l'échevin Lamy fait une démonstration de compétence pas de doute, il manie mieux que quiconque la nouvelle comptabilité communale. D'abord, le boni de 25 millions est bien réel : les chiffres sont là. Ensuite, il y a 14 millions dont la Région a spolié la Commune, suite à une erreur de l'Administration des Finances, qui porte le bon à 40 millions. Il y a des taxes en cour' de recouvrement pour 40.840.000 F Et on a diminué les taxes, ce qui c valu une aide spéciale de la Région (5 millions). Pour la non-valeur de la taxe des Carrières, annulée par le Conseil d'Etat, un fonds de réserve de 13 millions a été prévu. Quant au' emprunts, leur volume global a augmenté, d'accord, mais en profitant des taux actuels plus bas, la charge annuelle a baissé s 15,8 millions en 99 pour 134 millions d'emprunts contre 18,5 et 110 millions en 94. Le conseiller PS insiste avec le' chiffres (prévisionnels) du budget 2000 (181 millions d'emprunts qui ne seront pas réalisés en totalité sur l'année).

Le bourgmestre conclut : la Commune est dans le bon peloton provincial! pour ce qui est de la dette, l'éche vin des Finances a suivi une politique intelligente et prudente, appuyée su les avis du Crédit Communal et de l'Administration régionale. Et le compte est admis à l'unanimité.

 

INTERCOMMUNALES

Après avoir admis une nouvelle convention entre la ville et l'asbl "Baillerie » pour la salle de Névremont le Conseil approuve aussi, en bloc les ordres du jour d'assemblées de di verses intercommunales s INASEP AI EM (distribution d'eau), IGRETEC et BEP (études de travaux).

 

POLICE

Diverses ordonnances de police sont aussi admises sans observation pour course cycliste à Le Roux marche Saint-Roch à Sart-Eustache et Saint-Pierre à Vitrival, Marche de l'An 2000, travaux divers.

Il est aussi question de travaux de la traversée de Fosses : M. Boigelot s'inquiète du passage des piétons rue des Remparts le bourgmestre rap pelle que le sous-traitant pour les emplacements d'arrêts de bus et de bandes centrales est tombé en faillite Il fallut refaire une adjudication car i était le seul à avoir fait les épreuve. de qualité du béton le nouveau a 35 jours pour les faire... Mais tout devrai être terminé pour le 30 juin.

 

A HUIS CLOS

Le Conseil approuve encore des intérims dans les écoles et nomme un caporal professionnel dans le personnel du Service Incendie.

 

Le jeu de balle à Fosses existerait depuis plus de 270 ans!

Le jeu de balle existe chez nous depuis bien longtemps. Les chroniques « il y a 100 ans » nous indique que Le Messager annonçait des luttes qui se déroulaient parfois jusqu'en novembre I Parfois aux Quatre-Bras, parfois En Leiche ou autre part...?

Mais les registres des comptes de la ville indiquent qu'en 1738 les joueurs de notre ville reçurent « une pistolle pour aller jouer une balle d'argent à Chastelet»

Mais on sait aussi qu'en 1776 la balle pelote faillit susciter une véritable révolution chez nous. Après une fête de Fosses, la place du Marché, où se déroulait les luttes, était encore occupée par des forains. On décida alors de jouer "au Pré du Prévot" endroit où se trouve aujourd'hui le Mestdagh. . Mais le bailly président de la Haute Cour de Fosses, vrai despote, se mit en tête d'arrêter la lutte. Il fut pris à partie par un joueur nommé Lambert Duchesne qui affirma que l'on agissait « selon les coutumes»

Le lendemain, joueurs et spectateurs revinrent au Pré du Prévot avec de la musique (« basses et violons ») après avoir manifesté dans les rues. Après la lutte, le cortège rentra dans Fosses (puisque ce pré était hors des remparts) et lancèrent cris et injures vers la maison du Bailly (maison de l'ancienne boucherie Defoin, rue V Roisin). Tambours en tête, les Fossois s'armèrent de bâtons, en guise de fusil sur l'épaule...

Pareils attroupements étaient interdits, à l'époque aussi, il y eut procès-verbal à charge de l'instigateur qui fut condamné le 5-11-1777 par la Haute Cour de Fosses, à payer les frais de « ladite procédure et autres à l'entière indemnité et déchargé dudit sieur officier à quel il fera excuse». Comment se déroulaient les luttes de balle à l'époque ? Etaient-ce les mêmes règles qu'aujourd'hui ? Le 4eu avait-il les mêmes dimensions . Il doit sans doute exister des écrits à ce sujet, mais dont nous n'avons pas connaissance.

Ce que l'on sait, c'est qu'à Fosses, il fut une époque entre les deux guerres notamment où on ne jouait pas à la balle pelote, mais à la petite balle au tamis.

Il y a bien des choses ignorées sur ce sujet qui, lui aussi, fait partie de notre mémoire collective.

 

Une classe à Orbey!

Dans le cadre du jumelage Orbey Fosses du 1er au 5 mai, nous nous sommes rendus chez nos jumeaux français. Notre but était d'améliorer nos connaissances de l'Europe, de ses institutions, de ses objectifs, de renforcer notre conscience européenne et d'apprendre à devenir des citoyens responsables

Nous avons abordé plusieurs thèmes, avant, durant et après notre classe de dépaysement. Le programme fut très alléchant et très enrichissant:

-Visite guidée de Strasbourg en bateau-mouche, du parc de l'Orangeraie et du Conseil de l'Europe (nos sacs sont passés au détecteur de métaux comme Si nous étions des espions);

Journée environnement : b heures de grimpettes dans les Vosges (pauvre Madame Christine !), découverte du lac Blanc, du lac Noir, du lac aux truites;

- Echange avec une classe française:

nous avons joué à un jeu réalisé de nos mains sur l'utilisation rationnelle de l'eau. Quant aux élèves du CMI d'Orbey, ils nous ont soumis à des expériences sur l'eau.

Un délicieux goûter nous a été offert par les mamans françaises (les

bons gâteaux au chocolat !). Nous leur avons cependant suggéré d'utiliser, la prochaine fois, le bon chocolat belge que nous avions offert à leurs enfants en arrivant!).

- Visite de Kaysersberg, de son château, de la maison d'Einstein;

- Visite d'une pisciculture

- Visite d'une fabrication de munster (il valait mieux, ce jour-là, avoir un gros rhume et le nez bouché I);

- Les soirées animées par Nathalie, Aurore, Gil et Mme Christine étaient très variées (chants, casino, lire une carte d'état-major, soirée dansante)...

Notre Centre d'hébergement situé sur le versant vosgien de 'Alsace nous offrait une vue superbe sur le lac Blanc et ses cols enneigés et les moniteurs étaient super-sympas.

Quant aux menus, Emilien en a oublié son régime raclette, tartiflette, saumonette, hachis Parmentier, tarte aux myrtilles... Madame Christine peut nous demander tous les lundis (elle l'a déjà fait!>: «On y retourne?»; c'est sûr que tous, d'un seul chœur, nous répondrons: «Oui!».

Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont permis de vivre cette semaine magnifique : le comité de Jumelage de Fosses, l'association des parents de Vitrival, notre pouvoir communal, notre direction et nos parents.

Les 24 élèves de 3e et 4e années primaires de Vitrival et leur institutrice Mme Christine Debrulle.

 

 

La Marche de l’An 2000 : un succès

 

« C'était un défi à relever, dit un des responsables et avec le concours des 12 compagnies fossoises, ce tut un beau et réel succès».

Cette sortie pour l'année mythique était demandée dès après la Saint-Feuillen 1998. Encore fallait-il s'y mettre. Ce sont donc deux responsables de la compagnie des Congolais (Philippe Leclercq, président et Jean Romain, vétéran), qui ont pris l'initiative. L'idée s'est peu à peu concrétisée au cours des cinq réunions préparatoires où tous les détails turent précisés. Le parcours était établi depuis l'été dernier, sur plan, puis reconnu et mesuré sur le terrain, en évitant autant que possible les grands-routes. En assurant aussi la sécurité avec police, Croix-Rouge et pompiers dotés de radios. Liberté avait été laissée aux délégations quant à la tenue, afin d'éviter des frais élevés de locations d'uniformes. Et dans l'organisation des groupes, on avait prévu ce mélange, car cette marche n'était pas officielle, comme une sortie traditionnelle, annuelle ou septennale. Mais il y eut la pluie persistante des jours précédents et un des responsables s'en fut reconnaître les passages douteux, prévoyant l'un ou l'autre détournement du tracé initial: entre La Folie et Le Liteau (villa Radar à Sart-Saint-Laurent), le chemin était impraticable (ornières profondes, pleines d'eau), mais un sentier surélevé en bordure des champs permettait un passage en file indienne, cela évitait un détour par un autre chemin agricole, du fond du Benoît à la route du Bijart qui aurait allongé le parcours d' 1 km 300. Avant midi ! de même, le vieux chemin du Sart au Cheslong : il fallut emprunter la grand-route. Mais en ce jour de l'Ascension, si le ciel était resté couvert le matin, le temps était au sec et même le soleil fut généreux après-midi.

Dès 6 heures 30, la petite place de Sart-Eustache s'emplissait de marcheurs en tenues diverses (et aussi de voitures...). Le comité de la marche locale offrait un café bienvenu et le président André Poulain, commandait alors une salve générale impeccable, avant de se mettre en route. Sept heures 15, c'est parti!

Par les campagnes de la Ramée, on gagne Le Roux où plusieurs officiers de la Marche Sainte Gertrude nous attendaient. Salve commandée par Freddy Delzant.

Chemin champêtre encore pour se rendre vers Vitrival là, une des salves tut commandée par le président de la Marche Saint-Pierre Willy Ipercielle une autre par un jeune officier vitrivalois Jean-François Favresse. Le Roux et Vitrival ne participaient pas à cette Marche, mais un des buts des organisateurs était de rendre hommage aux compagnies qui participent depuis des siècles à la Saint-Feuillen.

Dix heures certains font un arrêt au terrain de foot mais on continue vers la Spinette. La rude montée vers Aisemont était redoutée. Elle tut diversement appréciée dur-dur pour les tumeurs (il faut du souffle pour suivre les tambours !), mais un septuagénaire disait fièrement «j’ai monté ça comme une fleur!».

Aisemont toujours bien à l'heure selon les prévisions. Comme à chaque arrêt, les compagnies des groupes se rassemblent pour ut salve générale commandée par Guy Want, devant un nombreux public.

Névremont : autres salves devant chapelle, commandées par l'officier de la délégation, Edgard Picavet par Patrick Lambert, président local rentré récemment de clinique.

Et c'est reparti pour la grande aventure, la plus longue étape Doumont, Benoît, le chemin Saint Feuillen dans le bois, avec les pétarades résonnantes des mousquets la Folie, la « piste » difficile et enfin Sart-Saint-Laurent, la salle du hall omnisports avec, enfin, repos et repas. Le comité des fêtes local tenait le bar apprécié de tous. Et chacun de sortir tartines, boulettes, potage préparés par les comités respectifs Et ce fut un moment particulièrement convivial. « C'est la premières fois, disait J. Romain à un journaliste, que les marcheurs fossois se sont trouvés ensemble dans un même endroit, un grand moment pour renouer des contacts. A la Sain Feuillen, les compagnies sont dispersées et les contacts

sont rares. Dans ce hall, ce tut un bon moment d'échange convivial».Avant le deuxième grand départ et sous le soleil, c'est A. Larivière, officier de la Marche Saint-Laurent, qui commande les salves. La route est longue, longue et la montée vers le Try-al-Hutte procura maints coups de soleil. Après un petit arrêt-restauration (beaucoup de groupes s'étaient équipés de camionnettes, même avec frigo), on arrive au Bambois : il fallut scinder, en deux salves, sur la place, commandées par le président Jean Barreau, qui conduisait sa délégation depuis le matin. Devant un grand nombre de spectateurs, on traverse Bambois et même la fête du Point d'Arrêt (sans s'y arrêter, même au stand Ciney!).

Ça devient dur... ! Montée vers Haut-Vent par la rue de la Plage et, sur la place, devant le nouveau monument, c'est Georges Gosset, officier de la Marche locale, entouré de son comité, qui commande les deux salves. La descente du Laid-Pas est aussi pénible qu'une montée : les pieds endoloris et échauffés doivent freiner sur des pavés disjoints... Regroupement a l'Ecole Moyenne et c'est alors la rentrée dans Fosses. Fiers de leur exploit, les marcheurs, dans un dernier effort, défilent vers le Chapitre, pour le feu de file final, devant un foule considérable (500 personnes), heureusement maintenues par des barrières Nadar. Et c'est alors à qui tirera le plus fort, pour épater un public enfumé... Geste symbolique où chacun met tout son cœur... avec double ou triple charge dans son canon, et pour certains qui y pensent, un hommage à saint Feuillen qui, du haut du porche, nous voit, nous bénit et nous protège...

De bout en bout, l'horaire tut respecté, tout s'est passé sans accident (juste un pied cassé pour un Grenadier, dans le chemin litigieux), dans une bonne ambiance et dans une énorme satisfaction des participants. « Djè l'a fait ! » pouvaient-ils dire, comme autrefois à Austerlitz «J'y étais ! »

Et plusieurs demandaient déjà quand est-ce qu'on remet ça ? En 3000

Une fois de plus, la cité fossoise a été mise en vedette avec cette Marche de l'An 2000, intermède apprécié entre deux septennales.

 

Projets des enfants

Le vendredi 23 juin, à 20 h, à la salle du Conseil de l 'Hôtel de Ville, aura lieu la seconde réunion du Conseil communal des enfants au cours duquel ils présenteront les projets des différentes commissions.

On floriconte

D'nez on gros bètch au viy pârin!

Profitans èchone d'on momint!

Vinoz à choû, qui dj' vos raconte,

Come tos lès djoûs, dès floricontes,

Timps qui dj' so co vêci

Et qui dj' vos-a d'lé mi!

Après, vos -îroz fé nan.nète

Èt rêver dé l' gate à bèrwète;

Di tot l' viladje qu'ésteûve à l' cache

Après l' tchin, qu'aveûve chorté s' lache

Do leup, qui l' bok aveûve suké;

Do pourcia qui n' fieûve qui d' winker;

Do polin qu'aveûve zoublé l' n

Po bèrdachi dins lès pachis!

Dji compte bin, qu' vos lès raconteroz a vos-éfants, quand vos 'nn auroz! È Walon!

 

R.A.A. VIROUX

 

On floriconte =on djinti conte po dès p'tits-èfants

Fé nan.nète = dwârmu (lingadje d'èfants)

Chorter = côper sins sogne

Suker = diner dès côps avou s' front

Winker = criyî come on pourcia qu'a mau

Bèrdachi = aler pâr-ci, pâr-là.

A la RUS Fosses

 

Derniers transfert

Les transferts se sont clôturés à la RUS Fosses avec l'acquisition la semaine dernière de Grégory Delcorps, centre-avant de Walhain (div. 3 Nationale) qui était convoité par Aische et de Cédric Dumont, libero de Wavre (Promotion) qui, il y a deux ans, jouait chez les juniors nationaux du RWDM. Au rayon départs : Yves Dambroise quitte Fosses pour l'UBS Auvelais et Robert Dogot s'en va à Bambois. Jean-Daniel Mbo Babota, transféré à Fosses, a inscrit les deux buts de l'équipe type de première provinciale samedi dernier, lors du match de gala à Ciney.

D'autre part, le Conseil d'administration de la RUS Fosses s'est réuni le mercredi 7 juin et la présentation des nouveaux joueurs à la presse (suivie d'un barbecue) aura lieu le mercredi 14 juin, à 19 h, au stade A. Winson.

 

Les équipes

L'an prochain, la RUS Fosses alignera des équipes de Diablotins (6-8 an), Préminimes (8-10 ans), Minimes (10-12 ans), Cadets (12-14 ans) et Espoirs (16-23 ans). Il n'y aura pas de Scolaires mais peut-être une équipe de Juniors UEFA (16-20 ans) pour autant qu'il y ait au moins 13 joueurs.

 

Orbey-Fosses ?

Les dirigeants du F.C. Orbey ont contacté D. Piet pour inviter les jeunes de la RUS Fosses au tournoi d'Orbey la dernière semaine d'août. Pas de problème pour le logement sur place. Mais il y a le transport...?